semaine 36 "Oncle Gilbert"

Publié le par isa

 

 

LE LIVRE DE LA SEMAINE

 

Ce livre fait partie de la liste des albums pour lesquels j’ai une vraie admiration ( déjà proposé l’année dernière). Premièrement , il me fait rire et c’est communicatif, les élèves, d’abord surpris, aiment voir leur enseignant rire, la bonne humeur se transmet (comme la mauvaise d’ailleurs), deuxièmement, il aborde un sujet pour lequel j’ai une profonde passion : l’art, il montre le côté farfelu et imprévu des artistes, la cocasserie des situations improbables qui font tant appel à l’imaginaire, troisièmement il décrit des adultes qui sont restés enfants, qui s’autorisent à jouer au foot dans la maison , qui conseillent une nature morte en guise de doudou, qui se déguisent ou oublient leur mousse à raser, bref des adultes qui se montrent « imparfaits », hors normes et enfin, il est particulièrement beau, inspiré par de grands artistes dont le plus présent est Magritte, artiste du surréalisme. Finalement, ce livre est pour moi une œuvre d’art. Je confirme qu’il peut dérouter et ne pas plaire du tout, son humour décalé et loufoque peut surprendre. Mais les petits élèves adhèrent avec enthousiasme. Ce livre permet de montrer que les livres peuvent aussi être des lieux d’invention, de création où l’imaginaire est roi.

 

OBJECTIFS :

 

S’approprier le langage :   séances de récit,  album langage à partir de nouvelles photos prises en séance EPS «  jeu d’opposition », évaluation de la reconnaissance des couleurs.

Découvrir l’écrit : séances de récit, évaluation reconnaissance des prénoms de la classe et écriture de son prénom .

 

Percevoir, sentir, imaginer, créer :  réalisation d’une œuvre d’art inspirée de l’artiste sculpteur GIACOMETTI : sculpture d’un bonhomme ( mise en forme à partir d’un cintre de teinturerie), dessin d’invention.

Agir et s’exprimer avec son corps : fiche 26 « cycle jeux d’opposition : le papa et son bébé »

 

Devenir élève : comprendre ce qu’est l’école : ce qui est attendu d’eux ( reformulation systématique de la consigne dans chaque atelier) ,répondre aux questions posées, apprendre à poser des questions, savoir différer la satisfaction de ses intérêts particuliers ( attendre son tour pour emmener Dalma), être de plus en plus attentif.

 

Découvrir le monde : approche des nombres : activité de comptage , compréhension des nombres en réalisant des collections d’objets façon nature morte se repérer dans le temps : images séquentielles sur le portrait ( 4).

 

COMMENTAIRES :

 

« Depuis que j'ai vu des reproductions d'œuvres d'art, et cela remonte à ma plus lointaine enfance, cela se mêle à mes plus anciens souvenirs, j'ai eu l'envie immédiate de copier toutes celles qui m'attiraient le plus et ce plaisir de copier ne m'a en fait jamais plus quitté."..."J'ai commencé à copier avant même de me demander pourquoi je le faisais, probablement pour donner une réalité à mes prédilections, plutôt cette peinture-ci que celle-là, mais depuis des années, je sais que le fait de copier est le meilleur moyen de me rendre compte de ce que je vois...L'art ce n'est qu'un moyen de voir. Quoi que je regarde, tout me dépasse et m'étonne et je ne sais pas exactement ce que je vois. C'est trop complexe. Alors, il faut essayer de copier simplement, pour se rendre un peu compte de ce qu'on voit. C'est comme si la réalité était continuellement derrière les rideaux qu'on arrache... Il y en a encore une autre... toujours une autre. Mais j'ai l'impression ou l'illusion que je fais des progrès tous les jours. C'est cela qui me fait agir, comme si on devait bel et bien arriver à comprendre le noyau de la vie. L'art et la science c'est tâcher de comprendre. L'échec et la réussite sont tout à fait secondaires. »

 

Comme ces citations de Giacometti résonnent bien à mes oreilles, comme il me semble important de remettre en question cette sacro-sainte interdiction de copier dans les écoles, combien la confiance en soi gagnerait et combien les élans créateurs trouveraient leur voie.

 

Donc Giacometti a copié et pourtant il est devenu Giacometti………

Je n’ai pas le temps d’épiloguer sur ce sujet mais il n’y a pas qu’en art  qu’on devrait avoir le droit de copier .
Revenons donc à notre propos :

 

La réalisation de la sculpture du bonhomme inspirée de Giacometti mérite des explications.

Il s’agit de fabriquer la structure d’un personnage à partir d’un cintre en fer.

Au préalable , l’enseignant aura apporté des reproductions des hommes et des femmes sculptées par l’artiste, il est important d’avoir de nombreuses reproductions.


