L'évaluation et les parents : Lettre ouverte d'une maman

Publié le par isa

Peut-être avez-vous lu cette lettre ouverte? Pour ma part,  j'ai immédiatement pensé au débat que nous avons eu la semaine dernière sur le ressenti des parents face au carnet de suivi. Cette lettre vient illustrer parfaitement la mise en garde que j'ai voulu donner. Je suppose que l'enseignante dont il est question n'a absolument pas imaginé les conséquences de ses mots et n'a certainement pas vu le désarroi dans lequel elle laissait cette maman.

Quand j'affirme que la petite section est le lieu de tous les espoirs et qu'un carnet de suivi ne doit être qu'une valorisation de cette pensée, c'est que l'importance du regard et de la confiance des parents sur leur enfant (mais également sur l'enseignant) est fondamentale . En l'occurrence, je vois mal cette maman emmener son enfant à l'école après les vacances sans une certaine défiance vis à vis de la maitresse. Or c'est précisément ce qui fait obstacle au lien famille-école et qui va engendrer une insécurité chez l'enfant. Il est donc primordial d'être capable de se mettre à la place des parents quand on s'adresse à eux. 

Cette lettre note également l'importance de l' épanouissement de l'enfant et le souci de développer sa singularité, le refus de la norme instituée par l'école et le manque de prise en compte de l'âge des enfants dans des cahiers institutionnels qu'on voudrait généralisables de 3 à 10 ans. Je pense qu'il est essentiel d'entendre ce qui nous est dit et d'en tenir compte. 

Dans l'article précédent, je parlais d'éviter les conséquences néfastes sur le futur scolaire, je vous engage à bien peser vos choix en vous dirigeant vers une simplicité bienveillante.

Enfin dans sa lettre, la maman indique qu'elle ne fait aucune généralité. Je crois que nous sommes co-responsables tant que nous ne nous opposons pas à des pratiques, à des comportements que nous n'approuvons pas. Le carnet de suivi est un outil à élaborer en équipe, chacun participe et prend ses responsabilités. Les décisions doivent être l'enjeu de discussions et de confrontations, on ne peut pas s'inscrire dans une pratique qu'on rejette par facilité ou par dépit.

Les enseignants doivent être des conquérants des possibles.

Publié dans observation

Commenter cet article

fanou 23/04/2017 10:57

j'ai eu les larmes aux yeux en lisant ce témoignage de maman.

Maïcé 22/04/2017 16:00

Bonjour,
de mon côté je refuse d'écrire un quelconque commentaire. Et lorsque je rencontre les parents, je leur parle toujours des progrès extraordinaires que leurs enfants ont fait depuis la rentrée. On évoque les premiers jours, les pleurs, les difficultés à vivre l'école autant pour les parents que les enfants et on mesure le chemin parcouru, dans la confiance mutuelle, le plaisir de participer aux activités et les éléments qui permettent de voir que leur enfant a grandi, mûri...
Et ce sont bien souvent les élèves qui me posaient le plus de problème qui m'apportent le plus de joie quand je vois qu'ils sont passés de la frustration exprimée bruyamment ou violemment à la joie de partager des règles de vie en commun avec les autres, même s'ils ne savent pas bien tenir leur crayon, qu'ils en sont au stade du gribouillis, que faire un circuit de train compliqué avec les copains est plus important pour eux que remplir une fiche.
Cela ne m'empêche nullement de les solliciter à participer à d'autres activités qui ne les attirent pas spontanément. On fait au moins un essai (que je valorise).
Quant au "bilan", il reste oral et entre les parents et moi, je le leur précise dès le début de l'année. Je leur dis que pour moi l'objectif c'est que leur enfant se sente bien à l'école et qu'il ait la fierté de montrer ses progrès, et que pour les maths, le graphisme, la lecture il a toutes les années qui suivent et que ça doit s'assoir sur le plaisir d'apprendre et ça c'est le rôle de la PS, et mon rôle de maitresse de PS, pas de remplir des documents, de faire des statistiques. Pour mesurer les progrès, je ne me sers pas de tels indicateurs. Et puis, j'ai toujours un mot pour valoriser un talent particulier de l'élève : l'oreille musicale, une aptitude sportive, un talent pour l'organisation, une curiosité particulière pour les lettres et la lecture, un don pour l'observation de la nature, l'imagination artistique, le sens de l'humour, le cœur sur la main... Que je reconnaisse ces talents non répertoriés parfois dans les compétences visées joue un rôle important dans la relation avec les parents, ils savent que même lorsque j'ai des remarques à faire sur un comportement (ce qui est le cas cette année, j'ai une petite bande de loulous pas faciles à gérer), je sais apprécier les qualités de leur enfant et pas seulement voir l'élève.
Je ne jetterai pas la pierre à l'instit qui a maladroitement écrit ces mots. Difficile de jongler avec les injonctions contradictoires ( évaluation bienveillante, ça a un goût de "double bind" qui me met mal à l'aise) de la hiérarchie de plus en plus difficiles à tenir, souvent au détriment de notre disponibilité auprès de nos élèves (tout le temps passé à remplir les documents justifiant de nos heures de réunions, peu importe si le contenu est sans rapport avec le vécu de terrain, des évaluations, des laïus préparatoires à l'inspection est forcément retiré du temps qu'on peut consacrer à la préparation de la classe, la mise en valeur des réalisations, la simple harmonisation des projets au jour le jour sur l'école, tout cela renforcé par les nouveaux rythmes, ultra syncopés).
Je ne voudrais pas être en début de carrière aujourd'hui, mais mon temps est presque fini et je n'ai rien à prouver à mes supérieurs, je ne vise pas les palmes académiques, c'est à mes élèves que je consacre mon temps. Assez de blabla, on apprend!

