la sieste en petite section

Publié le par isa

Convaincue de l’importance de la sieste et de ses conséquences sur le bien-être des élèves, je revendique la nécessaire présence de l’enseignant au moment de leur endormissement.
Au même titre que sa participation aux récréations, aux passages aux toilettes, à l’habillage, au déchaussage, à tous ces moments du vivre ensemble, il m’apparaît indispensable que l’enseignant soit partie prenante dans l’organisation et la mise en place des meilleures conditions pour la sieste de ses élèves.
Un rituel identifié favorise l’apaisement et la mise en confiance préalables à un bon repos.
Voici donc une des multiples possibilités de déroulement de cette « activité » scolaire :
 
Après un inévitable passage aux toilettes, les élèves recherchent la feuille sur laquelle figure leur prénom et qui sert à poser leurs chaussures afin d’éviter les mélanges, surtout en début d’année.
Chacun se déchausse puis peut éventuellement aider un copain en difficulté de déchaussage. Au fur et à mesure, chacun rejoint le dortoir , il choisit un livre dans une des caisses disposées dans les différents coins de la pièce.
Il s’installe sur son lit et commence sa lecture.
Pendant que l’ATSEM aide les retardataires, l’enseignant va de l’un à l’autre, une réponse par ici, un mot par là. Progressivement , le bruit disparaît.
Les élèves savent qu’ils déposent leur livre au bout de leur lit la lecture finie afin d’éviter d’appeler la maîtresse qui ramasse les livres, ce qui nuirait au calme.
Chacun s’allonge, prend son doudou, son nin-nin, sa tétine.
La lumière est éteinte et la boîte à musique commence son petit air de berceuse.
L’ATSEM et l’enseignant s’assoient auprès des élèves qui semblent plus agités et dont la présence de l’adulte à proximité va aider à relâcher les tensions. L’attitude de l’adulte est fluide, douce et rassurante, tout doit être calme, détente et patience.
Lorsque l’un est endormi, il faut aller vers l’autre.
L’enseignant reste ainsi entre 20 et 30 minutes au dortoir, il rejoint ensuite ses activités de soutien , de prise en charge de groupes d’autres classes.
L’ATSEM assure la surveillance du dortoir, les élèves savent qu’ils peuvent garder les yeux ouverts et se reposer dans le calme au moins 45 mn à 1 h. La plupart s’endorment, ils se lèvent ensuite de façon échelonnée, et rejoignent leur maîtresse dans la classe pour des petites activités calmes. Celle-ci peut d’ailleurs être encore avec les groupes de grands, dans ce cas, les petits observent , écoutent, se réveillent doucement.
Au dernier trimestre, l’enseignant ,ayant observé la difficulté de certains à faire la sieste, propose à ceux –ci ,deux après-midi par semaine, une petite séance de relaxation dans la classe puis des ateliers d’activités.
 
Ce déroulement est une façon de faire, il serait intéressant de partager d’autres expériences pour que les jeunes professeurs des écoles aient une vision différenciée de ce moment important de la vie de classe en petite section et dont jamais on ne parle à l'IUFM.
Vous pouvez  aussi réagir et donner votre point de vue.

Publié dans organisation

Commenter cet article

Nassera 05/09/2015 12:52

Bonjour , etant Prof stagiaire votre site est une mine d'or ! Merci de vos partages! J'aimerais savoir si vous utilisez des gestes d'endormissement pour faciliter la sieste ?

Nassera 06/09/2015 21:34

Merci bcp Isa ! J'espère être à la hauteur car la PS me fait peur , ils sont si petits .......