La première semaine, les élèves démonteront leur cintre puis le tordront de façon à avoir deux bouts qui serviront de bras , un tête en forme de boucle ainsi qu’ un corps ( on peut éventuellement avoir besoin de fil électrique gainé pour maintenir, lorsque je l’ai fait dans ma classe, je n’ai rien utilisé d’autre que le cintre tordu ). Toute cette manipulation ne peut se faire sans l’aide de l’adulte ( uniquement une aide guidée par le désir de création de l’élève et non pas l’inverse ).


La seconde semaine sera consacrée à recouvrir totalement la sculpture de bandelettes de papier blanc ( 2*15 cm) préalablement trempées dans de la colle à papier peint en prenant soin de faire apparaître les bras et les jambes.


La troisième semaine permettra de peindre les sculptures d’une couleur marron pour imiter le bronze et pour fignoler l’enseignant les vernira pour un plus bel aspect. Puis elles seront coulées dans un petit verre en plastique contenant du plâtre ( sur 3 ou 4 cm de haut environ) afin de leur donner une stabilité d’œuvre d’art ……

 

LES REGROUPEMENTS :

Regroupement 1 9h30-9h45 :

 

Rituel de comptage

     Lundi : Petite discussion sur la fête des mères et les réactions des mamans puis  vingtième récit.

 

     Mardi : vingt et unième récit.

  

     Jeudi: vingt-deuxième récit.

 

      Vendredi:  vingt-troisième récit.

 

 

ATELIERS avant la récréation

N°1 S’approprier le langage

«  Je parle avec l’aide de mon album langage, je réponds à la question pourquoi ».

 

Objectifs : développement de la maîtrise du langage, travailler le langage d’évocation, complexification des phrases.

Compétence visée :  utilisation la locution « parce que »

Support  : album langage

Matériel :photos prises en EPS jeu d’opposition «  le trésor impossible »

Consigne : « Tu as choisi ta photo, je voudrais que tu m’expliques pourquoi Kaïs a réussi à prendre ton ballon  ».

N°2 S’approprier le langage 

«  Je sais nommer les couleurs»

 

 

Objectif : évaluation de la reconnaissance des couleurs

Compétence visée :  utiliser un vocabulaire pertinent.

Matériel : gommettes

Consigne : « Je te montre une gommette et tu me dis son nom, si c’est réussi , tu la gagnes et la colles sur ta fiche»

 

 

 

   

 

Regroupement 2 10h30-10h45 :

 

      Lundi : Lecture du livre de la semaine. L’enseignant propose de s’arrêter sur le mot artiste et demande aux élèves quels artistes ils connaissent ; pour les aider, il dit aussi peintre, quels peintres connaissez vous ? Avons-nous travaillé comme certains artistes ?

      Il dit qu’ils vont faire une nouvelle œuvre d’art en s’inspirant d’un sculpteur : Giacometti. Présentations d’œuvres.

 

 

      Mardi : Lecture du livre de la semaine .L’enseignant propose de s’arrêter sur l’expression « Nature morte » et d’expliquer , éventuellement de montrer des natures mortes. Puis , il propose que les élèves en réalisent sur commande, c'est-à-dire que l’enseignant demande : «  Tu fais une nature morte avec 3 objets » ou bien ( selon le niveau des élèves)  «  Tu fais une nature morte avec 2 jouets et 3 outils ».

 

      Jeudi : Lecture du livre de la semaine.L’enseignant demande aux élèves de reprendre ensemble le livre et de trouver toutes les choses qui semblent bizarres. Il conclut avec les élèves que dans un livre, on peut inventer pour faire rire, pour faire peur, pour faire rêver ……

 

     Vendredi: Lecture collective du cahier de liaison. Lecture du livre de la semaine et l’enseignant rappelle qu’il est important d’inventer , il demande que les élèves pensent à la prochaine fête : celle des papas, et qu’ils inventent un cadeau, il faut y réfléchir toute la journée et se mettre d’accord avant la sortie. Tous les moments seront bons pour en parler, ce sera la journée : invention d’un cadeau …….

 

ATELIERS après la récréation et la sieste

 

 

N°1 Percevoir, sentir, imaginer, créer

 «  Je dessine en inventant »

 

Objectifs : réinvestissement de tout le travail fait avec le dessin sous la dictée.

Compétence visée : utiliser le dessin comme moyen d’expression et de représentation .

Support : feuille A3.

Matériel :feutres, crayons de couleur.

Consigne : « Tu inventes une histoire que tu dessines, ensuite tu me diras et j’écrirai ton histoire, tu as appris à dessiner beaucoup de choses , maintenant tu apprends à inventer un dessin ».

 

 

N°2 Découvrir le monde

«  Je range des images dans l’ordre pour expliquer comment dessiner un portrait »

 

Objectif : structuration du temps.

