Aménager un coin Intelligence Kinesthésique dans sa classe

Publié le par isa

Nous avons déjà abordé le besoin de bouger du petit enfant au tout début de notre travail autour de l’aménagement de la classe. L’intelligence kinesthésique est une dominante propre à un grand nombre de petits enfants qui abordent l’exploration du monde à travers leurs corps. Si nous avons choisi de travailler l’année prochaine en tenant compte des intelligences multiples, il est essentiel de revenir sur ce besoin physiologique et cette capacité à comprendre grâce au mouvement et  à l’action. J’ai expliqué dans mon précédent article que cette recherche d’aménagement de coins n’était pas une obligation à les mettre en place mais plutôt une manière de penser en intelligences multiples, reste que la nécessité de remuer chez le jeune enfant est vraiment à prendre à considération en début d’année. Je relance donc la discussion ( à retrouver dans le sommaire de notre projet : aménagement de l’espace) et vous soumets avec quelques mois de recul à penser un espace intelligence corporelle/kinesthésique.

L’intelligence corporelle-kinesthésique
L’intelligence kinesthésique est la capacité d’utiliser son corps pour exprimer une idée ou un sentiment ou réaliser une activité physique donnée. Elle est particulièrement utilisée par les professions de danseur, d'athlète, de chirurgien et d'artisan. L'ancien joueur de hockey Mario Lemieux en était un bon exemple. On disait de lui qu’il faisait des feintes et des passes intelligentes. Il existe donc un potentiel intellectuel, qui permet par exemple, au joueur de basket-ball de calculer la hauteur, la force et l’effet du lancer au panier. Le cerveau anticipe le point d’arrivée du ballon et met en branle une série de mouvements pour résoudre le problème. Les possibilités de création et d’expression de ses émotions par le corps montrent la présence d’un potentiel intellectuel à ce niveau.

Wikipédia

image Emilie44

image Emilie44

Commenter cet article

Sandrine 23/06/2015 22:30

"L'enfant ne se meut pas par hasard".
Il est vrai que le besoin de bouger est inhérent au jeune enfant jusqu'à 6 ans. Maria Montessori parlait de période sensible du mouvement. Ainsi dans une ambiance, l'environnement préparé permet pleinement au jeune enfant de satisfaire à ce besoin : installation libre / choix de la réalisation sur tapis ou table / activités qui permettent des allers/retours (travail à distance qui exerce la mémoire) / la ligne. Le mouvement est une activité psychique spontanée : "il est nécessaire d'éclairer l'importance dans la construction psychique de l'être". "Le mouvement est le facteur essentiel dans la construction de l'intelligence". "Les idées abstraites elles-mêmes naissent du contact avec la réalité, et la réalité se saisit par le mouvement". Empêcher de bouger c'est donc empêcher d'accéder à la pensée.
"Le développement mental doit être relié au mouvement et dépendre de lui. Il faut que cette théorie nouvelle entre dans la théorie et dans la pratique de l'éducation".
Sandrine, éducatrice Montessori & professeur des écoles

isa 21/08/2015 23:18

As tu eu une réponse Sev ?

Sev 23/07/2015 23:28

Et non Elodie; je ne veux pas répondre à la place de Sandrine, mais d'après ce que j'ai compris, pas de place pour un espace moteur en Montessori; comme l'explique Sandrine, seule la dimension du mouvement lié à l'apprentissage est envisagée. Pour ce qui est du moteur, c'est à l'extérieur, en fin de matinée par exemple ( car il n'y a pas de récréation) que les enfants font de la "gym".C'est d'ailleurs un des points qui ne me convient pas dans l'approche montessorienne car pour moi, l'activité de motricité physique est importante d'où l'importance pour moi de garder un temps d'EPS.
Mais j'aimerais bien avoir l'avis de Sandrine là-dessus; et je pense poser aussi la question à Céline Alvarez sur son blog pour avoir son avis aussi sur cette question.

Elodie 24/06/2015 18:06

Ta réponse me fait réfléchir Sandrine parce que nous mettons des choses différentes derrière ce besoin de bouger.
Il y a toujours en tensions deux pôles, celui du développement/celui de l'apprentissage.
Ce que tu décris respecte le besoin de mouvement des jeunes enfants mais "bouger" n'est pas l'objet d'apprentissage alors que c'est souvent mon objectif à l'espace moteur.
L'espace moteur (parcours, lancers, bascules, trotteurs...) est-il compatible avec l'organisation d'une classe Montessori ?

isa 23/06/2015 12:56

À lire , le document d'Elodie en suivant ce lien http://www.ecolepetitesection.com/2015/06/oser-l-espace-moteur-pour-repondre-au-besoin-de-bouger-des-petits-et-a-l-im-corporelle.html

Sandrine 24/06/2015 22:33

En fait il n'y a pas nécessité d'isoler ce besoin dans un espace puisque les enfants ont la possibilité d'être constamment en mouvement.
Développement & apprentissage sont liés : Les expériences motrices vont nourrir la vie psychique qui va amener à changer la façon d'agir dans l'environnement et la vie psychique va nourrir le mouvement.