la marionnette de classe

Publié le par isa

SOMMAIRE


le livre du blog pour vous guider dans l'utilisation de la marionnette et vous aider à vous  lancer dans des projets audacieux


la marionnette de classe
réponse à Stef sur la marionnette de classe
Dalma et les familles
modèle marionnettes cousues
conseils pour la fabrication des cheveux de marionnette
conseils pour la fabrication des cheveux (2)
les robes de marionnettes
premiers échanges avec les marionnettes
la marionnette , culturel retrouvé

galerie des marionnettes

les marionnettes partent en famille

la marionnette dans les familles

Dalma à Orléans chez Marie-Hélène 

Dalma en Médoc chez Blandine

premières nouvelles de Dalma93 par Valérie93

deuxièmes nouvelles de Dalma93 par Valérie93

dernières nouvelles de Dalma93 par Valérie93

Dalma à Matha chez Marie-Claire

Dalma chez les Gâvrais

la valise de la marionnette qui part dans les familles ( photos)

carnet de voyage de la marionnette ( photos)

carnet de voyage de Calinours chez Géraldine

séance de récit en photos

le livre de la marionnette dans les familles en photos

le voyage de la marionnette chez Christine T-B

fiche marionnette pour Pascale et les autres

 





LA MARIONNETTE

 

« La marionnette est un objet médiateur. Elle permet de créer des situations de communication où l’élève va ressentir le besoin d’échanger. Elle évoque le plaisir puisqu’elle rappelle l’objet transitionnel que beaucoup d’enfants possèdent ( nounours, doudou…) et avec lequel ils ont déjà un échange verbal.C’est d’ailleurs grâce à cette transitionnalité affective que les élèves s’animent et souhaitent lui faire des recommandations, ou bien des reproches dans un dialogue pourtant artificiel. Il y a pour eux une projection identificatoire qui les incitent à vouloir agir pour elle, comme elle, avec elle.

La marionnette permet de poser la frontière entre le réel et le fictif. L’espace de jeu qu’elle procure donne à l’élève la possibilité de s’entraîner dans des relations sociales.

Du point de vue du langage, elle permet l’évocation quotidienne puisqu’elle provoque le désir de relater , de la même façon, elle permet l’anticipation qui pourrait être de prévoir ses réactions ou bien de lui demander quelquechose. »

 

DANS LA CLASSE

 

Dés le premier jour, Dalma notre petit personnage est là. Il va vivre au rythme des élèves, sa présence les rassure, il partage des sentiments que chacun peut reconnaître : « J’ai gardé la clé de la maison, peut être que Maman viendra me chercher plus vite ». Dans les échanges qui suivent, certains élèves donnent des réponses à cette peur exprimée par la marionnette : « Les mamans, elles reviennent toujours », ou encore expliquent comment la surmonter :  « Faut prendre son doudou » et le groupe se soude autour de cet élément déclencheur.

 

Au fil des jours, Dalma apporte, questionne, évoque, disparaît, admire, reproche, rassure ….. Un lien affectif se noue.

Sa présence est signalée dans le cahier de liaison afin que les familles sachent de qui parle leur enfant quand il évoque Dalma.

 

Certaines années, un élève émet le souhait d’emmener Dalma chez lui, ou bien autrement ce sera lui qui dira son désir d’aller chez eux.

Cette perspective soulève un véritable enthousiasme, chacun se montrant impatient d’avoir l’heureux privilège.

