Clémence et ses deux petits difficiles: la salle des maitres

Publié le par isa

salle des maitres

La rentrée est à peine commencée que je suis déjà épuisée. En effet, dans ma classe, j'ai 2 élèves qui en valent 10 à eux seuls. L'un ne comprend pas un mot de français et chahute beaucoup, se lève, parle sans raison, enlève ses chaussures et chaussettes (et bien-sûr ne sait pas les remettre) etc et l'autre, très difficile, teste en continue et provoque en ne tenant pas en place, en répondant etc. Il ne sait pas rester tranquille, soit il est debout, soit il court, se promène dans la classe, crie "NON" quand on lui demande/dit de faire quelque chose etc. J'avoue que je ne sais plus comment faire avec eux. J'ai l'impression de passer mon temps à sévir, à punir mais sans réellement de succès....
Avez-vous une suggestion pour les canaliser?
Je suis preneuse.

Clemence

 

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

Emilie44 01/10/2013 19:07


Ce n'est pas non plus une mauvaise chose qu'ils se mettent à genou eux aussi s'ils ont envie de jouer avec cet enfant, cela montrera qu'ils s'intéressent à lui et
qu'ils ont envie de rentrer en communication avec lui par leur posture. Je ne pense pas qu'ils passeront leur temps à genou car ils se rendront vite compte que ça limite les mouvements.

isa 01/10/2013 20:01



oui je suis d'accord avec toi Emilie, leur besoin d'imitation est naturel et ne cherche pas à rabaisser l'autre, mais plutôt à aller à sa rencontre en cherchant à comprendre comment il
fait, quelles sensations il ressent. Et effectivement, cela ne peut durer.



RAF 01/10/2013 18:02


oui merci

RAF 01/10/2013 17:41


merci ,mais je ne vois qu'à moitié comment gérer demain matin!

isa 01/10/2013 17:58



Il est important que tu aies un accueil bienveillant et que tu rappelles que leur petit copain a des difficultés pour marcher , qu'il faudra peut-être l'aider, qu'il faudra faire
attention à lui, qu'il ne peut pas tout faire comme les autres, qu'il est heureux de venir à l'école et que vous aussi vous êtes contents de l'accueillir... un petit discours qui pointe la
différence tout en montrant que c'est possible d'être différent quand tout le monde l'accepte. Par cet accueil, tu fais appel à leur capacité d'entraide, à leur respect de l'autre ( pas de
moquerie, ni d'essai de faire comme lui) Je pense, Raf, que tu anticipes de manière négative alors que les petits élèves sont tout à fait capables d'être bienveillants et respectueux , pour cela
il est nécessaire que l'adulte soit un modèle et un incitateur. Est-ce que cela t'aide mieux ?



raf 28/09/2013 17:22


j'ai dit aux autres avt qu'il arrive qu'il était un petit peu malade

isa 28/09/2013 18:41



oui tu as anticipé pour confirmer la différence qu'ils ont déjà perçu, il est donc essentiel de mettre en place un accueil qui demande de la solidarité, de l'intérêt à celui qui arrive et
qui a des difficultés. Si ton discours est bienveillant, il y a fort à parier que les élèves seront attentifs à aider si nécessaire. Est-ce que tu vois ce que je veux dire ?



RAF 28/09/2013 10:30


hello isa


merci pour ton aide oui j'ai peur qu'ils marchent à genoux et que je ne puisse pas les arrêter 

isa 28/09/2013 10:42



Partant de cette éventualité tout à fait possible, même si je n'imagine pas toute ta classe le faire, les enfants ont une perception trés fine de la différence, comment réagir pour ne pas
blesser le petit garçon qui lui ne peut faire autrement ? As-tu déjà réfléchi aux mots que tu pouvais dire ?



raf 27/09/2013 18:34


 à la suite de l'article de Clémence
j'ai aussi besoin de votre aide merci d'avance lundi 30 , j'ai un petit qui arrive et ne déplace quà genoux ,mes élèves l'ont déjà vu 30 mns et bien sûr ils y en a qui se sont déplacés à
genoux ,comment gérer cette première matinée sachant que je leur ai déjà dit qu'il était un petit peu malade ,il viendra 3 matins vu que les 2 autres matins j'ai un autiste!raf

isa 27/09/2013 18:48



qu'est-ce que tu crains exactement Raf ? Est-ce que tu crois que tes petits élèves vont passer leur temps à genoux, c'est ça ?



