Bouger chez Géraldine

Publié le par isa

Depuis cette année, je laisse libre d’accès la super structure du dortoir attenant à ma classe. Elle sert l’après-midi pour la sieste et les enfants évoluaient dessus le matin à l’accueil jusqu’à l’an dernier.

Les 4 porteurs ainsi que le gros camion y sont rangés et les enfants les utilisent aussi bien dans le dortoir que dans la salle de classe. Je précise que ces 2 salles communiquent par un rideau à soufflet.

Depuis cette année, j’ai enlevé une table dans ma classe ce qui me permet de surveiller les petits qui sont sur la structure même si je n’en vois pas l’ensemble, je peux observer le point névralgique: le mini toboggan. les enfants y ont donc accès toute la matinée. Je ne referme qu’avant la sortie du matin car le parking de l’école et les parents qui s’y garent est bien trop visible et génère de pleurs à ces moments là. Il y a également des petites marches d’escaliers sur cette structure.

Peu de bruits, de bagarre, de courses ni aucun bobo et les enfants s’amusent énormément dessus et ce sont souvent les mêmes.

Mon atelier “apprentissages des règles des coins jeux” s’est donc concentré sur cet espace, avec affichage à l’appui: je ne cours pas, je n’utilise pas les objets roulants sur la structure et enfin, j’utilise les escaliers pour accéder à la structure.

Afin de libérer de la place dans la classe pour les trucs qui roulent (3 poussettes, 1 camion, 2 chariots 4 porteurs), j’ai enlevé également les bancs du regroupement: un tapis et des coussins ainsi que la cabane pour ceux qui veulent s’isoler (pas de succès en ce qui concerne la cabane).

Voilà, je vais essayer d’observer encore plus attentivement mes petits et rendre compte de tout cela.

Je précise que j’ai également décidé de ne mettre en place que 2 ateliers sur table (1 avec moi, 1 avec Delphine, ma super assistante). Les enfants participent librement. Nous pointons les passages et allons solliciter les autres régulièrement. Ils peuvent faire plusieurs fois les mêmes ateliers. Ceux qui ne veulent pas faire peinture ou cahier de langage ( déjà commencé )peuvent jouer sur la structure, dans les coins jeux ou ..... avec les bacs autonomes bien sûr.

Bouger chez Géraldine
Bouger chez Géraldine

Commenter cet article

Flavie 24/09/2014 15:08

Elle est super cette structure, c'est génial. Et j'ai remarqué que quand les élèves prennent beaucoup de plaisir ils respectent très très bien les règles.
Poru ma part ma classe donne sur notre cour de récréation par une grande baie vitrée. Et notre cour est que la notre et c'est en fait un petit jardinet (on est que 16 élèves). Comme il fait très beau j'ouvre la baie et j'ai installé une table avec un coin eau, et bien ils sont super sages, respectent bien les règles que je leur ai donné et ça met une ambiance très zen dans la classe.

Emilie44 02/10/2014 20:09

Plus les activités proposées sont riches et variées et plus les enfants prennent de plaisir, moins ils dérogent aux règles. J'ai remarqué que depuis que je fais atelier d'eau + atelier peinture + couture etc... en libre accès, ce sont des activités où ils sont très calmes et respectent hyper bien les règles.

isa 24/09/2014 17:14

Tant mieux, c'est tellement important.

Flavie 24/09/2014 17:01

Mes collègues sont parfois sceptiques mais ne juge jamais et demandent tjs après : alors ça a marché ?. En bref elles sont chouettes !

isa 24/09/2014 16:46

ah les collègues :-)))

Flavie 24/09/2014 16:38

C'est sur qu'il est pour moi beaucoup plus facile d' "expérimenter" car j'ai 16 élèves avec une très grande classe et qui donne sur le jardin.
Je n'en aurai pas fait autant il y a 4 ans quand j'avais 36 élèves, dans une classe bien plus petit.

Mais cela dit je commence à comprendre que tout est possible si c'est bien cadré et si on fait confiance aux élèves.
Lundi quand j'ai installé ma table avec tout les bassines mes collègues étaient sceptiques, et moi non, j'avais confiance en eux.

isa 24/09/2014 16:17

mais oui Flavie, c'est exactement ça, quand ils prennent beaucoup de plaisir ils sont capables de se contenir parce qu'ils se détendent ,que cela correspond à leurs besoins et qu'ils ne souhaitent pas perdre leur avantage. Quand ça dégénère, c'est souvent que l'adulte n'a pas su sentir le moment où ça bascule et n'est intervenu que trop tard. A la fois,il faut être dans la confiance et leur donner un large espace de liberté qu'ils sont tout à fait capables d'assumer tout en leur signifiant qu'ils sont contenus et protégés. C'est cette subtile position qu'il faut réussir à tenir, ce n'est pas toujours facile et plus le nombre est élevé, plus ça se complique car il faut avoir l'oeil mais ça s'acquiert dans l'observation.