L'organisation des ateliers et autonomie

Publié le par isa

Je suis souvent sollicitée pour l’organisation des ateliers et la meilleure façon de mener ceux-ci.

J’intègre à cet article le lien où j’explique (en 2007 !!!) comment je procédais dans ma classe.

L’organisation de l’époque serait-elle encore d’actualité si j’enseignais toujours, je pense que j’aurais mis en place les ateliers de manipulation sur la première tranche d’ateliers en maintenant un atelier album langage et que j’aurais conservé mon fonctionnement avec sa progression sur l’année dans la seconde tranche d’ateliers avec une organisation différente le Mercredi ou le Vendredi (dédié à l'observation).

L’arrivée (par le biais de Muriel que je remercie encore sincèrement) des activités autonomes de manipulation et d’expérimentation inspirées Montessori a été un enrichissement et une évolution positive dans ma réflexion pédagogique. Aurais-je pour autant franchi le pas et envisagé un fonctionnement totalement calqué sur la méthode Montessori ? Je ne le pense pas, même si dans sa vision de l’enseignement, je partage beaucoup de ses convictions et de ses conclusions: la place de l’enseignant c'est-à-dire le retrait pour l’observation, la liberté de choix de l’élève, la confiance en l’enfant et en ses potentialités immenses, l’importance déterminante des premiers âges dans les acquisitions fondamentales, le respect des besoins correspondant aux stades de développement, le nécessaire ordre structurant et sécurisant, la dimension donnée à l’esthétique, la puissance de l’ambiance sur le désir d’apprendre, la pensée affirmée que l’éducation fait l’humanité.

Les recherches de  Montessori l’ont amenée à élaborer une méthode ( même si dans son dernier livre « La formation de l’homme » elle écrit « C’est la personne humaine et non la méthode d’ éducation qui compte »), nous avons à poursuivre celles-ci et à avancer en nous adaptant à notre monde, nous ne pouvons rester figés en 1900 époque du début de ses découvertes. C’est donc ainsi que je conçois la liberté pédagogique. Je me méfie toujours des carcans et des dogmes. Je pense qu’elle aurait également fait évoluer ses conceptions, y compris son matériel.

C’est pourquoi cela m’incite à vous accompagner vers la construction de l’autonomie de vos élèves en utilisant des ateliers individualisés ainsi qu’à provoquer des interrogations, des réflexions autour de cette approche.

 Cela m’a également incitée à revoir le temps de regroupement comme je l’explique dans cet article . Plus les enfants agissent, plus ils sont capables de se concentrer, plus ils ont envie de faire. C’est pourquoi il est important de donner la possibilité de faire et de refaire, et les groupes de travail figés  ne permettent pas de répondre à ce besoin qu’a l’enfant de s’essayer encore et encore. Je pense par exemple aux activités de peinture où la plupart du temps, l’élève a une feuille , la peinture achevée, il doit s’arrêter, il ne demande même pas à recommencer car il a compris que ce n’était pas la norme. Mais si l’adulte lui propose «  Est-ce que tu veux refaire une peinture ? », beaucoup en expriment le désir . L’organisation de l’activité devrait donner à l’élève l’autonomie suffisante pour qu’il n’ait pas besoin de l’adulte pour recommencer.

 Effectivement, tout devrait être pensé en faveur de l’autonomie, à la fois pour aller vers son action, mais également pour mesurer le résultat de son action. Toutes les activités autonomes sont préparées en ce sens, l’enseignant se met à la place de l’élève et s’interroge sur l’explicite de chaque « plateau ». Son intervention doit être réduite, c’est donc bien la préparation en amont qui va le déterminer. Si l’observation montre que la plupart des élèves ne respectent pas l’objectif, alors il y a nécessité de remanier l’activité proposée.

Selon Montessori, la progressivité est nécessaire mais chaque élève doit pouvoir aller à son rythme, cela indique donc que tous les niveaux de difficulté doivent être accessibles ou du moins apportés au moment opportun. D’autre part, un élève qui choisit une activité qui s’avère être au dessus de ses capacités ne doit pas ressentir l’échec à travers un ordre à finir ce qu’il a entrepris mais plutôt un encouragement à ranger son matériel sans plus de remarques partant du constat qu’il y reviendra quand il s’en sentira prêt. C’est la délicate question de la persévérance, mais la persévérance s’exprime ailleurs et justement dans la répétition d’une tâche jusqu’à la maitrise parfaite ressentie par l’élève.