isa 05/09/2015 14:58

Nassera, l'attitude de l'adulte est effectivement trés importante, il faut de la légèreté, du calme, de la patience et de la bienveillance, il s'agit d'accompagner les enfants à lâcher-prise pour un bon endormissement. Aller auprès des enfants agités est préférable, s'asseoir auprès d'un seul enfant; pour certains, cela est suffisant, la présence les calme, pour d'autres il faudra un contact physique, prendre la main et la tenir doucement , ou bien frotter un peu le front de l'enfant calmement, poser ses mains sur les jambes afin de contenir les mouvements quand il y en a... il y a différentes manières, il faut observer comment l'enfant réagit, si visiblement le contact le gêne, il vaut mieux ne pas le faire, par contre quand tu vois que cela l'apaise et qu'il se sent rassuré, qu'il devient immobile, qu'il se concentre sur le mouvement de ta main, alors il faut continuer. C'est au mouvement des yeux qu'on sent si l'enfant va s'endormir, les paupières s'alourdissent, les pupilles commencent à aller de droite à gauche, souvent il y a un petit moment d'agitation physique qui précède le lâcher prise comme si l'enfant se débattait une dernière fois avec son envie de ne pas s'endormir, il faut accepter ce moment et se montrer le plus discrète possible. Puis quand l'enfant est endormi, on passe au suivant.

MARIA 28/09/2013 09:14


Merci infiniment Isa, Silvia et Patricia,


Vos messages sont très rassurants, éclairants et pertinents ! Ils placent l'enfant au coeur de nos choix pédagogiques et c'est notre devoir d'enseignant. Je suis soulagée de lire des collègues
qui me comprennent. Je suis désormais confiante et je sais dorénavant que ma décision est réfléchie et légitime. Je ne cèderai donc pas, c'est promis Isa !


Merci encore Isa pour votre écoute, votre disponibilité, vos conseils, votre bienveillance, votre professionnalisme. Vous êtes une source d'inspiration : en vous lisant et en vous écoutant, j'ai
le sentiment de mieux exercer mon métier...

isa 21/08/2014 10:25

Florence tu ne nous dis pas à quelle heure sont couchés les élèves , c'est important , un cycle de sommeil est d'environ 1h30, les réveils vont devoir tenir compte de cela, je suis partisane de puis trés longtemps du réveil échelonné qui permet aux enfants de ne pas rester au lit quand ils ont fini de dormir et de laisser dormir un enfant qui dort, cependant la collectivité oblige à tenir compte également de l'organisation, c'est pourquoi réveiller un enfant qui a eu au moins un cycle de sommeil de 90 mn me choque moins que d'obliger un enfant à rester au lit. Voilà mon avis Florence.

florence 23/07/2014 03:39

bonjour,
Alors moi je suis confrontée à un problème nouveau, dû aux nouveaux rythmes.
Jusqu'à présent lorsque j'ai eu des PS, c'était lever échelonné, je ne réveillais pas les enfants.
Le problème c'est que maintenant les mardis et les vendredis, l'école finit à 15 heures...

Dans l'école où je travaillais l'an dernier, les enfants restaient au lit jusqu'à 15 heures, et c'étaient les animateurs des activités péri scolaires qui les levaient, avec les ATSEM (j'avais des GS, je n'ai pas eu à me positionner par rapport à ce choix)

Dans l'école où je serai l'an prochain (et où j'aurai des PS), le choix a été fait l'an dernier de réveiller tous les élèves à 14h45, afin que la maîtresse leur dise au revoir...

Dans le 1er cas, le problème c'est que les enfants sont couchés par l'animatrice de cantine et levés par d'autres personnes; et par ailleurs, pas de lever échelonné: obligation de rester au lit jusqu'à 15 heures.

Dans le 2eme, j'ai un vrai problème avec l'idée de les réveiller à 14h45! (ma fille entre en PS cette année; si la maîtresse a l'idée de la réveiller pendant sa sieste, bon courage pour arrêter les hurlements!)

Je serais pour le lever échelonné (à partir de 14h30?... à voir, et ça évoluerait dans l'année); le problème c'est qu'alors je ne verrais pas ceux qui dorment encore à 15heures.

