Projet livre période 5 : le séance de récit en classe

Publié le par isa

Je profite des vacances pour suggérer la lecture d'anciens articles qui accompagnent de leur mieux le projet d'écriture d'un livre à partir du voyage de la marionnette dans les familles.

Projet livre période 5 : le séance de récit en classe

Publié dans écrire un livre

Commenter cet article

Cécile 26/04/2016 14:31

Première séance de récit aujourd'hui dans ma classe.
Ca c'est très bien passé. Bon j'avoue pour amorcer le projet j'avais un peu biaisé le tirage au sort.
Tous les élèves très attentifs.
J'ai 2 questions.
Le cahier de voyage est montré aux élèves mais est ce que tu fais ensuite passer le cahier pour que les élèves voient bien les photos?
Comment gérer les questions. Aujourd'hui les élèves n'en posaient pas. Ils levaient le doigt mais ne disaient rien ou disaient des phrases qui n'étaient pas des questions. Donc aujourd'hui j'ai posé des questions en me disant que ça allait peut-être inspirer pour les autres jours.

isa 27/04/2016 08:45

Belle franchise Cécile, oui la confiance en soi se développe. Je remarque que tu oses changer ta pratique, c'est donc que tu es capable de bouger et de prendre le risque de la confiance en toi. C'est normal d'appréhender parce que ce projet ne peut pas s'arrêter du jour au lendemain, quand on est embarqué, il faut y aller mais je peux t'assurer que la satisfaction est au bout de l'expérience et qu'en terme d'apprentissage c'est un sacré challenge que les élèves et leur famille relèvent avec plaisir. Je lisais dans la conférence de V.Bouysse un des enjeux des nouveaux programmes 2015: créer les conditions du bien-être donc du bien grandir. L'attitude de l'enseignant doit être la confiance et la sécurité, l'enfant aura envie de raconter s'il sent qu'il est attendu, qu'on lui fait confiance mais aussi qu'un cadre l'y aide et le contient d'où l'importance du contrat d'accueil, des règles et des tâches et la ritualisation du récit.

Cécile 26/04/2016 19:40

Merci beaucoup.
Je n'ai triché qu'hier. Aujourd'hui c'était un vrai tirage. J'avoue que c'est aussi en moi que je n'ai pas confiance. En commençant par un élève dont j'étais sure (qu'il allait faire les tâches et qu'il parlerait) ça me permettait de mener la séance pour bien poser les règles car moi même je ne savais pas vraiment comment ça allait se dérouler. Mais je vais vite lâcher prise je le sens et je le sais.

Pour les questions merci beaucoup pour l'article. c'est tout à fait ce qu'il me manquait.

isa 26/04/2016 15:50

Merci Cécile de ce retour, il n'est pas toujours utile de biaiser le tirage au sort, je continue de dire que certains enfants vont se révéler et que c'est grâce à la confiance qu'on leur accorde. Si l'enfant ressent qu'on ne croit pas en sa capacité à faire un petit récit ni à avoir chez lui l'aide suffisante alors on le disqualifie et il est tout à fait capable de le percevoir sans que jamais aucun mot n'ait été dit en sa présence. Dans ce projet, il faut aller à l'aventure de ses élèves, il faut lâcher-prise et ne pas vouloir tout contrôler ,sauf bien sûr pour le récit qui doit être organisé de manière ritualisée et la parole doit y être sanctuarisée, c'est à dire qu'il y a une éducation à l'écoute de l'autre , le niveau d'exigence est égal au niveau de respect qu'on désire développer. Evidemment, ça commence par l'enseignant qui doit apprendre à se taire et à accepter les silences, les mises en pensée nécessaires pour le jeune enfant qui active son langage. Bien sûr, les premiers récits vont essuyer les plâtres, il faut bien un début et c'est pourquoi la séance de questions du premier récit ne ressemble pas à celle du dernier récit, heureusement d'ailleurs car sinon il n'y aurait rien à apprendre. Tout au contraire, poser une question est un vrai défi et au début de ce projet, certains élèves ne comprennent même pas ce que ça veut dire. C'est donc à l'enseignant d'expliquer, non pas en donnant des exemples de questions ( c'est possible mais c'est mieux que cela vienne d'autres élèves), mais plutôt en demandant si le récitant a bien parlé de tout, alors on reprend le contrat d'accueil et on voit ensemble si les tâches et les règles ont été évoquées. ça fait l'objet d'une question et hop l'enseignant dit : voilà c'est ça poser une question, c'est demander une chose qui n'a pas été racontée et qui pourtant m'intéresse. Je te mets aussi deux liens sur deux articles qui répondent en détails à tes deux questions.
http://www.ecolepetitesection.com/article-projet-livre-et-marionnette-le-recit-details-73266625.html
http://www.ecolepetitesection.com/article-30629999.html

Cécile 11/04/2016 14:18

J'ai une interrogation : comment fait-on avec les enfants qui ne parlent pas?
J'ai des élèves qui ne disent que des mots et surtout une élève qui ne parle pas du tout?
Comment faire le récit en classe et que demander aux parents dans le cahier?

isa 11/04/2016 14:36

Je te mets un lien vers un article que j'avais écrit à ce sujet http://www.ecolepetitesection.com/article-19311895.html