Quel repérage pour les lettres des prénoms par Guinie

Publié le par isa

J'aurais voulu poser une question aux collègues concernant le repérage des initiales, des lettres. J'essaie (peut-être à tort ?) de comparer les lettres à quelque chose que les enfants connaissent pour qu'ils les repèrent mieux, plus vite. Par exemple pour le A : c'est une montagne qui monte, puis qui descend avec une route qui passe au milieu ; le H ressemble à une échelle, le J le manche d'un parapluie. Je bloque pour décrire certaines lettres. Je me demande aussi s'il faut accompagner cela d'un dessin dans lequel la lettre serait incluse. Bien sûr, je donne le nom de la lettre aussi. Cette année, il va vite falloir que je dépasse le stade de l'initiale car j'ai beaucoup d'enfants qui ont des initiales communes, dont 10 avec le prénom commencent par un M, parmi lesquels 6 par MAT...

Ton (leur) avis m'intéresse.

Quel repérage pour les lettres des prénoms par Guinie

Commenter cet article

sophie 18/10/2015 11:14

Merci pour vos contributions, c'est vraiment enrichissant.
Auriez-vous des pistes pour faire comprendre aux élèves de PS la différences entre le concept de lettre et celui de chiffre?

celine b 23/11/2014 21:03

J utilise egalement la methode borel maisonny en debut d année la premiere lettre des cartes prenoms est en couleur et lorsqu on regarde les prenoms dds enfants je leur dit par exemple ppur adam on va faire chanter la premiere lettre en bleu c est le a aaaadam et je fais le geste de borel maisonny . A present ils font bien chqnter les lettre et associent le bon geste plus tard dans l année j enleve les photos on s aide de l initiale pour retrouver le prenom puis je met tous les prenoms en noir; en fin d année on trace les lettres a l aide des cartes en relief montessori. La methode des alphas est tres bien mais a partir de la ms car elle permet une bonne memorisation des lettres et du son qu elles prodiisent mais en ecriture script.

Guinie 23/11/2014 16:47

Je vous remercie toutes pour vos réponses. C'est bien un peu ce que je pensais : ne pas être dans le vrai. Cette question me titillait depuis que l'an dernier que j'ai repris une PS après 2 ans de MS-GS. Je vois bien que la description graphique de la lettre ne leur parle pas vraiment (le haut, le bas, debout... si le support est horizontal, bof bof) c'est pourquoi j'ai cherché une parade, sans en être complètement satisfaite pour autant. Et pourtant tu le dis Isagodefroy, il faut bien en passer par là quand même, en faisant parfois quelques comparaisons. Mais là encore, que dis-tu pour l'arrondi C et celui du D qui est dans le sens contraire ?
Le côté kinesthésique est effectivement une bonne piste, cela me fait penser que j'ai le livre "l'abécédaire à toucher de Balthazar" chez Hatier jeunesse. Les lettres sont en tissu genre toile de jute. Je vais regarder aussi sur le site de matériel Montessori indiqué par Emilie, sinon je profiterai de vacances pour fabriquer l'alphabet en lettres rugueuses.
Jeanne, penses-tu qu'associer le geste en PS serve à quelque chose si cela n'est pas poursuivi dans les classes suivantes ?
Merci plus particuliers à Isagodefroy et Jeanne pour leur éclairage de "spécialistes des problèmes"

isagodefroy 27/11/2014 17:07

"Mais là encore, que dis-tu pour l'arrondi C et celui du D qui est dans le sens contraire ? ":
Pour les lettres rondes je fais faire des moitiés de coquilles et pour les D, P, R et B je parle de faire un gros ventre (vers la droite) ce dernier geste ne nous servira pas en maternelle car on l'utilise en écriture cursive dans le s ,le x et le k et ces lettres-là seront apprises au CP (et encore pas tout de suite).
Tout à fait d'accord avec Jeanne pour encoder le geste par le toucher en respectant le sens du tracé.