Commenter cet article

christine 22/08/2011 19:14



bonjour,  j'ai  choisi une marionnette pour la rentrée qui est une cochonne "rosie"... une amie maîtresse G me dit que les  petits de maternelle ne pourrons pas s'indentifier à ce
personnage trop loin d'eux!! qu'en pensez-vous? j'étais déçye car c'est un investissement financier et j'ai  préparé du matériel avec sa photo...merci de mecommuniquer vos réaction... et
millemercis  pour ce blog magique!!!



isa 22/08/2011 19:42



écoute Christine, je ne sais ce que voulait dire ton amie, mais l'identification fonctionne surtout avec les paroles , c'est à dire par ce que va dire la marionnette de son vécu, crois tu
qu'on puisse s'identifier à des chouettes et pourtant crois moi avec le livre "Bébés chouettes" ça fonctionne, les enfants ressentent exactement ce qu'expriment ces drôles de bestioles. Si tu as
craqué sur une marionnette cochon et de surcroît chère, c'est bien qu'il s'est passé quelquechose, et ton attirance sera ressentie par tes élèves, ils l'adopteront comme tu l'as fait. Fais toi
confiance ! J'avais acheté une peluche cochon à ma fille aînée, assez encombrante d'ailleurs et elle l'aimait beaucoup.



val 27/08/2010 10:28



Bonjour isa,


Voilà quelques mois déjà que j'ai découvert ton site et que j'y navigue au gré du vent. J'y ai trouvé des tas d'albums que j'adorais et que j'utilisais moi-même avec mes petits, une conception de
l'enseignement qui me faisait écho. J'ai découvert de nouveux artistes pour mon plus grand bonheur!!!


Jusqu'alors, j'étais un peu sceptique quant à l'utilisation d'une marionnette dans la classe et, en te lisant, l'idée a fait son chemin et je pense que je vais tester cela cette année!! J'en vois
enfin l'utilité: un outil magnifique de langage. J'ai hâte!!! Merci pour ce lieu d'échanges



christelle 23/07/2009 19:32

marionnette
Christelle
Bonjour

Tout d'abord MERCI pour ce site formidable... J'aimerai introduire une marionnette dans ma classe de PS à la rentrée mais il y a une question que je me pose et pour laquelle je ne trouve pas de réponse : Est-ce que vous faites parler votre marionnette avec votre voix ou est-ce que vous modifiez votre voix lorsque Dalma s'exprime ? Merci pour votre réponse.

isa 23/07/2009 19:38


Bonsoir Christelle,
Effectivement, c'est un détail qui a été demandé plusieurs fois, je vais donc rajouter cette précision dans un de mes articles sur la marionnette .
Donc je changeais un peu ma voix de façon à ce que les élèves sachent si c'est moi qui parlais ou Dalma. Il n'y pas besoin de forcer trop le trait, juste un petit changement, moi je prenais un ton
plus enfantin, de façon à une meilleure identification pour eux.
En fait, si je donne toutes les explications, vous ne me ferez plus de commentaires et je serai triste ..... mais je vais quand même l'indiquer.


sonia 14/08/2008 22:52

Quelle chouette découverte! Après ces belles semaines de vacances mes neurones ont envie de cogiter école. Je suis nommée en maternelle sur un mi temps ps1 Ps2 ( après trois ans de SEGPA!) Quel plaisir de vous lire!! Pourriez vous me préciser d'avantage vos progressions quant à l'utilisation de Dalma?
Merci
sonia

isa 23/08/2008 20:52



Sonia, vous me demandez mes progressions quant à l’utilisation de Dalma. Cela m’interroge ….


Dalma est un prétexte au langage, un outil d’apprentissage.


Ce que je peux vous dire pour être plus claire, c’est qu’en début d’année c’est Dalma qui parle aux élèves, qui raconte , qui
interroge.


Puis progressivement au fil des mois, les élèves lui parlent, lui racontent ce qu’ils ont fait, tentent de l’interroger.


En fin d’année, ce sont eux qui parlent de Dalma.


Schématiquement voilà la progression :


ECOUTE – LANGAGE D’ACTION- LANGAGE DE COMMUNICATION-LANGAGE D’EVOCATION.


Est-ce ce que vous souhaitiez savoir ?


