réponse à Paloma sur la gestion des ateliers

Publié le par isa


La gestion des ateliers

Décidèment ce sujet est un vrai sujet de préoccupation, il m'apparait intéressant d'en faire profiter d'autres enseignants.
 Voici les interrogations de Paloma suivies de ma réponse:

Bonjour je souhaiterais avoir des conseils concernant l'organisation des ateliers en PS (29 enfants).J'avais l'habitude de m'organiser de cette façon : 1 atelier avec l'enseignante, 1 avec l'aide maternelle et 2 en autonomie (coins jeux ou réinvestissment mais sans consigne et évaluation, en sachant que dans la journée chacun réalisait 1 ou 2 ateliers dirigés). Les inconvénients : tous les enfants n'étaient pas en activité d'apprentissage en même temps (reproché par l'inspectrice)et les coins jeux étaient parfois bruyants (jeux d'imitation (poupée, animaux))et génants pour la concentration des enfants et les séances de langage. J'ai donc essayé une autre formule : 1 atelier avec l'enseignante, 1 avec l'aide maternelle et 2 en autonomie avec consignes et l'utilisation des coins jeux lorsque l'enfant a terminé son atelier. Les inconvénients : les enfants en autonomie venaient me voir pendant mon atelier pour me montrer leur réalisation (notamment celles en dim3)difficile de ne pas les regarder et évaluer de façon formative avec gestion des erreurs, mais dans ce cas je perdais le fil de mon atelier d'apprentissage.J'ai donc dit aux enfants que je ne pouvais être dérangée pendant mon atelier et qu'ils devaient réaliser leur atelier seuls avec la possibilité d'une activité libre lorsqu'ils avaient terminé et une évaluation différée. Mais certains en autonomie avaient donc réalisé leur travail puis étaient dans un coin jeux depuis un certain temps; ils n'étaient donc plus concentrés dans leur activité et avaient donc du mal à analyser leur travail avec moi. Et puis ceux qui rencontraient des difficultés pendant les ateliers autonomes savaient qu'ils ne pouvaient avoir l'aide de l'adulte et restaient donc bloqués. Merci pour vos conseils

Ma réponse:

Paloma,
J'aimerais savoir ce que toi ou ton inspectrice mettez sous le terme "activité d'apprentissage", certains ateliers type "modelage" peuvent être vécus en parfaite autonomie et répondre  au critére "apprentissage" : transformer un matériau en ajustant progressivement son geste en fonction de ses qualités physiques et plastiques; mais pour autant aucune évaluation n'est mise en place, il s'agit pour les élèves d'entrainement, de plaisir de transformation de la matière. Je ne crois pas qu'il soit impératif que tout ce que les élèves font soit systématiquement supervisé, pour autant en faisant ils apprennent,sans compter l'intérêt du travail en groupe sur le plan des échanges verbaux. Là aussi , il y a apprentissage et l'enseignant ne peut absolument pas évaluer ce qui s'est joué dans les interactions verbales. Il le fera lors d'un bilan langage ou sur un travail type album langage.
Tout ça pour te dire, que l'organisation des ateliers est une savante préparation dans laquelle l'enseignant doit trouver sa place de pédagogue. Pour moi, il est essentiel qu'il se trouve prés d'un groupe et non avec tous les élèves en même temps, il doit donc prévoir des ateliers de situation d'apprentissage où l'adulte est vraiment indispensable ( attention l'ATSEM n'a pas à se substituer à l'enseignant, un atelier géré par l'ATSEM est pour moi un atelier à grosse organisation matérielle type peinture ...) et d'autres ateliers d'apprentissage en autonomie.
Conclusion: ton fonctionnement premier me semblait bien, seulement tes ateliers en autonomie doivent être réfléchis et suffisamment incitatifs pour que les élèves aient envie d'y rester et ne partent pas dans les coins jeux au bout de 5 minutes.Ensuite, les élèves doivent tourner dans les ateliers comme ils le souhaitent quitte à refaire ou améliorer ce qui a été fait la veille.En maternelle, la tendance est un peu au zapping, les élèves font une fois et puis c'est tout , ils n'ont pas le temps de s'approprier les attentes et les compétences, or ils aiment recommencer encore et encore. Du point de vue de l'organisation , cela permet un nombre limité d'enfants aux coins jeux  ( en général , ils aiment être en atelier) et cela régule le niveau sonore de la classe. Enfin , il est irréaliste et hypocrite de penser qu'un enseignant qui a 29 élèves va pouvoir donner le meilleur de lui-même à tous les élèves en une journée. 
Voilà Paloma, je ne sais si j'ai répondu à ta demande.
n'hésite pas à me solliciter à nouveau.
isa