Mijo 21/04/2017 11:54

Bonjour, à la lecture de cet article il me semble que ce ne sont pas tant les cahiers de réussite ou l'évaluation qui sont en cause mais l'approche que certain(e)s enseignant(e)s ont de cet exercice difficile, fastidieux et délicat. Où se trouve la juste position entre l'évaluation et le jugement de valeur ? Que faire de l'empathie et de la communication avec les familles ? Que savent les enseignants de leurs "enseignés" ? La réponse est-elle aujourd'hui dans les motivations réelles des futurs professeurs ? Dans le recrutement et la formation des enseignants ? Beaucoup de questions à se poser et de réflexion à avoir. Quoi qu'il en soit revenir, avant de poser une appréciation au bon sens populaire : TOURNER 7 FOIS SA PLUME ENTRE SES DOIGTS. Et puis, faut-il le dire, penser "RESPECT" de l'autre et de soi !

Sylvieh 20/04/2017 19:00

Merci pour cet article. ...il dit tellement de choses sur l'aspect surréaliste....de notre société, école : à la fois le côté rentabilité, conditionnement, efficacité, normatif... et quand je parle de conditionnement, il s'agit aussi de la façon dont on a été habitué à enseigner....le Collectif et la difficulté d'infividualiser, de respecter le rythme mais aussi de nos conditions: formation, espace, taix d'encadrement. Quel chantier!!!! Alors oui, votons bien!!!!

yobrego17 19/04/2017 18:44

et d'où l'importance de rencontrer les parents individuellement et leur montrer le chemin parcouru depuis septembre......LES mêmes mots dits et non pas écrits n'auraient pas eu cet effet je suis sure
Et puis on s'en fiche du long chemin qui reste à faire l'important c'est tout ce que le petit élève a déjà acquis; et moi qui suis maman d'une grande fille adulte avec TSA je suis bien placée pour dire que seul le long chemin parcouru est intéressant même quand les progrès sont minimes; quand on dit il sait déjà faire tout ça;;;;;;; quelle merveille
Et puis pourquoi vouloir absolument résumer une année en quelques mots
Moi j'écris bravo ou que de progrès et à l'oral je peux dire:"et pourtant les débuts ont été durs; tu te souviens tu étais petit et tu n'avais pas trop envie de participer mais maintenant regarde tout ce que tu sais,,,,,,,,,,"

edith 18/04/2017 16:13

Très sensible à ce témoignage et à ta phrase de conclusion, qui apporte la réelle plus-value de notre profession. Quel défi!
Il nous faut échanger, nous former, réfléchir, expérimenter, sans arrêt pour atteindre l'objectif. C'est passionnant...et il nous faut nous ressourcer également en prenant de temps en temps du recul pour éviter des malentendus et des dérives.
Comme je suis heureuse de faire ce chemin avec vous tous!
Merci.

Isabelle L 18/04/2017 11:52

Les mots sont parfois très durs, j'essaie de faire des commentaires écrits très positifs. Et l'echange est important , c'est pourquoi je propose un rdv individuel à la remise des cahiers de suivi.
Ah ces cahiers de suivi, j'ai passé un bon moment des vacances à concevoir les étiquettes à coller en fonction des ateliers autonomes proposés, des brevets qui seront mis en place et des ateliers dirigés par l'adulte. Cette année ils sont déjà imprimés donc je compose avec, mais l'an prochain je les ferai vierge, à remplir au fur et à mesure, ce sera plus simple, car grand casse tête avant les vacances ! Pour en revenir donc à notre débat, il sera vierge car, heureusement que j'ai rencontré individuellement tous les parents de ms lors de sa remise, beaucoup me parlaient de faire du "bachotage" pour qu'il se remplisse bien !
Je vais rencontrer ceux de ps en Mai, je commence l'entretien en relativisant cette eva ! Que j'aimais mon cahier des progrès !!! Laissez nous tranquille avec nos petiots.