article sac à album sur le site d'Emilie44: tribune libre

Publié le par isa

atu écris

Emilie44
J'ai fait un article pour réexpliquer tout le projet sacs à albums, à la fois pour les parents et pour les collègues qui passent sur mon site. Comme tu nous avais demandé d'en parler à au moins un collègue, je me suis dit que ça permettrait certainement d'en toucher quelques uns qui passent sur mon site de classe! Et puis j'ai demandé aux parents de la classe dans l'article de mettre des commentaires pour dire ce qu'ils pensent du projet et comment ça se passe à la maison. J'espère qu'ils oseront mettre des commentaires car cette année ils n'en mettent pas trop (pourtant je sais qu'ils y vont régulièrement et qu'ils apprécient le site). http://classedemilie.free.fr/?p=2064

     




     

     

    Publié dans tribune 2014

    Commenter cet article

    sylvieg 03/05/2014 13:50


    Je suis heureuse d'être entraînée dans ce projet :


    Comme pour les ateliers autonomes (en ce moment, je suis en train de mettre en place, après avoir vu l'engouement des enfants et je dirais même plus leur besoin,  les bacs de transvasement
    de semoule, graines et bientôt la table à eau dans ma classe!) et je dirais que ce n'était pas chose évidente pour moi au début...Je  craignais quoi? Le débordement, la réaction de mon Atsem
    face à la "saltitude" des petites graines...J'ai créé un bac  de transvasement et c'est mon Atsem, elle-même, qui voyant tout comme moi qu'il y avait très forte attraction et attente pour
    accéder au bac, a été très motivée pour multiplier les transvasements....Donc lundi, 7 bacs ainsi!!!!


    Donc  dans ma nouvelle aventure, il y aura les sacs à albums....d'abord en petit nombre puis cela va s'étoffer comme cela s'est passé pour les bacs autonomes...


    Ce que je veux dire en tout cas, c'est que les instits qui ne s'embarquent pas ds l'aventure, certes, ne font pas confiance ...mais c'est parfois compliqué de faire confiance,  avant tout il
    faut SE FAIRE CONFIANCE.


    Ce que je veux dire c'est que les raisons sont nombreuses et variées de ne pas s'engager ds certains projets qui peuvent faire peur... (même si cela paraît dingue pour certains, certaines il faut
    l'accepter) et moi je trouve SUPER la façon dont toutes, tous et particuliérement toi isa, vous nous embarquez dans l'Aventure . vous semez des GRAINES à votre niveau  et celles ci se
    reproduiront ensuite pour arriver ...dans les classes! ouhlala ça va pas moi, je deviens complètement gaga....

    Lorelei 02/05/2014 14:19


    Voici un article qui m'avait échappé... merci de remettre le lien vers ce rapport Isa, je regrette de ne pas l'avoir vu et lu avant. Merci Emilie pour le partage de ton travail, c'est très
    enrichissant. Bonne fin de vacances à la zone B, sous la pluie à Nice hélas...

    Laurent 02/05/2014 09:14


    Si, si, merci de le mettre en lumière au travers des sacs à albums...

    isa 02/05/2014 09:35



    oui tu as raison Laurent, il est important qu'il rentre dans chaque école et soit présenté aux parents sous forme condensée. C'est ce rapport qui m'a incitée à relancer le projet des sacs
    à album sur le blog, je l'avais donné à lire le 8 décembre dans un article consacré à l'investissement parental ICI, et rappelle toi le premier article au mois de Janvier, je te
    cite ainsi qu'Emilie ICI. En une année, il y
    a déjà beaucoup de réactions positives, c'est réconfortant.



    Emilie44 02/05/2014 09:04


    Laurent, je n'ai aucun mérite,  c'est Isa qui nord a fait découvrir ce rapport!  ;-)

    Laurent 02/05/2014 08:45


    Merci Emilie


    Je découvre ce rapport qui vient effectivement donner une réelle caution aux pratiques de classe tentant à impliquer les parents dans la scolarité de leur enfant, notamment les "sacs à album". Je
    les pratique depuis octobre; nous en avons maintenant une quinzaine en classe, qui comme "chez toi" partent tous les soirs dans les familles. L'engouement des élèves est très important et les
    retours des parents positifs.