Publié dans organisation

Commenter cet article

sophie 06/10/2009 18:57



Ma foi je suis ravie de voir ces témoignages, et je vais donc persévérer avec courage ! Ceci étant, Isa j'ai comme tu me l'avais dit un jour très justement, fait confiance aux enfants qui
travaillaient seuls enleur exprimant clairement qu'ils avaient les outils pour y arriver, et du coup j'ai été plus proche de mon goupe de langage; la seule qui n'a pas parlé m'a dit avec un
hochement de tête qu'elle me raconterait plus tard ! Du coup je suis dit que je vais proposer aux enfants qui le souhaitent de venir me raconter une photo même si ce n'est pas "leur tour" dans
mon planning; étant donné que j'affiche les photos sur un tableau qui est à leu hauteur d'yeux, cela donnera peut-être des idées à certains !



isa 06/10/2009 19:05


tout à fait, Sophie, il faut de l'aléatoire pour que les élans ne soient pas brisés, et puis après tout rentre dans l'ordre, c'est d'ailleurs souvent lors de moments où on s'y attend le
moins qu'un enfant silencieux se met à parler.


Sylvie 06/10/2009 12:06


Suite à vos conseils, j'ai mis en place un cahier de langage l'an dernier dans la classe de TPS PS. Il est vrai qu'au début les enfants peu parleurs ne parlent pas. Comme c'est un cahier qui part à
la maison très souvent, et je voulais qu'il permette à l'enfant de parler avec ses parents, j'ai pris donc le temps de légender les photos. J'ai adopté un système de couleur de stylo (bleu c'est
l'enfant qui parle, vert c'est moi). A la fin de l'année dernière, chacun me parlait beaucoup sur les photos, pas facile même d'arriver à tout copier! Je n'avais donc plus besoin de mettre mes
commentaires. Convaincue de l'importance  de ce cahier, je recommence cette année. Nous avons débuté le cahier cette semaine  j'ai eu un groupe de très peu parleurs, mais avec
l'expérience de l'an dernier je sais que cela ne dure qu'un temps... et c'est tant mieux !


isa 06/10/2009 15:01


Voilà pour toutes celles qui craignent de se retrouver devant un enfant mutique un bel encouragement !


véro 05/10/2009 23:27


pour la première fois depuis de nombreuses années en ps-ms, j'arrive à concilier EPS (j'avoue que les années précédentes la séance se trouvait en fin de matinée donc souvent zappée faute de temps)
et mes deux plages d'ateliers le matin (sans compter la plage d'atelier de l'après-midi)!!! c'est la révolution pour moi. je suis super contente aussi car j'ai enfin compris comment faire
fonctionner un atelier langage. les photos des séances EPS fonctionnent très bien. je vois déjà l'évolution chez les MS qui sont passés de 1 à 2 phrases à environ 5 lignes en si peu de temps. même
mes PS au contact des plus grands commencent à avoir un discours plus fourni (ne se limitant plus à de la description): j'ai déjà quelques reformulations de consignes. merci à toi et à tes
commentaires qui me font beaucoup réfléchir sur ma pratique.


isa 06/10/2009 15:00


Je suis contente pour toi Véronique, merci d'apporter un témoignage d'appui.


