CLIQUEZ SUR LE THEME qui vous intéresse
micropolaire_bleu_clair-1.jpg  ateliers-autonomes.jpg   PUL-vert-anis-1.jpg   vert-3-1.jpg   cahier journal 7   

chansons.jpg  

coins-jeux.jpg   
 bleu-2-1.jpg   pois-3-1.jpg    marionnette 17   rayures22-1.jpg   pul_rose_clair-1.jpg   rouge-1   photos
                       PHOTOS.jpg                      rituels.jpg    trucs 24    salle des maitres    sacs à album-copie-1    carre3.jpg    artistes
                pois-20rouge-1.jpg

    saumon-1.jpg

 taupe-1.jpg   vichyGC-bleu-fonce600-2.jpg

  2011

                 2012.jpg                   carré2           
              vert-4-1.jpg                tribune libre 2010-2011               tribune-libre-2012.jpg               tribune libre                TRIBUNE.jpg   carre5.jpg

 livre isa

 
ANNEE SCOLAIRE 2013-2014    
  
     
devenir élève 1-copie-2   agir   DECOUVRIR   PERCEVOIR   LANGAGE   CAHIER   EPS               BILANS

 

 A LA UNE 

 

operation-sac-a-album-copie-1.JPG

arrive-copie-1
periode-5-preparation.jpg comment-ratatiner-les-ogres.jpg

lisons-leur-une-histoire.jpg

 

retour accueil

Vendredi 20 mars 2009 5 20 /03 /Mars /2009 08:00

TRIBUNE LIBRE
Vous pouvez adresser vos réactions en cliquant sur ajouter un commentaire en bas de cet article



AUTEUR DE L'ARTICLE:Didier

 Concevoir son enseignement

 Des programmes nationaux aux programmations de classe


Contextualisation

La Nation française a, depuis toujours, fait le choix de disposer de programmes uniques d’enseignement qui définissent ce qui doit être enseigné à chaque enfant résidant sur le territoire national.

Cette unité, si elle présente l’avantage incontestable de l’égalité et du but commun, présente, par contre, l’inconvénient d’un manque de souplesse, tous les enfants devant théoriquement apprendre les mêmes choses au même moment ou presque.

La Loi d’orientation de 1989, Loi fondatrice s’il en est (Cycles, compétences, enfant au centre, professorat des écoles, projet et conseil d’école…), apporte un correctif à cet état de fait par le biais d’une plus grande responsabilisation des équipes de maîtres et de la possibilité qui leur est donnée de déterminer les stratégies et le rythme qui vont présider, dans l’école qui est la leur, à la mise en œuvre des programmes nationaux.

Cette dimension est la première qui fonde l’intérêt des programmations pluriannuelles en cela qu’elles permettent de prendre en compte la diversité des élèves à partir des caractéristiques, contraintes et ressources qui sont celles de l’école considérée et d’adapter ainsi les conditions de l’enseignement.

La deuxième dimension essentielle qui se joue est celle de la cohérence, de la continuité et de la complémentarité des enseignements tout au long du cheminement scolaire.

Il s’agit, cette fois, de veiller à la facilitation du parcours de l’élève en même temps qu’à l’application complète des programmes et à l’enseignement effectif de toutes les compétences et contenus qu’ils définissent. 

Au bout du compte, chaque équipe de maître se doit de définir collectivement l’ordre, le temps et le rythme qui vont présider à l’enseignement des programmes au sein de l’école et/ou du cycle, chaque maître ayant ensuite la responsabilité de définir ses propres programmations annuelles et/ou périodiques de classe.

 

Programmes nationaux

â

Programmations pluriannuelles de cycle(s)

â

Programmations annuelles et périodiques de classe

 


 

Progression / planification-répartition / programmation

Ces trois approches recouvrent des réalités perçues souvent bien différentes.

Elles définissent, chacune pour ce qui la concerne et comme mentionné ci-dessus, trois aspects essentiels de la mise en œuvre des contenus d’enseignement : l’ordre, le temps, le rythme.

Pour beaucoup d’enseignants, formateurs, didacticiens, le terme de « programmation » est désormais considéré comme inclusif des deux autres. 

 

Tentative de synthèse :

·         Ordre progressif des enseignements  ð Progression didactique :

Les « progressions didactiques » définissent la manière d’enseigner une discipline en avançant progressivement dans la difficulté de ses contenus selon un ordre défini par les spécialistes (didacticiens) de la discipline et la logique interne de celle-ci.

Elles sont intemporelles et peuvent s’appliquer partout et pour tous.

ð Les notions sont enseignées selon un ordre progressif de difficulté. Le maître va du facile au difficile (addition avant division à retenue, entiers avant chiffres à virgules, présent de l’indicatif avant le subjonctif, la « a » avant le « ch »…).

