comment avoir une bonne équipe dans une école par Sylvie G: la salle des maitres

Publié le par isa

 

salle des maitres

 

Je soumettrais bien une question au blog mais je ne sais pas si la réponse n'est pas hyper compliquée et dépend énormément du contexte: dans une école (surtout une grande car je trouve que cela multiplie les problèmes) où les choses sont installées depuis longtemps avec un fonctionnement "c'est le dernier qui arrive qui se coltine le plus mauvais horaire de sport, c'est chacun pour soi... et les choses type organisation, déroulement de fête d'école, constitution des classes, il n'est pas question de les changer"...bref comment faire naître une équipe où il n'y en a pas, un désir de partage, de convivialité, d'entraide. Quels sont pour vous les déclencheurs? les coups de pouce? les conditions? les éléments facilitant cela? je ne suis pas directrice mais il me semble que la prévision de réunions  pour mettre en place ou remettre en question divers éléments est nécessaire. avez-vous une idée? des façons de faire? des réflexions à ce sujet? Mercccccccccccccciiiiiiiiiiiiiii

Sylvie G 

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

emma 06/06/2013 19:22


Même constat que Maud. J'ai quitté une grande école primaire de 15 classes pour une petite école maternelle de 5 classes en pensant y trouver plus de solidarité. Depuis trois ans dans l'école,
que c'est dur de faire bouger les choses... Pour éviter les conflits, on ne parle de rien, aucune réunion, aucun conseil des maîtres ou de cycle de l'année et on mange tous les midis ensemble! on
se parle un peu par tableau véléda imterposé, juste pour des dates et des salles ! la première année, je n'avais pas de légitimité car j'ai eu du mal à prendre la classe en main, j'étais l'intrus
"celle de l'élémentaire" "dans la classe de Josette" du prénom de l'ancienne collègue ! la deuxième année, j'ai bien collaboré avec une jeune collègue et j'ai trouvé mes marques en maternelle et
l'envie de rester. Mais cette année, bien épuisée en ce mois de juin difficile, les non dits accumulés me reviennent en pleine tête. Faire les classes dans une telle ambiance, au secours ! Avec
le temps j'ai moins envie de bouger pour retrouver de toute façon les mêmes profils type de collègue...alors comme Maud j'attends la retraite des plus anciennes et les vacances pour me regonfler
le moral. Merci encore pour le blog qui m'apporte réconfort et plein d'idées pour avancer coute que coute avec ma classe.

Lydie 05/06/2013 15:08


Bien sûr que j'ai dit cela en réunion,que dans un souci d'équité il serait mieux d'avoir chacune 21 élèves et personne ne serait défavorisé et que l'ambiance n'en serait que meilleure,que moi je
ne supporterai pas d'avoir si peu d'élèves alors que ma collègue en a tant,que les petits devraient plutôt avoir des effectifs réduits vu leur peu d'autonomie et tout ce qu'on a à leur
apprendre.Elles m'ont rétorqué qu'elles avaient des programmes lourds et que deux niveaux ce n'était pas le mieux pour les élèves..mais en maternelle ce n'est pas gênant leur ai-je dit!


 

isa 05/06/2013 15:17



la considération du travail en maternelle est encore un long chemin dans certains esprits... mais je ne désespère pas et je sais que vous m'y aidez.



Lydie 05/06/2013 15:01


Ce qui bloque c'est cette directrice qui divise pour mieux asseoir son autorité.Les autres préfèrent ne pas prendre position plutôt que de se la mettre à dos,tout comme les parents..La fusion ne
nous a rien apporté,que des ennuis,une fermeture de classe en maternelle,moins de liberté dans nos choix quels qu'ils soient,des comptes à rendre,beaucoup de déception.Quand on avait notre
directrice maternelle tout était discuté,rien n'était décidé arbitrairement,là on n'a jamais notre mot à dire,on nous  le demande par politesse mais vu qu'elles se mettent d'accord avant
notre avis n'a aucune importance.Quant aux échanges entre classes ils sont très rares,juste toute l'école ensemble pour le défilé du Carnaval et une fête de fin d'année de temps en temps.Oui il
serait temps de faire le bilan,mais qui le demandera encore??

isa 05/06/2013 15:15



il faut oser, quel est l'intérêt de se taire ?



Lydie 05/06/2013 14:45


Comment ne pas en vouloir aux autres?Moi je ne supporterai pas d'avoir 15 élèves autonomes de CM2 et de voir mes collègues à côté ramer avec 28 de 3 niveaux ou 2 niveaux!!Jamais je ne proposerai
ça,ça m'empêcherai même de dormir...Mais on n'a pas tous la même empathie pour les autres!! Mais je ne leur en veux pas longtemps,je ne suis pas rancunière,déjà aujourd'hui ça va mieux qu'hier et
c'est vrai que ça ne changera rien,au contraire..mais je me décourage quand même souvent,heureusement que mon atsem,ma collègue de GS ,mes petits et les parents sont adorables,ils me permettent
de tenir!

isa 05/06/2013 14:54



je suis entièrement d'accord avec toi, et la première réaction est bien évidemment la colère. Mais as-tu dit cela en réunion , as-tu dit que tu ne pourrais absolument pas faire un tel
choix que ce n'est pas collectif ce type de décision ? Tu vois, on pense ,on intériorise et on se dit que l'autre doit penser comme nous , mais non certaines personnes ont besoin d'entendre et
puis si ce n'est pas elle , ce sera sa collègue, bref les consciences s'ouvrent dans la discussion.