    Nous discutions beaucoup ces derniers temps en équipe (particulièrement avec les collègues de cycle 3) (école de 6 classes) de la défection ou du moindre investissement des familles, ou de
    quelques familles dans la scolarité de leur enfant... Voilà un rapport qui tombe à pic pour nous motiver pour faire l'effort d'expliquer à ces familles tout l'intérêt de leur implication dans ce
    suivi, mais aussi nous motiver (nous enseignants) pour inventer et mettre en place des actionspermettant à ces parents de s'impliquer, action telle que les "sacs à albums". Ce rapport pourrait en
    tous les cas nous être d'une grande aide lors de la formulation de nouveaux objectifs dans le cadre du projet d'école.


    Merci encore Emilie pour cet éclairage


    Laurent

    Emilie44 01/05/2014 22:30


    Merci les filles! Je suis dans une école de ville de banlieue et cette année je n'ai pas de famille non francophone, mais ça arrive régulièrement. Il n'empêche que je précise oralement les règles
    aux parents en donnant les sacs, surtout celui avec mon ocarina qui est fragile. Et les enfants aussi le savent, donc ils le disent aussi à leurs parents. 


     


    J'avais hésité à mettre cet objet fragile mais finalement je ne le regrette pas: les enfants adorent encore plus ce sac, je pense que la confiance que je leur ai accordée y est pour
    beaucoup. 

    isa 02/05/2014 09:56



    merci Emilie de dire que tu ne regrettes pas d'avoir osé prêter un objet auquel tu tiens, c'est une grande marque de confiance que les parents savent reconnaitre. Mais quand on prête la
    marionnette de la classe qui est ,somme toute, irremplaçable, bien plus qu'un livre, bien plus qu'un petit jeu fabriqué "maison", on fait la même chose, on "dit" à l'enfant et à sa famille, voilà
    je vous confie la marionnette parce que je considère que vous saurez y faire attention. C'est la même chose et pourtant dans l'immense majorité des cas, les marionnettes reviennent en ayant fait
    le tour de toutes les familles sans problème.



    Muriel 01/05/2014 17:41


    Toujours aussi remarquable Emilie!  


    En lisant tes protocoles d'utilisation, je constate qu'en effet, il faut que les parents jouent bien le jeu, surveillent l'utilisation du matériel (objets
    fragiles)... Je ne sais pas si cela est possible partout (certaines de mes collègues de ville me disent que dans leur école, ce n'est pas envisageable: parce que les parents ne lisent/parlent pas
    le français, parce que les familles ne peuvent s'engager à la surveillance, parce que le matériel ne revient pas,...) Nous avons donc de la chance quand nous pouvons mener de telles expériences
    richissimes!....


    D'autre part, je trouve vraiment bien de confier des choses fragiles, cela donne un côté un peu sacré (comme quand dans la pédagogie Montessori on confie de
    la vaisselle en procelaine pour les manipulations). Cela donne une vraie responsabilité
    à l'enfant...


    Bravo Emilie!



    isa 02/05/2014 09:48



    Je suis sceptique concernant les collègues qui estiment que certaines familles ne seraient pas dignes de confiance, cela m'inquiète de faire ainsi des catégories de personnes pour qui il
    serait envisageable de prêter et d'autres non. Certainement que des expériences ont été non concluantes pour une ou deux familles et la généralisation a été faite sur ce constat, mais je ne crois
    pas à des quartiers entiers avec des familles qui ne respectent rien, en tout cas, je ne veux pas y croire. J'ai moi aussi travaillé avec des familles trés en difficulté et j'ai pu observer
    qu'elles étaient au contraire trés reconnaissantes de la confiance que je leur accordais tellement habituées à ne pas être considérées. Il faut bien se dire que si nous travaillons uniquement
    pour les familles qui n'ont pas de souci avec le livre, cela ne sert pas à grand chose, c'est donc vraiment un défi scolaire que d'amener des familles vers le livre et surtout celles qui n'y vont
    jamais. La persévérance ,le volontarisme et l'imagination sont les qualités indispensables pour les enseignants qui se lancent dans le projet, prendre le risque de perdre des livres c'est montrer
    aux familles et surtout aux élèves qu'ils sont dignes de confiance et que nous croyons en eux, en leur réussite, c'est un message extrêmement fort qui est la base de ce partenariat. Le
    découragement dont font preuve les enseignants qui mettent un véto à ce genre de projet, même si je peux le comprendre, est le lit de leurs difficultés.



    Valérie 93 01/05/2014 12:26


    Emilie comme d'hab c'est super bien présenté, clair et esthétique à la fois: j'admire ton travail...j'ai aussi des sacs à albums avec les marottes mais j'aimerai mettre des jeux aussi :merci pour
    tes exemples je vais m'en inspirer!!!