Carnet de suivi ou cahier de réussite ?

Publié le par isa

Suite au commentaire de Lucile (Bonsoir, je rejoins la discussion un peu tard mais une petite chose me chagrine...
J'ai été inspectée en début de semaine et mon inspecteur (rep + à Lyon) a insisté sur le fait de ne pas confondre ce cahier de suivi destiné aux parents (et pas à l'enfant il me l'a dit plusieurs fois!!!) et un cahier de progrès, ou d'habilité (qui lui est destiné à l'enfant). Du coup, il n'envisageait pas ce cahier de suivi avec des images ou des vignettes (éventuellement quelques photos pour illustrer, mais sans plus..
Bref, je suis un peu paumée...) , je choisis de lui répondre sous forme d’article parce que les précisions concernent tous les collègues qui s’interrogent comme elle.

Pour cela, je reprends des extraits du guide «  De l’observation instrumentée au carnet de suivi » paru dans le même document Eduscol que le carnet de suivi de Sami que nous commentons depuis Mardi.

Voici donc les extraits que j’ai choisis afin d’éclairer la compréhension suite aux questions:

1.    L’évaluation positive est une évaluation conduite avec bienveillance, qui souligne les petites réussites, les progrès, petits ou grands, les essais, qui participent de la motivation de l’enfant, en les lui signifiant, ainsi qu’à ses parents.

2.    Pour apprécier les progrès des enfants, sans que le temps de l’évaluation n’empiète sur celui qui est consacré aux apprentissages, il est nécessaire d’envisager des pratiques pédagogiques favorisant l’observation directe, régulière dans des situations ordinaires variées

3.    Le suivi des acquis ne nécessite pas de tout observer et de tout noter, tous les jours, pour chaque enfant, dans tous les domaines.

4.    Ce suivi doit également permettre de s’interroger sur des stagnations qui, prolongées, peuvent signaler des difficultés dont il faut se soucier. Avec de jeunes enfants, dont on sait qu’ils peuvent évoluer de manière importante sur des périodes relativement brèves, il faut toutefois se garder de s’alarmer trop vite, et toujours se méfier des « diagnostics » qu’au demeurant aucun enseignant ne saurait effectuer seul.

5.    Les indicateurs de progrès proposés ont été définis en référence aux compétences attendues en fin d’école maternelle dans chaque domaine d’apprentissage. Ces « observables » peuvent être envisagés comme des « balises » qui jalonnent le parcours scolaire des enfants afin de rendre leurs progressions lisibles. Volontairement, ils ne sont pas rangés par année ; selon l’âge des enfants, l’enseignant prélève dans ces propositions établies pour toute la durée du cycle 1 les éléments significatifs. Ils ne sont pas non plus strictement « hiérarchisés », ni dans le temps, ni en matière de complexité même si chaque liste dessine plutôt une succession ordonnée. Le parcours de tel enfant ne donnera peut-être pas l’occasion de percevoir tous ces « observables » ; pour tel autre enfant, plusieurs seront perceptibles au même moment.

6.    Pour garder trace du parcours d’apprentissage de chaque élève et le valoriser aux yeux de l’enfant et de ses parents, les enseignants sélectionnent des témoignages de réussites. Ils peuvent prendre la forme d’écrits, de photographies prises au cours d’activités, de dessins, d’enregistrements, etc. significatifs des « marqueurs » essentiels de progrès, de réussites émergentes ou consolidées.

7.    Associer l’enfant, chaque fois que possible, à l’identification et à la compréhension de ses progrès lui permet de mieux s’approprier les attendus de l’école, de prendre de la distance afin de devenir progressivement élève. Certaines traces choisies par l’enseignant peuvent ainsi être classées par l’enfant lui-même, au titre d’un domaine d’apprentissage donné. Elles peuvent être accompagnées de commentaires énoncés par l’enfant et recueillis par l’enseignant qui les consigne.

8.    Ces traces ne doivent pas forcément figurer dans le carnet de suivi, sous peine de l’alourdir considérablement au fil du temps. Elles peuvent être conservées dans des outils déjà existants au sein de la classe (cahier d’activités, de vie, etc.).

9.     Mais, un cahier de réussite ou de progrès (ainsi considéré du point de vue de l’enfant) ne peut constituer un carnet de suivi des apprentissages que s’il est complété par un écrit synthétique régulier de l’enseignant rendant compte et validant des progrès de l’enfant dans les divers domaines en prenant appui sur les observables proposés.

