remédiation langage avec les grandes sections

Publié le par isa

SOMMAIRE

remédiation langage avec les grandes sections
séance 1 faibles parleurs: Petit Doux n'a pas peur
séance 2 faibles parleurs: images pour raconter
séance 3 faibles parleurs: légos et récit
séance 4 faibles parleurs: images de publicité
séance 5 faibles parleurs: oeuvres d'art
séance 6 faibles parleurs: les émotions

séance 1 grands parleurs: objets insolites
séance 2 grands parleurs: jeu du portrait
séance 3 grands parleurs: dessin sous la dictée
séance 4 grands parleurs: débat sur la récréation
séance 5 grands parleurs: débat sur grandir
séance 6 grands parleurs: débat interdit/permis

réunion des groupes
séance 1 groupes réunis: travail avec les marionnettes
séance 2 groupes réunis: le micro partagé
séance 3 groupes réunis: affiche mystérieuse
défi langage ( fiche)
séance 4 groupes réunis: album sans texte
séance 5 groupes réunis: lecture d'un conte
séance 6 groupes réunis: parler sans support visuel
séance 7 groupes réunis: conversation autonome
séance 8 groupes réunis: bilan individuel




Comme les articles sur « l’après midi en petite section » ou « quand les petits dorment ,les grands peignent », voici une promesse que j’avais tenue dans un des nombreux commentaires et que je n’avais pas encore concrétisée.

Il s’agit du travail que je faisais en soutien langage avec les grandes sections que je prenais deux après-midi par semaine pour des séances de 45 mn.

Je vous livre le travail de présentation que je faisais à l’époque . Cet article sera suivi  d’autres où je vous donnerai des exemples concrets de séances de langage que je faisais pour le soutien.

 

« Suite à l’observation des maîtresses durant la première période du premier trimestre, je prends en charge deux groupes d’élèves de grande section en soutien langage le lundi et le vendredi après- midi.

Pour le premier groupe dit groupe 1, il s’agit d’aider les élèves à prendre confiance en eux et à oser parler au cours des regroupements, tout en restant dans le propos de l’échange.

Pour le second groupe dit groupe 2, il faut reprendre avec eux les règles de conversation et leur apprendre à tenir compte des autres , à savoir demander la parole et à ne pas accaparer la discussion tout en ayant un comportement permettant l’écoute active.

Chaque groupe est composé de 9 élèves.

 

Pour le groupe 1, les premières séances tentent de les mettre individuellement face à leur peur (parler devant les autres ,assis en position centrale) et en tirer une satisfaction qui leur permette de comprendre ce qu’ils peuvent surmonter. Puis , pour les séances suivantes, à travers des petits jeux d’observation et de concentration ( mémoire visuelle), d’attention et d’écoute (mémoire auditive), ils prennent conscience de leurs propres performances afin de les valoriser et de développer leur confiance en eux.

 

Pour le groupe 2, dans un premier temps, il s’agit de mettre en place les conditions matérielles pour une écoute active. Chacun doit trouver la meilleure place ( ex : pas à côté du copain qui me distrait …..) afin de garantir l’attention et le respect des règles. Par ce choix autonome, les élèves sont responsabilisés et ont à cœur de montrer qu’ils ont raison de leur décision. Ensuite, il faut établir les règles de conversation et les répéter à chaque séance. Par le jeu du silence ( rester silencieux durant une minute à suivre sur l’horloge marquée d’une gommette), ils prennent conscience de leur capacité de contrôle d’eux-mêmes. Enfin ils apprennent à s’écouter dans des exercices de langage devant le groupe.

 

Dans un second temps, de Janvier à Avril, les deux groupes sont réunis ( 18 élèves Lundi et Vendredi). Il est important qu’ils soient confrontés aux difficultés des autres et mutuellement ils aient le sentiment de servir leurs copains. D’ailleurs un parrainage est institué dés les premières séances, un élève du groupe 2 doit aider un autre du groupe 1 à prendre la parole. Ils apprécient cette responsabilité même si certains ne savent que faire pour aider le copain. Je décide de leur faire vivre des situations extrêmes en matière de règles. Ainsi une séance se déroule en binômes ( groupe 1 et 2), chaque binôme possède un micro, celui qui a le micro peut parler mais dés qu’il le fait , le second s’empare du micro à son tour, s’il ne parle pas , son partenaire ne récupère pas la parole. C’est une situation extrêmement contraignante et frustrante que les élèves vivent de façons différentes. Lors de la séance suivante, la plus grande liberté est laissée à chacun, ils peuvent parler en toute liberté, en laissant les règles de conversation de côté. Cette séance est vécue douloureusement par tous les participants. Le point est fait au regroupement suivant , tous les élèves sont affirmatifs, il faut des règles. Un grand pas vient d’être franchi.

