Observation et définition

Publié le par isa

Il (L'enseignant) les observe dans leur jeu libre afin de mieux les connaître.

Programme d'enseignement de l'école maternelle 2015

 

Observation : action de regarder attentivement les êtres pour les étudier, les surveiller, en tirer des conclusions.  

   (Définition Larousse)

 

Pour débuter notre apprentissage de l’observation, voilà sa définition et nous prenons le temps de la comprendre, de la soumettre à nos questionnements et à nos appréhensions (peut-être).

Avec le mot action, nous imaginons que nous devons agir. L’observation ne serait pas la passivité.Pour avoir longuement travaillé cette démarche, dans les premiers temps, j’ai « culpabilisé » d’être aussi peu active. L’action est-elle toujours synonyme de mouvement ?

Regarder attentivement nous impose de savoir être attentif. Comment l’être quand 30 élèves nous sont confiés ? Qu’est-ce qui peut aider à conserver cette attention ?

Pour les étudier suggère que nous ne les connaissons pas, que nous avons besoin de les analyser pour comprendre. Doit-on construire une grille d’observation ? Sur quels savoirs s’appuie-t-on pour « lire » les données recueillies ?

Pour les surveiller traduit l’idée que des attentes sont sous-jacentes à l’observation, qu’une norme est établie et qu’elle encadre le regard. N’y a-t-il pas un risque de subjectivité ? L’observateur en attente n’interfère-t-il pas sur le comportement de l’observé ?

Pour en tirer des conclusions amène à l’après-observation et interroge sur la capacité à utiliser au profit des élèves le temps passé à les regarder. Que faire de cette étude minutieuse, comment faire en sorte que l’observation débouche sur une prise en charge efficace ?

J’ai lancé mes premières remarques, je suppose que vous en avez également.

Le plan de travail reste le même que lors des projets précédents (aménagement – évaluation positive), je vous propose de commencer par des débats permettant de soulever toutes les incompréhensions, les doutes et questions. Puis nous prolongerons par des activités pratiques qui devraient aider à construire des outils , à donner des conseils et à partager des réactions.

Cependant, la volonté de vous lancer dans l’observation va émerger rapidement au fil des discussions (enfin je l’espère), je crois qu’il est essentiel de le faire dès qu’on en ressent le désir.

Au fil de l'année, j’aimerais vraiment que nous puissions élaborer autour de cas concrets, c’est pourquoi tous ceux qui voudront nous soumettre une observation écrite seront encouragés et soutenus.

 

 

Observation et définition

Publié dans observation

Commenter cet article

Caro Fromy 25/09/2016 21:56

Passionnant cet échange! Mais de quel ouvrage parlez-vous?

Caro Fromy 26/09/2016 20:30

Merci Isa!

isa 25/09/2016 22:47

Loenig évoque sa lecture du livre " L'observation en milieu éducatif"

Catherine 25/09/2016 08:49

Observer, oui mais pourquoi?
- pour agir : il me semble que c'est comme tout, ça doit servir à quelque chose : on observe qu'untel a des difficultés de relation, mais qu'est-ce qu'on en fait? Pas toujours facile de dépasser le constat et d'agir... Du coup, selon ce qu'on va pouvoir ou vouloir en faire, ça peut nous aider à cibler ce qu'on veut observer.
- pour évaluer : il est clair qu'avec les nouveaux programmes, l'observation fait partie des outils à disposition.Ensuite, une observation à un moment T est-elle tjrs significative? Il faut donc prévoir d'observer plusieurs fois.
Quand : comme le dit Sylvie, il y a les programmées et les non programmées. J'essaie d'observer en même temps que je suis en atelier : comment un tel agit, ce qu'il dit... DU coup, je ne suis pas dans la posture d'observateur extérieur, pourtant je note des choses. En ce début d'année, j'avais essayé de donner plus de place à l'observation en essayant de préparer des gilles assez détaillées. J'en ai préparé une , puis 2 puis... En fait, je les ai nettement simplifiées : c'était trop compliqué et parfois inutile : j'ai décidé de ne pas tout noter, mais de noter ce qui est spécifique à un enfant / au groupe général. Je m'explique : si la majorité du groupe arrive à compter jusqu'à 2, je ne vais pas le noter pour chacun, je vais juste indiqué celui qui compte jusqu'à 5. Par contre, là où ça m'a aidée de préparer ces grilles, c'est que ça m'a permis de mieux anticiper ce que j'attendais de mes élèves ou de ma séance et donc d'être plus précise dans mes objectifs?
Mon Atsem participe : elle a aussi sa petite grille et me note comment les enfants agissent avec elle. Je lui demande aussi son avis sur comment elle "sent" un tel, ce qui me permet parfois de pondérer ou confirmer mes jugements.
Quant à l'observation en retrait, je ne pratique pas (ou pas trop). Parce que je ne m'étais pas posé la question? Parce que je ne sais pas trop quoi en faire? Parce que j'ai autre chose à faire? Parce que je ne sais pas quoi observer à ce moment-là? Rien n'empêche d'évoluer!