sophie 05/10/2009 21:46


Effectivement il devait y avoir de l'impatience de ma part...il faut dire que j'entendais les autres enfants dire j'ai fini maitresse ! C'est donc aussi un problème de disponibilité de ma part j'en
suis consciente; en fait pendant ce temps de 1er atelier, mon atsem est dans la salle à côté avec mon groupe de peinture (6 élèves) et donc je suis la seule à pouvoir intervenir dans l'autre salle
où se trouvent mes 22 autres élèves; chaque enfant du groupe de langage avait bien choisi sa photo pendant que je mettais les autres au travail, mais le temps passe vite pour certains et je
suis souvent appelée par des enfants très rapides qui me demandent de valider leur travail . Demain je pensais demander à ces enfants de patienter en prenant un livre ou en allant dans un coin jeu
calmement, ce qui me laissera le temps de choisir moi le moment où j'irai vérifier leur travail tout en les laissant choisir un autre travail ou jeu en m'attendant sans qu'ils se
sentent brimés car je n'aurai pas été les voir; je vais aussi changer de table pour mon langage car les enfants peuvent être distraits par ceux qui bougent autour d'eux; j'espère ainsi
apporter une amélioration ...


isa 06/10/2009 14:58


Je vois bien Sophie que tu as tes réponses, c'est effectivement comme cela qu'il faut procéder, observer les points négatifs, imaginer des solutions, les tester, les valider ou les remettre
de nouveau en question. Et ce n'est qu'avec ce travail de réflexion que les choses évoluent et puis chaque jour est un jour différent. Parfois ça fonctionne à merveille et parfois c'est une trés
mauvaise journée. Il y a, d'après moi, des phénomènes que nous n'expliquons pas et notamment l'agitation certains jours, j'ai vu constater de l'agitation dans ma classe, en parler aux collègues qui
confirmaient aussi et en parler à mes enfants( élèves eux-mêmes) au lycée ou au collège qui faisaient aussi les mêmes constatations !!!!!


sophie 05/10/2009 17:02


Juste un bémol évidemment autrement ce serait trop facile ! J'ai vraiment du mal à faire parler les enfants avec des photos pour le cahier de langage; j'ai pris en priorité ceux que j'entends très
peu ou pas d'ordinaire et du coup je ne sais pas trop qu'écrire sous leurs photos : jedis par exemple ah c'est toi, tu joues au ballon ou tu fais la ronde, mais je n'obtiens que des hochement de
tête !! Du coup dans cet atelier qui se voudrait être celui où jecommunique le plus, il n'y a que moi qui parle !!! J'espère que ce ne sera que pour une courte durée, mais en attendant si tu as des
idées, je les lirai avec joie !


isa 05/10/2009 17:20


qui a dit que c'était facile ? Il n'y a rien de miraculeux aux propositions faites, il y a des intentions et des situations, ensuite il est nécessaire d'y croire et de savoir être patiente
, voire convaincante. Lorsque tu es avec ton petit qui parle peu, si tu parles à sa place comment veux tu qu'il parle ? Tu lui coupes l'herbe sous le pied. Tu lui as expliqué qu'il venait te
raconter ses photos, il doit d'abord choisir lui même, c'est déjà un acte de participation que de choisir sa photo, tu le laisses la regarder, tu lui proposes de la coller lui-même ( avec un peu
d'aide si nécessaire), puis doucement, tu lui dis: " Je vais écrire tout ce que tu me dis, qu'est-ce que tu vois sur cette photo ?" et tu attends avec lui, tu ne t'impatientes pas, si rien ne
vient, attache toi aux objets " qu'est-ce que c'est ça ?", ou aux autres enfants " et là c'est qui ?" tu peux aussi faire l'étonnée " tiens mais il n'y a pas dalma, il est dans la classe et toi
qu'est-ce que tu fais dans la salle de sport ?" Ne lui dis pas ce que tu attends qu'il te dise, et ne lui pose pas des questions dont la réponse est oui ou non, car les hochements de tête peuvent
durer un bon moment. Pour cela , il faut que tu réfléchisses et que tu écrives (peut-être au début) les questions qui seront les plus ouvertes possibles selon toi. C'est un exercice ce bilan
langage et nous ne sommes pas toujours formés à amener les enfants à parler .


