semaine 18 "Patatras"

Publié le par isa

 

LE LIVRE DE LA SEMAINE

 

Le livre de Philippe Corentin est drôle, plein d’énergie et de dynamisme. Il évoque la vitesse, la précipitation, la maladresse corporelle mais aussi l’amitié, l’affection, le jeu et la fête.

Il demande à être théatralisé ( ce qui est bien en période de mime). Le texte est écrit sous forme d’un monologue, les images se suivent à un pas cadencé que le ton doit accompagner.

Ce livre convient parfaitement à la période concernée ainsi qu’à la semaine où l’école fête les rois.

Le mime , art vivant, trouve dans les illustrations matière à exploitation.

Le loup fait ,bien-sûr, penser au clown dont l’un des ressorts comiques est la chute.

Les élèves avancent dans l’exercice du mime et vont devoir illustrer corporellement toute la scène du livre.

 

 

 

 

OBJECTIFS :

 

Agir et s’exprimer avec son corps : fiche 12 «  Parcours gymnique niveau 2 » , mime à partir du livre de la semaine (toute la scène : marcher, tomber, descendre les escaliers, enjamber la baignoire, remonter, tomber encore)

 

Devenir élève : coopérer lors du mime.

 

Découvrir le monde : représenter la quantité 3 ( bougies sur galette) en manipulation puis en abstraction.

 

Percevoir, sentir, imaginer, créer :  réalisation de sa couronne :mouvement artistique de référence «  Le Bauhaus »: collage du papier brillant découpé en carrés dans le quadrillage et morceaux de papiers sur les pointes de la couronne , collage des initiales du prénom de l’élève.

 

S’approprier le langage :   album langage : travail sur les pronoms (il ou elle) à partir des photos prises durant les mimes ( à prévoir) , imagier : un mot par jour ( descendre, tomber, marcher en équilibre,effort).


Découvrir l’écrit :
 reconstitution de son prénom lettre par lettre, tri pour collage de son initiale sur sa couronne.

 

 

 

COMMENTAIRES :

 

 

Comme promis ,le micro –projet autour de la fête de la galette s’achève par la grande rencontre qui a lieu le Vendredi après midi avec tous les élèves de l’école; mais aussi par la réalisation d’une photo de sa couronne, plusieurs options s’offrent à l’enseignant : soit il ne souhaite pas confier son appareil photo numérique ( ou celui de l’école )à des mains non expertes et dans ce cas, il investit dans un appareil photo jetable avec pour inconvénients le développement tardif des photos et la non –vérification du cadrage ( cela peut donner des photos très artistiques !!!!) soit il prend le risque ( mesuré puisqu’il est présent et attentif) de responsabiliser chaque élève en lui confiant l’appareil numérique qui permet de vérifier la photo et de la refaire si besoin est. La séance photo va prendre un certain temps, je l’avais faite le Vendredi matin à la place du travail sur l’album langage ainsi qu’une partie de l’accueil. L’avantage est que ,le midi, l’enseignant imprime les photos et peut les coller dans les cahiers de liaison le jour même. Ce travail autour de la photo est un prolongement de la période précédente où les élèves ont compris que leur mémoire se fabrique des souvenirs , à l’appui ,quelquefois, de photos du passé ; ils concrétisent ainsi un acte mémoriel.

 

 

LES REGROUPEMENTS :

Regroupement 1 9h30-9h45 :

 

 

     Lundi  : De retour en classe, suite à la séance d’EPS, les élèves vont expliquer à Dalma ce qu’ils ont fait à partir d’une maquette ( clippos, légos + figurines représentant une partie du parcours gymnique) . L’élève volontaire doit utiliser le vocabulaire nécessaire afin que Dalma comprenne que cette petite brique est le banc ou que cette boîte est le meuble sur lequel il faut monter. Bref, l’enseignant s’assure que les élèves réinvestissent le vocabulaire travaillé la semaine dernière. Ensuite, il montre l’image du mot du jour : descendre,les élèves doivent le dire ou tenter de le comprendre. Chaque jour , ils ont un petit travail à faire autour de ce mot ( puzzle, coloriage, dessin, graphisme, collage…..) avant de le coller dans l’imagier.

 

 

     Mardi : idem Lundi, mot du jour : tomber.

 

 

     Jeudi : idem Mardi, mot du jour :marcher en équilibre.

 

 

 

     Vendredi: idem Jeudi, mot du jour :effort.

 

 

     

 

ATELIERS avant la récréation

N°1 S’approprier le langage

«  Je parle avec l’aide de mon album langage, j’utilise le pronom « il » ou « elle »  pour parler des autres.

 

Objectifs : développement de la maîtrise du langage, travailler le langage d’évocation.

Compétence visée :  utilisation du pronom il ou elle.

Support  : album langage

Matériel :photos prises lors des séances de mime.

Consigne : « Je propose que tu choisisses la photo d’un copain ou d’une copine et que tu me dises ce qu’il mimait  »

 

SAUF LE VENDREDI ,SEANCE PHOTO DES COURONNES .