Lydie 05/06/2013 14:34


J'ai essayé de ne pas faire que dénoncer,juste faire quelques demandes pour arranger les choses mais à chaque fois ça dérange,ça demande un peu plus aux autres et ça ce n'est pas possible..Par
exemple,nous sommes 2 en maternelle,nous assurons toutes les récrés c'est lourd quand même surtout avec ces effectifs on aurait besoin de souffler un peu par moments,elles sont 5 et n'assurent
pas 2 récrés par semaine..j'avais soulevé le problème mais on n'en a jamais parlé,c'est vrai que ce ne serait pas facile de mettre des services de surveillance en place avec des horaires et cours
différents mais rien n'est impossible.Si j'étais directrice je mettrai tout à plat ,je considèrerai les classes de la même manière,pas de différence maternelle élémentaire et je ferai un
réaménagement des horaires d'accueil,de récrés pour que toutes aient les mêmes droits et les mêmes devoirs,je demanderai à chacun comment il voit les relations entre collègues,comment on peut
améliorer la cohésion de l'équipe,ce qu'on pourrait faire avec les parents et on essaierai de mettre en place des temps de pause café par exemple avec les autres collègues...Ce qui n'a jamais été
abordé depuis la fussion des 2 écoles il y a 6 ans...

isa 05/06/2013 14:44



d'après toi, qu'est-ce qui bloque ? Est-ce uniquement cette "vieille" directrice ou bien les collègues ne s'intéressent pas à vous ? La fusion ne fonctionne que dans un sens, les
avantages pour l'élémentaire et vous quelles bénéfices tirez vous de celle ci ? Pour moi, une fusion doit permettre des échanges du point de vue pédagogique, qu'en est-il chez vous ? Il serait
peut être temps de provoquer une réunion pour faire le bilan de cette fusion et savoir ce que cela a changé , quelles sont les améliorations à apporter ....?



lydie 05/06/2013 14:07


J'aimerais qu'on aie des projets en commun en tenant compte de la spécificité de la maternelle,nous on aime montrer aux parents ce que font leurs enfants à l'école,même pour des chants de Noël
entre nous les parents ne sont pas invités,jamais on ne pense aux parents quand il s'agit d'échanges culturels entre les classes,c'est une activité pédagogique où ils n'ont pas leur
place...J'aimerais de la convivialité,de la solidarité.Oui c'est grâce à notre effectif lourd qu'une classe n'a pas fermé cette année.Une autre répartition que j'ai proposée avec 21 élèves par
classe,c'était jouable et tout le monde était sur le même pied d'égalité n'a pas été retenue par que les 5 élémentaires auraient eu des cours doubles et il y aurait eu une GS CP à 21 qui pose des
problèmes parce que les enfants ne sont plus vraiment en maternelle et ne sont pas à l'aise dans la cour.Mais bon tout peut s'aménager quand on veut..Moi avec 3 TPS dans une classe de 28 je ne
leur propose pas non plus un accueil pour leur âge,ils suivent les autres c'est tout et je ne suis pas satisfaite de ça.


 

isa 05/06/2013 14:24



oui effectivement ce que je disais tout à l'heure est vérifié dans ta réponse, il n'est pas question de cours doubles en élémentaire mais il n'y a aucun inconvénient à les voir en
maternelle et pour la GS CP, il pouvait sûrement être possible de diminuer un peu l'effectif, quant à l'argument cour et compagnie, comment font les écoles rurales ? ça existe depuis longtemps
ces cours doubles .... Lydie, tu ne dois pas te considérer comme quantité négligeable en terme de poids dans les choix collectifs, ce n'est pas parce que vous n'avez pas la majorité que vous ne
devez pas peaufiner vos arguments et tenter de faire pression sur la "conscience" des autres  car en argumentant sur vos effectifs à vous ainsi que vos conditions de travail en cours double
voire triple, certains peuvent tout de même se sentir concernés, il ne faut jamais sous-estimer sa propre force de conviction et ne pas croire que tout le monde pense forcément pareil, il faut
forcer la discussion à être engagée pour que les esprits s'ouvrent à d'autres points de vue, il faut les aider à sortir de leur pré carré et à accepter de changer leur angle de vue. Quant aux
projets communs, il faut les lancer et ne pas attendre que les autres les proposent et je sais que les écoles élémentaires peuvent faire des choses aussi ( malgré tout ce qui est souvent mis en
avant comme obstacle), je viens d'accompagner hier une amie qui a des CE2 pour une présentation de leur danse à d'autres classes et inversement , j'ai été époustouflée de la qualité des
chorégraphies , franchement dignes de certaines compagnies ( 12 mn de danse pour des CE, c'est super), ils font aussi l'USEP, la correspondance scolaire... Ne te décourage pas Lydie et ne leur en
veux pas non plus, tu n'auras rien à y gagner.



