La question de Fred

Publié le par isa

De quoi serais-tu nostalgique ?

Fred

La question de Fred
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Publié dans jeu de décembre

Commenter cet article

G
De mon enfance, de celle de mes enfants, d'un temps révolu qui me semble toujours mieux que maintenant, ce qui prouve que la nostalgie réchauffe le cœur mais il ne faut pas s'y attarder car " le bonheur c'est maintenant " (je prie François. H de pardonner ce plagiat)
Répondre
S
De ma belle enfance.
Répondre
C
je ne suis pas sûre d'être nostalgique comme je ne suis pas sûre d'être mélancolique mais peut-être cela ne va pas de pair?
Répondre
R
Des mercredis non travaillés
Répondre
E
Merci de m'avoir posé la question Fred!
J'ai beau tourner et retourner, relire les réponses des autres.....je crois que je ne suis nostalgique de rien.
Et là, je découvre quelque chose!
Répondre
S
de la petite enfance de mes 2 grands garçons !
Répondre
C
d'entendre mon grand père portugais siffler et chanter dans le jardin, seul moment où il s'autorisait à "parler" sa langue natale qu'il a définitivement abandonnée dès qu'il est arrivé sur le sol français ...à mon grand regret!
Répondre
M
jouer à la marchande et parler avec ma mamie
Répondre
S
Des câlins de ma fille .... qui aura honte de faire un câlin a sa maman en public ;-)
Répondre
M
de tous ces possibles quand on a 20ans, de cette légèreté et en même temps de cette totalité sentimentale...
mais je préfère vivre au présent car il me plait passionnément, pour le futur j'y mets tout mon cœur!
Répondre
M
De la présence de mon Titiot à la maison :-)
Répondre
I
Ah Marité, on n'est pas mamans poules pour rien. Hein ?
M
Oh oui du blog d'Isa s'il venait à fermer. Ca donnerait un coup au moral de ne plus avoir ce blog avec tant d'inspiration!!!
Et aussi nostalgique de mes enfants quand ils partiront loin de la maison..... Je profite -) pour le moment!
Répondre
M
De l'insouciance de la jeunesse quand on croit que tout est éternel...
En vieillissant et avec "l'expérience" je me rends de plus en plus compte que la vie est si fragile à tous les âges.
Du coup, je prends de plus en plus de recul sur les petits problèmes et je savoure les petits bonheurs de tous les jours au lieu de regarder très loin devant.
Répondre
S
des hivers où la neige s'invitait dans ma banlieue , lorsque nous nous précipitions aux fenêtres de la classe aux cris "il neige, il neige" émerveillement des enfants , de mon instituteur Mr Barbolosi , qui faisait fit de la leçon d'histoire pour organiser le concours du bonhomme de neige ou la bataille de boules de neige ...de ce temps enfin où les parents d'élèves ne menaçaient pas d'un "s'il se casse quelques choses dans la cours de récré se sera vot'fote"
Répondre
D
Du blog d Isa et ç est sincere
Répondre
I
Merci Michèle, tu pourras revenir quand même :-))
P
Des dimanches soirs chez mes grands-parents quand ils jouaient à la belote avec mes parents et que je m'endormais sur le canapé... je me souviens encore parfois de la voix de mon grand-père....
Répondre
H
Le passé me renforce mais je suis de nature à regarder plutot de l'avant !!
Répondre
L
Nostalgique du passé en général et surtout des années bonheur avec les enfants quand ils étaient petits.
Répondre
S
Tous ces mercredis que je passais chez mes grands-parents à la ferme à conduire le tracteur, ramasser les œufs, nourrir les lapins, les cochons, traire les vaches, jouer à la dinette avec la poudre de lait des petits veaux, faire la cuisine, faire du crochet avec ma grand-mère...des souvenirs impérissables!
Répondre
V
De cette belle période quand les enfants avaient 12 à18 mois: leurs premiers mots, leurs premiers pas. j'adorais les voir faire des progrès de jours en jours. Quand ils sont grands, la magie se perd. C'est différent...
Répondre
M
De plusieurs choses...
- l'insouciance de l'enfance, les après-midis à jouer aux Barbies avec ma meilleure amie,
- la "confiture qui glisse" (gelée de groseilles) de ma mamie attablée dans la cuisine,
- les repas de famille chez ma mémé, le temps passé dans l'étable avec les vaches (qui me faisaient peur et les petits veaux), la recherche des oeufs dans le grenier à foin (gare aux trous !), ma mémé... tout simplement...
- les balades en vélo avec la voisine et ses robes au crochet pour mes Barbies (oui, j'étais une fan de ces poupées !!! Qu'est-ce que j'ai pu en inventer des histoires !!!! Déjà une grande romantique à l'époque ! ;-) )
Nostalgie quand tu nous tiens... Fred, ta question m'a replongé dans des souvenirs (plus ou moins douloureux encore aujourd'hui... certaines cicatrisent ne guérissent pas, même avec le temps...)

Sinon avec plus de légèreté : les "bonbons qui piquent !" (genre de soucoupe avec de la poudre acide à l'intérieur !) et les sucettes au chocolat des années 80 ! et mon super Pogo ball (https://bestofthe80s.wordpress.com/2010/04/01/pogo-balls/) et mon Skip-it !! (http://www.fansdesannees80.com/23-jouets-qui-figuraient-sur-votre-liste-de-cadeaux-de-noel-dans-les-annees-8090/2/)

Une vraie gamine !!!! ;-p
Répondre
F
Merci de ta réponse Marie-Pierre,

... ma mémé... oui, les bonbons qui piquent ... aussi !
V
D'un coucher du soleil sur la plage, en famille
Répondre
S
Des slows que je dansais sur Retiens la nuit ...
Répondre
C
Des petits apéros en famille, des vacances familiales, des grandes tablées quand tout le monde étaient encore là ...
Répondre
C
La vie chez mes grands parents: les rituels, les odeurs, la campagne, leur amour...
Répondre
C
Des fêtes de Noël quand mes filles étaient encore petites.
Des soirées télé en noir et blanc, dans les années 70, pour voir en famille "Les dossiers de l'écran" que j'avais exceptionnellement le droit de regarder et donc de veiller un peu plus tard.
Répondre
G
Nostalgique du regard que l'on pouvait avoir enfant : insouciance, émerveillement des petits riens... et loin de penser aux tracas que nous infligent notre société!!!!
Répondre
I
je ne regarde ni devant ni derrière !
Répondre
C
Chaque mercredi, j'allais chez ma mémée et nous allions toutes les 2 faire les courses. En sortant de l'épicerie, elle m’achetait un pain au chocolat que je savourais sur le chemin du retour, à pied bien sûr. Il y a 45 ans, les mémées, elles ne conduisaient pas! J'adore toujours autant les pains au chocolat et je pense à elle à chaque fois !
Répondre
I
Des bisous et des câlins quotidiens de mes enfants et parfois des discussions que j'avais avec ma mère il y a plus de 40 ans :(
Répondre
F
... mais... mais je ne voulais t'attrister ma chère Isa ...