 

N°2 S’approprier le langage

«  Je colle un mot dans mon imagier »

 

 Objectif : travail sur le vocabulaire.

Compétence visée :  comprendre et acquérir un vocabulaire pertinent

. Matériel :  fiche mot + pot de colle

Consigne : « Tu reconstitues l’image du mot à coller dans ton imagier ».

 

Tous les mots font partie du stock de mots à connaître à 4 ans.

 

 

   

    Fiche  3 mots imagier : descendre et tomber

   

    Fiche 4 mots imagier : marcher en équilibre et effort

 

Regroupement 2 10h30-10h45 :

 

     Lundi  :  Lecture du livre de la semaine, l’enseignant s’arrête à chaque question posée dans le livre et propose aux élèves d’y répondre. Il indique ensuite que le mime va porter sur le déroulement de toute la scène . Le groupe coopère en indiquant à l’élève volontaire ce qu’il doit faire avec l’appui des images.Le groupe chante la chanson de l’anniversaire.

 

     Mardi : Lecture du livre de la semaine. L’enseignant s’arrête de nouveau aux questions et interroge les élèves, leurs réponses tiennent compte de ce qu’ils ont appris la veille à la lecture entière du livre. Pour le mime , idem Lundi.

 

 

    Jeudi : Lecture du livre de la semaine . Le mime se fait sans les images , les élèves guident l’élève afin qu’il se rappelle des différentes attitudes du loup.

 

     Vendredi: Lecture collective du cahier de liaison. Lecture du livre de la semaine en même temps que le mime. L’élève joue au fur et à mesure que l’enseignant lit et tourne les pages.

 

ATELIERS après la récréation et la sieste

 

 

N°1 S’approprier le langage

«  Je reconstitue mon prénom»

 

Objectifs : identification de formes écrites..

Compétence visée :  distinguer les lettres , reconnaître son prénom en majuscules d’imprimerie

Support  : feuille photocopiée

Matériel :pot de colle par élève + petites lettres du prénom pour chacun.

Consigne : « Tu colles les lettres de ton prénom à leur place»

 

 

N°2 Percevoir, sentir, imaginer, créer

«  Je décore ma couronne »

 

Objectif : inspiration  mouvement artistique « Le Bauhaus » et l’artiste «  Klee » notions : cloisonnement et alternance.

Compétence visée :  se familiariser avec les formes d’expression artistiques.

Support :  gabarit couronne en bristol peinte.

Matériel : petites lettres + papier brillant découpé en carré.

Consigne :  « Tu cherches l’initiale de ton prénom que tu colles dans plusieurs cases , puis tu choisis de coller des carrés brillants dans d’autres cases et tu finis par les pointes de ta couronne que tu recouvres de papier brillant»

 

A la fin de l’atelier l’élève , avec l’aide de l’ATSEM ou de l’enseignant, scotche ses tourbillons de fil de fer ( préparés la semaine dernière) pour terminer sa décoration.

  

 

N°3Découvrir le monde

«  Je mets trois bougies sur ma galette»

 

Objectifs : approche des quantités.

Compétence visée :  représenter une quantité donnée, suite des nombres jusqu’à 3.

Support  : feuille photocopiée + étiquettes bougies.

Matériel :de la pâte à modeler + bougies puis colle.

Consigne : « tu fabriques une galette en pâte à modeler , tu plantes trois bougies sur ta galette quand tu as réussi, tu recommences sur ta fiche, il faut coller 3 bougies sur chaque galette »

 

 

N°4 S’approprier le langage

 «  Je m’entraîne à la compréhension de texte avec l’aide de la maîtresse»

 

Objectifs : travailler la compréhension de texte.

Compétence visée :  comprendre une histoire courte en répondant à des questions simples sur le texte écouté.

Support  : -

Matériel :le livre de la semaine + image du loup du livre + image des lapins.

Consigne : « Nous allons relire le livre ensemble, quand je m’arrêterai , vous devrez me montrer si je parle du loup ou des lapins , exemple : il n’a pas l’air content l’animal, qui est-ce : le loup ou les lapins ? »

 

L’enseignant s’attache à travailler encore une fois avec les élèves les anaphores ( les différents il ou ils du livre désignent parfois le loup, parfois les lapins), l’enseignant s’attache à vérifier la compréhension de chacun, celui qui est désigné pour répondre doit montrer l’image de l’animal concerné.

 

 

 

LES FICHES:

 

Fiche prénom à reconstituer.

 

Fiche bougies et galette.