Je me dis que c'est acceptable à condition que ce ne soit pas dès le début de l'année.
Par exemple pendant 2 semaines: attendre que tous soient réveillés pour partir (et comme ça je fais le lever avec l'animatrice et l'ATSEM).
Puis je leur explique bien qu'à partir de tel jour, je ne serai pas là au lever, qu'il y aura uniquement x et y (animatrice et atsem)
Qu'en pensez-vous???
Merci de vos avis
Florence

Patricia 26/09/2013 22:39


Je suis tout à fait d'accore avec tout ce qui a été écrit mêm si je n'utilise pas le livre. Par contre cette année, je suis obligée de réveiller un enfant pour l'heure de la sortie alors qu'il
reste encore uen heure à la garderie. Pourquoi? Deux raisons : la première : les parents qui se plaignent qu'il ne dort pas facilement le soir / la deuxième c'est que la garderie ne se fait plus
dans le local attenant à celui de la sieste mais à l'étage. Je vous assure que c'est un vrai crève coeur que de le réveiller...pauvre petit bout d'chou....Dur dur de grandir !!!!

isa 26/09/2013 22:59



il faut absolument que je vous raconte une anecdote assez inquiétante et qui montre combien les parents sont parfois perdus face à la sieste. J'ai une amie qui est pédiatre et qui me
raconte qu'elle a eu une maman qui est venue lui demander un certificat pour que son enfant ne fasse pas la sieste à l'école. Elle lui a alors expliqué qu'elle ne le ferait pas et que par
ailleurs la sieste fait partie du cycle du sommeil et que contrairement aux idées reçues, la sieste favorise l'endormissement du soir ,ce sont quand les enfants sont trop fatigués qu'ils ont des
difficultés à s'endormir ou quand les conditions d'apaisement ne sont pas suffisantes. Il est important de tenir ce discours aux parents et de les rassurer sur les bienfaits de la sieste pour
leur enfant qui se fatigue beaucoup plus à l'école qu'à la maison. Mais par contre, il n'est pas question d'imposer un lever plus tardif à un enfant qui s'est réveillé tout seul. Tout cela me
fait penser à l'alimentation, quand on dit aux enfants "finis ton assiette" on les prépare à ne plus reconnaitre leur sensation de satiété qui est essentielle pour un bon équilibre alimentaire.
Mieux vaut les servir moins et attendre qu'ils réclament , ou bien accepter qu'ils en laissent dans leur assiette mais toujours leur permettre de sentir qu'ils sont rassasiés par eux mêmes.
Imposer un temps de sommeil , c'est déséquilibrer le rythme personnel d'un enfant, imposer une quantité de nourriture, c'est déséquilibrer les sensations dont chacun a tant besoin pour ne pas
connaitre des troubles alimentaires par la suite. Beaucoup d'idées reçues et de toute puissance adulte dans ces fonctionnements...



Silvia 26/09/2013 21:56


Non Maria tu as bien raison, s'ils sont réveillés ils peuvent se lever, pourquoi resteraient-ils encore dans le dortoir? Dans ma classe dès 14H15 des élèves se réveillent et se lèvent.


Moi je ne réveille les élèves (les gros dormeurs, en général il y en un ou deux) qu'au dernier dernier moment et il m'est déjà arrivé de demander aux parents d'aller chercher un élève dans le
dortoir (qui est attenant à ma classe) à 16H20 si celui ci a vraiment du mal à se lever.

isa 26/09/2013 22:12



oui Silvia, nous sommes d'accord !



MARIA 26/09/2013 21:06


Bonjour Isa,


J'avais lu votre article sur la sieste au cours des dernières vacances d'été et je m'en suis inspirée dans la mesure du possible.


Je voudrais cependant avoir votre éclairage sur une situation très embarrassante à laquelle je suis confrontée.


Mes élèves sont couchés vers 13 heures pour les demi-pensionnaires et 13H20 pour les externes. Je suis favorable au réveil échelonné car je pense que tous les enfants n'ont pas les mêmes besoins
biologiques et physiologiques. Par conséquent, dès 14H30, je laisse les premiers enfants se lever lorsque je juge qu'ils ont suffisamment dormi ou qu'ils sont reposés. Je fixe également la limite
maximale à 15H15. Or, dans mon école, tous les autres enseignants de PS effectuent un réveil collectif à 15H. Je respecte leur vision. 


