Témoignage N°8 Pratique innovante: Marjorie

Publié le par isa

Bonjour, je travaille en binôme avec Mimi qui a réalisé le 1er témoignage. 
 

Comment j’ai abordé les ateliers libres Montessori?

J'ai libéré l'espace  de tout ce qui n'était pas indispensable aux élèves (bureau du M, armoire). Je n’ai donc conservé que l'essentiel (qqs tables puisque beaucoup de manipulations peuvent se faire au sol sur des tapis) et repensé  mon espace pour que les élèves expérimentent dans tous les domaines.

Puis, pour rompre avec un fonctionnement traditionnel de groupe, individualiser le travail et comprendre mon propre rôle d'enseignant, j'ai lu et relu de TOUT sur la pédagogie Montessori et les neurosciences.

Je dirais que pour se lancer, il faut se faire confiance : ne pas vouloir que TOUT soit parfait mais être au clair avec ce qu'on choisit de mettre en place et faire évoluer sa classe au rythme de ses propres avancées !

Trouver un binôme avec lequel échanger sur tout est important : découvertes, choix, création, doutes, craintes... sont plus faciles à surmonter quand on est au moins 2 ! Pour Mimi et moi ça fonctionne super bien! On avance au fur et à mesure en affinant notre pratique et en faisant évoluer nos classes selon des choix qui nous sont propres car nous n'avons pas le même profil d'élèves et donc parfois pas les mêmes problématiques : elle est en PS dans le grand Nouméa et moi en MS/GS en tribu dans un contexte de bilinguisme. Pour ma part, un énorme travail en langage. D'où mon choix de maintenir un espace imitation, différent à chaque période et choisi selon le projet d'activités. Car j'ai choisi également de maintenir la pédagogie par projets qui me semble complémentaire à la pédagogie Montessori. 

Certes, au début de l'année j'appréhendais pas mal de choses: certains élèves semblent errer, comment vais - je pouvoir faire des présentations individuelles à chacun de mes élèves dans tous les domaines? Vais-je réussir à pointer les présentations pour chaque élève ainsi que leurs passages aux ateliers? Vais-je avoir le temps de faire tout ça? 
La réponse: c'est en me lançant que je me suis rendue compte que c'était possible et que toutes les personnalités et intelligences s'y retrouvaient, que tous les élèves faisaient des progrès, certes pas à la même vitesse ni dans les mêmes domaines, mais est - ce vraiment le but? Mais il est certain qu'on ajuste, on réajuste, on affine ses outils d'observation... On est en recherche constante et c'est également ce qui est stimulant même si ça perturbe beaucoup quand on est au stade de la préparation.
 
De surcroît, la classe est sereine, l'ambiance propice au travail, tous les élèves sont en expérimentation et apprennent à chaque instant, même ceux qui observent d'abord un moment pour mieux choisir par la suite; ceux qui ont besoin de temps en ont et ceux qui ont besoin de changer régulièrement d'activité le peuvent également. 
Par contre, ne pas se voiler la face, nous ne sommes pas au pays des bisounours. Parfois les élèves arrivent le matin et ne sont pas réceptifs,  sont nerveux ou excites plus que d'habitude...et là intervient cette remise en question de son propre rôle et de ses réactions. Et oui on a le temps de se poser, se recentrer, se ressourcer tous ensemble autour de l'ellipse, échanger sur ce qui nous perturbe pour repartir plus apaisé et calme vers nos activités. 

Alors si vous en ressentez l'envie, le besoin, n'hésitez pas, lancez vous! Et n'hésitez pas, ne serait-ce sur ce blog, à demander de l'aide, des conseils, à partager vos doutes, vos craintes

Témoignage N°8 Pratique innovante: Marjorie
Témoignage N°8 Pratique innovante: Marjorie
Témoignage N°8 Pratique innovante: Marjorie
Témoignage N°8 Pratique innovante: Marjorie
Témoignage N°8 Pratique innovante: Marjorie
Témoignage N°8 Pratique innovante: Marjorie

Commenter cet article

vivi 21/04/2016 21:59

Votre classe à l'air spacieuse et il en faut de la place pour la pédagogie Montessori.
Perso, j'abandonne l'éclipse au bout de deux semaines de pratique car, j'ai une classe trop petite et les jours de pluie, quand les pieds mouillés ont bien piétinés le sol, on ne peut plus s'asseoir par terre. Je garde le regroupement central, mais avec les bancs (que certains enfants m'ont réclamé)
D'accord avec toi, les projets de classe restent essentiels quelque soit la pédagogie adoptée.

Marjorie 27/04/2016 10:26

Bonjour Vivi! Je mesure dès demain pour qu'on puisse pouvoir appréhender le champ des possibles et "comparer" l'espace dont nous disposons. Pour ce qui est de la pluie, ici en Caledonie nous sommes des habitués car nous avons une "saison des pluies", c'est dire.... j'ai un tapis à l'entrée de la maternelle ainsi qu'une serpiere à l'entrée de la classe et j'obtiens de beaux resultats!

vivi 23/04/2016 00:34

D'accord avec vous les filles, mais ma classe est trop petite. Du coup les quelques tables sont repoussées contre les murs et on ne circulait plus. J'ai essayé pourtant... et l'ellipse est toujours au sol. Je ne l'utilise plus que l'après-midi en demi-groupe. Là on a de la place. Mais avec 27 élèves, j'ai abandonné. On est trop entassé.

Sev 22/04/2016 16:07

une solution : les pantoufles !

Isabelle L 22/04/2016 13:09

C'est joli l'éclipse Vivi, c'est poétique !
Nous sommes toujours à la recherche d'espace et de boîtes !!!