la réunion avec les parents

Publié le par isa

Il est important de recevoir les parents au cours du premier trimestre .
Chaque année, je les recevais à peu près à cette époque. Les premièrès semaines, toute leur attention est focalisée sur l'adaptation de leur enfant. Ensuite vient le moment des questions, le "pourquoi tel choix ?", le "que faire pour ?" ... De plus,en se connaissant mieux,la confiance s'établit et ils oseront un peu plus participer à ce type de réunion. Il faut savoir que pour certains parents entrer dans une école est une démarche difficile l'institution leur fait peur, leur rappelle de mauvais souvenirs, ou tout simplement ils pensent qu'ils n'ont pas leur place.
Pour atténuer ces impressions, l'accueil du matin dans la classe où les parents sont libres d'accompagner leur enfant, de rester un peu avec lui, de lire des livres, de jouer aussi est un bon moyen d'y parvenir. Bien souvent , l'appréhension disparaît et la confiance s'installe. C'est un travail de fourmi, il faut savoir accueillir sans brusquer, en toute discrétion tout en se montrant disponible. Se sachant reconnu, le parent se libère et  le lien se noue. 
Il y a aussi les parents envahissants qui cherchent à accaparer l'enseignant et peuvent se montrer trés intrusifs. C'est à mes yeux la même démarche de reconnaissance, plus difficile à gérer, surtout du point de vue de la patience. Là aussi , il faut se montrer disponible tout en sachant mettre un terme à la discussion , le travail avec les élèves prime.
Donc une fois , le travail de reconnaissance mutuelle fait, la réunion avec les parents peut avoir lieu.

Que va t-on dire au cours de cette réunion ? Dans quel sens aller ?
Je vous soumets la démarche que j'avais choisie.
Il me semblait intéressant de partir de la journée de leur enfant et de décliner les informations au fur et à mesure . C'est vrai que les parents sont curieux d'imaginer ce que font leurs enfants durant la journée de classe. Afin de répondre à cette curiosité en donnant les informations importantes et leur place de parent dans la scolarité, je leur déroule une journée à l'école.

1. Accueil: temps consacré à la séparation et à l'adaptation avec l'aide de l'enseignant. Pas de collation ,apport de graisse et de sucre inutile, passage aux toilettes accompagné de l'ATSEM ou du parent puis dans la matinée à la demande , pas de passage aux toilettes collectif (temps d'agitation et de perte de temps) ce qui permet le développement de l'autonomie. ( Je précise que cela se passe trés bien contrairement à ce que la majorité des personnes pensent , il faut avoir une configuration matérielle qui le permette classe et toilettes à proximité)

2. EPS: explication des différentes séances de la semaine Lundi et Mardi : travail sur les objectifs "Jeux collectifs" "Athlétisme"pour le premier trimestre, Jeudi gym tapis : travail sur des séances avec gros matériel en commun avec les autres classe de l'école Vendredi :observation.

3.Regroupement: Dalma la marionnette vecteur de langage et d'attention, lien affectif nécessaire aux apprentissages. Présentation des cinq grands domaines d'activité : s'approprier le langage et découvrir l'écrit ,agir et s'exprimer avec son corps, découvrir le monde, percevoir, sentir,créer, imaginer, devenir élève  ( objectif de la période) , chacun des autres domaines sera travaillé de manière approfondie  durant une période.

4.Le livre et l'approche de l'écrit: fondamental de la scolarité, livres de bibliothèque travaillés chaque semaine, participation au projet écolire ( études de livres choisis et vote du meilleur selon les élèves), abonnement MINIMAX, prêt de livres chaque mois et à toutes les vacances pour inciter les parents à lire pour leur enfant.

5.La récréation: difficile pour les petits mais apprentissage de la collectivité, surveillance assurée par l'enseignante et des ATSEM.

6.Ateliers: traces dans le cahier de liaison chaque semaine, bilan de fin de période , cahier d'évaluation ( j'y reviendrai ), travail en petit groupe, les groupes peuvent être stables durant une période puis remaniés pour que les élèves apprennent à se connaître et à ne pas installer des rôles de façon permanente.

7.Cantine: difficile de manger dans le calme malgré les deux services pour alléger le nombre. Moment fatigant.

8. Dortoir: sieste nécessaire pour se reposer , être au calme pour récupérer du bruit et des sollicitations. Lever échelonné, les élèves se réveillent et viennent rejoindre l'enseignante qui fait du soutien avec les grandes sections. Travail individualisé.
 