Néanmoins, aujourd'hui, en découvrant mon organisation, deux ATSEM l'ont critiquée et sont allées le rapporter à mon ATSEM. Celle-ci s'est montrée indignée et m'a expliqué que je devais laisser
les enfants se reposer jusqu'à 15H. Je tiens à préciser que je ne réveille pas les enfants à 14H30 : j'autorise simplement les élèves réveillés à se lever. Et je laisse les autres se lever
progressivement jusqu'à 15H15.


Je suis en plein doute. Est-ce que mon organisation est choquante ? Est-ce qu'elle nuit au bien-être psychique, moral et mental de mes élèves ? Est-ce que mes élèves dorment assez ?


Isa, je suis prête à remettre en question mon organisation si vous ne la jugez pas pertinente !


NB : Dans le même temps, j'ai régulièrement des parents qui me demandent de ne pas laisser leur enfant dormir trop longtemps pendant la sieste pour qu'il parvienne à s'endormir tôt le soir...

isa 26/09/2013 22:02



Maria, je veux te dire tout de suite que j'ai toujours fait comme toi, quand on parle de rythme des enfants, c'est bien de ça dont il est question, les enfants ne s'endorment pas en même
temps et par conséquent ne se réveillent pas en même temps. Il est respectueux de leur permettre de se lever quand ils se sentent prêts à se lever, parfois même impatients de se lever, les
obliger à rester couchés , c'est nier leur rythme et je pense que peu d'adultes accepteraient ce genre de contrainte. Tu me demandes si tes élèves dorment assez, mais si ce sont eux qui se
réveillent , c'est donc bien qu'ils ont suffisamment dormi. Bien sûr tu as aussi raison de mettre une limite puisque l'organisation le demande , mais tu vois pour moi c'est plus embêtant de
réveiller un enfant à 15h qui aurait bien aimé dormir plus longtemps. 


Donc toutes ces habitudes d'école qui font du collectif une manière de limiter le travail des adultes devraient être justifiées ouvertement de la sorte et non pas dire qu'il faut les
laisser se reposer alors qu'ensuite il est choisi de réveiller tôt des enfants qui ont besoin de dormir.


voilà ce que j'en pense Maria, donc continue comme tu fais et affirme tes choix.



maud 12/03/2011 09:27



Dis nous Mamisa, comment vont tous tes petits Hensel et Gretel?   c'est pour la
cheminée ou tu fais des création style bois flotté avec du bois forêt? les vacnaces sont finies, tout le monde est rétabli?


nous c'est l'écatombe entre l'espèce de grippe et la plus ou moins gastro fulgurante et destructrice, les parents, les enfants, les ATSEM, les stagiaires, je croise
les doigts pour y échapper...



isa 12/03/2011 11:21



ils vont bien, merci, ici l'air est pur et le rétablissement s'est déroulé sans médicament. Le forêt est un élément vivifiant. Le bois mort, c'est pour allumer le feu mais aussi pour
faire du air-guitar (invention du grand). bon courage pour cette lutte contre les virus !



Claire 10/03/2011 15:54



Un peu surtout que je n'avais vu jusque là que du cycle 3 donc pas facile de s'adapter au niveau et surtout savoir comment aborder les notions (nombres, lettres, écrits). Merci pour votre blog
qui m'est d'une grande aide tant au point de vue de l'organisation que de l'apport de réflexion sur l'enfant/élève et sur vos fiches de préparation qui me permettent de me projeter plus
facilement dans ma classe et d'appréhender certaines notions bstraites pour moi.



isa 10/03/2011 16:35



n'hésite pas si tu veux des explications !



Claire 09/03/2011 22:05



Bonsoir,


Merci pour votre blog... Je suis actuellement stagiaire et me retrouve parachutée en remplacement en TPS/PS.


Personnellement pour la sieste, j'ai trouvé un compromis avec mon ATSEM. Je couche les élèves avec elle puis je leur lis une histoire (que je relis avec eux avant la sortie de 16h30 pour qu'ils
voient les illustrations). Pendant que je lis l'histoire mon ATSEM va se chercher un café et prépare de quoi s'occuper pendant la sieste. Je vais en décloisonnement vers 14h15 donc je reste
environ 45min avec eux... Je reviens vers 15h10 dans la classe et je fais le lever des élèves. Cela dit le temps de tous les habiller (ils sont 30) et ben l'après midi se résument en jeux calmes
puis lecture d'albums et on n'a presque jamais le temps d'aller en récréation et ça m'embète...


