réponse à Stéphanie sur l'album langage et son organisation

Publié le par isa

Bonjour, Avec une collègue, nous venons de découvrir lors d'une animation pédagogique les travaux de Boisseau et nous sommes passionnées. Cependant, le problème se pose de l'organisation. Avec ton album langage, comment fais tu tourner les enfants ? Passent ils une fois par semaine ? Que font les autres pendant ce temps ? Merci d'avance pour tes réponses et félicitation pour ton blog qui est captivant. Stéphanie 

L'album langage rencontre un grand intérêt et je vais essayer d'être la plus précise possible.
Cependant , je vous renvoie à mes précédents articles traitant déjà du sujet:
- L'album langage.

-Cahier de liaison 6.

-Préparation 7 d'une semaine de classe.

-Réponse à Hélène sur l'album langage.

-Réponse à Violaine sur la gestion des ateliers.

Avec ton album langage, comment fais tu tourner les enfants ?
J'ai expliqué que j'organisais un atelier langage tous les matins en première partie de matinée, 4 élèves viennent à cet atelier, je les sollicite soit parce qu'il s'agit d'un groupe de besoin, soit parce qu'ils n'ont pas participé à l'atelier langage. Je travaille d'abord collectivement puis individuellement avec ces 4 élèves, au fur et à mesure qu'ils ont parlé avec moi et que leur commentaire est écrit dans leur album langage, ils partent rejoindre un autre atelier. Inversement , ceux qui étaient à un autre atelier peuvent venir parler à leur tour. Je peux passer 6 élèves en moyenne.

Passent ils une fois par semaine ?
Oui, en principe, parce que nous prenons aussi les albums langage après la sieste . Je sollicite en priorité les élèves en difficulté, mais les autres aiment venir choisir une photo et faire des commentaires, certains adorent ça.

Que font les autres pendant ce temps ?
J'insiste beaucoup sur le fait que bien des enseignants pensent qu'ils doivent être à la disposition permanente de tous les élèves , or lorsqu'on explique aux élèves et qu'on leur demande de respecter la parole d'un des leurs, ils savent trés bien se passer de l'adulte. C'est pourquoi il faut prévoir des ateliers dits "autonomes": peinture , collage, découpage, pâte à modeler, puzzles, clippos, légos, eau ( il faut avoir un coin eau , mais c'est vraiment trés intéressant notamment pour les élèves perturbateurs, cela les canalise et les calme)....... Ces ateliers n'ont pas de consignes pédagogiques d'apprentissage spécifiques , le jeu est trés important et nécessaire à la construction de la personnalité et les échanges langagiers informels sont source de progrés cependant ils peuvent avoir un but: fabriquer un gâteau en pâte à modeler.
Le bruit doit être maîtrisé pour le bien-être de tous et il est important de dire aux élèves que ce moment doit être calme. Là aussi , ils sont informés qu'ils sont en apprentissage de langage, ils viennent apprendre à parler, l'adulte est là pour les aider et tous les autres les aident en les respectant.
C'est dans cet esprit de solidarité et d'entraide qu'il faut mettre sa classe. Il ne faut pas hésiter à faire reformuler les consignes de calme et de travail par ceux que vous avez repérés comme étant susceptibles de perturber ce moment.
Et puis , en pratiquant tous les jours , vous verrez qu'ils s'y habituent et que cela va de mieux en mieux.
Il est certain que vous n'allez peut-être plus avoir de temps pour d'autres choses, c'est une question de priorité, il faut savoir quelle importance vous accordez au langage et au travail individuel. Il est certain que pour apprendre à parler , il faut parler.On ne se pose pas la question pour apprendre à écrire ou à lire.Alors ...... 

Commenter cet article

Monique 22/11/2007 22:41

Je viens de commencer ce même genre de travail avec un groupe d'enfants en difficulté en grande section au cours de décloisonnement de l'après-midi (moi j'ai les petits). C'est passionnant, les enfants sont très fiers et font rapidement des progrès de langage.
J'ai fait 15 ans de CLIN, si j'avais pensé (et eu les moyens de) à faire ça !!!!
merci pour ce blog plein de ressources.

isa 23/11/2007 09:03

Cela me fait plaisir d'avoir le témoignage d'une collègue qui expérimente. Je faisais aussi de la remédiation langage avec les grandes sections l'après midi quand les petits dormaient. Je consacrerai un article à ce sujet. Mais il était question d'aider ceux qui n'osent prendre la parole en groupe et dans un second temps , d'apprendre aux autres à attendre leur tour de parole et à laisser une place dans la discussion aux plus réservés. C'était trés intéressant .