9.Car: pas d'accompagnateurs dans tous les cars, les grands surveillent les petits !!!!!! ( c'était comme ça chez nous )

10. Autonomie, solidarité, apprentissage:  carte de présence  permettant de savoir quel atelier rejoindre, puis apprentissage de la lecture de son prénom et du prénom des autres élèves puis écriture de son prénom, groupes de travail pour l'appartenance au collectif, manteau et chaussures à mettre tout seul, principe d'aide mutuelle développée dans le classe, règles et cadres établis et reconnus par les élèves, école maternelle : école à part entière.

11.Langage:  l'album langage permet de prendre un petit groupe de 4 ou 5 élèves et de les faire parler individuellement sur leurs photos afin de les aider dans la construction de leur langage, Dalma la marionnette ira dans les familles au dernier trimestre pour le travail sur le langage d'évocation, bilans langage chaque trimestre. Si élève en difficulté, rencontre avec la famille, puis appel au réseau d'aide.

ETRE PARENT à L'ECOLE:
-intérêt pour la vie de son enfant à l'école aidé en cela par le cahier de liaison.
-ne pas hésiter à demander des informations, des explications, un rendez-vous.
-lecture du soir à ritualiser si possible.
-autonomie à encourager.

L'enfant de 3 ans a différentes tâches à entreprendre pour grandir:
- prendre ses distances vis à vis de sa mère.
-apprendre à partager
-s'identifier à un sexe: masculin ou féminin
-tirer parti de la stimulation intellectuelle à laquelle il est particulièrement sensible à cette période.

"Votre enfant va apprendre la frustration ( attendre, ne pas être satisfait immédiatement), utilisez ses nouvelles compétences pour de nouvelles exigences.
et surtout faites lui CONFIANCE."

Publié dans les parents

Commenter cet article

Aurélie 07/10/2008 19:56

Bonsoir Isa, je rentre de ma réunion de parents... Je suis "vidée" mais contente... Les parents sont venus me remercier à la fin pour ce que je faisais et en particulier le cahier de liaison qui était un vrai trésor... Mais qui devait me demander beaucoup de travail... Non !!! A peine !!! En tout cas, j'ai bien appuyé sur le fait que dans école maternelle on entendait surtout école. Mon discours avait pour arrière-plan tous tes bons conseils. J'ai terminé la réunion par leur projeter un film que j'ai monté sur la journée de leurs enfants. Ils étaient aux anges, tu penses... Merci encore et toujours pour tout ce que tu fais pour nous !

isa 08/10/2008 09:00


C'est vraiment satisfaisant d'avoir des bons retours par les parents car il est, pour moi, évident que cela est ressenti par leurs enfants et donc ils sont en confiance avec toi.
Bravo pour l'idée du film, cela leur permet d'être dans la classe sans perturber son fonctionnement par leur présence, même si à l'accueil pour moi ils avaient un temps de présence que je
favorisais, j'ai beaucoup eu des mamans qui lisaient pour un petit groupe ou qui se joignaient au jeu de légo ou qui se faisaient offrir un "café" dans le coin cuisine. Je suis contente pour toi
Aurélie.


brig 12/09/2008 12:53

merci à toi Marion d'avoir mis ainsi en relief nos difficultes car effectivement comme le dit Isa ,cette situation nous l'avons ttes connue ;; j'ai bcp apprecié la réponse d' Isa et tient cet article "sous le coude "pour venir y puiser des conseils au cas où . que ferions-nous sans toi Isa ? merci encore pour ton soutien quotidien

isa 12/09/2008 13:23


Vous trouveriez vos réponses vous-mêmes et vous n'êtes pas sans ressources, mais j'aime bien parler avec vous, je suis une grande bavarde et le sujet me passionne.


Marion 10/09/2008 21:36

Bonsoir Isa ! Bon eh bien il faut dire ce qui est ... : Je me suis déjà quant à moi "pris la tête avec des parents " ... Je t'explique ... Vendredi , un "petit agité" me pousse un enfant en récré , met du sable dans la tête d'un autre , n'obéit pas en classe ... A la sortie , je m'informe sur le comportement de l'enfant chez nounou en disant à cette même nounou qu'ici c'est difficile et en expliquant son comportement ...J'apprends par la même occasion que nounou aussi a du mal avec lui ... coup de fil du papa à 14h (normal me diras-tu) mais en plus maman qui débarque en fin de journée "sortie exprès du travail plus tôt" pour me toiser (si,si) en me disant "Je ne comprends pas , je suis très étonnée , il n'y a jamais eu aucun souci l'année dernière (ben voyons , ma collègue m'a décrit l'enfant comme "insupportable" , mais elle n'en a jamais dit mot , sachant que c'étaient des parents "à histoires ..."),au centre aéré non plus , vous êtes la première à me dire ça , êtes-vous sûre ? n'a-t-il pas voulu empoigner un peu vigoureusement "par affection" l'autre enfant ? pour le sable , n'était-ce pas un prêté pour un rendu ? ... Enfant très choyé, très écouté , quant à moi je suis déjà discréditée devant lui , forcément ... Bon je t'avoue qu'avec des parents comme ça j'ai beaucoup de mal ... J'ai pris le parti de ne plus rien leur dire "oui , tout va bien" pour ne pas avoir d'ennuis ... puisque de toutes façons ils ne me croient pas ... T'est-ce déjà arrivé? Comment gérais-tu ??? Mais toi , tu sembles si "zen" et philosophe ... Merci d'avance !!! Marion .