Merci de votre attention et de vos articles très constructifs



isa 10/03/2011 13:45



merci de nous donner ton organisation, le parachutage a-t-il été douloureux ?



MClaude 17/07/2009 19:25

Un grand bravo pour votre magnifique blog, que j'ai découvert au hasard de mes recherches. Quel énorme travail !!!!!
Je suis une nouvelle enseignante en maternelle et nouvelle directrice. Ma classe sera constituée à la rentrée de 14 PS et 12 MS. En ce qui concerne la sieste, je ne peux pas rester dans le dortoir (malgré mon désir) car je dois surveiller les MS qui sont en repos dans la classe. C'est donc mon ATSEM qui surveille les PS et qui assiste à leur endormissement. Comment pourrais-je faire pour être avec les petits ? Faut-il échanger les rôles ? Elle, surveille les MS et moi les PS ? Comment gérer dans ce cas les appels téléphoniques, les retours de séances d'orthophonie, et tous les tracas quotidiens dûs à la direction ?
Merci pour votre réponse.

isa 17/07/2009 20:05


Bonsoir Marie-Claude, ravie de vous accueillir sur mon blog ,merci pour vos commentaires.
Voilà une situation fréquente, la maîtresse qui ne peut se diviser en deux (voire en trois quand on est directrice). Vous me posez une question à laquelle vous répondez, et c'est tout l'intérêt de
la poser, se faisant vous y réfléchissez et vous trouvez une solution qui pourrait vous convenir. Effectivement, peut être pourriez vous ( je ne dis pas tous les jours) mais quelquefois 
(surtout les premiers temps) aller avec vos petits et laisser vos moyens à votre ATSEM si bien entendu il s'agit d'un repos type relaxation, le temps nécessaire à l'endormissement est de 20 à 30
mn, c'est donc un petit moment. Maintenant, nous savons que certaines dispositions ne peuvent permettre cela, il faut accepter tout en cherchant la meilleure organisation.


poyet 28/06/2008 10:44

existe t'il un texte officiel qui^précise que l'enseignant peut laisser l'ATSEM surveiller la sisete? merci pour ton blog ,il m'aide beaucoup ds mes prépas et surtt ne ns laisse pas tomber à la rentrée !

isa 30/06/2008 12:24


Franchement, je ne sais pas, je vais chercher.
OUi, je continue l'an prochain, je ne vous laisse pas tomber,  et vous non plus, ne me laissez pas tomber.
à bientôt
isa


Nini 19/01/2008 13:40

Bonjour, je suis une ATSEM dans une classe de petite section, dans une école francaise à l'étranger. Je suis d'accord avec votre point de vue mais on a deux 'dortoirs'. L'enseignant était surtout present lors des deux premieres semaines de la rentrée scolaire pour nous aider (on est 2 ATSEM/ classe) avec les pleurs. Puis il part prendre des eleves en difficultés. Avec mon collegue on avait pensé a avoir un petit poste pour passer de la musique doucement. Par momemt, il vient voir si tout est calme et ok.
Par contre lors de mes stages en France, je n'ai jamais vu un enseignant venir faire un tour/ surveiller la sieste. Chauqe fois c'était un ATSEM.

isa 19/01/2008 19:32

Et bien voilà un témoignage qui confirme que mon point de vue n'est pas si fréquent que cela, effectivement Nini , beaucoup d'écoles fonctionnent comme la vôtre, je pense pourtant qu'il est important que l'enseignant soit présent , pas toute la sieste mais au début pour l'endormissement. La musique ,c'est bien aussi .Quand je fais la relaxation au troisième trimestre avec ceux qui ne dorment plus tous les jours, je leur mets de la musique , le plus souvent de l'opéra ou de la musique classique. Par contre à la sieste , on peut commencer par de la musique puis il faut arriver au silence pour un bon repos compensateur. merci de votre témoignage de l'étranger.