·         Temps planifié des enseignements  ð Planification-répartition des activités :

Les « répartitions annuelles et/ou périodiques » servent à définir le moment où telle ou telle notion, compétence… ou activité sera enseignée. Il s’agit donc de répartir leur enseignement dans le temps, indépendamment de toute autre considération.

En effet, cette répartition temporelle n’a pas forcément besoin d’inclure la dimension de progressivité inhérente à la progression didactique. Il est par exemple possible de préférer enseigner, au sein d’une école, le travail avec les ballons avant celui consacré aux cordes, le cubisme avant le pointillisme, l’énergie renouvelable avant le système solaire…

Cette répartition peut aussi être imposée parce que liée à la disponibilité d’un équipement (piscine, gymnase…) ou à celle d’un intervenant extérieur (éducateurs sportifs ou artistique, travail avec un auteur…).

ð Le maître « place » dans le temps des activités données en fonction des possibilités, contraintes ou préférences qui sont les siennes.

·         Ordre progressif + Temps planifié des enseignements ð  Programmation

Les « programmations pluriannuelles et annuelles » servent à déterminer, dans le respect de l’ordre défini par les progressions didactiques, le moment où telle ou telle activité, compétence ou notion sera enseignée au cours du cycle ou de l’année.

Il s’agit donc d’une combinaison temporalisée des progressions didactiques et des répartitions-planifications. 

ð Le maître, en combinant « ordre » et « temps » détermine de facto une troisième dimension qui est celle du « rythme » et donc de la « vitesse » à laquelle les enseignements seront dispensés.

 


Fondement conceptuel…

L’adaptation de l’école aux spécificités individuelles et collectives des élèves (élève au centre), conduit donc à définir, via les programmations pluriannuelles, le rythme qui sera adopté sur l’ensemble de la scolarité primaire (maternelle + élémentaire) de l’enfant pour la mise en œuvre des programmes nationaux.

Peut-être est-il bon de rappeler ici que cette question du rythme des enseignements est à rapprocher du principe fondateur qu’est la « Zone Proximale de Développement » définie par VIGOTSKY et qui précise que tout élève ne peut apprendre que si la difficulté qui lui est proposée n’est pas trop éloignée des savoirs qui sont déjà les siens.

Une autre dimension est celle de l’aspect « spiralaire » des enseignements où l‘on avance dans les contenus tout en reprenant sans cesse ce qui a précédé, pour le stabiliser et l’approfondir.

 

Méthodologie…

Sur le plan méthodologique, deux entrées (complémentaires d’ailleurs) sont le plus souvent privilégiées. Il s’agit de l’entrée par les activités et de l’entrée par les compétences.

·         L’entrée par les activités est la plus facile à mettre en œuvre puisqu’elle s’appuie sur l‘existant et le déjà réalisé pour, d’abord, le partager et le formaliser puis ensuite l‘amender, le compléter…

·         L’entrée par les compétences est celle qui se rapproche le plus de la cohérence des programmes nationaux, les apprentissages étant évalués sous forme de compétences que ce soit à la fin de chaque cycle (GS, CE1, CM2) ou au niveau des paliers du Socle commun de compétences et connaissances. Il s’agit donc là, de définir à quels moments les compétences seront travaillées et, en terme de difficulté, jusqu’à quel degré (la « lettre » peut être travaillée en maternelle comme en cycle III, mais pas de la même façon…). 

Une fois les programmations pluriannuelles définies collectivement, il est relativement facile pour chaque maître de définir de manière cohérente et complémentaire aux enseignements déjà dispensés et aux méthodes utilisées par les maîtres qui l’ont précédé ou qui vont le suivre, sa programmation annuelle de classe. Celle-ci est le plus souvent déclinée en périodes.

 

De l’utilisation des programmes 2008…

Les programmes de l’école primaire version 2008 proposent des « repères pour organiser la progressivité des apprentissages en maternelle » et des « progressions » pour les cycles II et III. Ces « progressions » constituent des « repères pour l’organisation des apprentissages par les équipes pédagogiques ».

Cette notion de repères est essentielle en cela qu’elle indique clairement que les tableaux proposés ne s’appliqueront sans doute qu’assez rarement tels quels. Il appartient donc aux équipes de définir ce qui sera leurs propres programmations d’école. Les « progressions » qui nous sont données présentent par contre le très gros avantage de hiérarchiser et ordonner les apprentissages à faire réaliser. Il ne reste donc plus, à chaque équipe, qu’à adapter aux élèves dont elles ont la responsabilité, le rythme d’enseignement qui sera le leur… Elles disposeront alors de programmations complètes et pertinentes en français et mathématiques. Pour les autres disciplines… le travail reste à faire pour le plus grand bénéfice de nos élèves.

