La question de Stéphanie

Publié le par isa

Que vous reste-t-il de votre enfance ?

Stéphanie

La question de Stéphanie
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Publié dans jeu de décembre

Commenter cet article

G
L'insouciance, l'amour et l'énergie incontrolable
Répondre
G
l’espièglerie ...
Répondre
G
Les souvenirs de vacances sur l'île de Houat, en toute liberté.
Répondre
F
Ma peur des monstres.
Répondre
C
une maman qui a su mélangé confiance et vis ta vie.....
Répondre
C
Des liens très forts avec ma sœur et mon frère...
Des recettes de famille ! Ah la buche aux marrons de ma grand mère et la confiture au citron maison !
Répondre
N
Le goût de la lecture et de la musique entre autres souvenirs plutôt très heureux ...
Répondre
V
des copines (de maternelle notamment), des odeurs de cuisine, des souvenirs de lectures au coin du feu ma chienne sur les genoux, des souvenirs de jeux et de disputes avec mon frère et mes soeurs...
Répondre
N
Le parfum de ma grand-mère maternelle.
Alors que je faisais les magasins, il y a quelques années, j'ai reconnu le parfum de ma grand mère, je n'ai pas osé demandé à cette dame le nom de ce parfum, je le regrette
Répondre
E
Des photos que j'aime à ressortir des mes frères et soeurs, de mes parents, de mes "ancêtres"
Des souvenirs de vacances familiales
Des souvenirs de l'école
Et d'un jardin qui appartenait à nos voisins et dans lequel j'ai beaucoup joué, planté, arrosé, désherbé, goûté, découvert, cueilli......
Répondre
J
La liberté qu'on avait : on habitait au bord d'une forêt
le flan fait par mon papa
les images de la maison
les souvenirs de la kermesse à l'école
Répondre
M
Les jeux dans la rue du village qui autrefois n'avait pratiquement pas de circulation: badminton, patins à roulettes, trottinette, échasses... etc... Et puis les odeurs de cuisine de ma maman, son fromage blanc, ses tartes-maison, ses réveils aux mains froides qu'elle me passait sur les joues :-)... Et puis l'instit' qui venait glisser avec nous sur la mare gelée... Et les copains/copines très solidaires dans les mauvais coups :-) etc... etc..
Répondre
G
Des parties de cache cache interminables avec mes frères et soeur, tous les copains du quartier après l'école à la maison et l'été des cabanes construites avec tout ce qu'on trouvait dans le jardin... et la tête de mon père quand il rentrait du boulot... "vous ne laissez pas tout ca dehors!!!"
Répondre
S
L'odeur des poupées fondues sur le poêle à mazout et l'énorme râclée qui en a résulté, l'odeur écoeurante du lait chaud qu'on est obligé de boire, beaucoup de très mauvais souvenirs... Mais aussi de très chouettes. Beaucoup de musique, les Noël à l'usine de papa et à la maternelle de maman avec tous les enfants d'instits, mes fringues et chzussures depuis l'âge de 3 ans...
Répondre
F
C’est fou, ça fait remonter le temps!
Répondre
F
était
Répondre
F
les odeurs, les parfums: j'ai retrouvé récemment l'odeur de la tétine de ma sucette, les odeurs de cuisine lorsque ma mère étaient aux fourneaux le dimanche, les parfums des fleurs, des plantes méditerranéennes...
Répondre
N
La naïveté, l 'immense joie de regarder un ciel étoilé et de rêver comme le Petit Prince.
Répondre
F
Des bons et des mauvais souvenirs, je ne détaille pas.
Répondre
M
Mon amour des animaux, malgré le bisou trop appuyé du chien du voisin à quelques jours de mon 10eme anniversaire, qui m'a valu 4h de bloc, une centaine de tous petits points sur et dans ma joue et sur ma lèvre supérieure et une semaine d'hosto... Le bavardage qui m'a valu tant de punitions...
Répondre
M
La complicité avec ma soeur et la bonne relation avec mes parents!
Répondre
C
Le goût de faire les choses soi-même !
Nous n'étions pas très aisés et il fallait apprendre à se débrouiller avec des riens. Ainsi dès 9-10 ans je me suis mise à réparer une vielle machine à coudre Singer avec pédalier qui trainait au grenier. L'objectif était de faire des robes aux poupées de mes petites sœurs avec des coupons de tissus qui nous étaient tombés du ciel (cadeau d'un oncle qui avait une mercerie) . J'en ai cousu des choses par la suite avec cette machine ! Et j'ai été très émue lorsque ma mère en fit cadeau à une de mes filles, celle qui a hérité de mes gènes de bricoleuse et qui tournait toujours autour de cette belle antiquité lorsqu'elle allait chez sa mamie.
Répondre
S
'l'insouciance, l'envie d’être avec les autres.
certaines odeurs comme celle de l'encaustique que nous utilisions en fin d'année pour lustrer les bureaux , celle aussi de la colle blanche dans les petits pots
Répondre
C
mon nez cassé à la maternelle sur un toboggan lol - le ramassage des fruits et légumes sur l'immense terrain de mes parents suivi de la transformation en cuisine avec ma mère.
Répondre
I
Jouer patouiller rire et ma naïveté !
Répondre
M
Le bonheur de patouiller dans tout ce qui est salissant ! peinture, sable, farine, graines, pâte à modeler...J'aime toujours autant cette sensation ! Mes élèves ressortent parfois moins sale que moi ;)Vive la "craditude" !
Répondre
M
Ma passion pour la musique (le chant et l'écoute), grâce aux nombreux disques (33 et 45 tours) de mon papa !
Ma gourmandise ! Mon tonton m'a planté le doigt dans la chantilly lors que mon 1er anniversaire... depuis je suis une gourmande du sucré !!! Et du coup, je transforme un proverbe bien connu en "La gourmandise n'est pas un défaut !" Et j'aime aussi beaucoup celui ci "la gourmandise commence quand on n'a plus faim !" ;-)
Répondre
V
Les cannes à pêche de mon père et des chansons de Brassens.
Il me reste toujours une certaine naïveté et une croyance en la bonté des hommes. Etre maîtresse de maternelle est une chance. Cela me ramène souvent en enfance.
Répondre
I
La volonté, la persévérance, la patience. Mon père artiste me prenait pour modèle, je ne devais plus bouger pendant qu'il me dessinait, et cela pouvait durer longtemps, je craignais ces moments parce que quand on est petite garder la pose est un supplice. J'en tire sûrement une grande patience.
Répondre
M
quelques anecdotes que je raconterai peut-être un jour à mes petits enfants
Répondre