Lydie 05/06/2013 12:02


Sujet très difficile que l'entente entre collègues...Quand je suis arrivée dans cette école maternelle de 3 classes ça allait bien,on s'entendait bien,il y avait une collègue très spéciale mais
on faisait avec,on arrivait à travailler en harmonie.Les directeurs changeaient souvent c'était le problème.Depuis il y a eu fusion avec l'élémentaire de 5 classes et rien ne va plus.Nous sommes
les écartées de l'équipe..Les décisions sont discutées au café auquel nous ne pouvons pas aller à l'école élémentaire et soumises après aux classes maternelles qui n'ont plus qu'à acquiescer vu
le nombre de classes et si elles ne sont pas d'accord on vote: 5 contre 3!! Et bien sûr le nombre des classes a diminué en maternelle parce qu'on peut être 27 ou 28 à deux voire trois niveaux en
maternelle tandis que comme l' année prochaineil y aura encore une classe de 15 en cm2,19 dans les autres et une moyenne de 18 élèves en élémentaire et 27 en maternelle et on n'a rien à dire..Là
hier j'ai encore craqué vu la répartition de l'année prochaine,les maternelles sont lésées,une collègue de CP m'a même dit que l'aprèsmidi les PS après la sieste ne faisaient rien donc que ce
n'était pas gênant d'avoir un autre groupe d'une autre classe tout l'aprèsmidi!!Je voulais en parler à l'inspecteur mais bon j'aime pas du tout cette manière de faire...je vais juste lui demander
si j'ai le droit de refuser les TPS vu qu'on m'impose d'en avoir 27 dans la classe avec 3 niveaux!


Voilà l'ambiance chez nous est nulle,très lourde je dirais même,nous ne sommes que 2 en maternelle et heureusement que l'on s'entend sinon il y a de quoi démissionner.Et pourtant on a une superbe
école,des élèves et des parents supers avec qui je m'entends bien,une atsem avec qui je m'entends bien aussi et il y a du bon boulot de fait et c'est pour ça que je reste.L'ambiance vient de la
directrice ça c'est vrai,comme elle a 63 ans en fin de carrière il n'y a aucune dynamique,on en fait le moins possible avec les parents,elles ont même annulé l'année dernière la kermesse prévue,
en avril!!Alors les parents je ne vous dis pas la satisfaction et la bonne image qu'ils ont des enseignants!


Que faire pour changer ça?Vu tout ce qu'on nous impose c'est difficile maintenant d'avoir même envie de leur dire bonjour!


J'aurais tellement rêvé avoir une super ambiance de travail ça doit être génial!!

isa 05/06/2013 13:21



Qu'est-ce que tu aimerais exactement Lydie ? Comment ferais-tu si tu étais la directrice ? As-tu formulé des demandes précises ou as-tu seulement dénoncé une situation qui te semble
injuste ? C'est tellement important de savoir exactement ce qu'on veut pour être à même d'argumenter et de donner aux autres de quoi réfléchir, de quoi se grandir en ayant une attitude de
considération pour le travail de ses collègues. Là dans ce que tu décris, il est clairement observé que vous n'avez pas pris votre place dans l'équipe pédagogique. C'est toute la difficulté de
ces fusions d'école, la spécificité de la maternelle va encore y perdre un peu plus, on le voit bien dans ton exemple. Le sentiment est que les classes maternelles deviennent les variables
d'ajustement en termes d'effectifs, ainsi cette école ne pourrait pas fonctionner à 15 ou 19 sans craindre une fermeture alors qu'avec vos effectifs lourds en maternelle, vous servez de garantie
et tant pis si vous devez avoir 2 ou 3 niveaux. Quand je pense que ces mêmes collègues crieraient au scandale si on leur imposait les mêmes conditions, mais voilà la considération et surtout la
connaissance de cette spécificité maternelle fait que l'autre a forcément moins de travail, moins de responsabilité, moins de difficultés que soi-même. Alors que lorsqu'on fait vos comptes, on
arrive à 20/21 par classe dans une autre répartition. Pourquoi n'est-ce pas possible ?



Emilie44 04/06/2013 10:05


Je suis d'accord avec beaucoup de choses qui ont été dites jusqu'à présent, notamment que c'est la directrice/le directeur qui impulse une grande part du bon esprit
de l'équipe (même si parfois avec certaines personnalités toxiques, c'est quasi mission impossible).


 


Je pense aussi que c'est bien de rester manger ensemble à l'école, même dans une petite équipe. Personnellement, j'habite à 100 mètres de l'école, donc je mets 1
minute à pieds pour rentrer chez moi, et pourtant je reste manger tous les midis avec mes deux collègues (il y en a une seule qui rentre manger chez elle). Ce moment nous permet de vraiment avoir
le temps de parler et d'échanger, sur l'école ou sur toute autre  chose, sinon on n'a pas le temps de se voir à d'autres moments (entre la classe et les services de récré).


 


Sinon, nous on s'organise un repas de Noël et un repas de fin d'année scolaire au resto, et on invite même les anciennes collègues qui sont passées dans l'école, ça
permet de garder des liens. Pour les conseils de cycle du mercredi matin, j'achète des croissants, pour les conseils d'école une boîte de petits gâteaux, je ramène même des croissants pour les
ATSEM le jour de leur reprise fin août avant la pré-rentrée. Tout de suite, tout le monde est de meilleure humeur!