guilaine 15/01/2008 20:45

Etant donné que j'ai des PS/MS/GS, je laisse à mon ATSEM le soin de s'occuper des PS au nombre de 5 tandis que je m'occupe plus particulièrement de mon grand groupe de GS en phonologie. Lorsque les ps se lèvent, nous terminons la récré avec les grands.Ensuite, nous prenons une collation et nous lisons, discutons...
Merci pour ce blog enrichissant
Guilaine

isa 16/01/2008 09:55

merci Guilaine, effectivement, la classe enfantine ne laisse pas le choix à l'enseignant d'accompagner ses petits lors de l'endormissement, elle a d'autres avantages, il faut être vigilant à ne pas les "oublier".C'est un peu le défi de ce type de classe.

Flo 15/01/2008 20:12

Bonjour Isabelle,

Juste un petit mot pour dire que je fonctionne de la même façon... à un détail près le livre. Bonne idée !

En fait, mes 26 élèves de PS (effectif complet l'après-midi) se "déshabillent" en classe. Ils vont chercher leur doudou puis s'allonger dans leur lit en attendant leurs copains. Je leur mets de la musique et après le traditionnel bisou, ils s'endorment rapidement. Je surveille le dortoir jusqu'à 14h - 14h05 (en général, ils dorment tous). Je m'assois à côté des enfants un peu "agités" et naviguent au fur et à mesure de leur endormissement. Mon atsem me remplace alors. Je prépare les tables pour les activités l'après-midi. Puis je fais un décloisonnement ou j'interviens en classe avec les maîtresses. Ils se réveillent pour les premiers vers 14h45/15h. Je les accueille pour faire des activités ou non selon leur envie (certains préfèrent jouer tranquillement aux coins, d'autres lire un livre...). Quand ils sont tous réveillés, je lance les activités de l'après-midi. Ils ne vont pas en récréation l'après-midi. Je préfère les garder en classe au calme. De ce fait, je ne suis jamais de service l'après-midi et toujours le matin (je pense qu'il est effectivement important pour les petits d'avoir leur maîtresse dans la cour)

Un grand merci à toi pour le partage et la richesse de ton blog.

A bientôt (j'expliquerai mon fonctionnement en "atelier" dès que j'aurais un peu de temps ;-)

Florence.

isa 16/01/2008 09:48

un grand merci à toi Flo ,pour mes lecteurs qui ,je pense, ont besoin de points de vue différents pour se construire leur propre démarche. Quant au livre, c'est venu de l'observation que certains élèves sont plus rapides que d'autres à aller se coucher et qu'il y avait une certaine effervescence dans le dortoir en attendant les derniers. Comme le livre était essentiel dans ma pratique, j'ai testé l'idée et ce fut "magique".Tous les élèves prennent un livre, alors qu'il n'y a aucune obligation, quelquefois, le problème est qu'un livre se retrouve best-seller et qu'il se trouve disputé, alors je procède toujours à un tirage au sort type am stram gram, ce que les élèves acceptent totalement , puis le livre passe de lit en lit si le temps le permet. 

bab 15/01/2008 19:23

Tout à fait d'accord avec ton point de vue !! Il m'apparait tout aussi nécessaire : la présence de l'enseignante au réveil des derniers dormeurs !! Il m'a fallu me "battre" en début d'année pour faire passer cette idée !! ( tout à fait entre nous ... yaurait pas une faute de frappe quant à ta date de naissance ??? Tu fais bien jeune pour l'âge indiqué ... et ne devrais-tu pas être en retraite .. si tu es vraiment de 1938 ??? hihihii!!)
Merci pour ce blog très revigorant et instructif pour moi ... future retraitée qui reprend une classe TPS/PS pour sa dernière année après avoir quitté des ados handicapés moteurs et déficients intellectuels !!!

isa 16/01/2008 09:36

eh bien Bab, je suis effectivement à la retraite, c'est écrit sur ma première page, les préparations correspondent à celles de l'an dernier quand j'exerçais encore. Maintenant , il y a peut être une exagération personnelle sur la date de naissance, j'ai un penchant pour l'absurde. Merci de ta contribution et de ta détermination , comment vis-tu ce changement handicapés/petites sections ?