Pour revenir au document de 2007 dans lequel j’explique l’évolution dans la gestion des ateliers au fil de l’année, j’expose l’idée que les activités dirigées avec l’adulte sont à faire sur la semaine , les élèves qui n’y sont pas allés sont sollicités sur la journée du Vendredi. Je sais que certains d’entre vous ont libéré cette contrainte et laissent les élèves agir en totale autonomie y compris vis-à-vis de ces activités. C’est un point de vue intéressant et j’aimerais que ceux qui l’ont choisi dans leur classe expliquent concrètement comment cela se passe.

Toutes les questions, toutes les remarques sont bien-sûr accueillies avec intérêt. Loin d’avoir fait le tour de cette épineuse question, ce sont nos échanges qui permettront à ceux qui se sentent désorganisés et  perdus d’imaginer une voie plus sûre.

 

L'organisation des ateliers et autonomie

Commenter cet article

virginie la bretonne 30/09/2014 22:59

Je profite du temps d APC pour presenter les ateliers montessori en petits groupes (5-6). Seance 1 : gestes de bases ( s asseoir à la table, ranger sa chaise, la deplacer, derouler et rouler un tapis, prendre et ranger un plateau) Séance suivantes : présentation de 6 plateaux et observation des eleves en manipulation.

sylvieh 05/10/2014 23:56

Merci beaucoup Emilie et Bobinette d'avoir décrit précisément comment vous procédez dans votre classe et comment cela se passe, quel est votre ressenti! je ne me sens plus extra-terrestre car j'ai à peu près le même dispositif et je ressens exactement les choses de la même façon: très, très peu de disputes, des enfants qui savent tout à fait où ils veulent aller, ce qu'ils choisissent, d'autres qui papillonnent et certains qui observent avant de se lancer (finalement comme durant la séance d'observation EPS excepté le fait que ds la classe, il y a 2 activités encadrées par l'Atsem et moi-même.Le sentiment de "violence" que je pouvais ressentir à "gérer" le collectif et donc à imposer aux enfants d'aller là ou ici (et finalement ça avait très peu de sens excepté d'avoir un adulte qui "contrôlait", mais sans grand résultat car sans désir de la part des enfants, quel intérêt?) a vraiment largement diminué. Cependant, concernant ces deux activités proposées, je voudrais savoir comment vous les proposez car face à un nombre de 28 enfants qui se trouvent au coin regroupement, "organiser" ce moment n'est pas simple, je trouve. Voilà comment nous procédons ds la classe: si l'activité Peinture est nouvelle, mon Atsem demande qui veut venir peindre, je fais de même pour mon activité et les autres enfants ont le choix des autres activités installées puis les jours précédents, nous appelons les enfants qui ne sont pas passés.Mais très vite réapparaissent ceux qui ont envie de recommencer et cette année, je m'autorise vraiment à leur permettre de le faire.je ne suis pas très satisfaite de la façon dont cette "mise" en activités s'effectue. Peut-être vais je mettre sur une feuille au tableau les photos de ceux qui sont ds deux ateliers dirigés (l'an dernier je faisais ainsi pour "les fameux 4 groupes"), ainsi ce sera plus clair, plus posé, génèrera moins de confusion...mais si vous avez des idées, je suis preneuse! je ferai la même remarque que toi Emilie, la fin de semaine est difficile, les enfants fatigués...J'ai une autre question concernant le temps de l'activité que vous et votre Atsem proposez et plus exactement je voudrais savoir combien d'enfants peuvent faire de la peinture avec votre Atsem (si c'est elle qui s'en occupe) dans la matinée...Je sais que cela dépend du format, de la nature de la peinture mais en moyenne...Avec la matinée plus longue, nous avons toutes les deux du mal à nous organiser, cela m'intéresserait de parler Emploi du temps et partager avec d'autres ....