 


Pour fédérer les collègues et les amener à travailler ensemble, je trouve qu'il est déjà important de valoriser ce que chacun fait dans sa classe. Parfois il suffit
de pas grand chose, mais quand on se sent reconnu, on est plus enclin à partager et à travailler ensemble positivement. 

isa 04/06/2013 19:44



oui Emilie la directrice est une coordinatrice et elle fédère, mais c'est à force de conviction et le groupe a aussi ses responsabilités individuelles. J'aime bien lire toutes vos petites
inventions pour que la vie soit belle !



Muriel C 03/06/2013 22:41


Sujet et conversation passionnante, au coeur des préoccupations de tous.


Je reprends la phrase d'Isa, Tellement vraie


"On a toutes les chances d'être mieux dans sa classe quand on se sent bien dans son école et se sentir bien c'est avoir de bonnes relations avec les personnes qu'on côtoit".


Je fonctionne moi aussi à l'affectif comme l'ont dit certaines, j'attaque ma 7ième année de direction dans la même école. il y a eu des hauts, des bas et je me sens maintenant bien avec mes
collègues. On se connaît, s'apprécie, on connait les défauts et qualités des unes et des autres. On partage aussi des moments de convivialité (on fête nos anniversaires par exemple, autour d'un
repas sympathique). On est soudées, l'inspectrice l'a remarqué aussi ; on traverse les épreuves ensemble (et il y en a eu : entre la collègue épouvantable i y a quelques années, les soucis
d'ATSEM, il y a plus d'un an ..). Des moments de déprime pour la direction, de joie aussi ; j'ai désigné un bras droit dans l'équipe pour la direction et ça aide.


On se voit en dehors pour certaines ... et je vois toujours avec angoisse la perspective de changer ou d'avoir de nouveaux collègues.


Même si la direction pèse, en étant bien entourée, ça passe.


Courage à ceux qui connaissent des déboires ... les choses, avec patience et discussions, en se connaissant mieux les uns les autres, en valorisant les qualités de chacun, peuvent changer (même
si je l'ai pas toujours pensé ....).

Laeti 03/06/2013 11:24


Bonjour tout le monde.... alors là il y a matière à dire mais je vais tenter de résumer car beaucoup de choses ont déjà été dites. Perso, je suis directrice d'une école à 2 classes avec 2 atsem
sur 1 poste depuis plus de 16 ans. 1 collègue seulement, avec un super fort caractère. Pendant 6 ans ça a été assez difficile... moi qui fonctionnait à l'affectif, je ne me sentais pas dans mon
école, c'était leur école et je ne faisais que passer comme les autres. Nous étions seulement des collègues de travail...On bossait c'est tout(c'est déjà pas mal mais bon côté ambiance c'était
tristounet). Et puis il y a eu "LA CLASSE DECOUVERTE". D'habitude c'était que les cyles 2 et 3 qui partaient, et là je me suis incrustée avec mes petits et mes 2 ATSEM. ET ça a tout changé....
Mes ATSEM m'ont vu sous un autre jour... j'étais plus leur chef mais la collègue qui ramasse le vomis à 4 heurse du matin avec elles en se bidonnant... et du coup ça a complètement changé la
donne. Cette classe découverte ça a été le déclic pour nous toutes. Depuis c'est le bonheur.... les occasions ne manquent pas de célébrer la vie ensemble.. une vraie équipe.J'ai même droit à ma
tasse de thé prête le matin quand j'arrive. Et ma collègue ronchon, elle l'est toujours un peu mais mes ATSEM l'ont vu aussi comme ça et  du coup on supporte mieux en se serrant les
coudes. ca fait 8 ans que j'y suis, je ferai ma 9ème rentrée avec elles et tant qu'on me vire pas je reste. Mes ATSEM se lancent avec grand bonheur dans toutes mes nouvelles expérimentations
(ateliers autonomes à la rentrée de mon congé maternité d'ailleurs) bref vive la CLASSE DECOUVERTE!!!! On remet ça bientôt.... Bon courage à tous et toutes. Et il faut faire le premier pas:
n'oubliez pas le café, les croissants ou le gâteau à la rentrée ça fait toujours plaisir une petite douceur.

Joëlle 03/06/2013 08:16


Pitié ! Stop le boulot boulot ! Si c'est un peu "tendu", prendre une tangente :


Passer par la case "convivialité" = pot de rentrée (ou croissants/thé/café), repas de Noël partagé ensemble (penser à une nappe et aux petites décos de Noël sur la table). Si on est directrice,
on peut même prévoir un petit cadeau à déposer dans chaque assiette pour chacun, il y a des tas de solderies qui vendent des petites décos de Noël à 50 cts. Mais un simple ticket à gratter de la
Française des Jeux suffit (1 pour tous !), juste histoire d'entretenir le suspens...


On fête la fin de l'année, tu peux commencer à fêter ton anniversaire : juste un gâteau. Chacun a sa spécialité (si tu n'aimes pas "pâtisser", tu achètes des petits fours ou des macarons, c'est
très tendance...) que tu prends le temps de partager en passant dans toutes les classes, sans oublier personne, ATSEMs et  Mmes Ronchons,
cachées dans leurs locaux y compris.