Très bon courage à tous.

Didier TABARAUD – LE FER

Si vous souhaitez recevoir les articles de ce blog dés leur parution, vous pouvez vous inscrire à la newsletter, votre adresse mail reste confidentielle.


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

flux rss

  • Flux RSS des articles

à regarder

 

                                       christina-baker.jpg                                   

   artiste: Christina BAKER

bienvenue


screedbot(2)

Le livre La boîte à outils de la petite section

 

 

CE QUE LES LECTEURS EN PENSENT:à lire ICI

ISA FAIT SA PUB

POUR L'ACHETER EN DIRECT, ME CONTACTER

 

ET VOUS QUI ETES VOUS ?

 

dites le ICI


les orientations pédagogiques du blog


fb fév 2014

 DEVENEZ FAN DU BLOG ET DITES J'AIME

et suivez l'activité d'Isa: ses coups de coeur, ses lectures, ses photos

      

POUR CEUX QUI VEULENT LIRE DANS LEUR LANGUE

 

 

calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

visiteurs

  64     ici et maintenant

c'est où ?

pinterest

 suivez-moi pour

des idées, encore des idées, il suffit de cliquer sur le bouton

 

Follow Me on Pinterest

 

pinterest septembre

artistes vus

ARTISTES 2007-2008

 BASQUIAT (graffiti)
ARMAN (accumulation)

DAVIS (traits)
KLEE (carré)
HANTAÏ (froissage tissu)
KLEIN (empreintes)
LAND ART (chasse aux oeufs)
SCHER (lettres)
TWOMBLY (gribouillage écriture)
TSCHIRNET (bonhomme)
SAINT PHALLE(bonhomme)

 ARTISTES 2008-2009

 VIALLAT (rythme)
KLINE (outils insolites)
KANDINSKY(ronds)
HÖCH (collage monstre)

APPEL( figuratif)
ROTHKO (zones)
MONDRIAN (traits)
MALEVITCH (suppression)
LEWITT(graphismes)
BALLA(triangle)
POLLOCK(couleurs)
GIACOMETTI(sculpture)
 

ARTISTES 2009-2010

WOOL (gribouillis)
KAZUO(pinceaux batailleurs)
HARTUNG (gestes)
NOLAND (ronds)
MIRO (formes, couleurs)
ALBERS (carré)

SOULAGES (couleur-peur )
CHAISSAC (bonhomme)

SANFOURCHE (visage)  

ARTE POVERA (fil)   

CALDER(chien fil de fer)

ARTISTES 2010-2011 

MATISSE(mains collectives)

MARDEN(outil:bâtons)

SPOERRI(collage objets)

MATHIEU(outils divers)

LOUBCHANSKY(un rond) 

MITCHELL ( faire ses couleurs)

BONNEFOI ( mélange collage et peinture)

ARP (carrés découpés)

HOFMANN (carrés peints)

WITHNEY (carrés alignés)

JAFFE (graphismes) 

KLEE(maisons sur toute la période 5) 

ARTISTES 2011-2012

 KLEIN(remplir une surface) 

STILL(outil:couteau) 

TWOMBLY(monotype)  

TWOMBLY(gribouillis)

MOTHERWELL(graphismes ronds et traits)

TORONI(points alignés)

TWOMBLY(fausse écriture)

CANE(ordre, rythme, succession)

MONET(fresque collective)

TWOMBLY(fleurs)

TWOMBLY(sculpture fleur)

TWOMBLY(écriture lettres)

TWOMBLY(écriture boucles)

ARTISTES 2012-2013

MARIONI(peinture coulante)

RICHTER(outil bois)

RYMAN(points)

KUSAMA(pois)

KUSAMA(pois en volume)

BUREN(traits verticaux)

LASKER(coloriage et quadrillage)

TAEUBER-ARP(carré, lignes de pois)

BUFFET(portrait clown)

LEGER(silhouette)

DOISNEAU(photographie)

KAWAMATA(accumulations)

ARTISTES 2013-2014

ZITKO(gribouillis)

ZITKO(geste qui tourne)

 ASSE(choisir le bon outil)

 ASSE(composition)

 SELZ(pain)

WEHRLI(alignement-tri)

FONTANA(alignement)

HANTAÏ(froisser, nouer)

VIALLAT(signe graphique)

SPOERRI(table)

salle des maîtres

salle des maitres

la salle des MS

la salle des collègues MS

la salle des GS

salle des gs

que dire encore ?

  • école petite section
  • lecture peinture sport création communication
  • Dans ma valise, le CAFIPEMF et tout ce qu'elle contient encore est sur mon Pinterest http://pinterest.com/isaleger/pour-me-connaitre/

la vraie cuisine des instits

titre-copie-1.jpg

projet Kusama

collectif

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés