Quand fait-on l'évaluation est une question impossible

Publié le par isa

Quand on se penche sur la question du temps, on se heurte à la question du temps, réfléchir sur le temps quand on n’a pas le temps, c’est ubuesque, non ?

Depuis la rentrée de Septembre, nous débattons de l’évaluation.

Certaines et certains d’entre vous tentent d’élaborer des outils pour accompagner leur démarche évaluative.

J’ai essayé plusieurs fois de vous interroger sur la notion temporelle, quand fait –on l’évaluation ?

Je me suis heurtée à une forme de vide, même si des réponses ont été apportées, je ressentais un vrai blanc face à cette interrogation.

Et les blancs m’intéressent car ils disent quelque chose.

Effectivement, comment interpréter cette impossibilité à cadrer temporellement ses évaluations ?

Pour ma part, je le comprends de plusieurs manières. D’abord, je pense que la complexité du sujet fait que chacun s’interroge sur la pertinence de ce qu’il a mis en place et comme il n’a pas de cadre rassurant alors il y a une forme d’émiettement des idées ( un petit bout d’évaluation par ci, un autre par là, une évaluation pour l’enseignant, une évaluation par l’élève) qui rend difficile de rassembler et de formuler une organisation claire et structurée dans le temps. Ensuite et c’est aussi la cause de la raison précédente, le flou dans lequel l’institution laisse les enseignants les insécurise et les culpabilise, cela renvoie au sens « Je fais parce qu’on me dit de faire ensuite parce que je pense que c’est bien mais quand, comment, pour quoi ? » et la troisième raison est que l’institution feint de croire que les enseignants ont le temps de construire leurs instruments d’évaluation et on en revient au temps : trouver le temps de créer ses outils de mesure, trouver le temps d’évaluer, trouver le temps d’analyser, trouver le temps de rendre compte.

J’aimerais que des décideurs viennent lire vos réactions et qu’ils mesurent (à leur tour) combien ce qui est demandé est hors du temps.

C’est pourquoi je m’engage à vous aider à développer vos outils tout en vous prévenant que vous ne devez pas passer votre temps à évaluer, je crois qu’il y a une urgence à prendre conscience que des choix doivent être faits. Il est irréaliste de penser que tout doit être évalué.

Si l’orientation actuelle se dirige vers une évaluation positive, elle doit l’être également pour l’enseignant et celle-ci doit être simplifiée, claire, structurée pour que dans les années à venir quand on vous demandera « Quand fait-on l’évaluation ? » vous puissiez répondre facilement.

 

Quand fait-on l'évaluation est une question impossible

Publié dans évaluation positive

Commenter cet article

christine G 12/12/2015 17:58

savons nous être positif oui!!! nous le vivons tous les jours savons nous évaluer? non.... pourquoi parce qu'on a jamais le temps de se poser en équipe ... et qu'à, chaque fois que l'on crée un outil on s'aperçoit qu'il n'arrive que rarement à suivre l'élève sur les 3 sections pour de multiples raisons ! on change de collègue, d'inspecteur, de programmes.....

isa 10/12/2015 15:17

Merci de vos réactions que je lis avec attention. Il en ressort que les évaluations sont multiformes et qu'entre les observations, les feuilles à cocher, les fiches, les grilles de suivi, les cahiers de suivi, de progrès... il y a de quoi faire tourner la tête des jeunes enseignants qui ne sauront pas toujours dans quelle direction aller. C'est pourquoi arrive un moment où les choix sont à faire et pour faire ses propres choix il faut se fixer ses priorités, ce sera le prochain volet de notre travail de recherche.

cerise 10/12/2015 12:03

cette année, avec mes collègues, nous allons créer un cahier de suivi pour constater les progrès des enfants. Il n'y aura peu de fiches (8 compétences environ pour les ps) pour ne pas stigmatiser les enfants en difficulté. il n'y aura pas d'annotations, la production sera lisible (ex : le bonhomme à 3 reprises dans l'année, la comptine numérique, les couleurs, le coloriage simple et de plus en plus complexe, le prénom à reconnaître parmi 6, puis 13 puis parmi tous les prénoms de la classe...), le langage, je crois qu'ISA faisait déjà cela (peu de fiches.et simples) sans prise de tête. Nous allons créer pour les ms et gs ... JE ne sais pas si ça suffira pour les parents
ce cahier de suivi suivra l'enfant et devrait donner une "photo" de ses progrès. Bien sûr, il y a toujours le cahier d'activité qui est donné très souvent aux parents.
VOICI VOILA merci pour tous ces échanges très pertinents

Silbale 09/12/2015 20:52

Zut... j'ai raté les précédents sujets sur l'évaluation non par désintérêt mais par manque de temps pour répondre... la tête dans le guidon!
Et puis les évaluations...pfff... ça peut être très rébarbatif selon la façon dont on envisage la chose.
Bon, je tente quelques lignes parce que c'est toujours intéressant de lire les pratiques des uns et des autres! ;) Merci le blog! ^_^
Depuis l'année dernière j'ai fabriqué un "cahier de progrès" que je dois évidemment remanier cette année, nouveaux programmes obligent.
Je remets ce cahier aux familles à chaque période de vacances et il est destiné à la fois aux parents et aux enfants (compétences en images). En fin de cahier, un bilan avec une partie enseignant et une partie parents afin que chacun puisse noter ses observations sur cette première année scolaire.