isa 25/09/2016 20:37

C'est intéressant tes réflexions Catherine,je constate que logiquement tes observations se font autour de choses concrètes, d'acquis, c'est rassurant parce que ça correspond à ce que les enseignants connaissent. C'est important mais cela n'empêche pas de tenter de comprendre ses élèves, cela correspond à un autre type regard. Le retrait est alors nécessaire parce que le mode d'observation demande concentration et attention et qu'observer ponctuellement n'est pas efficace (selon moi) dans cette démarche.

Loenig 22/09/2016 14:19

Je suis au chapitre 1 de cet ouvrage. A chaque chapitre il est proposé des petits exercices intéressants qui permettent de cheminer et d'approfondir la réflexion. Je peux éventuellement t'envoyer le scan du sommaire très détaillé.

isa 22/09/2016 18:12

oui je veux bien Loenig, écris à mon adresse de contact en haut à droite du blog .

Loenig 21/09/2016 22:35

Je trouve l'exercice de l'observation formelle, "observation programmée" difficile dans la rédaction, écrire en observant... pas simple ! Rester dans la description, ne pas tomber dans l'interprétation... décrire l'activité, l'attitude de l'enfant, essayer de tout retranscrire...
Avec qui partager ces observations, la supervision me paraît être nécessaire pour plus d'objectivité... prévoir un temps de transmission avec son ATSEM (ses observations à la cantine, sur le temps de sieste...).
Découverte d'un ouvrage intéressant : L'observation en milieu éducatif (Denise Berthiaume), Chenelière éducation

isa 22/09/2016 09:12

Effectivement Loenig, ce n'est pas simple mais l'observation programmée et l'observation spontanée ne donnent pas les mêmes effets. Et tu as raison pour la difficulté à ne pas tomber dans une certaine subjectivité ( voir ce qu'on veut voir ou entendre ce qu'on veut entendre), c'est pourquoi le descriptif est essentiel. Décrire est un exercice mental qui demande concentration et attention. Est-ce que tu as lu l'ouvrage en question ?

sylvieh 21/09/2016 21:48

A propos des relations enseignant- Atsem, je pense aussi qu'il y a des atsems qui observent la façon dont nous travaillons..
.Cette année, j'ai changé d'Atsem, elle n'est pas titularisée et elle n'a pas beaucoup d'expérience en PS. Ce matin, elle me dit: "Finalement, en Petite section, notre travail c'est beaucoup d'Observation." j'ai beaucoup aimé :) :)

