Partage et marionnette , comment faire ?

Publié le par isa

Concernant la période 5 et le travail autour des objets qui nous appartiennent et qu'on peut prêter (dernier volet de notre année sur le partage), comment voyez vous l'articulation voyage de la marionnette dans les familles et partage ?

Partage et marionnette , comment faire ?

Publié dans Langage 2015

Commenter cet article

isa 30/03/2015 17:01

J'aime bien quand les discussions continuent à s'alimenter. Oui j'apprécie l'idée de collection et l'idée de partage entre élèves. J'aime bien également la photo souvenir du partage et le fait que celui-ci soit rendu rapidement car il faut tenir compte des capacités des petits élèves. J'avais aussi imaginé un travail de langage autour des objets apportés mais n'avais pas songé à un imagier, ça me plait bien.

Annaig 29/03/2015 17:25

la valisette à laquelle je pense implique que les objets soient petits, ce qui est restrictif. Sinon, cette valisette ou autre cadre de présentation peut rester à l'école et les pages du cahier de la marionnette mentionnent jour après jour l'apport de chaque enfant.

hélène 29/03/2015 15:58

Transporter 24 objets dans la valise me semble difficile, sans en perdre, si j'ai compris, Annaig. Mais l'idée d'imagier est interessante. Si je reprends mon idée d'échange d'objets de la maison, le jour de l'échange, à l'école, l'enseignant peut photographier l'échange et coller la photo dans un imagier en notant sous la dictée des enfants " Max a prété son jeu de cartes (par exemple) à Lucie". La photo sert de mémoire et les enfants n'ont pas besoin de tout transporter...

Annaig 29/03/2015 15:31

En plus de la valise de la marionnette, une valisette plate avec des cases( une par enfant , photo et prénom collés au fond de la case. Dans cette case viendra s'ajouter le petit objet prêté par l'enfant-hôte, maintenu si besoin par du scotch . La valisette se remplit ainsi de jour en jour et le sommaire de l'imagier se forme peu à peu. C'est l'idée de Coda. Après, on peut photographier chaque objet et travailler le langage avec l'idée d'appartenance: associer chaque objet avec son propriétaire.

A qui appartient...
A qui je prête...
Qui m'a prêté...

dans la journée, on utilise les objets de la valisette et on prête, on travaille le langage
avant le départ le soir, on range tout à nouveau dans la valisette...

Hélène 29/03/2015 15:08

Coucou, pour la dernière période, j'avais imaginé, d'après la programmation d'Isa, que les enfants devaient maintenant parvenir à prêter ou partager quelque chose qui leur appartient. Du coup, la marionnette pourrait prêter un objet ou un jeu sympa, transporté par l'enfant chez lui. L'enfant pourrait à son tour, choisir quelque chose à lui (un jeu par exemple) chez lui et le prêter au prochain élève qui prendrait la marionnette. Celui-ci essaie le jeu (en respectant les mêmes que pour les sacs à album) et le rapporte à son propriétaire dés le lendemain. Il aura choisi à son tour un jeu à lui et il devra le prêter à celui qui passe après lui. C'est apprendre à se faire confiance et à partager.

Annaig 29/03/2015 14:22

j'ai eu le même problème de " disparition " de petite voiture de ce jeu...retrouvée depuis car mal rangée, puis de petits ours de tri ce qui rendait impossible la réalisation de la consigne de l'atelier autonome.J'en ai parlé au groupe, en mettant en avant la nécessité de garder intact le contenu des tiroirs et de bien ranger pour ne rien perdre. Puis un parent est revenu avec son enfant ... et quelques ours: c'est la grande soeur, qui connaissait ce matériel qui a alerté les parents. Un petit copain avait fait de même. J'ai discrètement informés ses parents à lui et le reste des petits ours est revenu et le second enfant comme le premier a été gentiment briefé sur la nécessité de ne pas prendre ce qui appartient au groupe, ce qui ne lui appartient pas...

Coda 29/03/2015 12:25

Bonjour… Pour faire un lien voyage-partage, on pourrait peut-être, en prévoyant une « boîte à trésors » dans sa valise ou son sac de voyage, équiper la marionnette d’une collection collective d’objets utilisés dans chaque maison lors de son passage : un petit jouet, un morceau de lego parce qu’on a joué aux legos, le papier du bonbon mangé ensemble, les chaussettes de ma poupée que je lui ai prêtées, une petite cuillère pour le faire manger, le pot vide du petit-suisse mangé (lavé), le ticket des courses au supermarché…
On peut en parallèle réaliser en classe un imagier, qui sert d’outil de référence pour vérifier le contenu de sa boîte à trésors chaque jour à son retour… avec une petite photo de l’objet rajouté…
(J’avais eu du mal les années précédentes avec les « bricoles en volume » à faire tenir dans le carnet de voyage… pas assez mises en valeur, mais tellement importantes pour chacun des enfants…)
A la fin du voyage, on peut récupérer chacun son objet… plus l’imagier sous forme de cartes-photos, par exemple… (Support de langage, devinettes, tris…)

isa 29/03/2015 12:33

Coda; est-ce que tu peux développer l'idée de l'imagier sous forme de carte-photos ?