Bobinette45 02/10/2014 23:41

Pour Emilie: c'est bon! J'ai eu la réponse à ma question précédente en allant jeter un coup d'œil (à nouveau!) sur ton site d'instit., à savoir, que tu gardes la photo qui montre l'atelier tel qu'il doit être quand on le prend et quand on le range... Super, ya plus qu'à...!!!

Clairette 30/09/2014 21:36

Grâce à ce blog et à tous les partages, j'ai révolutionné ma façon de faire depuis cette rentrée. J'ai suivi le début d'une formation à la pédagogie Montessori cet été (et compte la continuer) et je fais mon petit schmilblick ( car je n'ai pas tout le matériel nécessaire et je n'ai pas fini ma formation et comme le dit Isa il faut se mettre dans notre contexte notre temps!)... Donc, plus de groupes de couleurs, plus d'ateliers en groupes imposés mais des plateaux et tiroirs de "vie pratique" et un peu de sensoriel pour le moment et deux ateliers proposés (un par l'atsem, un par moi-même pour ma classe de PS/MS. Je fais des présentations individuelles des ateliers autonomes. La règle (pas toujours respectée) est de ne pas prendre une activité que n'ai pas présenté auparavant. Pour les ateliers proposés, les enfants viennent quand ils le souhaitent, deux coins jeux viennent compléter et sont ouverts en permanence (poupées/dinette et constructions/garage), plus une table "dessin/gommettes" avec différents outils et différents formats de papier (beaucoup de craies grasses, craies de cires, peinture sèche etc... en ce début d'année) et un coin puzzles. Les premières semaines ont été consacrées à la mise en place de "l'ambiance" et des règles et à l'autonomie, se déplacer lentement, parler en chuchotant, porter une chaise, la ranger sous la table sans bruit, aller aux toilettes, se laver les mains, mettre ses chaussons, les enlever, les chaussures, le rangement de la classe etc... Je n'ai jamais eu de rentrée aussi sereine que celle-ci. Je n'ai jamais parlé aussi doucement et calmement et pris autant de temps pour toutes ces tâches préliminaires... On y travaille encore, j'ai l'impression de passer mon temps à rappeler avec patience (c'est parfois dur dur!) les règles intangibles. Mais, au bout d'un mois, ma classe commence à ressembler à une petite fourmilière où les enfants sont en activité dès l'accueil, il n'y pas de perte de temps d'installation de groupes, de temps où les enfants s'énervent parce qu'ils attendent. Tous savent trouver une activité qui leur convient. Certains sont très friands des ateliers autonomes individuels, d'autres sont très observateurs et ont besoin qu'on les invite, ou prennent beaucoup de temps d'observation avant de se décider, d'autres préfèrent ma présence ou celle de l'atsem pour se mettre en activité. certains peuvent passer de très longs moments sur la même activité. Parfois c'est le bazar intégral et toutes les règles sont oubliées: les plateaux ne sont pas rangés à leur place, certains observateurs se mettent à tout toucher ou à parler fort et à déconcentrer celui qui travaille, certains zappent d'une activité à l'autre sans aucune concentration, certains détournent le matériel de son utilité première oubliant complètement la présentation, certains prennent des ateliers que je ne leur ai pas présenté. C'est le plus difficile à gérer, l'impression qu'on ne maîtrise pas tout, arriver à les observer, noter qui a vu quoi, c'est titanesque... Mais, je pense que c'est une question de temps. Si un élève prend une activité sans que je lui ai présenté (et que je m'en rend compte!) mais qu'il la pratique sans la détourner je le laisse faire, puis j'essaie de trouver un moment pour lui présenter. Parfois, si je vois que c'est acquis non. Il n'y a plus aucune contrainte pour l'enfant dans son activité que les règles intangibles (ce qui est beaucoup