On arrose tous les passages d'échelons, les fins d'inspection, les naissances, le bac de son aîné, le... les..., (les occasions ne manquent pas si on les cherche !). On essaie de le faire le plus
possible avec le groupe entier plutôt que séparément. Si l'un ou l'une n'est pas venu pour une raison X (quelle qu'elle soit, même si on la trouve irrecevable !!!) on n'oublie pas d'aller lui
poser un petit morceau de tarte sur le bureau.


Et oui Fred ! Un peu d'alcool aussi de temps en temps (avec modération bien sûr !). Ca délie les langues, et on parle de soi, de sa famille, du gamin de sa classe qui vient de nous en dire une
bonne...


S'arranger pour que les équipes de surveillance de récréation "tournent", et que des "blocs" ne se constituent pas (ça, c'est la directrice qui décide, mais... avec tact...)


Pour souder l'équipe, faire que les gens se sourient et s'apprécient, ne pas chercher à passer en force, ne pas vouloir enfoncer le clou en martelant : "on va travailler ensemble autour d'un
projet, ça va être formidable, je vais les changer, parce que je suis convaincue que j'ai raison". Parce qu'on passe alors pour l'emm...deuse, celle qui ne pense qu'au boulot, la première de la
classe. Celle qui sait tout. La petite nouvelle qui pense avoir la science infuse, et on attend qu'elle se plante...


Parce que mine de rien, celles qui se réfugient dans leur classe et bougonnent, c'est aussi souvent parce qu'elle ne sont pas très à l'aise. Alors si on ne parle QUE de pédagogie... ça bloque !


Après, on parle pédagogie, échanges, projets communs, décloisonnements, échanges de service et tout le toutim...


Bon, moi, ce que j'en dis... Mais chez nous (10 enseignants + 10 ATSEMs), la création d'un "salle des maîtres" a changé l'ambiance de l'école, parce qu'on a commencé ... à manger ensemble le midi
(plutôt que chacun dans sa classe)


= café, plaquette de chocolat,


...et rigolades !


... et PROJETS !


(pourtant, ce n'étais pas gagné d'avance, parce ce que les locaux ne s'y prêtaient pas du tout : 2 bâtiments = concurrence petits/grands = propos mal aimables, incompréhension et
tensions)


Ce n'est pas le nirvana non plus ! Faut pas rêver ! Mais je crois que tout le monde vient travailler avec plaisir parce que chacun se respecte dans ses différences.

isa 03/06/2013 11:28



je suis heureuse de voir que notre salle des maitres est en ébullition y compris pendant mes absences, ça montre combien vous y êtes bien , tant mieux et à ce propos, je vous offre le
champagne ( clin d'oeil à Fred) pour la naissance de ma petite Emy ( avec un seul m)


Pour revenir au débat, vous avez dit beaucoup de choses justes, c'est compliqué de vivre en bonne harmonie,  il faut faire des efforts, parfois supporter des humeurs changeantes,
s'adapter à des personnalités trés éloignées de la sienne, apprendre à ne pas juger trop vite... D'après mes expériences dans différentes écoles, j'observe que le rire est une des conditions pour
installer une connivence, nous avons besoin de libérer des tensions et ce comportement soulage, nous partageons le rire. Qu'avons nous à gagner en nous opposant et en jugeant en permanence ? Qui
doit chercher l'apaisement ? Quelles conséquences ont ces tensions sur nous mêmes ? Comment vivre dans l'indifférence en partageant les mêmes locaux, les mêmes élèves, les mêmes projets ? Et être
collègue ne veut pas dire devenir ami, c'est toute la nuance , bien-sûr on le peut mais ce n'est pas ce qu'on recherche d'abord. On a toutes les chances d'être mieux dans sa classe quand on se
sent bien dans son école et se sentir bien c'est avoir de bonnes relations avec les personnes qu'on côtoie. L'altérité qui fait partie de la vie de nos élèves ne serait pas reconnue par nous
adultes, quel manque de discernement et quel mauvais exemple ! Alors il faut tenter d'aller vers l'autre qui est pourtant différent de moi, qui ne sera jamais mon ami parce que nous n'avons pas
la même vision de la vie, qui ne veut pas des choix que je propose mais moi est-ce que je détiens la vérité alors comment avancer vers lui pour qu'un choix respecte chacun de nous, que suis-je
prête à donner pour que nous nous rejoignons, et si nous commencions par des choses anodines où le rire a sa place et nous permette de détendre nos échanges...



katia 03/06/2013 06:43


C'est vrai Maud heureusement que l'on peut trouver du soutien ici. Après je trouve que l'on ne doit parfois pas accorder trop d'importance à certaines... et surtout ne JAMIS se rendre malade pour
elles.Pour moi l'essentiel ce sont les enfants, ils ne doivent pas subirent les conséquences d'une mauvaise ambiance... nous nous en étions là. Il faut parler, devant moi mes collègues se sont
excusées car je leur ai dit qu'elles méprisaient mon travail car j'avais beaucoup moins d'heures d'atsem qu'elles alors que j'ai des ps.Elles se sont senties mal à l'aise, je sais ce qu'elles en
pensent derrière mon dos mais j'ai tenu bon, je ne suis pas restée seule et j'ai obtenu gain de cause. C'est vrai que j'ezpère ne jamais devenir comme ça à la retraite, mais quand on voit Isa on
peut garder espoir, ce n'est pas une question d'âge, c'est une question d'humanité, cetaines sont dans la tendance individualiste de la société et d'autres préfèrent la vie en communauté, et sont
souvent sur ce blog. Le tout est de s'y retrouver et de ne pas  trop en souffrir même si parfois ça nous démange, il fait faire comme avec nos petits expliquer sans s'énerver, si ça ne
rentre pas on réessaie plus tard. Peut être que ça viendra...sinon Maud tu attendras leur retraite et tu leur montreras ta joie...Bonne journée sous le soleil

sylvieg 02/06/2013 23:48


Très intéressant de vous lire toutes (comme d'habitude!!!)Katia, ça a dur être un coup dur de
n’avoir aucun soutien, quelle absence d’humanité ! Laetitia, j’aime bien ta manière de répondre avec les textes, calmement, en reprenant un à un les éléments qui posent
problème.


J’ai connu auparavant principalement 2 autres écoles : une à 10 classes où régnait
l’hystérie féminine face à un directeur super pêchu qui voulait changer les vieilles habitudes et qui en a bavé (mal de dos, petite déprime...), n’empêche que chemin faisant, équipe
changeant...super enthousiasme et grande rigueur, il a réussi à impulser un esprit d’équipe !Dans la 2ème école,5 classes : je venais pratiquement en chaussons retrouver ma classe tellement je m’y sentais à l’aise, l’écoute, l’échange, le partage et la bonne humeur !!!!
Nous mangions toutes à l’école, faisions des « échanges » d’enfants : les moyens des 2 classes de MGrands  venaient se reposer puis
réaliser des activités calmes avec nos moyens dans nos 2 classes de PMoyens, ce qui permettaient aux grands de travailler en groupe restreint pdt un moment...


Dans cette nouvelle école à 9 classes (j’y suis arrivée l’an dernier), je retrouve l’ambiance
de la première : portes pas très ouvertes, points de vue, façons de voir la vie, la classe, l’école ...très différents. Mais je pense vraiment que tout n’est pas joué : le consensus est
possible, le souci est que la directrice arrivée cette année, prend les choses très à cœur, est profondément blessée  par certaines réactions,
propos....et réagit violemment et au quart de tour. Résultat : les personnes (2,3) qui partagent davantage ses idées à elle ( dont je suis) ont du mal à adhérer à sa façon de dire ou de
faire et finalement se trouvent prises entre « deux feux ». ce n’est pas agréable et surtout pesant, tendu. Nous avons l’impression qu’il faut prendre parti, il n’est plus question
d’idées, c’est un autre enjeu....et je déteste cela surtout après l’avoir vécu auparavant !


Il me semble que la directrice doit être très rigoureuse (ce n’est pas facile !) et nous
devons aider à organiser tout ce qui ne tourne pas rond, re-discuter de tous ces éléments qui posent problème, les uns après les autres : prévoir une réunion coop afin d’aborder les
projets collectifs, de chacun, prévoir des projets communs ( à défaut de partager des repas car nous ne sommes que 3  voire parfois 4 à manger à
l’école, les autres jamais mais en même temps chacun a sa vie..., c’est sûr que cela aide pour se rencontrer) : moi je crois que c’est important de pouvoir SE RENCONTRER dans n’importe
quelle domaine que ce soit, juste histoire de se découvrir et d’avoir envie de faire des choses ensemble et bien sûr dans l’intérêt des enfants ! Mais les premiers pas, les premiers
échanges, ils sont à inventer. Quelles sont les conditions ? dans une ambiance clanique, il n’est pas évident de séparer untelle de la ou des collègues avec qui elle se trouve en fusion...
je cherche .


Dans mon ancienne école, le fait que les enfants de la collègue passent un moment dans notre
classe, faisait que nous avions matière à échanger sur les enfants et c’était intéressant...


J’aime aussi l’idée à la fin de l’année d’aller passer un moment convivial ds la classe
du niveau au dessus, peut-être que l’organiser ensemble est un moyen de se rencontrer ou peut-être ss l’organiser ensemble, venir avec un gâteau,  chanter ensemble, offrir un dessin pour les copains de l’autre classe???? Le but du jeu étant que la maîtresse sente que sa ou ses collègues aient envie de lier
une relation (difficile de trouver l’adjectif) ?? non anonyme ? un peu chaleureuse ? car pour moi c’est le B A BA pour ensuite discuter, travailler...Qu’en pensez-vous ? Mes
idées vous semblent elles naïves ?

Fred 02/06/2013 22:54


Moi j'dis : pour dérider l'ambiance, rien de mieux qu'l'alcool ! ^^ Nous c'est tous les mid.. Non, juste pour les occasions spéciales (on fête le weekend le vendredi, le mercredi le mardi... tout
ça) Hihi. Plus sérieusement, je me demande comment je réagirais dans une petite école, avec une seule classe par niveau, je n'ai jamais connu, ça doit pas être folichon quand même, si ? Genre
manger à 2 ou 3 le midi ? Brrr... En plus, en y réfléchissant, je suppose que les petites écoles se trouvent plutôt dans des p'tites villes, donc avec la possibilité de rentrer chez soi le midi ?
Donc encore moins de monde en salle des maîtres ? Ici le problème ne se pose pas, tout le monde mange ensemble, c'était le cas dans toutes les écoles que j'ai connues, donc jamais de souci
d'ambiance (la plus petite école que j'ai connue, c'était 8 classes de maternelle ; j'ai connu 14 classes aussi, dont 6 de PS, le temps d'arriver en salle des maîtres, c'était la fin de la
récréation, haha)... Après, en élémentaire, l'ambiance, c'est très différent (y a jamais de bonbons ni de restes de gâteaux d'anniversaire des élèves, déjà, ça n'aide pas).. Bon ben en fait ça ne
fait pas trop avancer le schmilblick.. Je ne vois vraiment que la solution alcoolisée pour assurer la cohésion de l'équipe !