 

Commenter cet article

mareva 17/01/2009 18:53

bonjour isa
nos vacances sont au mois de juillet du début du mois (02/07) et nous avons 6 semaines. l'année est découpée:période1: 5 semaines de travail puis 1 semaine de vacances; P2: 5semaines de travail et 2 semaines de vacances; P3: 5 sem et 1 mois de vacances à noel; ainsi de suite.
en langage, c'est vrai que c'est pas évident, en fait je profite de l'accueil échelonnée pour vite commencer l'album langage, ils sont de bonne humeur tôt le matin, tout le monde n'est pas encore arrivé donc c'est pour moi le moment idéal et puis avec les retardataires, je le fais à un autre moment dans la journée. en ce qui concerne les arts plastiques, souvent je le fait avec toute la classe, moyen de faire autrement, j'ai un couloir assez large à l'arrière de ma classe qui me permet de bien circuler et de faire travailler tout le monde en même temps; si quelqu'un a des solutions je suis preneuse;
cependant le plus difficile pour moi, c'est de trouver des ateliers autonomes assez intéressants pour que les enfants restent dans leur groupe pendant que je suis en dirigé avec les autres; quand l'activité ne leur plaît pas, ils se lèvent et se promènent dans la classe et là c'est la zone.
tu dois te dire: "mais qu'est ce que c'est que cette instit??" il ne faut pas oublier que je suis dans une zone considérée comme ZEP et donc il faut s'accrocher; beaucoup ne veulent pas prendre cette classe parce que toute seule c'est pas évident à gérer. après le travail je fait du sport pour évacuer le stress et être en forme avec les petits. je n'me décourage pas, quand les habitudes vont revenir, je penses que la classe va rouler et je vais pouvoir introduire plus d'activités d'apprentissages. déjà, ils ne font plus pipi dans la culotte en classe, c'est déjà un bon début.
le grand problème au niveau du langage c'est le mélange des 2 langues: français tahitien, les enfants ne sont pas structurés. le vocabulaire est pauvre, donc il faut tout apporter;ils ne font pas tous des phrases,ils n'ont pas l'habitude qu'on leur demande de s'exprimer; souvent dans certaines familles polynésienne, les enfants n'ont pas droit à la parole, c'est une mentalité que l'on tente de changer; la nouvelle génération a changée mais il reste encore un bon nombre qui vit à l'ancienne.

isa 17/01/2009 21:47


oh ,non pas du tout, je ne me dis pas :"Qu'est-ce que c'est que cette instit ?" , chacun travaille avec ses moyens et je trouve vraiment bien que malgré tout , tu leur fasses faire de l'art
plastique tout en étant seule, d'autres se diraient "ce n'est pas possible, je ne pourrais jamais gérer" donc bravo Mareva de trouver le courage et l'élan de le faire, car la peinture fait vraiment
partie de ces activités qui les intéressent et les aident dans leur développement, c'est dommage mais cela fait aussi partie de ces activités motivantes que tu demandes, lorsque les élèves savent
utiliser le coin peinture en autonomie, l'enseignant peut être à peu près tranquille lorsqu'il les laisse en activité autonome dans cet atelier, pour qu'ils aient envie de rester , il faut que tes
ateliers aient un but, même s'ils sont autonomes, il faut que les élèves aient compris ce qu'on attendait d'eux et que par cette compréhension ils aient le désir d'y répondre, donc il faut toujours
les lier à ce qui est fait dans la classe ,c'est toute l'imagination de l'enseignant qui est donc sollicitée.
Ta pratique sportive pour évacuer est un excellent moyen d'équilibrer vie professionnelle et vie personnelle, c'est extrêmement bénéfique, je ne saurais trop  le conseiller. Moi aussi j'ai
toujours fait du sport, ainsi on garde dynamisme car les petits nous en demandent beaucoup et moral car c'est un bienfait pour l'esprit. Avec tout ça , tu es sur la bonne voie pour faire que
ton rôle soit en grande faveur de tous les enfants. Merci pour les renseignements concernant les vacances, effectivement , les vacances en milieu d'année scolaire , c'est compliqué, pour les petits
cela équivaut à deux rentrées !!!! Bon courage pour tout ton travail et sois rassurée.


mareva 17/01/2009 01:25

bonjour,
eh bien,pour ne pas qu'il y ait trop de pagaille dans la classe, j'ai un groupe en atelier dirigé avec moi et 3 groupes en autonomie avec des réinvestissements de notions qu'ils connaissent. au dessus de chaque table il y a la forme du groupe (rond, carré etc.) sur lesquels j'ai collé les photos des enfants selon leur choix d'appartenance à tel ou tel groupe et une fois la consigne donnée, ils savent où se diriger. le plus dur c'est qu'il faut en ce moment repasser par derrière, sinon,ils n'arrivent pas au bon endroit.
pour l'inspection, nous sommes prévenus 48 heures à l'avance. donc il peut venir à tout moment. depuis l'an dernier il nous dit qu'il va passer et toujours pas de nouvelles
voilà! seule en classe avec 8 STP et 18 SP c'est pas simple. donc l'an prochain je penses prendre une STP qui est limitée à 20 élèves ce sera peut être plus simple avec un niveau et moins d'enfants.

isa 17/01/2009 14:22


eh, bien ton organisation semble être cohérente , j'imagine que tu ne peux pas faire autant d'ateliers d'apprentissage et de création qu'il est possible de faire lorsqu'on est deux adultes,
de même pour les ateliers langage, ce ne doit pas être simple. Malheureusement, je suis sûre que tu n'es pas la seule dans ce cas-là, il y a des grandes disparités selon les régions et même les
communes.Quand êtes -vous en grandes vacances ? Avez vous comme à la Réunion celles ci en plein milieu de l'année scolaire ?