Bobinette45 17/09/2013 08:16


Merci pour cette intervention "directe" et cette proximité offerte qui donne encore plus de consistance et d'empathie à tous nos échanges.

isa 17/09/2013 09:07



Je ponctuerai de temps en temps avec une vidéo quand cela me semblera nécessaire.



Magali43 16/09/2013 23:25


Il m'aurait fallu ce message l'année dernière ! C'est pas toujours facile notre métier... et même parfois épuisant. Heureusement pour moi, mes nouveaux élèves sont très gentils et c'est un vrai
bonheur... pas d'enfants roi qui montent sur les étagères, qui se bagarrent tout le temps et ne respectent vraiment pas les règles de la classe juste pour voir si à la maison et à l'école c'est
pareil... Bon courage aux filles... et à ma collèque qui a les MS cette année ...

isa 17/09/2013 08:56



je suis contente pour toi Magali, c'est vrai que les années passent et heureusement ne se ressemblent pas, parfois c'est bien , parfois c'est difficile, la difficulté fait aussi beaucoup
avancer et peut être que cette année tu récoltes les fruits de ton travail passé, c'est un peu ce que je dis dans mon message.



Emilie44 16/09/2013 22:46


Pfiouuuu... J'ai parlé trop vite avant-hier, je finis ma journée sur les rotules, ils m'ont épuisée!!! J'en ai quand même retrouvé un tout en haut de ma bibliothèque
de classe (1m50 de haut à peu près). J'ai eu la peur de ma vie! Et après le regroupement album, quand on a essayé de crier et qu'on a vu que ça faisait mal aux oreilles, qu'il vallait mieux
chanter... Et bien j'en ai deux qui ont trouvé que c'était mieux de crier, ils ont fait un concours de cris stridents jusqu'à la fin de la journée... Bien sûr, sur les deux, il y avait mon petit
alpiniste... Je m'en vais me coucher, ça fait bien longtemps que je suis pas allée me coucher avant minuit, mais là j'en ai besoin!

isa 17/09/2013 08:39



finalement tu as droit aussi au message d'encouragement. C'est ce qui est le plus déstabilisant chez les petits, il arrive d'avoir de bonnes journées et tout à coup ça part en vrille sans
vraiment comprendre. Il y a pourtant des raisons mais elles nous échappent. Ton petit alpiniste connait maintenant l'école, il se sent suffisamment en sécurité pour tester les règles, il veut
certainement voir si à l'école on peut le protéger contre lui-même, si tu es assez forte pour le supporter malgré ce qu'il est capable de faire pour qu'on le rejette.....C'est une phase où il
faut tenir et bien tenir, le ton doit être ferme, le discours clair et sans possibilité d'être remis en cause, car pour lui la règle c'est ne pas se  faire mal à soi-même. Le second doit
être un suiveur, celui qui n'aurait peut-être pas fait si le petit alpiniste n'avait pas crié, à celui-là demande lui de répéter la règle, et complimente le de la connaitre. Courage Emilie, je ne
m'inquiète pas pour toi !



delf 16/09/2013 17:51


Coucou!


Je dirai comme les collègues, bon courage... Septembre est usant en effet! Ici aussi, 28 élèves, 14 PS et 14 GS. mes 14 n'ont jamais été scolarisés, ce n'est pas encore simple non plus, si cela
peut re réconforter. j'ai des non colère aussi, des loulous qui courent partout partout... et des pleurs, des pipis... J'ai mis cette année en place pour la première fois les ateliers individuels
inspirés Montessori (on en a parlé ici longtemps) et franchement, les versés canalisent pas mal ces enfants. Sur des temps très courts, mais quand même.. sinon j'ai (pour mon fils) investi dans
"J'ai tout essayé" d'Isalbelle Filliozat (oui j'ai un numéro 3 très colère, très gros NONNNN en hurlnt et tout et tout, mais évidemment élève modèle en classe..) Bref, donc dans ce livre je
trouve des pistes qui fonctionnent comme donner le choix. Ex: au lieu de lui dire "viens t'asseoir avec nous", proposer "tu préfères êter à côté de Paul ou de Pierre". Et aussi avoir un langage
positif: dire plutôt, tu peux courir dans la cour et marcher dans la classe plutôt que ne cours pas. Bon c'est du très basique, mais si ça peut aider... sinon j'ai un contact physique aussi avec
eux: par la main, à côté de moi etc...
Courage, septembre ne sera bientôt plus qu'un lointain et mauvais souvenir!!

isa 17/09/2013 08:44



ah! "donner le choix", sujet de mon article sur l'autonomie ICI, évidemment  cette forme d'éducation respecte l'enfant et lui permet d'exprimer ce
qu'il préfère , du coup, il agit avec responsabilité se sentant exister, parce que le NON c'est j'existe, je veux décider aussi !!!



Silvia 14/09/2013 13:26


Oh oh Isa, autant le dernier film on ne pouvait pas le rater, autant celui là tu l'as bien caché ! Merci Isa pour tes jolis mots !

isa 14/09/2013 18:08



toi tu es tout de même super douée, je suis épatée par ton sens de l'orientation sur le blog, oui c'était du confidentiel , uniquement pour celles qui lisaient ce fil de discussion, je ne
m'affiche pas tout le temps et puis j'ai encore longtemps hésité à le diffuser, mais j'ai suivi mon idée de course à pied, c'est fou à tout ce que je pense quand je cours 



Emilie44 14/09/2013 13:02


Même si je ne me sens pas découragée par mes petits difficiles, merci pour cette vidéo Isa, on voit que tu commences à y prendre goût!

isa 14/09/2013 18:04



dis donc c'était réservé , tu  crois que tu peux passer entre les mailles du filet, mais je veille , des petits coucous de temps en temps en période difficile, ça fait du bien...C'est plus chaleureux !



Agnès 13/09/2013 22:21


Alors, des "petits difficiles", il semble que nous soyons nombreux à en avoir dans nos classes! Pour ma part, qui démarre en PS après de longues années en élémentaire, j'ai pris le parti de
parler à ces "révoltés" du premier jour, chaque matin on a droit au lancer de chaise, renversement de caisse, coups de pieds aux adultes etc... Je ne crie pas, je leur parle de la douleur et de
la colère qu'ils ressentent, de ma compréhension à leur égard, je leur dis que moi aussi je suis obligée de laisser mes enfants, mon mari, mon chien ,mon chat, que je pense à eux, etc etc... et
curieusement,ils me regardent droit dans les yeux à ce moment là, me prennent la main (pour me consoler?), cela finit toujours par aller mieux, j'enchaîne tout de suite sur un nouveau jeu que
l'ATSEM a sorti, les activités que l'on fera aujourd'hui, les vélos dans la cour... et on finit par accompagner les terreurs à une table , le calme arrive. Mais j'ai peut-être de la chance..? On
verra lundi!

sonia 13/09/2013 20:28


Merci de vos réponses et des liens. La matinée du jeudi a été difficile et aujourd'hui c'était beaucoup mieux. La présence de ces enfants m'oblige à changer mon organisation mais c'est
passionnant de les avoir dans la classe. Toutefois, la passion diminue un peu quand il s'agit de dire à un parent que son enfant a été mordu/ griffé....Ce qui dur et à la fois épatant, c'est que
la présence de ces enfants demande une adhésion de tous au projet d'intégration: autres élèves + equipe enseignante+ATSEMS+autres parents d'élèves. Bien sûr, on ne fait rien de formel avec les
autres parents délèves, je mijote cela un peu secrétement sans nier le décalage.Depuis que je suis PE et jusqu'à maintenant, ça s'est toujours bien passé quand il a fallu discuter de coups
reçus mais parfois, je me dis jusqu'à quand??


L'attente des familles d'enfants en décalage est énorme, c'est à la fois gratifiant et effrayant car je tatonne beaucoup. Encore une fois, merci à ce blog pour les différents éclairages et
témoignages.

isa 14/09/2013 11:26



petit message d'encouragement pour vous à écouter ICI, et pour tous ceux qui trouvent
cette rentrée difficile.



christine g 12/09/2013 20:53


Sonia, il n'est pas souhaitable que deux enfants à trouble "autistiques"se retrouvent dans la même classe c'est ce que m'a dit le maître référent l'an dernier :pour eux, pour toi pour les autres
... et surtout une scolarisation à temps partiel peut être envisagé assez rapidement en programmant une réunion éducative. Plus les enfants autistes sont pris en charge jeunes plus ils ont de
chance de progresser. 

Clémence 12/09/2013 20:31


Merci pour vos conseils! Oui Isa, j'utilise beaucoup d'images et de pictogrammes et m'y réfère à chaque fois car plusieurs ne comprennent pas mais il n'empêche
que.... ça reste difficile. Espérons que le temps sera mon allié!


Courage à toi Sonia!

isa 12/09/2013 21:16



c'est un métier difficile, il ne faut pas se le cacher, les mois de Septembre sont épuisants. Comment regarder ces élèves avec bienveillance quand on a le sentiment de ne rien voir
s'améliorer, c'est un travail sur soi . Ces enfants ont vraiment besoin de toi, besoin, besoin , essaie de te dire que tu vas les aider et que tu en seras contente, mais pas tout de
suite.



sonia 12/09/2013 06:44


Bonjour..très matinal...mais je retrouve mon ordi avec bonheur après deux jours de panne!


Courage à tous qui ont des enfants difficiles car il faut de la patience et surtout garder confiance que ces enfants sont intéressés par les apprentissages..;en fait, je trouve qu'ils le
sont tous même les plus durs.


A mon tour, j'expose mon cas. J'ai dans ma classe 20 PS 7 MS deux enfants avec des troubles autistiques. L'un est en MS, je le connais donc depuis l'année dernière. Son trouble s'exprime
surtout par le fait qu'il ne tient pas vraiment dans l'espace classe ou la salle de jeux...Malgré notre extrème vigilance à moi et l'ATSEM, on le ramène dans la classe plusieurs fois
par semaine. Aie. Dans la classe, il grimpe volontiers sur les bancs et un peu les meubles. Il n'est pas bruyant, donne quelques coups mais pas énormément. Cette année, à la faveur de tous les
progrès faits l'année dernière et de sa capacité plus longue à "être élève", et parce qu'il est un "moyen" ( et parce qu'il y a un PS en décalage) , je lui accorde beaucoup moins de moments de
délestage.


L'enfant de PS cogne beaucoup, mords un peu, saute du banc et re-saute du banc, encore et encore! n'est pas bruyant. J'ai pensé lui accorder des moments pour aller en compagnie de l'ATSEM à la
structure du toboggan juste à coté de ma classe avec un système de 3 jetons, par exemple. Il donne un jeton quand il a fait un tour, quand il n'y a plus de jetons, il rentre en classe.
Est-ce une bonne idée?


Mon souci est que quand ces 2 enfants "se croisent", j'ai le sentiment qu'ils ne se rencontrent pas sur les cotés les plus constructifs d'eux-mêmes. Ils se prennent dans les bras façon
début de bagarre. Bien que je ne sois pas psy ( ah, ah, évidemment), L'enfant de MS me semble plus en décalage - c'est très dur de le faire venir à un atelier plus de 2 ou 3 minutes mais il
donne moins de coups. Celui de PS s'est montré capable d'être au coin livre sans porter atteinte ni aux livres ni à ses copains assez longtemps.


Je leur rappelle bien évidemment aussi souvent que nécessaire les règles, (celui de PS réagit à mes rappels ou aux mécontement de ses camarades en crachouillant en direction de son
interlocuteur!, celui de MS peut réagir en courant à l'autre bout de la classe!) je punis aussi mais pas comme avec un autre "normal". Par rapport à des enfants durs qui ne relèvent pas du
handicap mais plutot de carence éducative du milieu d'origine, j'ai l'impression que je construis sur du sable que j'ai peu de prise sur ces deux enfants. Chez eux, bouger beaucoup et donner des
coups est symptome d'autre chose que d'un manque de "cadrage éducatif". Ils nous mobilisent énormément l'ATSEM et moi et je suis preneuse de tous vos éclairages et ce que l'on peut mettre en
place dans ce genre de configuration de classe avec 2 enfants pour qui le devenir élève relève un peu de la gageure.


Merci à tous


Sonia

isa 12/09/2013 08:51



bonjour Sonia,


je te mets d'emblée les liens vers les discussions que nous avons déjà eues sur le sujet d'enfants tels que les tiens , donc ICI ainsi qu'ICI.
Veux-tu pour autant que ton questionnement face l'objet d'un article dans la salle des maitres ? Tu ne parles pas du tout d'une prise en charge , d'une demande d'AVS ....



Emilie44 11/09/2013 16:06


oups, "déplaçais", "prenais", discutais"... bien sûr!

Emilie44 11/09/2013 16:04


Clémence, j'en ai un ou deux comme ça moi aussi... (un en particulier). Il refuse dès que je lui propose une activité, se met en colère et crie, lance des choses,
tape les autres dès qu'il n'a pas immédiatement ce qu'il veut, refuse de rentrer à la fin des récrés, ... Il faut qu'il fasse l'apprentissage du partage et c'est difficile pour certains...Il a
quand même pincé un enfant (qui a eu un beau bleu directement) juste parce que celui-ci était à côté de lui en train de regarder un autre faire une activité...


 


Après m'être imprégnée du livre sur la théorie des intelligences multiples cet été, je trouve que ça m'a permis de mieux l'appréhender, car je me suis rendue compte
assez rapidement qu'il allait vers les activités kinesthésiques (besoin de bouger, d'expérimenter physiquement les choses) et j'ai réussi hier à l'apaiser en l'orientant vers ce type d'activités
et en lui montrant comment les réussir. Du coup, il a été le premier à qui j'ai montré le coin chasse aux trésors lundi et ça l'a calmé directement. Hier, à chaque fois que je voyais qu'il
commençait à monter en pression, je me déplaçait jusqu'à lui, je le prenait par la main, je discutait un peu avec lui en lui chuchotant à l'oreille et je lui proposais de faire la chasse aux
trésors s'il voulait. La journée s'est beacoup mieux passée, il n'a fait mal à aucun enfant et n'a pas fait trop de colères. 

isa 11/09/2013 16:33



comme quoi l'observation .............. ! Je mets le lien pour ceux qui arrivent et que ça intéresse ICI



anna T 11/09/2013 15:45


Merci pour tous ces conseils, cela me conforte dans mon ressenti par rapport à la sanction. Vivement que la semaine 3 démarre ! Bon courage à Clémence, Marie-Laure !


 

marie laure 11/09/2013 15:16


 Clémence  je te comprends .: dans ma classe aussi  cette rentrée la poussette a volé,mon atsem et moi avons  esquivé les morsures !!ce même  enfant m a demandé de
"dégager" plusieurs fois mais  la situation s 'arrange peu à peu...Je répète en boucle , non je ne suis pas d' accord à l école on ....ne mord pas , ne tape pas , ne crie pas ..etc .Je n' ai
pas de recette miracle mais je pense qu'il faut accepter que tes 2 eélèves  ne  participent pas aux activités ou ne viennent pas en regroupement  les premiers temps; la seule
priorité c ' est qu ils ne se mettent pas en danger ou ne se fassent pas mal aux autres  !  en observant les autres faire les activités ils auront envie de participer ; c'est ce que mon
élève commence à faire: Les 3/4 du temps il joue seul dans son coin (avec ce qu il a choisi, donc pas de crise !) quand on est en activité ou quand je lis une histoire.  Le plus compliqué c
est l' effet" boule de neige": certains ont envie de faire comme lui et là il faut être hyper convaincante !!  bon courage 

isa 11/09/2013 15:42



pour le moment, vous êtes encore en période rentrée, il y a donc encore des petits trés déstabilisés par ces ruptures dans leurs repères, certains sont donc trés vulnérables et se
protègent de manière archaïque, ils ont également beaucoup de colère à canaliser. C'est donc la compréhension qui prime et aussi ce dont je parlais dans mon article sur le respect, il faut parler
en leur nom pour les aider à identifier leur émotion: " Tu es en colère parce que tu veux que ta maman revienne tout de suite, mais tu vas apprendre à attendre, tu ne sais pas encore mais je vais
t'aider", c'est vraiment important de leur parler de leur émotion car elle les envahit et ils sont aux prises avec elle. En désignant leur colère, vous les aidez à la mettre à distance. C'est ce
qui leur permet d'apprendre à se contrôler.



Clémence 11/09/2013 14:21


Muriel, ils ont 3 ans et l'un ne comprend pas le français mais comprend le non (sauf qu'il fait quand même) mais l'autre (le plus dur) si, il comprend tout!!!

isa 11/09/2013 15:19



C'est pourquoi Clémence, il faut utiliser des pictogrammes, comme les fiches des règles que je propose en semaine 3. Ce sont des enfants qui sont insécurisés, ta présence auprès d'eux, le
contact corporel les aide à les contenir: tenir la main quand tu sens que la situation risque d'être défavorable. Est-ce que je peux te demander ce que tu attends vraiment d'eux, cela peut te
paraitre bizarre comme question puisque tu veux certainement qu'ils soient sages mais sachant qu'ils ont plus de difficultés que les autres , tu sais que pour le moment cette attente est une
illusion alors que voudrais-tu qu'ils puissent faire en rapport avec leur capacité actuelle ?



anna T 11/09/2013 14:09


Juste une petite question, lorsque l'enfant enfreint la même règle pour la 7 ou 8e fois de la matinée, notamment lorsqu'il est violent, vous lui rappelez juste la règle "non, on ne tape
pas", ou vous sanctionnez (une mise à l'écart du groupe en précisant pourquoi : tu fais mal aux autres, tu ne peux pas jouer avec eux pour le moment); j'ai l'impression pour le moment, qu'un
simple rappel de la règle passe au dessus de certains de mes élèves, même en me mettant à leur niveau, en tentant de poser les choses les yeux dans les yeux, ils ne comprennent pas et
recommencent dans la minute à mordre ou griffer, ce qui me gêne vis à vis des "victimes" qui vont peut être avoir l'impression que je ne suis pas d'un grand secours.