pour de petits enfant mais du coup par rapport aux années passées, c'est absolument incroyable comme la classe est calme et "travailleuse" et sereine. Je n'ai que très peu de conflits entre enfants. Ils ont compris que s'ils ne pouvaient pas faire tout de suite l'activité (car prise par un enfant) ou un atelier avec nous car plus de places , ils pouvaient soit regarder en attendant, soit faire autre chose de manière autonome et libre et qu'ils y auraient accès plus tard. Il y a suffisamment d'activités attrayantes Il n'y a pas de disputes. (ou très peu). Tout ça m'épate chaque jour un peu plus. Les enfants ont aussi la possibilité de choisir leur endroit pour travailler (j'ai instauré les tapis) table ou au sol et je crois que ça joue aussi beaucoup. Par contre, j'ai gardé une mascotte (pas du tout Montessori!!!) pour amener les nouvelles notions, règles, langage etc... très porteur je trouve. Un tout petit regroupement après la motricité sur la ligne (j'ai aussi enlevé les bancs ou je n'avais jamais assez de places, comme Emilie44, on met ses fesses sur la ligne, les enfants s'y tiennent globalement mieux). Si un enfant bouge dans tous les sens, n'écoute pas, fait du bruit... je l'invite à s'éloigner et à revenir s'il est prêt à écouter. (avec pour consigne de ne faire aucun bruit). J'ai gardé aussi une séance de motricité dès que l'accueil est fini, (je n'ai pas le choix de l'horaire) on laisse tout en plan et on revient ensuite, ça m'embête parfois de couper certains enfants dans leur activité... Mais ils aiment cette séance quand même et ça me semble très important. Je fais aussi un deuxième petit regroupement pour la lecture de l'album. Je fonctionne comme Isa, je suis l'année 2012-2013 et je m'éclate avec tous ces albums!!! Il y a souvent un atelier peinture ouvert mais j'ai encore du mal à lâcher prise et le laisser en autonomie... J'ai aussi du mal à faire comprendre à mon atsem qu'elle peut laisser l'enfant faire plusieurs fois... Elle pense qu'il faut faire d'abord passer tout le monde en priorité et puis ensuite de laisser les enfants revenir s'ils le souhaitent... Mais je ne peux pas tout lui demander d'un coup, car j'ai déjà changé radicalement ma pratique et le fonctionnement de la classe et elle me suit avec plaisir et volonté de bien faire.
Pour la gestion, quand je trouve ça très compliqué ou difficile certains matins (car l'après-midi avec les petits qui dorment c'est beaucoup plus facile avec peu d'enfants de MS), je ne met pas en place mon atelier et je me met en poste d'observation et de régulation, et je rappelle inlassablement les règles. J'ai parfois l'impression de perdre du temps en me disant que je ne propose pas de nouvelles notions d'apprentissages pendant ce temps là mais en même temps je sens que c'est vraiment nécessaire et que peut être plus tard je récolterai les fruits de ce "temps perdu"... C'est notre position de maîtresse qui doit changer, c'est ça le plus difficile, se mettre en retrait, accepter que les enfants apprennent "sans nous". J'ai compris aussi que la clé est dans la préparation du matériel qui doit être sans faille, et ça c'est une recherche de tous les jours (que j'adore!).
Bon je me suis beaucoup étalée sur mon expérience (et c'est un peu hors sujet) mais ça fait un moment que je me dit qu'il faut je vous en fasse part et je saute sur cette nouvelle occasion donnée par notre chère Isa. Toutes vos expériences et vos pratiques, tout ce que j'ai découvert sur ce blog m'a beaucoup apporté et je crois que je suis sur un bien meilleur chemin. En tout cas je réapprends mon métier (ça fait 13 ans que j'enseigne et ces dernières années ont été très (trop) difficiles) et je l'aime à nouveau (comme jamais!).
Donc merci pour tout tout tout et à tous!

