récits de vie pour un livre

Publié le par isa

Tous les pédagogues insistent sur le fait que l’élève a besoin d’un but pour donner du sens à ses apprentissages, de construire du sens à sa présence à l’école pour avoir envie d’apprendre.

 

Le projet des récits de vie ( emmener la marionnette chez soi et raconter ensuite) constitue l’amorce d’un apprentissage, mais pour que les élèves aient le sentiment de réalisation, il me semble intéressant de donner à ce projet un but. Travaillant chaque semaine sur un livre différent, ayant mis le livre au cœur de notre classe, en toute logique, les récits de vie de chacun des élèves vont être rassemblés en un livre, notre livre.

 

Nous allons écrire un livre de récits dont le héros est notre marionnette Dalma.

 

Afin que les élèves soient partie prenante de ce projet, l’affectivité doit jouer un rôle déclenchant, le fait de réaliser un objet à donner à lire aux parents renforce la valorisation de leur travail.

 

L’écriture d’un livre pour les parents est d’abord un travail sur le langage d’évocation mais il permet aussi aux élèves de se familiariser avec le français écrit à travers la dictée à l’adulte qui leur indique que ce qu’ils disent s’écrit, et que les livres lus tout au long de l’année sont le moteur de leur envie de raconter.

 

En résumé, notre marionnette Dalma vit dans la classe depuis la rentrée scolaire, au cours de ce dernier trimestre , période favorable pour ce type de projet puisque les élèves ont un meilleur niveau de langage et qu’ils se sont entraînés à évoquer avec l’album langage et les activités de rappel, nous mettons en place un échange quotidien de la marionnette dans les familles , chaque élève réalise un petit récit devant ses camarades de classe que l’enseignant écrit puis réunit avec les autres récits dans un livre.

 

 

A suivre : écrire un livre en Petite Section , quelles contraintes ?

Commenter cet article