isa 11/09/2013 15:14



Anna cet article sur les sanctions devraient t'intéresser ICI


La sanction est fondatrice, elle doit exister pour que l'enfant comprenne que ses actes ont des conséquences ( je fais ça ,ça entraine ça) et donc il est trés important d'avoir des
sanctions en rapport avec la transgression. La règle la plus importante dans un groupe d'enfants est celle du respect de l'autre, toutes agressions doivent ABSOLUMENT trouver une réponse
éducative. C'est pourquoi les règles doivent être travaillées avec les élèves c'est ce que je propose en semaine 3 cette année. Si vous constatez qu'avec des élèves cela va être long comme les petits difficiles de
Clémence ou les tiens Anna, alors il faut lancer une semaine de défi, j'ai déjà eu l'occasion de le proposer sur le blog. Par exemple après avoir travaillé sur les règles en semaine 3, la semaine
4 vous proposez le défi, je respecte la règle 1 "je ne fais pas de mal aux autres", chaque élève reçoit une ou deux gommettes en début de journée, dés qu'il transgresse la règle, non seulement il
est mis sur la chaise à réfléchir après avoir regardé et commenté l'affiche de la règle avec la maitresse mais il perd aussi une gommette. Le soir, on remet les compteurs à zéro, ça marche trés
bien et des petits commencent à se contrôler. A la fin de la semaine, on fait le bilan, ils reçoivent une petite carte " je sais me contrôler" ou bien celle " j'ai encore un peu de mal, je
continue mon défi" et on continue la semaine suivante avec ceux qui ont encore des difficultés. Cela ne doit pas se poursuivre pendant trop longtemps néanmoins. Mais effectivement Anna , tu as
raison, l'enfant agressé a besoin de savoir qu'à l'école on le protège, cela fait partie des besoins fondamentaux que tout être humain attend, celui de sécurité.



sev 11/09/2013 13:04


d'accord avec Anne-Sophie, 


ne pas s'énerver, parler lentement et doucement, prendre l'enfant par la main, le regarder dans les yeux en se mettant à sa hauteur, et s'armer de PATIENCE, cela portera ses fruits tôt ou tard.
Jusqu'à la Toussaint, c'est difficile, mais ensuite, les bonnes habitudes sont prises et c'est du bonheur.

Anne-Sophie 11/09/2013 12:28


Bonjour Clémence,


Ayant des TPS et/ou des PS depuis quelques années, je vis la situation que tu décris régulièrement lors des rentrées. Certains enfants découvrent le non, la frustration et l'obligation de suivre certaines règles. Je n'ai pas de "trucs" spécifiques mais je veux bien partager ma petite expérience si cela peut te servir.


J'obtiens  calme et discipline à force d'obstination et de patience. Je ne m'énerve jamais (ou presque !), ne crie surtout pas, voire même chuchote
et parle lentement en cas d'énervement de certains (je supporte très mal le bruit - en TPS si si !) ce qui sert d'exemple aux élèves (même la maîtresse respecte les règles car elles sont
justes et nécessaires). Et je leur dis souvent que je suis plus têtue qu'eux ! (lorsque cela fait la 20 ème fois dans la journée que je répète une règle à un enfant). Enfin, je verbalise tout,
pour l'enfant agité mais aussi pour les autres (pour ne pas leur donner envie de faire des bêtises à leur tour). Je perds beaucoup de temps en septembre (voire octobre) pour expliquer et
réexpliquer les règles (rang 2 par 2, calme et station assise au coin regroupement...) mais cela me permet de passer une année sereine, dans un cadre sécurisant pour les élèves, et finalement
d'en gagner par la suite. A moins que l'enfant ait un problème "médical", tu es sûre de "gagner", il faut en être convaincue. Il continuera peut-être à être odieux avec ses parents (parfois je ne
reconnais pas mes élèves !) mais toi il t'écoutera et tout le monde pourra travailler tranquillement.


J'enfonce des portes ouvertes mais cela fonctionne vraiment... En tout cas bon courage car il est vrai que les petits peuvent mettre les nerfs à rude épreuve !


Anne-Sophie

Muriel 11/09/2013 12:18


Quel âge, ces deux petits monstres?


D'origine étrangère? (si ce n'est pas leur langue d'origine, ça doit leur faire un choc et ils ne comprennent peut-être pas ce que tu leur
dit????)


En attendant ces précisions, je compatis!!!! COURAGE!