Pratique innovante: Une classe Montessori et la créativité de l'enseignant ?

Publié le par isa

Merci à celles qui ont accepté d’apporter leur témoignage des innovations qu’elles ont menées sur leur pratique.

Ce recueil n’est pas bouclé , celles et ceux qui veulent encore témoigner peuvent continuer à le faire.

Pour ma part, j’ai apprécié la grande transparence avec laquelle vous vous êtes exprimées et avez répondu aux questions des collègues.

Au vu des statistiques sur le visionnage de vos articles, je peux vous confirmer que c’est un sujet qui intéresse.

C’est pourquoi j’ai souhaité relancer les discussions et notamment réagir afin de continuer d’explorer les champs nouveaux dans vos ajustements de pratique.

La référence aux travaux de Maria Montessori a été largement évoquée et ceux-ci semblent inspirés de plus en plus de collègues. C’est d’ailleurs assez amusant de constater que nous parlons d’innovation pédagogique en ciblant une méthode qui date du début du siècle dernier.

Dans la conférence de Viviane Bouysse en Janvier 2016 à Lyon et intitulée La refondation de l’école maternelle : une affaire de pédagogie d’abord, elle propose des organisations de classe qui favorisent la posture d’observateur et elle cite entre autres les ateliers de manipulation et d’expérimentation (inspiration /Maria Montessori), ce qui n’est pas sans nous réjouir puisque ça fait déjà quelques années (depuis 2011 sur le blog) que nous avons mis en avant ces ateliers. Vos descriptions et vos sentiments plaident en faveur de cette autonomie, vous argumentez sur l’effet apaisant mais aussi stimulant de ces activités. La plupart d’entre vous note que la diversité des approches telles que les IM ( intelligences multiples), ateliers inspirés Montessori et pédagogie de projet donnent un ensemble harmonieux et cohérent où chacun (élève et enseignant/atsem) trouve sa place et son intérêt.

J’aimerais poser plusieurs questions à celles/ceux qui fonctionnent en classe Montessori à plein temps, ça existe ou certains l’envisagent. Je m’intéresse à cette pratique du point de vue de l’enseignant.

Lorsque vous avez enfin tout le matériel, que votre organisation de classe fonctionne et que vos élèves vaquent à leur activité selon les principes fondateurs, où se situe votre propre créativité ? Comment se prémunir d’un fonctionnement routinier où chaque jour ressemble à chaque jour ?

J’ai déjà eu l’occasion de le dire, je pense que les méthodes ne sont rien sans les personnes et qu ‘un investissement passionné, motivé et déterminé vaut mieux que tout. C’est pourquoi je cherche où serait ma motivation dans une telle organisation dès lors qu’il n’y aurait plus rien à créer. Les explications aux enfants sont immuables et répétitives, l’aide y est normée, où se situe la liberté créative ? Une année, deux années, trois années soit mais une vingtaine d’années est-ce possible ?

Je cherche mais je ne trouve pas, sûrement parce que je ne suis pas sur le terrain afin de tester, mais en imagination, c’est une énigme pour moi.

Je ne remets pas en cause la portée pédagogique, je m’intéresse à la manière d’être dans une classe où tout est paramétré. Et puis, je suis curieuse de savoir ce que je n’ai sûrement pas compris malgré mes nombreuses lectures sur le sujet. D'autre part, c'est une autre façon de faire connaitre cette pratique.

Qui accepte d’en parler ?

 

Pratique innovante: Une classe Montessori et la créativité de l'enseignant ?

Commenter cet article

Nicole 02/07/2016 11:14

Bonjour,
Je découvre votre blog avec intérêt et plaisir. Je suis éducatrice Montessori 3-6 ans depuis 17 ans ; passionnée, mes motivations se renforcent avec les années ;)

J'ai été interpellé par votre article ci-dessus et bien sûr que j'accepte d'en parler :) le plus dur sera de me faire taire !

