Sacs à album, objets à penser ? par Elodie

Publié le par isa

Suite à l'article d'Isa sur les sacs à albums, je me suis interrogée sur les différents types de sacs.
Je vois bien qu'ils sont parfois différents, que nos petits plus ne visent pas toujours la même chose.
Certains petits plus sont un prétexte qui donne davantage envie de prendre le sac, de lire le livre comme certains jeux de loto/ de mémory à partir des personnages...
D'autres visent la mise en voix de l'album : avec des marottes
D'autres permettent la mise en scène spatiale, donnent des clés de compréhension du récit...
Certains font appel à certains types d'intelligences : IM musicale et rythmique qd il y a des bandes sons; IM visuelle et spatiale quand nous invitons nos élèves à colorier, créer, dessiner...
 
Pourrait-on ensemble engager une discussion sur les différents types de sacs à albums ? Sur les objectifs que nous parvenons à atteindre grâce à ces sacs ? 
Comment par la manipulation du "petit plus" nous accompagnons nos élèves pour dépasser la simple lecture et penser ?
 
Merci 
tapis de conte de Pierrick pour le sac à album 4 petits coins de rien du tout

tapis de conte de Pierrick pour le sac à album 4 petits coins de rien du tout

Publié dans élodie, sacs à album

Commenter cet article

Elodie 17/04/2016 11:08

Merci pour vos réponses.
Elles me permettent de mieux distinguer les différents enjeux, des différents plans de ce projet global.
le lien enfant-école-famille; le volet plus pédagogique sur l'approche de la littérature.

Oui je crois que c'est tellement évident que l'on pourrait oublier quand on travaille depuis longtemps avec les sacs à albums que l'objectif premier est avant tout le lien avec les familles.
Je suis entièrement d'accord avec toi Isa, ce projet est pour moi un fabuleux cadeau que l'on fait aux enfants mais surtout à leurs parents.
Nous avons que les élèves qui réussissent à l'école sont ceux avec qui on parle à la maison à propos de ... ceux pour qui le langage ne se réduit pas à un usage fonctionnel uniquement (questions réponses à des besoins concrets, de vie quotidienne) Grâce à ses sacs nous les conduisons à parler à propos du livre mais aussi à propos de ce que nous avons fait en classe à partir de ce livre. Nous induisons à la maison des échanges langagiers qui ne sont pas habituels pour tous. Nous en facilitons le déroulé.
Le sac à album permet d'introduire dans les familles des albums mais pas n'importe lesquels. La plupart des familles essaient de lire à leur enfant mais tous ne savent pas quel album choisir et se découragent parfois parce que leur enfant n'écoute pas le livre qu'ils ont choisi pour eux (j'ai en tête l’exemple d’une maman de PS désespérée parce qu'elle avait acheté "La petite sirène de Disney que sa fille adorait en dessin animé mais elle n'écoutait rien quand elle le lui lisait, texte bien trop complexe, bien trop long pour sa fille) Nous leur offrons des albums adaptés à l’âge de leur enfant mais surtout des albums connus, déjà travaillés, que l’enfant a choisi… un petit plus motivant… Il y a donc de très grandes chances que ce moment partagé soit un moment agréable, plus de chances que le parent qui accompagne cette lecture soit en réussite !!!
Il y a d’autant plus de chance que les parents aient davantage envie de pousser seuls la porte d’une bibliothèque s’il a partagé le plaisir du livre avec son enfant par le biais des sacs à album.
Ces sacs donnent aussi l’occasion de parler de ce qui a été appris en classe à partir de l’album (il ne s'agit pas de "devoirs" ni de "leçons" comme le précise Isa) mais d’une occasion de parler à propos du vécu de l’enfant à l’école. Et bien sûr que cet intérêt pour sa vie « scolaire » aura des répercussions sur son implication en classe, sa réussite…

Et pour tous ces points, il apparait primordial de rendre nos sacs les plus attractifs possibles, qu’ils soient variés pour répondre aux goûts et besoins de chacun de nos élèves. Car dans ce projet c’est l’élève qui est médiateur entre l’école et la famille, c’est lui qui va mettre le sac dans les mains de ses parents et qui va en demander la lecture, c’est fondamental dans un quartier comme celui dans lequel j’enseigne, cet élan qui vient de l’enfant, petit à petit cela suscite l’élan de l’adulte vers ce qui vient de l’école.