sophie 04/10/2009 22:23


Chère Isa, je suis ravie de te faire partager une grande satisfaction : ça y est, j'arrive à faire mes 2 ateliers le matin avec mes 28 élèves, tout se passe agréablement et dans la sérénité, merci
pour tes encouragements !


isa 04/10/2009 23:04


Je suis ravie pour toi Sophie, comme quoi il faut essayer !


Sandrine 04/07/2009 09:57

Bonjour, concernant la gestion des ateliers, une conseillère pédagogique avait insisté sur le fait que c'est l'enseignante qui ouvre l'atelier en donnant la consigne ou les règles s'il s'agit d'un atelier en autonomie. L'essentiel est que les élèves puissent comprendre ce que l'on attend d'eux. Puis, c'est également notre rôle de fermer l'atelier en faisant un bilan avec eux. Autant vous dire qu'avec 34 élèves Ps Ms et Gs, cela était difficile mais je pense que cela peut porter à réflexion. Sur le site Maternailes, son organisation d'ateliers qu'elle ouvre de manière échelonnée pendant que les élèves sont encore affairés aux coins jeux du temps d'acceuil me semble un bon compromis.
Bonne continuation et merci pour votre site très riche pour nous aider à remettre en question notre fonctionnement et ainsi le faire évoluer au mieux.

isa 04/07/2009 13:18


merci pour ces précisions. Effectivement, il y a l'idéal et puis la réalité, il faut savoir être rigoureux tout en acceptant les aléas. La remise en question est motivante et créatrice,
l'humilité permet de garder les pieds sur terre, nous savons toutes que certains jours, les ateliers se mettent merveilleusement en place avec un enseignant disponible et bien organisé et des
élèves attentifs , et d'autres jours où la pagaille et le découragement dominent, c'est en acceptant cet état de fait qu'on progresse.


27/07/2008 22:25

Bonjour je viens d'apprendre ma nomination en maternelle pour la rentrée 2008 et je suis très heureuse cependant je me pose de sérieuses questions sur la façon de fonctionner. A mi-temps je vais être sur deux quart de temps soit une journée dans chaque classe.Les enseignantes à TD désirent garder une autonomie , une différenciation et non une continuité dans la semaine.Comment fonctionner sur une seule journée avec des ateliers qui risquent de fonctionner sur 4 semaines? De quoi vont se souvenir les élèves d'une semaine sur l'autre ? Que privilégier pour mon travail ne soit pas superficiel?
Merci d'avance pour l'attention portée à ce commentaire et bravo pour ce blog.

baillou 27/04/2008 14:57

pourriez vous me conseiller un livre sur la gestion des ateliers en petite section?

isa 27/04/2008 15:16


C'est bien le problème de la petite section, il existe peu de références bibliographiques et pédagogiques concernant spécifiquement cette classe. C'est aussi pour cette raison que j'ai ouvert ce
blog. Je ne peux malheureusement pas vous indiquer un livre sur la gestion des ateliers, peut-être y-a -t-il un lecteur du blog qui pourra donner cette information. Mais j'ai un autre livre à vous
conseiller si cela vous intéresse et qui balaye tous les niveaux de la scolarité, il s'agit de :" Aider les élèves à apprendre" de Gérard de Vecchi chez Hachette Education.  


paloma 13/04/2008 11:08

Merci beaucoup pour la réponse.

En ce qui concerne les ateliers d'apprentissage, mon inspectrice souhaitait que tous les ateliers aient une consigne et une évaluation formative. Dans ces conditions elle souhaitait que je laisse à certains moments mon atelier dirigé pour aller voir les autres ateliers avec un contrôle du travail et une gestion des erreurs : ce qui ne me semblait pas le plus judicieux (mais il est toujours difficile de contredire une inspectrice!)