séance 6 groupes réunis soutien langage GS

Publié le par isa



FICHE SOUTIEN LANGAGE GRANDE SECTION

 

S’APPROPRIER LE LANGAGE / DEVENIR ELEVE

Parler sans support visuel

 

OBJECTIF :

Remédiation langage.

Travail  en groupe de soutien sur « échanger, s’exprimer » et « comprendre », sur « vivre ensemble ».

 

COMPETENCES VISEES :

·        Prendre plaisir à parler.

·        Prendre la parole.

·        Ecouter l’autre.

·        S’exprimer librement.

·        Exprimer son point de vue.

·        Partager la parole.

·        Etre de plus en plus attentif.

 

 

DISPOSITIF :

Groupe de 18 élèves de grande section repérés en difficulté par leur enseignant pour leur comportement irrespectueux des autres et des règles de conversation lors des regroupements  ou pour leur comportement inhibé et peu participatif lors des regroupements.

 

Travail en collectif dans le coin bibliothèque de la classe de petite section.

 

MATERIEL :

-

DUREE :

35 mn ou selon la capacité du groupe.

 

DEROULEMENT :

Phase 1 : 9 mn

L’enseignant  récupère les fiches de réussite des élèves, il distribue les cartes de félicitations, le groupe congratule ceux dont les paris sont gagnés. En cas d’échec, le groupe encourage l’élève en lui accordant les petits applaudissements (faire le geste de l’applaudissement sans le bruit). L’enseignant explique aux élèves qu’ils vont bientôt pouvoir se passer de son aide et qu’il a confiance. Il demande à chacun ce qu’il en pense.

 

 

 

Phase 2 : 16 mn

L’enseignant explique que pour la première fois depuis le début du travail ensemble ils vont parler sans le support de quoi que ce soit (ni objet, ni jeux, ni affiche, ni livres, ni dessin …), ils vont parler en s’écoutant, en demandant la parole, en respectant les règles, en ayant plaisir à parler. Pour cela, il propose qu’ils commencent par un geste qui marque leur engagement : toutes les mains sont tendues ensemble les unes sur les autres (comme la photo utilisée pour le groupe des grands parleurs).

Pour ce moment de discussion sans support, l’enseignant a choisi de leur faire raconter un conte qu’ils connaissent. L’enseignant écrit au fur et à mesure le récit tout en corrigeant avec eux les erreurs d'interprétation. Puis il leur lit leur histoire et puis  il propose qu’il discute du sens de ce conte : Qu’est ce que vous comprenez de cette histoire ? Pourquoi cette histoire est racontée aux petits enfants ? Un conte, ça peut aider, en quoi celui-ci vous aide ? Quels problèmes sont rencontrés ? Quelles solutions sont trouvées ? Et si vous étiez le héros ?.............

 

 

Phase 3 : 10 mn

Pour conclure la séance, l’enseignant donne à nouveau une fiche de réussite pour chaque élève qui doit accepter le défi que le groupe lui donne et le nombre de regroupements concernés (maximum 4). L’enseignant  le note puis raccompagne les élèves dans leur classe pour donner les explications à l’enseignante de grande section.

 

COMMENTAIRES :

 

Nous arrivons aux derniers regroupements de remédiation (il reste deux séances). Il est important que l’enseignant prévienne les élèves de cette fin à venir pour leur permettre de l’anticiper et de s’y préparer. C’est à la fois du respect de la part de l’enseignant (je tiens compte de toi et je te préviens), et d'ailleurs il leur demande de réagir à cela, mais c’est aussi une façon de conforter les progrès des élèves (l’enseignant leur signifie ceux-ci ainsi que sa confiance, ce qui est une démarche insuffisamment utilisée à mon avis). Ce groupe d’aide doit permettre aux élèves de mesurer la portée de leurs efforts, la dernière séance sera articulée autour de cette évaluation.

 

Les petits applaudissements (faire le geste sans le bruit) ont pour fonction d’encourager, de dire à l’élève que le groupe croit en lui et il le lui manifeste mais il n’y est pas parvenu pour cette fois.

 

A propos de gestes, celui précédant la phase 2  a valeur d’engagement et d’union dans la volonté de s’améliorer, il permet aussi aux élèves de se recentrer sur eux-mêmes, de réunir toute leur énergie et enfin de sentir la solidarité qui doit être une force du groupe vers chaque individu.

La phase de récit doit s’appuyer sur un conte bien connu des élèves, pour cela , l’enseignant s’est ,au préalable, renseigné auprès de ses collègues. C’est important car il faut que tous les élèves soient concernés par cette histoire, que chacun puisse intervenir.
Le choix d’un conte est déterminé par le débat autour du sens caché  parce qu’il est porteur de morale et de principes philosophiques donnant une grande ouverture à la réflexion et à la discussion.


Lors de cette phase, l’enseignant doit reprendre les élèves sur leur comportement et leur participation en leur signifiant qu’ils s’entraînent pour leur défi en classe. A la façon d’un entraîneur, il peut leur faire recommencer un moment particulier pour le faire « rejouer ».

 

La phase 3 marque un nouvelle progression dans l’exigence : ce n’est plus l’élève qui détermine son défi mais le groupe. L’étape à franchir est l’acceptation de ce qui vient des autres, le niveau de confiance établie permet de ne pas craindre de se montrer dépendant, c’est un véritable palier dans la construction de l’idée du devenir élève.

La limitation à 4 regroupements concernés pour les défis est surtout décidée pour l’enseignante référente. Effectivement, celle-ci a un travail supplémentaire ajouté à la conduite de ses regroupements, il ne faut donc pas lui rendre la tâche trop lourde.   

  

 

CRITERES DE REUSSITE :

·        Les gommettes récupérées sur les fiches réussite dans sa classe.

·        Chaque élève a accepté le défi donné par le groupe.

 

Publié dans soutien langage GS

Commenter cet article