isa 11/09/2008 10:53



Et bien Marion tu a fais une expérience que nous avons tous ou presque connue. L’ancienneté nous apprend qu’il est mieux de parler des
difficultés d’un enfant directement aux parents plutôt qu’à la nounou. Tu ne sais pas ce qu’elle a rapporté de tes propos, elle a elle-même des problèmes , elle y a mis sa propre émotion ce qui
surajoute à la culpabilité des parents. Déplace ton regard Marion et dis moi si tu aimerais apprendre par ta nounou que ton fils est insupportable en classe au bout de 15 jour
d’école ?


Première règle , tu fais venir les parents et tu leur expliques que pour aider leur enfant à se socialiser tu vas avoir besoin de leur
appui, c’est de la co-éducation. Tu ne leur dis pas : j’ai du mal car tu te disqualifies toi-même ( après tout tu es une professionnelle de la petite enfance), tu leur indiques que leur
enfant entre en relation avec les autres sur un mode agressif qui peut , peut être s’expliquer par son langage non construit ( est-ce le cas ?), que le cadre scolaire est exigeant pour des
petits mais qu’il leur permet de se socialiser, que tu vas tout faire pour l’aider mais qu’il est important qu’ils insistent auprès de leur enfant sur  le respect des autres enfants et des adultes. Très souvent , la première réaction des parents est , ce que tu as vu, le déni de leur propre difficulté, ce qui
en dit long sur leur souffrance. Respecte cette protection dont ils ont ,pour l’instant, besoin. Vous allez être amenés à vous revoir, il faut un suivi qui va dire aux parents les progrès de leur
enfant car il faut aussi qu’ils sachent que cela va mieux , donc au cours des prochaines rencontres , il se peut que les parents craquent le voile de la vérité et te disent leur souffrance, c’est
le moment pour leur dire ton soutien . Tous ces moments vont aider ce petit enfant à grandir. De ton côté en classe, prends le temps de l’observer ( fiche d’observation dans mon blog), tente de
comprendre quand est-ce qu’il se montre plus agressif, demande lui de rappeler les règles de respect des autres ,sauf s’il n’a pas le langage bien sûr, mais lorsqu’un enfant verbalise la règle ,
il s’y tient mieux, recherche ce qu’il fait bien et prend appui sur cela ( ex :il aime rendre service, valorise le dans ce sens). Ce sont souvent des petits détails qui décoincent des
situations tendues. Mais surtout ne le vois pas comme ton adversaire, c’est toi l’adulte et c’est à toi qu’incombent les efforts pour l’aider à surmonter son manque de contrôle. Si cela est trop
difficile, il faudra peut être envisager une aide spécifique type réseau d’aide, mais il faut vous laisser le temps à tous les deux de vous comprendre, ne rien précipiter. Va lire mon article sur
« l’autorité de l’enseignant », j’y donne quelques conseils pour gérer l’indiscipline. Pour conclure, je dirais qu’il serait bien que tu invites les parents et que tu rattrapes la
situation ( ex :je pense qu’il y a eu malentendu lors de notre entrevue voilà comment je vous propose que nous réfléchissions)car effectivement tu vas avoir des difficultés avec ce petit si
les parents sont contre toi. Enfin pour te rassurer , j’ai connu cette situation avec une petite fille qui était particulièrement indisciplinée, quand j’en ai parlé à la maman , elle m’a dit
qu’elle ne comprenait pas que chez elle tout allait bien, j’ai continué à lui dire que je voulais l’aider, finalement elle est arrivée le lendemain matin et s’est écroulée en  pleurs et m’a dit qu’elle n’en pouvait plus , qu’aucune personne de sa famille ne voulait plus garder sa fille, à partir de ce jour là, les choses se sont
vraiment arrangées avec la petite. Courage Marion c’est le métier qui rentre et toutes les expériences sont utiles. Je reste à ton écoute.