laurence 23/11/2014 20:30

Personnellement, j'adapte ma description du geste de l'écriture à l'élève qui est en demande devant moi, Noé me demande toujours "je monte pour le N" et Athénais a mordu sur le h comme une échelle. j'utilise la méthode borel pour repérer le nom des jours de la semaine regarde on voit un j qui fait "je" donc on est... jeudi! Mais j'ai une classe de PS/MS et on apprend à écrire son prénom en MS! Quand on a bien repéré la différence entre les lettres les prénoms et les dessins! En petite section on repère son initiale, on la caresse et on la cherche dans les lettres mobiles en insistant sur le fait que c'est la première lettre et pas tout le prénom! Bientot on passera au prénom en écriture lié directement si les nouveaux programmes passent en l'état et ma collègue qui est bientôt à la retraite (elle l'a déjà fait dans le passé)me dit que le mouvement pour l'écriture sera beaucoup plus détendu !

edith 23/11/2014 17:53

Peut-être une idée pour les 6 prénoms commençant par MAT
Tu colles en dessous des lettres identiques, 3 gommettes jaunes, par exemple, et en-dessous de la quatrième, tu colles une gommette d'une autre couleur. Et la quatrième gommette, je ne la mettrai pas tout de suite, elle viendrait pour aider au moment où l'élève se trompe. Pour moi la reconnaissance du prénom chez les PS c'est une attente pour la fin d'année

isa 23/11/2014 14:58

J'apporte ici l'éclairage Montessori qui privilégie l'exploration tactile à partir de lettres réalisées dans de la toile émeri ou papier de verre, les élèves apprennent à les toucher, les reconnaître visuellement, les ranger avant de se lancer dans leur écriture, elle conseillait l'écriture cursive qui d'emblée est celle de l'écriture, elle défend l'idée qu'en passant par le corps, le tracé de la lettre s'imprime dans la mémoire et facilite énormément l'écriture qui se fait très aisément. L'enseignant accompagne le bon tracé . Et effectivement le nom de la lettre suffit avec le son qui correspond. ça rejoint l'approche kinesthésique proposée par Isagodefroy.

Sev 23/11/2014 20:07

oui, associer le son avec le tracé de la lettre rugueuse, c'est très important. Mais effectivement, pas besoin d'expliquer par le langage le tracé mais juste montrer lentement. Au début, on travaille sur l'initiale du prénom, puis ensuite sur les autres lettres du prénom. Et c'est vrai que c'est en cursive.
Ma collègue de MS/GS disait que leur poignet était "bridé", qu'elle avait du mal à en délier certains, quand je travaillais sur les lettres bâtons; je vais voir cette année ce qu'elle en pense depuis que je suis passée aux lettres cursives. Je vous tiens au courant.

jeanne 23/11/2014 15:14

Bonjour je suis orthophoniste, et j'allais proposer comme Isa, une exploration tactile des lettres. Il existe des lettres "rappeuses" sur lesquelles l'enfant passe son doigt, dans le bon sens de la réalisation de la lettre pour s'approprier le geste et la représentation.
Ensuite on se rend compte à présent que plus on travaille la phonologie tôt plus l'enfant entrera dans l'écrit facilement et mieux il parlera. Donc tu peux travailler le son qui va avec la lettre (méthode de borel-maisonny) en y associant un geste.

isagodefroy 23/11/2014 14:10

Je rejoins Béatrice et Margarita; les lettres doivent être identifiées comme des lettres, donc pas besoin dessins. De même que l'étiquette prénom ne doit pas à mon avis être associée à un logo ou dessin ce qui induit l'enfant en erreur.
Pour ce qui est de l'écriture des lettres en capitales d'imprimerie :
Concernant la comparaison des lettres avec des dessins je le déconseille.Les lettres servent à écrire des mots En quoi juxtaposer une lettre-échelle (le H) et une lettre-montagne (le A) va constituer l'interjection « ha ! » (c'est un exemple)