Muriel 02/06/2013 22:38


Trop vrai, ViVi.....


Tu seras une bonne directrice, je le sens!


N'empêche que ça doit être difficile quand il y a quelques moutons noirs... et les familles le sentent
et certaines en profitent pour s'insinuer dans les failles!
C'est trop triste la toxicité dont parle Maud....


Nous on a toujours essayé de "faire bloc", de tout se dire, on étiat toutes au courant des anecdotes et des problèmes, on se soutenait en cas de
"coup de mou" ou de "coup dur"..., pour qu'il n'y ait jamais d'embrouilles..... et il
n'y en a jamais eu.... 17 ans avec une collègue et 11 ans avec l'autre.... et elles partent toutes les 2 à la fin de cette
année....


.... une nouvelle équipe démarre..... quelle aventure....



Carole 02/06/2013 22:37


Oh ben ça me fait bizarre de vous lire parce que moi je suis dans une école (4 classes en maternelle + 6 classes en élémentaire) où tout le monde (oui, tout le monde !) s'entend super bien !


Je suis là-bas depuis 8 ans (!) et comme toutes les nouvelles qui arrivent, on ne pense qu'à rester ! Avec les ATSEM, on est très soudées, quand il en manque une chez les petits, ma collègue de
GS (qui est aussi la directrice) m'envoie la sienne ! Elles savent qu'elles peuvent naviguer d'uen classe à l'autre...


A midi, tous les enseignants de maternelle vont déjeuner avec les enseignants d'élémentaire, comme ça tout le monde se connaît et on a vite appris à se soutenir dans une école où parents et
élèves ne sont pas toujours faciles... D'ailleurs, je décloisonne en élémentaire les après-midis pdt la sieste des petits !


On garde aussi le contact pdt les vacances, on va au restaurant après les conseils d'école, on s'organise des "bouffes" à l'école et on va même tous revenir le lundi 8 juillet (!) pour faire
repas commun avec les ATSEM !!!


Mëme notre inspecteur a remarqué notre bonne entente, qu'il apprécie (ça doit le changer !)


Après vous avoir lues, je savoure ma chance (dont j'avais déjà bien conscience...)

Laetitia 02/06/2013 22:32


au fait nous en sommes à 10 classes !!

Laetitia 02/06/2013 22:31


On met gentiment les pieds dans le plat en s'appuyant sur les textes, circulaires, notes de l'Inspecteur pour pointer ce qui nous convient pas. Souvent il y a des soucis qui viennent de là. Pour
le reste (et je sais de quoi je parle) s'armer d'un sourire  à toute épreuvre même quand on est la petite dernière du groupe. Du genre, ne pas lâcher pour le matériel d'EPS manquant et qui
nous empêche de travailler, le budget de la coopérative générale mal géré, le manque d'ordre du jour des réunions, les problèmes de service et sortir calmement tout ce que l'on a à dire lors des
réunions. A vrai dire j'ai commencé à la pré-rentrée. Et à chaque fois argumenter positivement, pour le  bien des élèves et en se plaçant dans les compétences du professeurs des écoles. Cela
devient irréfutable !! Petit à petit tout au long de l'année, les langues se sont déliées, la direction bloque sur pas mal de point mais du coup les enseignantes sont solidaires, cela change pas
mal de choses. Donc le meilleur conseil, s'appuyer sur les textes, et l'argumentation positive.

vivi 02/06/2013 22:30


Je pense que la directrice a un grand rôle à jouer. Elle doit proposer des solutions équitables pour la répartition des salles et autres organisations pédagogiques.


C'est elle qui insuffle le dynamisme, la bonne humeur, l'envie de faire bouger les choses. Je dis ça pour me motiver... je reprends la direction en septembre. Mais j'y
crois dur comme fer. L'ambiance d'une école dépend beaucoup de l'énergie positive de la directrice. Car même si elle ne peut pas tout régler, elle peut tempérer les esprits retords et faire
avancer les choses dans la bonne direction. Et puis le dialogue est essentiel pour désamorcer les conflits. Entre adultes cela doit être possible non?

maud 02/06/2013 22:19


moi j'ai abandonné... 4 classes maintenant 5 : l'ambiance est souvent moisie pour ne pas dire toxique... les nouvelles instits durent 3 ans max ! moi je refuse
d'abdiquer 6 ans que je tiens (un ulcere et 2 ans d'urticaire non stop...) Je me dis que la retraite pour certaines (dans l'école depuis les calendes greques)  n'est pas loin je soufflerai à
ce moment...


le lien, l'entraide, le réconfort, l'écoute je les trouve ici...


ah le pire truc que j'ai entendu et qui me hérisse le poil : on a toujours fait comme ça ya pas de raison de changer!!! ou tu n'as pas l'esprit d'équipe parce que je
voudrais faire avancer les choses et que je ne suis pas d'accord...


oui j'ai laissé tomber

Muriel 02/06/2013 21:15


Oh Katia , cela a dû être dur de vivre cette situation!