Compétence visée :  approche des images séquentielles (4)

Matériel :  feuille photocopiée + images à ranger.

Consigne : « Tu regardes les images  , elles expliquent comment dessiner un portrait , tu les ranges dans l’ordre, comme si tu voulais expliquer à quelqu’un avec seulement des images, tu apprends à reconnaître les moments ( ce qui se passe avant et après) et à les ranger dans leur bon ordre».

 

 

 

 

N°3 Découvrir l’écrit

«  Je reconnais  mon prénom , d’autres prénoms et j’essaie d’écrire mon prénom»

 

Objectif : évaluation

Compétence visée :  reconnaitre des prénoms et écrire  son prénom en majuscules d’imprimerie.

 Matériel : fiche d’évaluation + cahier des prénoms ( en cas de besoin)

Consigne : « Tu cherches ton prénom, tu mets une gommette sur son carré, puis tu me dis tous les prénoms que tu reconnais, si tu n’y parviens pas, je te laisse chercher dans le cahier des prénoms, enfin tu essaies d’écrire ton prénom avec ta carte ou des lettres de ton prénom ou une lettre, sinon tu colles ton étiquette».

 

 

La présence de l’enseignant ou d’un adulte est nécessaire pour valider la réussite ou non de chaque élève.

 

N°4 Percevoir, sentir, imaginer, créer

«  Je fais une sculpture comme Giacometti »

 

Objectif : réalisation d’une œuvre d’art pour conclure notre travail artistique de l’année,sculpture d’un bonhomme, inspiration mouvement « Surréalisme» , artiste de référence : Giacometti. Compétence visée :  réaliser une composition en volume selon un désir exprimé.

Support  :  -

Matériel :cintre de teinturier.

Consigne : « Tu démontes ton cintre et tu le tords pour faire une tête , puis tu places les bras et le corps, je t’aide si c’est difficile mais c’est toi qui me montres ce que tu veux»

 

 

 

 

 

Fiches :

Fiche évaluation reconnaissance des couleurs.

Fiche évaluation reconnaissance des prénoms et écriture du prénom.
Fiche images séquentielles (4)


Commenter cet article

sophie 02/06/2010 17:15



Je vous rejoins toutes car effectivement les parents croient que parce que leur enfant commence à faire des phrases il pourrait passer outre la petite section ; personnellement, je reçois ces
parents et je leur montre concrètement le matériel que je leur fais manipuler à ces chers tps, et ce qui changera en ps, et là, ils comprennent ! De même lorsque j'affiche des peintures de tps au
mur, ils voient la différence, et là, c'est le travail des enfants qui parle et non pas la maîtresse ! Mais bon, sincèrement, avant d'enseigner, tps et ps pour moi c'était la même chose !!! Alors
bon, expliquer ce que l'on fait somme toute est tellement enrichissant! Je pense qu'à ma prochaine réunion de rentrée je serai plus claire sur l'objectif de tps, et j'expliquerai la différence
essentielle entre les 2 niveaux qui réside dans la possibilité d'entrer dans les apprentissages; les parents sont à mille lieux d'imaginer toutes les étapes par lesquelles passent les enfants, et
nous sommes tellements heureuses de leur apprendre, non ?!



ana 02/06/2010 15:46



Tout à fait d'accord...mais je me sens frustrée parce que justement ils ne tiennent compte que de leur envie! Je leur ai dit que la décision se prenait en conseil de cycle, et que je ne
m'opposerai pas à leur choix parce que celui-ci était de l'ordre de l'humain et non du pédagogique. Je pense qu'il vaut mieux un enfant qui "rame" mais qui est soutenu par sa famille qu'un
enfant qui ne se sentirait pas accompagné dans la construction de son chemin scolaire. C'est plus important la famille. Mais bon, c'est dur...


Ana



isa 02/06/2010 16:22



 Attends un peu , quelquefois ce que l'on dit nous paraît ne pas avoir été entendu et puis on voit les parents se raviser, avoir réfléchi et changer d'avis.Comme pour Joëlle dans le
commentaire précédent , je ressens la non-reconnaissance comme mal vécue, pour toi , il s'agit de ton avis de professionnelle et pour Joëlle de son travail matériel. C'est dire si les enseignants
espèrent cette reconnaissance, je pense qu'il est mieux d'être dans un rapport de service rendu , de bonnes relations mais pas sur le mode affectif, sans cette attente qui crée de la désillusion.
oui c'est compliqué mais il est bon d'y réfléchir . Je ne sais pas si je me fais bien comprendre, il n'est pas question d'être indifférente, juste d'avoir la distance nécessaire pour accueillir
l'attitude de l'autre à notre égard avec tolérance sans se sentir remise en question dés que celle ci ne correspond à ce qu'on attend.Cela ne va pas toujours de soi,( la preuve)
, ça se travaille.



ana 02/06/2010 14:08



Argh! je t'écris juste pour te faire part de mon chagrin à ne pas comprendre les parents des PPS qui veulent faire griller les étapes à leurs enfants sous le fallacieux prétexte qu'ils ont fait
une année chez les PS, qu'ils sont du 2 janvier, qu'ils vont perdre leurs copains... Si tu savais comme c'est dur de tenter de leur tenir des arguments pédagogiques, le "devenir élève" de la
maternelle...pour qu'au final, rien n'ait été écouté!!! Je voulais partager un peu de ma grande frustration...