sylvieh 21/09/2016 21:42

Bonjour isa,
Bonne question : peut on s'arrêter?
pour ma part, je pense qu'il y a 2 observations possibles:
- l'observation parmi les activités de untel qui fait cela, untelle ceci (elle a réussi à remplir la grille de jetons mais elle n'arrive pas encore à en mettre simplement sur le tour de la grille comme je l'ai proposé, incité...mais je la prends en photo car elle en est Là. Il a réussi à trier les pions et à les mettre tout autour de la grille, je le prends également en photo. Auparavant, j'avais incité les enfants à réaliser cette consigne, activité que la marionnette ne parvenait pas à réaliser... Voyant un enfant y parvenir, je l'ai félicité en montrant à toute la classe et en précisant que j'allais prendre des photos de leurs réalisations (réussites) et je m'aperçois au passage qu'il est important d'afficher également celles des enfants qui en son taux étapes précédentes tout en verbalisant, encourageant...mais je suis hors sujet (il faut dire que le livret de réussites est au coeur de mes préoccupations....et je pense qu'Observation et Réussite sont liées). Donc ces observations ne sont pas ciblées. Cela peut être également untel qui réalise des Soleils dans ses dessins libres, pourquoi ne pas rebondir sur cette proposition, Untelle qui fait très souvent des constructions très créatives...Et là j'en viens à la deuxième sorte d'observation..qui est avantage ciblée: que ce soit en EPS (séance d'observation proposée par Isa, au cours de laquelle j'observe un enfant d'un point de vue moteur, communicatif, créatif) social... ou ce matin tandis que j'ai proposé les boîtes autonomes ( ils sont moins nombreux le mercredi et je me suis dit que ce serait plus facile de veiller à expliquer les règles de fonctionnement, montrer l'activité de façon individuelle...
Et puis je me suis mise en retrait, tout comme mon Atsem...intéressant mais il me manque des critères pour ne pas m'éparpiller: observer un enfant semble plus satisfaisant pour davantage le connaître, voir ce vers quoi il va, est ce qu'il persiste devant la difficulté? ou il abandonne, pourquoi? difficulté ou zapping? A t'il besoin d'une autre étape pour réussir? un encouragement? respecte t'il les règles? "j'attends mon tour, je range" et sinon, pourquoi incompréhension, difficulté d'autonomie ou envie de dire NON.....Tout cela m'interpelle....Une réflexion sur une grille d'observation m'intéresse et bien entendu je parle des boîtes autonomes mais je pense que cette observation qui implique un retrait de notre part peut se transposer à différents moments de la journée....

isa 22/09/2016 09:15

Ce que tu dis Sylvie est qu'enseigner c'est aussi évidemment observer, que serait un enseignant qui laisserait glisser sur lui tout ce qui se déroule dans sa classe ?

Karine k2 21/09/2016 20:06

Le mercredi . Je travaille lus sur les im . 2 eme séance de la salle des im .
J observais les enfts en notant leur changement , leur attitude , leurs échéances , leur hésitation face au choix d un espace .
C était très riche .
J ai pu du coup avoir un échange avec chacun sur ce q il avait vécu .
Pour l instant c est plus facile dans un cadre défini que dans la classe .

Comme je ne fais plus de fiches ou d exercices style couverture à reconstituer , lettres à découper , ... J observe l apm les échanges sur la construction du pont .
Cela me permet de mieux comprendre le groupe et de croire en plus à ce fonctionnement et à la richesse de ce travail que les El investissent spontanément .

vigie90 21/09/2016 19:17

certains ne bouge pas du banc le jour où je les observe, du coup j'ai l'impression que je peux faire plus et observe un autre élève en même temps

isa 21/09/2016 19:44

Es-tu certaine qu'il n'y a rien à observer d'un enfant assis sur un banc ? Je sais que ça peut paraître "vide".

vigie90 21/09/2016 17:50

j'observe mes élèves depuis deux ans. C'est pas facile de s'arrêter effectivement, en général j'interviens quand même pour les conflits et les règles. j'ai aussi du mal à observer un seul enfant (sauf les plus actifs), j'ai observe souvent deux

isa 21/09/2016 18:19

Pourquoi as-tu du mal ?

anais 20/09/2016 21:13

Merci Isa, tu tombes toujours à pic.
Ce matin j'ai essayé d'observer mes élèves... Pas facile en effet. Impression d'être passive, et quelles notes prendre, quels critères... etc.
Bref exactement le questionnement que tu nous soumets...

Clairouille 21/09/2016 21:07

Et oui... peut-on s'arrêter ?
Parfois, j'ai l'impression que mes élèves sont tous demandeurs, pour régler des conflits, pour essuyer la colle renversée, pour tout et n'importe quoi. ( ce sont des ms).
Dans ce cas là, je me dis que cela vient des séances proposées. Mais le lendemain, les mêmes séances peuvent se dérouler comme prévue, ça fonctionne. ( Surement après une introduction modifiée, différente)
Et puis, on a aussi parfois du mal à s'arrêter lorsque l'on travaille avec quelqu'un en classe. On a le sentiment que cela va être mal interprété. Il en a déjà été question sur ce forum, les relations enseignants-astem sont parfois compliquées même lorsqu'elles sont très cordiales.

isa 21/09/2016 09:34

C'est évidemment la grand flou quand on part dans l'observation et qu'on se dit "tiens, j'arrête et j'observe". D'abord, il faut arrêter justement et ce n'est pas facile. C'est un point que je voudrais développer. Peut-on s'arrêter ?