1. "lorsque vous avez enfin tout le matériel" : après de nombreuses années dans différentes écoles, nous n'avons JAMAIS tout le matériel ! la classe Montessori fonctionne avec une base qui est classée par thème et par ordre de difficulté mais il reste toujours du matériel à fabriquer pour enrichir, notamment en langage et en culture. Surtout si l'on suit les intérêts des enfants. N'oubliez pas que nous n'utilisons ni manuel ni cahier d'exercices pour les enfants. Vous trouverez différents blogs sur lesquels se multiplient les idées pour fabriquer du matériel Montessori avec beaucoup de créativité ;)

2. "votre organisation de classe fonctionne" : la gestion d'une classe autonome est un processus en perpétuel mouvement ! Elle suit les "principes fondateurs" mais est composée de groupes d'enfants différents auxquels nous devons nous adapter. C'est l'adulte qui s'adapte à l'enfant dans cette ambiance, avec pour objectif de mener chaque enfant vers son plein potentiel, individuellement. Le matériel et notre environnement sont "juste" des moyens... La gestion d'un groupe multi-âge est également un défi parfois, bien que les interactions asymétriques entre pairs "déchargent" l'adulte de bien des interventions. Trop souvent, on pense Montessori comme seulement individuel mais c'est oublier notre travail pour construire un groupe social sur la base des individus (et non le contraire). Pour ceci, les éducateurs utilisent toute une série de présentations "immatérielles" à ajuster au quotidien selon l'ambiance et les interactions.

3. Notre propre créativité se situe également dans les décisions que nous devons prendre à chaque seconde ... suivant les observations scientifiques auxquelles nous sommes formés et le cheminement de l'enfant dans son apprentissage. Quel matériel dois-je présenter à cet enfant ? quel est le meilleur moment ? ai-je inspirer celui-ci pour lui donner l'envie d'aller plus loin ? que puis-je faire pour soutenir celui-ci ? ....

4. la structure de la journée, de la semaine, est routinière mais aucune journée ne ressemble à une autre et l'on ne sait jamais à quoi s'attendre. Chaque enfant décide de son activité propre, et l'ambiance du groupe varie suivant de nombreux paramètres, pas toujours prévisibles. Quand les enfants ont le livre choix de l'activité et du temps qu'ils souhaitent travailler, ils explorent des possibilités qu'eux seuls décident et nous émerveillent par leur créativité. Ces moments m'enchantent et me régénèrent dans ma confiance en l'enfant et l'extraordinaire compréhension des enfants de Maria Montessori.

5. Ma motivation est l'enfant, dans son unicité et dans son immense potentiel. Maria Montessori a consacré sa vie à cet accompagnement, son travail est poursuivi par des personnes passionnées tout autour du monde. L'enseignant chemine vers un processus de décentration de sa personne pour se mettre humblement au service de l'enfant, dont le développement harmonieux est notre objectif. Et avec chaque enfant, je me sens comme privilégiée d'avoir la possibilité de faire un bout de chemin avec lui. Grâce à ma connaissance des outils (matériel ...) et à mes capacités pédagogiques, j'espère être suffisamment prête à faciliter son parcours tout en étant consciente que c'est l'enfant qui va me guider sur les meilleurs moyens à utiliser !

6. "Les explications aux enfants sont immuables et répétitives, l’aide y est normée, où se situe la liberté créative ?" Je ne suis pas d'accord avec votre point de vue, aucune présentation n'est pareille à une autre. Une "présentation" n'a rien à voir avec des explications, il s'agit d'un "présent" un cadeau fait à un enfant pour lui ouvrir un champ d'exploration, d'expérimentation qui lui est personnel et qui va lui apporter le moyen d'appréhender un concept. Pour parvenir à faire LA présentation dont l'enfant a besoin, il faut surtout beaucoup d'humilité et prendre des décisions basées sur une observation fine de l'enfant. Rencontrer les besoins de l'enfant sans le "remplir" d'explications, juste ouvrir la porte sur une magnifique possibilité d'apprendre par soi-même au moyen d'un matériel scientifiquement élaboré pour être utilisé en autonomie. Je vois dans cette posture éducative l'espace pour utiliser toute ma Créativité avec un grand C.

Vos questions sont excellentes, et chaque prof devrait se les poser. Les doutes sont bénéfiques en ce qu'ils nous mettent sur la voie de l'amélioration continue. J'aimerai vous suggérer d'aller vous asseoir dans une classe Montessori en fonctionnement ; c'est une expérience unique ; j'ai commencé comme cela il y a plus de 25 ans ! Les écrits, vidéos et autres ne peuvent donner qu'une représentation parcellaire d'une pédagogie qui est centenaire mais toujours innovatrice.