Je déconseille également une description qui décrit la trajectoire. Lorsque tu dis "fais un trait debout qui descend" c'est drôlement compliqué à comprendre pour un petit.
Suivre une trajectoire demande aussi à l'enfant de décomposer une lettre en tracés successifs. Cette décomposition prend du temps et il n'est pas dit que les termes employés pour «décrire la trajectoire » soit très clairs (debout sur un papier ? En haut , en bas, au milieu...sont des termes qu'il faut déjà apprendre « en vrai » avant de les comprendre sur plan horizontal)
Dans ma classe, pour préparer à l'écriture bâton, je travaille d’abord soigneusement la tenue du crayon et l'horizontalité (coller des images, des gommettes et bien sûr ,des lettres , pour reconstituer un titre d'album par exemple mais sans cases, ni lignes de façon à ce que les élèves comprennent que l'espacement inter-lettres est un petit espace et l'espace inter-mot un espace plus grand (grand/petit sont des notions faciles) que les lettres doivent être collées en respectant l'ordre de l'écriture et bien alignées horizontalement etc...
Pour préparer au geste je fais faire :
- des petits traits horizontaux : on peut proposer de compléter des échelles (posées verticalement)  et faire observer qu'on tire vers la droite (repérée dans la classe)
- des petits traits verticaux : les rails du train et faire observer qu' « on plie le pouce », on le déplie et on plie
- des traits obliques : des zigzags . On plie on déplie en glissant sur la table
- des coquilles d’œufs (comme des « c ») « hop, on ferme la coquille) pour les lettres rondes
Ceci permet un encodage kinesthésique
Ensuite quand on voudra écrire une lettre, on rappellera le geste « on fait comme on faisait les rails du train, on plie le petit pouce.... »
Isabelle
Professeur des écoles et rééducatrice des troubles de l'écriture

isagodefroy 27/11/2014 17:16

Le poignet qui ne glisse pas c'est sans doute parce qu'ils font une torsion du poignet pour effectuer un déplacement au lieu d'écarter le coude du corps pour un droitier et de le rapprocher pour un gaucher.
Les doigts crispés: c'est tout l'enjeu des exercices préparatoires à la tenue.
les doigts ramollos : le tonus musculaire est insuffisant:> motricité fine +++ mais pour certains enfants c'est tout simplement trop tôt. Rien ne sert de courir sinon on obtient une tenue crispée ..

christine G 25/11/2014 18:53

super intéressant merci ! et pour l'écriture cursive (j'ai des ms gs ) tu n'aurais pas quelques pistes à nous donner..... selon toi pourquoi certains enfants ont ils des poignets qui ne glissent pas ou des doigts si crispés ou au contraire tout ramollo (alors que la majorité d'entre eux ont les "bons" gestes si facilement) ?

Margarita 23/11/2014 13:54

Bonjour,
C'est la première fois que j'écris sur ce blog qui m'intéresse grandement.
Je travaille comme enseignante spécialisée à l'école maternelle en Suisse, en accompagnant des élèves à besoins éducatives spécifiques.
Selon mon expérience, je déconseille de faire le lien entre les lettres et des figures, dessins, animaux. Ceci peuvent servir de distraction. Les lettres, sa graphie, constitue déjà un icône en soi -même et les enfants sont capables de les mémoriser.
En Suisse Romande, on continue parfois d'utiliser la « méthode des alphas » pour appendre les lettres et les phonèmes et finalement les enfants doivent appendre en double, le i s'appelle d'abord mademoiselle i pour après devenir tout simplement i. Alors pourquoi ne pas l'appeler i dès le début?
C'est mon humble opinion. (Ma fille de 3 ans 1 mois confirme ce matin mon opinion: elle a un drap avec des lettres et en regardant son coussin elle a vu un E et a dit voilà une lettre de mon prénom et j'ai simplement dit , oui c'est un E après quoi elle a répété le plus normalement, oui c'est un E).

Béatrice 23/11/2014 11:57

Moi je décrivais plutôt la lettre par sa composition graphique, exemple : le B c'est un trait tout debout qui descend, je me remets en haut, puis deux "ventres", le A c'est un trait qui descend penché d'un côté, je me remets en haut, puis un trait qui descend penché de l'autre côté puis une barre au milieu... on trouve ainsi une manière de toutes les décrire.
Personnellement je préfère ne pas inclure les lettres dans un dessin, il m'a toujours semblé que cela rendait la choses confuse et il me semble que l'apprentissage des lettres en elle-mêmes attise l'intérêt des enfants quand ils sont prêts.
Quant aux prénoms qui débutent par les même lettres, c'est une grande chance dans une classe : cela permet de lever très vite la fausse impression que l'initiale suffit à écrire un prénom.