Bonne rentrée



Stef 18/04/2008 21:27

Bonjour!
Je tiens tout d'abord à vous remercier pour toutes les idées fournies par votre site (qui est fréquemment consulté par toutes les instit' de l'école).
Je suis liste complémentaire nommée en ZEP et j'avance parfois sur des oeufs avec mes bout d'choux. En début d'année, j'ai mis en place une marionnette-hérisson (châtaigne) qui nous a permis de voir comment vivaient les animaux de la forêt et plus encore. Lundi, elle sera de retour de son hibernation. J'ai un peu peur de la réaction de mes élèves. En effet, Châtaigne est toujours dans leur esprit et avait été un formidable vecteur de dialogue et même de communication pour mes Primo Arrivants mais c'était en novembre. Châtaigne continue de leur envoyer de ses nouvelles par lettre et photos interposées mais ils ont tellement grandi depuis!!!! Je me demande donc comment je vais pouvoir faire durer la magie.
De plus, j'ai prévu de leur faire jouer des pièces de théâtre avec des marionnettes sur le même modèle que notre mascotte (l'un d'entre-eux m'avait déjà demandé pourquoi j'avais ma main dans Châtaigne la dernière fois).
Bref, pourriez-vous éclairer un peu ma lanterne sur la façon que vous avez de faire vivre Dalma?
D'avance Merci.

isa 18/04/2008 22:32



Merci Stef pour votre intérêt.


Je tiens à vous rassurer , la magie opère et l’âge des enfants n’a rien à voir avec un quelconque désintérêt qui serait dû à la raison
( Je sais que c’est Maîtresse qui parle). J’ai animé des ateliers marionnettes avec des grandes sections et le plaisir était présent et partagé.


J’ai même eu des élèves partis en élémentaire qui revenaient me voir et qui me disaient vouloir reprendre Dalma chez eux, des mamans
qui regrettaient de n’avoir plus d’enfants en âge d’emmener Dalma……


J’ai commencé à vous expliquer le projet que je mets en place autour de la marionnette, et notamment ce qui va être fait en matière de
langage d’évocation au cours du dernier trimestre, je dévoile petit à petit l’enjeu. C’est un peu flou pour vous, je donnerai mon organisation progressivement.


Ce que je peux vous dire, c’est que Dalma a sa place dans la classe, il est dans une pochette souple , confortable et positionnée en
hauteur, seule l’enseignante le manipule en début d’année. Tous les jours, les élèves lui parlent, il est un « élève » particulier , il vit au rythme de la classe, il s’intéresse aux
élèves et eux à lui. C’est tout de même plus intéressant de raconter à Dalma ce qu’on vient de faire en EPS plutôt que de le dire à la maîtresse qui a tout vu.


C’est un excellent moyen de faire parler des élèves particulièrement timides, moins impressionnant qu’un adulte, plus proche par ses
aventures de la vie de l’élève, ceux-ci se trouvent en confiance.


De plus, il sert de support visuel dont ont tant besoin nos petits élèves, écouter la maîtresse parler, c’est difficile, regarder la
petite marionnette bouger et parler avec l’aide de la maîtresse, c’est beaucoup plus attrayant.


Le phénomène identificatoire permet à l’enseignante d’aborder des sujets de discussion de façon plus distante pour l’élève afin de
mieux y réfléchir ; exemple : « Dalma dit avoir peur des grands, les petits élèves se sentent concernés par cette peur, mais peuvent y réfléchir et chercher des solutions parce que
ce ne sont pas eux qui l’ont dit ».


Enfin concrètement , il y a un moment de langage avec Dalma ( souvent au cours du premier regroupement de la journée) et puis il
retourne à sa place et la journée se poursuit.


Le premier trimestre est très propice à l’utilisation d’une marionnette car il faut captiver les élèves et les amener à
se concentrer, vous verrez que le troisième trimestre peut aussi lui conférer une place d’honneur dans le but de travailler le langage d’évocation, l’objectif est différent, la marionnette est
donc un outil d’apprentissage.  


A bientôt