Je vous l'avez dit que le plus difficile est de me faire taire ;) Merci pour votre remarquable blog.

isa 03/07/2016 12:59

Je poursuis, je suis sur ma tablette et ça bugge... Oui tous ces projets multiples qui créent l'enthousiasme réciproque entre enfants et enseignants, tout cela relève de la créativité de l'enseignant et lui donne l'enthousiasme du quotidien. Est ce que tout cela disparaît dans une classe Montessori ? Je comprends bien l'émerveillement dont tu parles et je suis pleinement d'accord et je l'ai ressenti tant de fois. Ensuite, l'autre question porte sur les découvertes sur le cerveau et sur l'importance d'amener les enfants à aller au delà de leur action en revenant sur ce qu'ils ont fait, en gardant trace pour leur permettre de se remémorer puisque c'est la mise en pensée qui va développer les capacités intellectuelles, avez vous dans votre fonctionnement ces moments de retour sur les actions ?

isa 03/07/2016 12:51

Je continue... Une forme de dogmatisme et parfois comme tu le dis beaucoup de souplesse dans l'approche. Ce que j'exprimais dans mon interrogation était tout ce bouillonnement dont les enseignants sont porteurs à travers la présentation de la littérature de jeunesse , l'approche artistique des œuvres d'art, les projets collectifs

isa 03/07/2016 12:47

Merci Nicole d'avoir pris le temps de venir témoigner et donner ton point de vue éclairant, il rejoint le mien sur tout ce qui touche à la confiance envers le potentiel de chaque enfant et sa capacité de créativité. Je vois bien que lorsqu'on dit Montessori tout le monde ne parle pas de la même manière d'agir, parfois il y a une formee dogmatisme

Marie-Pierre 27/04/2016 20:34

Bonsoir,
je fonctionne en "presque" tout Montessori... sauf que j'ajoute des activités physiques et des activités artistiques. Bref, je m'adapte à l'époque actuelle, car comme tu le dis, Isa, Maria a mis en place sa psycho-pédagogie, il y a plus de 100 ans ! Les enjeux étaient différents mais ses découvertes restent d'actualité.

Effectivement, les ateliers sont prêts, mais... j'aime le fait d'avoir du temps pour me "former", m'informer, apprendre car effectivement, une fois que la classe roule, et bien, on a plus de temps pour noter nos observations sur les enfants, anticiper les futurs ateliers à présenter, chercher des idées pour des projets... L'année dernière, le projet était 1 mois, 1 conte, 1 recette de cuisine... les enfants ont adoré (moi aussi !!! J'adore cuisiner et partager cette passion) et les parents étaient ravis. Cette année, je suis partie du Monde version Montessori (globe coloré) et nous travaillons sur les continents (peuples, animaux, arts visuels et sonores, habitats). Les enfants en parlent à la maison...

Cela ne m'empêche pas d'ajouter des ateliers (de façon très limitée toutefois), notamment pour coller aux programmes EN. Mais finalement, ma satisfaction : laisser aux loulous le temps de vivre, de découvrir, de faire leurs expériences... grandir. Voir le visage s'illuminer lorsqu'un enfant comprend un concept, c'est pour moi, la plus belle récompense de mon choix pédagogique. Après, il y a encore des ajustements à faire (je ne suis jamais satisfaite de ce que je fais...) et je fouine sur le net pour cela, j'échange avec des collègues, car j'ai plus de temps pour cela !

Marie-Pierre 01/05/2016 12:46

Je fonctionne ainsi depuis septembre 2013. J'ai des TPS/PS/MS (pas de TPS cette année, car j'ai démarré à 29 PS/MS et maintenant 27). Tout d'abord, j'ai proposé des ateliers autonomes aux MS avec des ateliers Montessori (fabriqués) et des ateliers dirigés pour les PS, pendant la 1ère période puis ateliers pour tous dès la 2ème période.

L'année suivante, j'ai tenté du "pur" Montessori (pas d'EPS) mais finalement, cela ne me correspond pas tout à fait. Cette année, je fais donc comme cela me plait (d'où mon adaptation) mais en gardant les principes fondamentaux sur le développement de l'enfant en tête.
Ensuite, "pratiquer la pédagogie Montessori" ne signifie pas exclure la littérature jeunesse ou encore les arts. Je pense qu'il faut revenir au contexte de l'époque. Maria proposait aux enfants de se familiariser avec le "beau" et donc avec l'art. Elle leur lisait des histoires... Ce que l'on retient de sa pédagogie, je pense à tort, ce sont ses ateliers... mais il n'y a pas que cela dans sa pédagogie. Donc j'adapte... si l'on veut !

