conclusion et récits de vie

Publié le par isa

L’évocation est à la base de tout geste mental : pour mémoriser ou réfléchir , il faut avoir évoqué précédemment. C’est l’unique moyen de faire vivre dans sa tête le monde extérieur.

Il est de notre responsabilité d’emmener tous les élèves vers la réussite, de lever les obstacles, d’améliorer leurs performances, de valoriser leur travail et de porter sur eux un regard positif.

L’enseignant réfléchit à une programmation qui lui permet d’atteindre son objectif «  L’apprentissage du langage d’évocation » indispensable à toute activité intellectuelle, le projet qu’il conçoit est l’élément moteur en direction des élèves, les outils d’apprentissage sont les clés du bon fonctionnement de l’ensemble.

Ainsi la marionnette dans une classe de petite section constitue un point d’appui essentiel pour l’élève et pour le groupe dans leur démarche de construction du langage par son intérêt social et affectif.

En tant que pédagogue déterminé, l’enseignant doit être à la fois ambitieux et modeste. Ambitieux par le souci d’emmener ses élèves dans des directions difficiles mais calculées pour tenter des expériences innovantes et constructives, et modeste car dans le domaine du langage et de l’évocation, il est parfois complexe de mesurer la portée de son action, celle –ci s’évaluant sur la durée.

 

 L’affirmation de soi est indissociable de l’attention aux autres et  pour être considéré comme un interlocuteur à part entière , l’enfant doit être écouté, compris, sollicité et respecté.

La satisfaction partagée par les élèves, leurs familles et la maîtresse au moment de la réalisation du livre est grande. Les élèves sont fiers d’avoir créer ENSEMBLE et ce souvenir les suit, sera-t-il une motivation suffisamment forte pour qu’ils aient le désir de parler encore et de mieux en mieux, puis enfin d’écrire ? Le souhait de l’enseignant doit être fort ...........

Commenter cet article