Difficile de vivre avec des personnes qui ne partagent pas les mêmes valeurs humaines que nous....


En effet, on ne peut pas aimer tout le monde et inversement...


Reste à se tolérer en bonne intelligence, à surveiller (pour éviter que notre parole n'aille trop loin) tout en veillant à bien exprimer sa pensée pour ne
pas avoir de griefs qui s'accmulent sournoisement.

katia 02/06/2013 19:55


oui, les repas ensemble peuvent aider, après les sorties... il y a des gens avec lesquels on peut ne pas avoir debeaucoup de points commun.


Il y a trois ans j'avais un enfant autiste qui faisait beaucoup de crises. Mes collègues de gs ne pouvaient pas me prêter leur atsem car elles avaient trop de travail. Un midi j'ai pleuré le trop
plein d'énergie utilisée pour calmer une crise. J'ai eu le droit à un très froid " moi ça m'angoisse je préfère que l'on change de sujet" ce jour là je me suis dit que oui ça pouvait l'angoisser
mais qu'elle aurait pu comprendre que j'avais besoin de soutien.


Depuis je dis ce que j'ai à dire que ça plaise ou non mais en respectant les autres, je leur ai dit que j'étais là pour travailler et voilà que je souhaitais juste pouvoir travailler
correctement.On se parle boulot avec les ronchons et on peut parler en privé avec les personnes avec lesquelles on a des affinités.


Les relations humaines sont compliquées, il faut se respecter en se disant ce que l'on a à se dire et passer outre les petits conflits en ne leur donnant pas tro d'importance, on ne peut pas
changer les gens mais on doit vivre avec.

Muriel 02/06/2013 19:31


Oui, les repas, c'est bien. Plutôt que de manger chacun dans sa classe, comme c'est parfois le cas... et cela permet de mieux se connaitre, et de ne pas
parler que de boulot non plus.... laissant la place à l'empathie et à la sympathie.


Peut-être aussi s'organiser des activités une fois de temps en temps ensemble entre adultes, comme une sortie au musée ou à un spectacle par
exemple...

marielle 02/06/2013 19:25


coucou, je pense que l'empathie, la patience et la tenacité sont les meilleures aides pour vous.


Prendre les repas avec ses collègues, c'est bien aussi. Donner sans compter sont travail c'est bien aussi (y aura-t-il un retour...)...


plein d'espoir...

katia 02/06/2013 18:08


Tu as raison, le fait d'être nombreux peut agraver le problème. Dans mon école, il y a 5 classes pour la maternelle, 6 à la rentrée, deux mîtresses à temps partielle et la décharge de la
directrice, plus 4 atsm et demi enfin 4 postes et demi d'atsems plutôt.


Cela fait du monde, et il y a quekques ronchons qui plus elles vieillissent, plus elles demandent de confort, comme ne pas être chez les petits et avoir une atsem toute la journée chez les ms gs.
J'en avais parlé sur le blog avec Isa J'ai tenu, j'en ai parlé  avec la conseillère pédagogique, la directrice n'arrivais pas non plus à faire bouger les murs. Là nous avons demané une
réunion avec la communauté de communes. Résultat le responsable des atsems est venu , a dit qu'il fallait des atsems toute la journée chez les ps , sinon il enlévera des postes.


Depuis ça c'est détendu car elles ont entendu ce que je disais depuis 3 ans etmême si ce n'est pas la super ambiamce elles n'ont plus le choix. je sais que c'est dur d'en arriver là et je te
souhaite que le climat s'arrange, effectivement un peu de sang neuf peu aider, mais surtout il faut parler ne pas laisser s'enliser la situation, ne pas s'énerver et tenir bon quand tu sais que
tu as raison, même si ça ne porte pas ses fruits tout de suite, ça paiera plus tard.


Bon courage à toi.


Katia


 


J'ai tenu bon, j'ai dit ce que je pensais sans m'énerver... c'était dur mais je n'ai pas lâché. Certaines 

Muriel 02/06/2013 17:55


Et bien c'est une très bonne question!


Je vais connaitre ce problème cette année aussi!


Trouver un projet fédérateur en début d'année doit être positif.


Et bien sur le dialogue, l'écoute... l'équilibre avec des novateurs, des sages, des ronchons... tous unis pour la même cause...


Peut-être que chacun note avant la réunion sur une feuille ses besoins, ses préférences, et ensuite on en parle, en faisant un tableau, sans que ce soit le
premier qui parle qui remplisse sa case...


Et pour les services de sport, de récréation et autres plages horaires, pourquoi ne pas faire "tourner" à chaque période? Après tout, c'est un moyen pour
qu'il n'y ait personne de lèsé!


Petites ou grandes écoles, ce qui compte, c'est la bonne volonté de chacun...

arielle 02/06/2013 17:32


Si il n' y a rien du tout, eh bien il faut qu'arrive une personne positive, enthousiaste, empathique, bienveillante et patiente avec les vieux
rochons. Après, de même qu'il y a des cercles vicieux, il y a des cercles vertueux qui se mettent en place...


Bonne chance!


Arielle