 

Les carnets de suivi proposés dans les ressources visent à illustrer diverses approches possibles en fonction des usages et des contextes de classe. Ils ne sauraient être considérés comme des modèles nationaux mais comme des aides à la réflexion des équipes.

Ainsi donc Lucile, le carnet de suivi remplace le cahier de réussite mais si tu désires conserver le cahier de réussite, alors il devient un cahier de vie pour garder plus de traces des activités de chacun de tes élèves. Si tu veux garder la forme de ton cahier de réussite pour en faire ton carnet de suivi alors tu dois y ajouter des commentaires brefs comme il est recommandé. Ton inspecteur évoquait peut-être le document de synthèse des acquis qui est à communiquer aux parents en fin de maternelle (???)

Les enfants peuvent être associés au carnet de suivi mais si la forme choisie de ce carnet ne le permet pas ( exemple carnet de Sami version 1) alors il faut avoir un cahier de vie qui permettent à l’enfant de garder trace de ses progrés.

On continue la réflexion évidemment, les mois qui restent devraient permettre de bien défricher ce chantier ….

Carnet de suivi ou cahier de réussite ?

Publié dans évaluation positive

Commenter cet article

Karine 29/03/2016 07:16

Oui c est intéressant carnet . En effet , j ai utilisé les deux sans faire attention .
J aimerai bien q Isa nous propose une discussion autour .
Merci

fanou 29/03/2016 00:49

A propos de jargon... il m'a été précisé qu'il faut prendre en compte l'objet CARNET de suivi et non pas cahier. Nous pourrions discuter en effet de cette différence.

fanou 10/04/2016 23:48

Oui, pour moi le carnet fait aussi penser à un objet plus personnalisé que l'on remplit au long cours...

Karine 29/03/2016 16:29

Si on reprend la definition "carnet", c est une cahier de petit format où l on note , on inscrit .
Pour moi, le carnet est comme un calepin . Il se manipule , il se construit au fur et à mesure . Alors q le terme "cahier" fait de suite plus scolaire en se référant à un outil de travail propre à l'école .

Je vois le carnet comme un outil à manipuler de petit format qui se remplit selon les besoins , les expériences .

C est intéressant comme sujet .

isa 29/03/2016 14:46

Oui c'est une bonne question. Je n'ai pas la réponse mais je dirais que le mot carnet est choisi pour indiquer qu'il s'agit d'un petit objet donc on n'y met pas des tonnes de choses. Qu'est-ce que tu en penses ?

karine 27/03/2016 21:49

Merci Isa de prolonger la réflexion.
Lors de mon intervention du 23/03 sur le projet de carnet de suivi, tu m'as précisé que tu notais les compétences sur le cahier des habiletés. Bien sûr, et d'ailleurs, j'ai cette année tapé tous mes documents avec les nouvelles compétences (gros travail) mais maintenant j'y vois plus clair dans les nouveaux programmes et les intitulés qui changent la vision de notre pratique.

Ton nouvel article me parle. Pour l'instant, je pense garder les deux (cahier des habiletés et cahier de suivi). C'est plus simple pour le travail au sein de mon équipe.
C'est ce que je voulais dire la dernière fois. Garder les deux permet à chacun dans l'équipe d'avoir son autonomie et de travailler sur le cahier de suivi en équipe en validant les attendus plus précisément, en sélectionnant ce qu'on transmet aux parents.
Plus tard, on pourra envisager un outil liant les deux supports après plus d'expérimentation.

Merci . Ces échanges éclaircissent vraiment la mise ne place de ce nouvel outil.

mijo 27/03/2016 15:04

En effet Isa, il est bon être attentif et vigilant, pour saisir et marquer l'évolution en fonction
des nuances.
Par exemple, "Agir S'exprimer Comprendre..." n'a pas le même sens que "Percevoir Sentir Imaginer Créer" et la manière de penser et conduire les activités devrait du coup être sensiblement différente. Cela dans tous les domaines; vaste, vaste entreprise...

mijo 26/03/2016 11:46

...jargon quand tu nous tiens...LOL

isa 26/03/2016 13:55

Y a de ça effectivement, c'est pourquoi il faut toujours chercher ce qui est exprimé derrière ce changement de termes.

Ju 26/03/2016 10:17

Merci pour cette synthèse bien claire, la réflexion n'est pas finie, les conseillers peda aussi voient les contradictions des différents termes et projets quand on en discute.... pas facile

Gwen 25/03/2016 18:31

Merci pour l'article... La réflexion continue effectivement...