 

Commence alors la période de défi personnel, les élèves du groupe 1 doivent gagner des gommettes en prenant la parole, et ceux du groupe 2 ne doivent pas en perdre sachant que je leur accorde 3 gommettes en début de séance. Le tableau est visible de tous, dés qu’un élève ne respecte pas une règle que nous avons établie, je raye une de ses gommettes sans un mot ou inversement lorsqu’un ose parler , je lui attribue une gommette. La visualisation de ses difficultés et de ses progrès incite chacun à vouloir mieux faire. Les résultats sont rapides. Il faut maintenant passer de ces réussites en groupe de soutien à celles en classe. Je propose aux élèves le même principe ( les gommettes à gagner ou à ne pas perdre) sous forme de petite fiche sur laquelle apparaît la tâche à accomplir et le nombre de regroupements concernés ( au début du défi , l’élève doit réussir dans un ou deux regroupements dans sa classe, puis au fil des semaines ce sont tous les regroupements, c’est la maîtresse de la classe qui gère la fiche). Au retour en groupe de soutien, chacun est félicité par le groupe selon ses réussites. Ce travail personnel est , pour certains, une confrontation à leur difficulté afin de  maintenir en continu leurs efforts.

 

Ce travail de soutien se termine par un entretien individuel où chacun exprime ce qu’il sait de ses difficultés de départ, puis de ses progrès et enfin de ses perspectives. » 

Publié dans soutien langage GS

Commenter cet article

Dracip27 06/12/2008 21:40

Bonjour et Bienvenue dans ma communauté"Le champ du monde". Je voudrais profiter de ce contact pour rappeler que les sujets"politique" et "adulte" seront exclus. Cette parenthèse faite je vous présente à nouveau mes vœux de bienvenue et vous accepte avec un très grand plaisir. A + tard .Dracip

Fanny 06/12/2008 15:31

Bon d'accord, j'abuse: ça fait des jours et des jours que je n'ai pas posté un commentaire, trop occupée par ma petite vie et mes microbes mais là je suis super intéressée par ce sujet qui correspond totalement à ma situation du moment. Pour organiser notre soutien, nous nous sommes inspirées du lien que tu avais mis et j'ai en charge le groupe des enfants qui manquent de confiance en eux. Jusqu'à présent je leur ai proposé plutôt des exercices vocaux et des petites activités de théâtre mis je n'ai pas l'impression d'être d'une grande efficacité...
J'ai donc une grande hâte de lire la suite de cet article et d'avoir des exemples concrets de situation à proposer à ces enfants-là. Un grand merci pour tout ce que tu nous donnes.

isa 06/12/2008 16:10


je me doute bien que ce travail va intéresser, et tu n'as pas à te sentir gênée de montrer de nouveau le bout du nez après un long silence, même si chacun ne m'écrit pas, je sais par mes
statistiques que vous êtes là (entre 600 et 1000 par jour tout de même ! J'en suis toute heureuse et ça me suffirait presque mais j'aime bien aussi quand vous m'écrivez !)
Donc Fanny, je vais effectivement donner des séances de soutien, ce qui me paraît important c'est déjà de s'intéresser à ces enfants qui n'osent pas, je vous ai fait lire l'histoire
de Victor pour insister sur les attitudes qui amènent la confiance en soi, les éléments positifs que chacun a au fond de lui, c'est dans cette démarche que s'inscrit le soutien. Ne dis pas que tu
n'as pas l'impression d'être d'une grande efficacité, c'est un long travail et il faut des critères objectifs, c'est pourquoi , j'avais mis en place le système des petites fiches
avec gommettes, l'élève a besoin de savoir s'il progresse, il comprend alors mieux ce qu'on attend de lui. Je vais essayer de mettre en ligne Lundi ou Mardi plusieurs séances pour les
deux groupes. à bientôt Fanny et soigne ton invasion de microbes.