Bobinette45 02/10/2014 23:29

Emilie, peux-tu me dire quel type de visuel tu utilises pour que les enfants identifient le contenu de l'atelier et qu'ils puissent choisir en connaissance de cause? Je te demande cela car tu nous dis que cette année, tu as supprimé la photo qui indiquait la consigne ou marche à suivre de l'activité. Merci.

Clairette 01/10/2014 16:51

Non Emilie! C'est moi qui fonctionne comme toi!!! Je me suis largement inspirée des progressions d'Isa et de ton fonctionnement que j'ai lu à travers tes deux blogs!!! Je trouve génial tout ce que tu bricoles et ce que tu mets en place! Et c'est un fonctionnement qui me fait revivre! Maintenant que j'ai commencé on ne va plus m'arrêter! Merci de nous faire partager tout ça, moi ça m'aide énormément!

isa 01/10/2014 08:42

donc le vendredi est difficile pour tous , sûrement aussi pour les enseignants. Je pense que je vais lancer en fin de période 1 un premier bilan de cette nouvelle organisation.

Emilie44 01/10/2014 08:31

Les moments de live c'est le mercredi matin pour les plus jeunes, et la fin de semaine un peu pour tous. Je pense que ces nouveaux rythmes y ont leur part de responsabilité, car dans ma commune on n'a pas enlevé les 45 minutes par jour aux petits (ça se passe pendant la sieste, donc aucun changement pour les petits), par contre ils ont bien le mercredi matin en plus, donc ça fait une semaine plus lourde de 3h par rapport aux années précédentes.

isa 01/10/2014 08:00

Est ce que tu peux situer les moments où les élèves partent en live ? Est -ce toujours à peu près pareil donc prévisible ou à l'inverse tu ne peux le savoir ,c'est à chaque fois une surprise ?

Emilie44 01/10/2014 07:47

Je fonctionne exactement comme toi Clairette! Par contre, j'ai des TPS-PS et non des PS-MS, et parfois c'est duuuuuur car ils ont des moments où ils partent en live et ne respectent plus du tout les règles... C'est le début de l'année, effectivement je pense comme toi qu'il vaut mieux perdre du temps à les réexpliquer pour en gagner plus tard.

C'est la 4ème année que je fais des ateliers autonomes, que j'ai découverts grâce à Maud qui nous en avait parlé ici. Jusqu'à présent, je mettais une photo-consigne dans chaque plateau d'atelier, je présentais les ateliers en regroupement puis je laissais les enfants se débrouiller. Cette année, suite à toutes mes lectures Montessoriennes des vacances, j'ai enlevé toutes les photos-consignes et je fais désormais des présentations individuelles. Je trouve que cela change énormément l'implication des enfants, leur précision et leur minutie (enfin pour la majorité, pas tous!). Quand un enfant prend un atelier trop difficile pour lui et qu'il veut une présentation, je lui fais quand même, et je l'observe faire. Je lui fais juste quelques remarques pour l'aider, éventuellement je lui refais directement une présentation. Mais les enfants voient vite quand ils n'arrivent pas à reproduire nos gestes, du coup ils n'insistent pas sur ces ateliers qui ne correspondent pas à leur période sensible.

isa 30/09/2014 22:27

Merci Clairette et tu as bien fait de t'étaler comme tu dis, et tu n'es pas hors sujet du tout car une organisation d' ateliers de manipulation et d'ateliers dirigés est très intéressante à lire, ce sont souvent les détails qui manquent dans toutes ces nouvelles activités et là tu prends bien le temps de les donner. J'apprécie aussi que tu dises combien "perdre du temps" à expliquer les règles est essentiel, mais aussi que ça ne fonctionne pas immédiatement, même si tu observes un bien meilleur climat de classe. Je l'attribue surtout à ton changement de regard sur ton métier , à ce nouvel enthousiasme que tu as retrouvé et qui est un formidable moteur que les élèves perçoivent complètement. Il faut bien reconnaitre qu'ils sont extrêmement intuitifs comme ils l'étaient bébés et qu'ils n'avaient pour comprendre le monde que les signes et le langage non verbal des adultes. Ils sont donc toujours très sensibles à ce qui émane de l'enseignant, ils décodent ennui, désespoir, doute, plaisir, joie, envie et y réagissent immédiatement.C'est pourquoi il est si important de trouver émulation et confiance.