Ana



isa 02/06/2010 14:41



je t'entends ana et je pense que tu ne peux pas t'en vouloir de ne pas avoir convaincu  ou en vouloir aux parents de ne pas être à ton écoute, tu as fait ce que tu avais à faire, tu
as parlé de ta place d'enseignante qui connaît son travail et l'intérêt de la petite section, les parents ne t'ont pas suivie, ils pensent que leur enfant est prêt pour sauter une classe et plus
tard entrer au CP avec un an d'avance ( c'est bien ce dont tu parles ?), si tu as fait les mises en garde, donner les explications, évoquer ( moi je le faisais toujours) le départ de la maison
après le bac plus tôt , je le faisais car c'est bien de cela qu'il s'agit quitter ses parents plus jeune et affronter la vie à l'université, ou  ces fameuses prépas, il faut dire la réalité,
il faut dire aussi qu'un grand nombre perde leur année d'avance et vive un échec, bref après avoir avancé tous ces arguments, la famille décide en connaissance de cause. Il y a bien-sûr des
contre-exemples ( rares). En tout cas, l'enseignant qui a expliqué , argumenté selon son point de vue, accepte de ne pas avoir convaincu et fait confiance à la famille pour accompagner son enfant
durant tout ce chemin scolaire. C'est leur décision. Nous avons un rôle de conseiller, surtout en petite section puisqu'il n'y a pas besoin d'avis pour le passage.



sophie 02/06/2010 11:51



Merci Isa ! Qu'entends-tu par inadaptée à l'écriture ? Est-ce qu'il s'agirait d'un enfant qui forme des lettres mais qui ne respecterait pas le sens du tracé ?



isa 02/06/2010 12:20



par exemple qui font un B en collant deux morceaux, au final le résultat est bon sauf que la stratégie ne correspond pas au tracé de l'écrit , si l'adulte n'est pas présent, il ne s'en
rend pas compte.



sophie 02/06/2010 10:26



Bonjour Isa, je te souhaite très en retard une très bonne fête, ainsi qu'à toutes les mamans ! Il est vrai que je travaille un peu "seule"ou devrais-je dire plutot en autonomie depuis peu !! Très
heureuse de reprendre le cours de ton blog, je me pose des questions concernant l'écriture du prénom; j'ai constaté que les enfants sont ravis de choisir des lettres de leur prénom pour
tenter de les reproduire mais c'est encore très difficile ! je m'aide pour réaliser cet atelier de la méthode du site "maternailes", avec les petits animaux qui servent à
caler les traces d'écritures; les enfants ont pratiqué maximum 2 lettres dans la farine et sur le tableau; mais mon emploi du temps est très perturbé car nous nous entraînons pour la danse
de la kermesse avec une autre classe et du coup j'ai un atelier du matin qui est supprimé, et je ne pourrai pas faire tout ce qui était prévu pour la préparation à l'écriture du prénom ! Je
suppose que ton cheminement passe par l'écriture de chaque lettre du prénom de l'enfant avant de tenter l'écriture seul ? J'avoue que je me sens un peu mal à l'aise car j'ai la sensation que
je vais leur faire brûler des étapes avec ce projet d'écriture !! Comme tu le dis toujours, il faut faire des choix !


 



isa 02/06/2010 10:39



Sophie, il ne faut pas que cela devienne une corvée, c'est une approche de l'écriture pour les élèves qui en ont les capacités, pour ceux qui n'y sont pas prêts , il vaut mieux du
graphisme, des formes à reproduire. En fait progressivement au fur et à mesure qu'ils parviennent à écrire une lettre puis une autre, ils savourent leur réussite et ont à coeur de tenter d'autres
lettres. Mais c'est un accompagnement où l'adulte est présent, car on s'aperçoit que pour certains le résultat ressemble à la lettre alors que la réalisation est complètement inadaptée à
l'écriture. C'est pourquoi si tu n'as pas le temps de consacrer ton attention à cela, mieux vaut envisager moins de choses. Cet apprentissage est poursuivi en moyenne section puis en grande
section. Oui Sophie, il faut faire des choix et se fixer des priorités.