Pour le langage, nous sommes beaucoup dans le langage de situation. Nous verbalisons l'objectif de l'atelier, donc de ce qu'ils sont en train d'apprendre ou de faire. Mais nous utilisons le langage d'évocation pour légender des photos d'événements vécus en classe, pour reformuler des histoires entendues.
Nous utilisons aussi des cartes émotionnelles pour communiquer avec ses camarades (des sites http://papapositive.fr/ et http://apprendreaeduquer.fr/), et travaillons sur la communication verbale et non violente pour régler les problèmes du quotidien.

isa 28/04/2016 09:23

merci Marie-Pierre, est-ce que je peux te demander depuis combien de temps tu fonctionnes ainsi ?Je constate aussi que tu as une "version" adaptée . Au niveau du langage, est-ce que tu fonctionnes dans le but de la pensée active ? C'est à dire que les enfants expliquent leurs actions ou bien sont-ils dans l'activité uniquement ?

isa 27/04/2016 15:08

Sur l'aspect enfant et matériel, je n'ai aucun doute sur leur motivation et leur créativité, je m'interroge sur le côté professionnel et l'intérêt à la longue que peut retirer l'enseignant d'un tel cadre un peu figé. Emilie et Else vous fonctionnez en variant vos entrées et c'est me semble-t-il ce qui permet d'en tirer le meilleur parti ( du côté des élèves et du côté des adultes). Mais je ne voudrais pas être critique d'une méthode que je n'ai jamais testée, c'est pourquoi je demande à ceux et celles qui pratiquent exclusivement en Montessori comment elles ou ils renouvellent leur motivation, qu'elles ou ils nous expliquent où se trouve l'étincelle créative.

Else 27/04/2016 13:43

Bonjour,
Effectivement, cela fait beaucoup réfléchir et d'échanger.
Je suis de ton avis pour la créativité de l'enseignant. Dans les ateliers Montessori, une fois tous installés, cela roule.
Pour ma part, j'ajuste et je prévois des ateliers à présenter pour chaque élève. Je trouve que pour les maths et le langage (vocabulaire, phono, lecture, écriture) cela permet d'aller au rythme de l'enfant.
Quand j'ai regardé des vidéos de classe Montessori, je trouvais qu'il manquait le côté vivre ensemble, partage, discussion entre pairs. Et c'est pour cela, que je m'y retrouve de faire des ateliers montessori pour des apprentissages "scolaires" (dénombrer, reconnaître les chiffres, apprendre du vocabulaire, s'entraîner à trouver les mots qui riment...) et les projets que tu peux nous proposer. Je suis partie cette période sur la création du livre de Souricette (qui remplace Dalma), et ce que tu proposes avec les artistes. Je trouve important de créer des choses en commun justement pour créer un groupe et pas que de l'individuel.
On peut combiner les deux et cela permet d'avoir toujours quelque chose à faire!!!:-)
Et les enfants s'y retrouvent. Ils ont des moments rien que eux et moi (quand on est en "montessori") et d'autres où ils peuvent échanger entre eux.
PS: Ils veulent tous avoir Souricette très vite..;-)

Emilie44 27/04/2016 13:42

J'accepte d'en parler! ;-) Même si ça va déborder un peu sur mon témoignage que je dois t'envoyer dès que je l'aurai bouclé...

Alors personnellement, j'ai une base de fonctionnement Montessori, où effectivement les exercices sont normés et toujours les mêmes, à laquelle j'ajoute des activités plastiques et des projets de groupes inspirés de ce que tu proposes. Donc déjà, les projets changent tous les ans, il y a sans arrêt de la nouveauté de ce côté-là.

Par rapport aux activités des ateliers, j'essaie de toujours trouver de nouvelles idées d'ateliers de vie pratique, donc c'est pareil, personnellement je ne m'ennuie pas, puisqu'il y a toujours une idée qui me vient et mes élèves adorent quand j'apporte en classe une nouvelle activité qu'ils investissent avec un réel plaisir.

Pour les activités "immuables", c'est-à-dire le matériel de vie sensorielle (tour rose, escalier marron, tablettes de couleurs, ...) bref tout le matériel développé par Maria Montessori, en fait je trouve qu'il n'y a pas non plus de routine ennuyeuse pour moi car chaque enfant investit le matériel d'une façon qui lui est propre. Et ce qui est intéressant de mon côté, c'est de voir comment va se comporter tel enfant par rapport à un matériel que je connais par coeur. Donc oui, je n'ai pas de créativité par rapport à ces activités, mais leur intérêt est sans arrêt renouvelé à chaque nouvel élève, et plus je connais ce matériel, plus je suis épatée par la réflexion de Maria Montessori qui a conçu ce matériel qui isole une difficulté à la fois, tout en étant auto-correctif...