edith 29/03/2015 12:12

Je n'ai pas bien ta préparation en tête, mais une idée me vient, je ne sais pas si ça peut aider.
La mascotte partage sa collection à chaque enfant de la classe à l'occasion des visites aux familles
Tâches pour les élèves:
- choisir un élément de la collection de la mascotte
- le rendre "plus beau" en réalisant un photo montage, ou un collage, une réalisation qui sera collectionnée avec celles des autres...
- expliquer son choix et les étapes de la réalisation
Tâches pour l'enseignant:
- trouver une idée de collection (bouchons, bâtons, bouts de tissu, pompons, images, objets unicolores.........)
- proposer une collection importantes à joindre à la mascotte
- expliquer aux enfants, aux familles ce qui est attendu
- réaliser une collection des réalisations des enfants avec leur famille, rendre beau l'accumulation des réalisations.

edith 29/03/2015 13:15

Non, pas entre enfants

isa 29/03/2015 12:45

Ce serait donc associer un objet personnel avec l'objet de la marionnette ? Et le prêt ne se fait pas entre enfants alors ?

edith 29/03/2015 12:41

Ce qu'il a réalisé avec sa famille à partir d'un objet choisi dans la collection de la mascotte, il le partage avec les autres en le laissant à l'enseignant pour qu'il en fasse une présentation. Ce que l'enfant rajoute à l'objet lui appartient (autocollant, petit objet collé, photo....)
Donner son "oeuvre" pour une composition collective.

isa 29/03/2015 12:30

Merci Edith, ça donne un fil qui relie nos différentes périodes, c'est vraiment intéressant.
Comment vois-tu alors l'idée que l'élève doit également partager ce qui lui appartient ?

Karine 29/03/2015 12:01

Isa. Je te remercie de soulever ces interrogations car je suis en pleine interrogation. J étais confiance suite à tes conseils.
Vend une voiture du jeu "embouteillages pour les grands a disparu. Nous avons cherche partt et elle n a pas été retrouvée. Mardi elle était présente encore car j avais vérifie le jeu avec les enfts. Mercredi et jeudi je n avais pas vérifie le jeu à la fin de l activité . C était ds un élan de confiance.
Dc comment réagir face aux el et à un jeu perso ( sans cette voiture le jeu n à plus d intérêt )?
Faut il faire intervenir la mascotte en montrant sa tristesse ?
Peut on demande aux parents sous couvert de la déception de la mascotte que nous avons besoin d une petite voiture de telle taille même un autre modèle ??
Donc j aurai besoin d être éclairée sur cette notion de confiance en classe .

Merci bcp

isa 29/03/2015 12:42

Il faut toujours associer les élèves aux recherches d'objets perdus pour qu'ils comprennent que ce n'est pas anodin et qu'un petit objet peut avoir de l'importance, ensuite malgré celles-ci l'objet n'est pas retrouvé alors il faut voir avec eux quelles sont les hypothèses possibles, c'est une véritable situation problème avec discussion et recherche de solutions. Il faut exprimer son émotion mais pas de manière culpabilisante , plutôt dire "ça me contrarie, et vous ?" "J'aime bien faire attention aux affaires qu'on me confie, et vous ?" "Je n'aime pas perdre mes affaires et vous ?"

Karine 29/03/2015 12:31

Merci Isa .
Tes conseils m éclairent .
Je suis allée vers une recherche en disant q le jeu devait être sorti des défis car il manquait une pièce .
Je vais échanger avec les el pour q ils amènent une idée .
J étais été déstabilisée donc j ai repoussée la résolution avec la recherche ds d autres jeux de la classe au cas où elle aurait été mal rangée .

Merci

isa 29/03/2015 12:24

Cela arrive Karine et ce n'est pas parce qu'un élève ( peut-être ?) a subtilisé un élément d'un jeu que tous les autres enfants sont suspects. C'est une situation qui demande qu'on en parle avec eux, non pas pour culpabiliser parce que les enfants n'ont pas encore la notion de possession (c'est d'ailleurs ce que nous allons tenter de travailler avec eux durant cette période 5), ils s'approprient des objets sans comprendre les conséquences de leur acte. Ils n'ont pas non plus une idée de ce qu'est un vol et si les adultes les disputent sans expliquer et en les assimilant au mal par leur mot comme "Tu es moche, tu es vilain, tu es un voleur ..." les enfants perdent l'estime d'eux mêmes et peuvent se construire avec l'idée qu'ils déçoivent les adultes. La discussion autour de l'objet disparu doit au contraire faire apparaitre que cela peut arriver "oui parfois on pense que c'est à nous et qu'on peut l'emmener chez soi, mais ce qui est dans l'école doit rester dans l'école sauf si je le confie comme les sacs à album ou la marionnette...", on peut aussi dire que prendre un objet sans demander la permission de l'emmener chez soi n'est pas bien mais cela ne veut pas dire qu'on est un mauvais garçon ou une mauvaise fille. Il faut toujours distinguer l'acte de la personne, ce que je fais n'est pas bien, est interdit mais je reste une personne aimable. C'est pourquoi une discussion avec les élèves de ta classe me semble être la bonne voie, il faut faire comprendre que la petite voiture manque à tout le monde puisque plus personne ne peut jouer au jeu, ensuite il faut demander aux enfants ce qu'ils en pensent et ce qu'on pourrait faire pour régler ce problème, ils auront certainement de bonnes idées. Moins tu as une attitude culpabilisante pour celui (peut-être ?) qui a emprunté ce jouet et plus il y a de chance qu'il réapparaisse. C'est en responsabilisant les enfants et en leur exprimant la confiance qu'on a en eux qu'ils sont à même de s'engager dans celle-ci. L'éducation passe par de multiples répétitions, il y a des enfants très doués pour pousser les adultes à les rejeter ou du moins pour tester cette fameuse confiance, c'est au prix d'une volonté sans faille qu'on finit par gagner leur respect, car c'est bien ça notre travail les amener à respecter.