Patricia 30/09/2014 19:07

En ce qui me concerne, que du bonheur ces ateliers autonomes. J'ai débuté il y a deux ans en Tps et Ps. L'année dernière, je me suis retrouvée avec une classe multi niveaux (de Tps à Gs) en cours d'année, donc les relancer à ce moment avec les ms et gs n'a posé aucun souci. Par contre, redémarrer cette année est un peu plus compliqué avec les Tps.....Je ne pense pas encore avoir trouvé la meilleure manière de les répartir pour chaque niveau. Certains sont trop compliqués surtout pour les Tps (sans parler du rangement dans les boites et dans les étagères). Ma difficulté principale est d'organiser le rangement des ateliers autonomes pour les différents niveaux d'enfants....je n'ai pas trop envie de les catégoriser à l'aide de gommettes et donc empêcher à certains de tester....Mais si ils prennent régulièrement des trop compliqués, j'ai peur qu'ils se sentent en échec malgré tout.....
Et je dois bien avouer qu'en ce début d'année, les plus grands ne m'aident guère, ils se sentent plus grands mais pas dans l'esprit de responsabilité.....(différent de l'année dernière).
Il faut dire aussi que mes ateliers autonomes ne sont pas uniquement constitués de manipulation : pour les ms et gs, il y a aussi des activités de comptage, de lecture, des reconstitutions logiques, etc....même si bien entendu, ils peuvent utiliser les ateliers de manipulation aussi.
Bref, je dois louper un truc quelque part il me semble, mais où?

isa 30/09/2014 23:19

L'ordre est un principe incontournable de la philosophie montessorienne, c'est donc important de montrer l'exemple si tu veux que les élèves soient aussi rigoureux que toi, c'est pourquoi je persiste à dire qu' à chaque fois qu'il y a le sentiment que ça ne fonctionne pas ( sur la durée bien sûr car quelquefois c'est ponctuel), il faut chercher à comprendre en quoi l'organisation matérielle est responsable, puis viennent les règles et en toute fin le comportement des élèves.

Patricia 30/09/2014 23:06

Oups, je vois qu'il y a déjà plusieurs réponses que j'ai pas encore lues.....alors je réponds vite fait à ta question Isa : en fait je pense que mon rangement n'est pas optimal faute de place et d'étagère et de ..... bref. Il y a quelques plateaux, des boites fermées plus ou moins transparentes empilées par deux, des boites "suédoises" vertes empilées (par 3) et des tiroirs. Oui, je sais c'est pas génial, ce n'est pas ce qui me convient mais j'ai beau retourner le problème dans tous les sens, je n'arrive pas à trouver de la place ni d'autres étagères (celles qui sont présentes sont de la récup mais pas top, pas de fond d'étagère non plus, les boites glissent et tombent derrière, ...). Sur chaque boite ou tiroir, j'ai placé une étiquette "générale" expl compter, manipuler, observer avec un petit picto approprié et là, pour le coup, je pense remettre des étiquettes photos des jeux sur les boites (enfin la partie visible)...c'est en cours déjà.
Je ne sais pas si j'ai été claire.
Avant d'aller plus loin, je vais prendre connaissance des commentaires suivants...j'y trouverai peut-être de nouvelles pistes....

isa 30/09/2014 22:33

Chaque changement, chaque nouvelle année sont des remises en question qu'il faut aborder avec la curiosité du chercheur. Ce que je dis dans l'article c'est que la préparation matérielle va induire les comportements, si donc il y a dysfonctionnement, insatisfaction, désorganisation c'est qu'il y a une préparation défaillante qui ne convient pas ou qui n'est pas suffisamment explicite, il faut donc reprendre son bâton de pèlerin de la recherche et repenser soit sa manière d'être dans cette organisation soit la manière d'organiser. Monique tu veux tenter une nouvelle façon de faire, si c'est une étape qui te rassure alors fais la , et surtout observe son efficacité.

Monique 30/09/2014 22:04

Merci Patricia, je me sens moins seule . J'avais l'année dernière une classe de MS pur et les ateleirs autonomes se déroulaient très bien. J'ai cette année des PS/MS et je suis beaucoup moins satisfaites de mes ateliers. En effet, effectivement certains sont trop durs pour les PS. Du coup, la plupart sortent les boites, "bricolent un peu" puis les rangent sans s’intéresser vraiment et sans vraiment essayer de faire car ils ont échoué les premières fois, ils papillonnent d'un atelier à l'autre. Je sais que c'est vraiment contre l'esprit de Montessori mais j'envisage sérieusement de sérier mes ateliers autonomes en 2 catégories distinctes pour que mes PS sentent le plaisir de faire et de réussir un atelier. j'ai l'impression qu'ils ne ressentent pas ce plaisir actuellement.

isa 30/09/2014 20:48

Patricia, comment sont ils présentés du point de vue du rangement ? Y a t il des repères qui permettent aux élèves de voir quel plateau ils prennent ? Quelle organisation as- tu ?