Comme préconisé par Isa je travaille un domaine de compétence plus particulièrement à chaque période mais j'ai aussi des évaluations à plus ou moins long terme selon les ateliers autonomes présentés ou mis en place.
J'ai un mur de la classe en partie occupé par mes fiches/listes pour noter fréquentation et réussite de tel ou tel atelier. Je note au fur et à mesure ce que j'observe lors des ateliers autonomes et je laisse le temps à chacun de s'entraîner à son rythme et selon ses centres d'intérêt. Quand je vois qu'un atelier est maîtrisé par à peu près tout le monde, je me concentre sur ceux qui n'y sont pas encore passés "viens me montrer si tu sais faire cette activité".

La clef ça reste l'observation pour savoir quand un enfant valide la compétence et est prêt à passer à autre chose. Mais c'est pas toujours simple avec un effectif à 25 ou plus dans une classe à 1 niveau...

Karine 09/12/2015 19:43

Merci valy pour ces échanges .

Karine 09/12/2015 19:06

Merci valy pour ces échanges .
J'ai choisi de donner les livrets que fin juin lors d un entretien avec chaque parent pour expliquer , rassurer et accompagner la lecture .
Les parents apprécient .

Du coup, puisque ton évaluation est en continu , est ce q tu t es construire des grilles de suivis par compétence pour tes élèves comme un cahier de suivi ?
C est ces écrits que je n'arrive pas à mettre en place ( manque de conviction aussi ) ? Le cahier de réussites et des habiletés sont plus parlant à mon sens .

Qu en penses tu ?

valy 09/12/2015 19:55

avec plaisir
dans notre métier ça fait du bien d'échanger................

valy 09/12/2015 19:35

Cette année dans notre école nous nous lançons dans les cahiers de réussite et j'en suis ravie mais dans une équipe c'est parfois dur de convaincre les collègues!!!!!! Mais ça c'est fait!!!!!
Jusque là nous remplissions des livrets que nous donnions deux fois.
Avec ces cahiers de réussite l'enfant sera complètement investi et pourra expliquer ce qu'il sait, comment il en est arrivé là.

Karine 09/12/2015 18:44

Merci valy.
mais perso je travaille par compétence , tu n'évalues pas à un moment T mais tte l'année en continu sans moment précis . Mes El de gs ont tjs acquis les compétences de fin gs . Ceux qui ne validaient pas certaines compétences avaient d autres difficultés ( suivi particulier ).
Je suis rassurée maintenant par cette pratique de proposer plusieurs entrées ds une compétences et de les proposer plusieurs fois de manière différentes .

valy 09/12/2015 18:51

Je me suis mal exprimée. Moi aussi je travaille par compétence et quand j'ai fini de bosser cette compétence j'évalue donc c'est toute l'année!!!!! Mais parfois quand on évalue pour certains ce n'est pas acquis et quelques temps après ça devient acquis. Ce que je voulais dire c'est que parfois à un moment précis (exemple au moment de rendre les livrets!!!)certains n'ont pas la compétence mais avec plus de temps ils vont l'acquérir.

valy 09/12/2015 18:12

Avant d'évaluer il faut bien connaître chaque élève et ça prend beaucoup de temps.Il faut donc une longue phase d'observation (étape qui parfois nous fait découvrir des choses que l'on ne perçoit pas quand on est dedans, il faut donc essayer de se dégager du temps pour les observer)et souvent le temps manque.De toute façon, on ne peut pas tout évaluer et évidemment chaque élève progresse à son rythme et donc on ne les évalue pas tous au même moment.Mais à moment donné à un instant T il faut rendre des comptes: quelles compétences sont acquises?

Karine 09/12/2015 15:56

Super . Je note le rdv radio.

Isa . Je suis de moins en moins perdue face à l évaluation car depuis l an dernier , j observe mes El , j ai des cahiers avec des fiches pensées , choisies qui valident un atelier , une compétence . Qd je remplis les livrets , je sais exactement les acquis de mes 30 élèves car j ai construis tout au long de mon année des ateliers d apprentissages qui LES accompagnent ds la validation des compétences des programmes .
D ailleurs , notre inspectrice nous demande comment on travaille les compétences en équipe et leur evaluation en équipe(!!).
Dc c est bien ce travail sur une compétence par semaine que nous propose Isa qui nous aide à évaluer .

Apilolo 09/12/2015 15:29

Bonjour,

Tiens ! Une info de notre CPC qui tombe bien (enfin, j'espère...!) ;)
"L'ESENESR propose le mercredi 16 décembre de 16h00 à 18h00 une émission de web radio focus entièrement consacrée à l'école maternelle et s'intéressant plus particulièrement à l'évaluation positive.
Sur le plateau de l'émission, Viviane BOUYSSE, inspectrice générale de l’éducation nationale, Marie-Claire MZALI-DUPRAT, chef du bureau des écoles, DGESCO, Laurent TALBOT, maître de conférences en sciences de l’éducation, département sciences de l'éducation UFR Sciences, Espace et Société de l’université de TOULOUSE Jean Jaurès et Blandine TISSIER, inspectrice de l’éducation nationale chargée de la mission « école maternelle », département des Yvelines, académie de VERSAILLES et coordonnatrice du groupe national de pilotage exploreront le concept d'évaluation positive et échangeront autour de sa mise en oeuvre dans les classes."
Vous pourrez suivre cette émission sur le site web de l'ESENESR: http://www.esen.education.fr/fr/ressources-par-type/webradio/

isa 09/12/2015 16:22

Merci Apilolo pour cette information, effectivement j'ai vu que l'académie de Versailles avait fait un gros travail sur l'évaluation, elle est d'ailleurs dans mes liens sur le sommaire de notre sujet d'étude http://www.ecolepetitesection.com/2015/11/livre-4-periode-3-janv-fev-2015-2016.html