Le second aspect, celui de ma question initiale sur les petits plus pourraient concerner la classe uniquement. C'est le second volet, plus pédagogique du projet.
Accompagner d’un petit plus, c’est une façon de concevoir la littérature, d'accompagner la compréhension des albums par des manipulations, des marottes, des mises en scène de l'espace de la narration. Certains le font sans que les supports créés circulent dans les familles.
Imaginons que ces sacs ne partent pas à la maison (ce serait dommage je vous l’accorde), je pense qu’il est tout de même nécessaire pour motiver tous nos élèves de varier « les petits plus » et de les penser.
Vos premières réponses montrent que c’est déjà le cas, que les sacs constitués sont variés :
 des marionnettes pour le langage, une bande son pour l'écoute, un sac avec des objets à manipuler (jeux fabriqués sur le thème de l'album) …
 différenciation : en fonction du niveau de classe, des capacités des élèves (élèves prioritaires, élèves performants),
Les élèves ont le choix, c’est déjà de la différenciation puisque nous veillons à proposer des sacs et des petits plus variés.
Je ne l’ai pas encore fait mais il faudra que j’analyse plus précisément mes différents sacs de l'année et que mes prochaines propositions viennent compléter les possibles… à suivre…

isa 17/04/2016 17:45

oui tu as raison, on pourrait lister les types de sacs et même imaginer d'autres possibilités, je pense que nous avons déjà une grande variété.

isa 14/04/2016 17:43

L'objectif premier est d'abord et avant tout de mener une action en faveur du livre dans les familles pour permettre aux parents de s'intéresser et de s'investir dans la vie scolaire de leur enfants. Les études montrent qu'à travers ces moments partagés autour du livre et de sa lecture,les parents favorisent la réussite de leur enfant. C'est parce qu'ils montrent de l'intérêt que les enfants y trouvent de l'intérêt. Il est donc essentiel de rechercher ce qui va motiver le goût du sac à album. Les apprentissages sont certes visés mais l'enjeu n'est pas celui-ci prioritairement. Evidemment, nous sommes à l'école et nous avons une propension à tout ramener vers les apprentissages, cependant il ne s'agit pas de "devoirs" ni de "leçons". Il s'agit d'être suffisamment créatif pour trouver ce qui, associé au livre, va enthousiasmer l'enfant et sa famille au point de ressentir du plaisir rien qu'à l'évocation de tel ou tel livre. Bien évidemment, des catégories de jeux, d'activités peuvent apparaitre et j'ai bien compris que c'est ce que tu veux lister, Elodie. Mais je voulais rappeler l'objectif prioritaire de ce projet pour ceux qui découvrent.

brocakid 14/04/2016 16:58

A chaque période, je propose un sac avec des marionnettes pour le langage, un sac avec une bande son pour l'écoute, un sac avec des objets à manipuler (jeux fabriqués sur le thème de l'album) et j'essaie de proposer au moins deux niveaux (car j'ai des TPS-PS). En première période, le jeu à manipuler était de la motricité fine, en seconde période un jeu sur les couleurs, puis en mathématiques etc...pour être au plus près de mes apprentissages. Ainsi pour moi, le sac à album a un double enjeu : le plaisir de la lecture et montrer aux parents des activités à faire avec leurs enfants (j'essaie au maximum d'utiliser du matériel de récup' pour les jeux à manipuler, ils sont faciles à fabriquer pour la maison).

Maya 14/04/2016 16:44

Ton questionnement est riche et du coup je m'interroge sur mes choix. Voici rapidement ce que j'en retiens :
1-En classe, pour presque tous les albums, je fais des marottes pour permettre aux élèves non francophones de mieux le comprendre mais aussi pour permettre aux élèves de les manipuler et ainsi s'approprier l'histoire (en dirigé avec l'adulte puis en libre, en autonomie)
2 -Dans les sacs à albums, mon objectif prioritaire étant la fréquentation et la manipulation des livres en famille, se sont surtout des marquepages. Ceux-ci servent aussi de support pour mémoriser le lexique pour les élèves "prioritaires" (terme qu'emploie M. Brigaudiot dans son dernier livre - par opposition à "performants").
3- j'ai fait le choix de ne mettre qu'un plus par album car je dois faire la "maintenance" des sacs qui ne reviennent pas toujours complets.

Mais il serait intéressant pour les élèves performants et même les autres de disposer aussi des marottes à la maison. Pourquoi ne pas envisager des sacs différenciés ????