devenir maîtresse d'accueil par Monique: la salle des maitres

Publié le par isa

salle des maitres

En cette fin d'année, je réfléchis à des évolutions possibles de mon travail.

Cela fait quelques semaines que je potasse sur Internet les épreuves du CAFIPEMF car cette évolution de carrière m'interesse peut-être.
Mais pour le moment (est-ce une bonne excuse ou un voile pudique ?), il me semble que l'obtention de ce diplôme demande une charge de travail considérable (même si j''entrevois l'interêt de cette démarche à titre personnel) peu compatible avec mes obligations de maman un peu surbookée.
Ne perdant pas de vue cet objectif à moyen terme ( un de mes enfant quitte la maison l'année prochaine pour poursuivre ses études et mon fils entre en 1ère donc partira peut-être aussi dans 2 ans), je me demandais postuler pour être maître d'accueil temporaire ne pourrait pas être un tremplin pour moi et me préparer  au concours de maitre formateur.
Serait-il possible en cette fin d'année où les projets de classe se terminent de demander sur le blog l'avis de collègues qui exercent cette mission ou qui l'ont exercée avant de passer le CAFIPEMF.

En te remerciant par avance

MONIQUE

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

Christine F. 04/07/2013 19:33


Oui, bien sûr que tu as raison concernant le temps de formation. Simplement, moi je vois cela à l'aulne de la charge de travail qui m'attend l'année prochaine : direction à 7 classes
dont du bilingue,  mise en route des APC, réunions pour les nouveaux rythmes et  préparation du nouveau projet d'école. Mais d'un autre côté je me dis que c'est peut-être la dernière
année où nous bénéficierons encore des mercredis entiers et donc de cette formation. Franchement je ne pense pas y arriver en une seule année. Mais c'est pas grave. J'y vais. Je suis trop motivée
et si j'obtiens ce CAFIPEMF et le poste qui va avec (ce qui n'est pas forcement acquis) j'arrêterai probablement la direction (si rien ne change d'ici là en terme de charge de travail,
de responsabilité et de décharge).

isa 04/07/2013 20:18



oui je comprends bien mais cela fait aussi partie de ma remarque, se former sur son temps de travail, c'est négliger une formation qui demande un investissement personnel important et
c'est aussi la dévaloriser.



Thierry 03/07/2013 20:56


Pour ma part j'ai exercé des fonctions de MAT pendant 4 ans avant de passer le CAFIPEMF et de devenir IMF.


Je ne peux que t'encourager dans cette voix, très formatrice à mon sens. Pour rebondir sur ce qu'écrit Claire, depuis que je suis IMF, je ne me sens pas davantage porte parole de l'IUFM, il me
semble que les apports des didacticiens/chercheurs (PIUFM) et ceux des formateurs de terrain (IMF) doivent se compléter et s'enrichir mutuellement.

isa 04/07/2013 11:45



oui c'est exact, mais je me souviens lors de ma formation au CAFIPEMF que cette question avait été abordée avec une inspectrice: " Que faire lorsqu' une démarche pédagogique prônée par
nos supérieurs et devant instamment être répercutée dans nos discours ne rencontrait pas notre propre conviction ?" Elle nous avait répondu que nous étions au service de notre administration et
que nous avions le devoir de faire ce qu'on nous demandait. Je pense notamment à cette primarisation de l'école maternelle il y a quelques temps qui avait fortement été désirée et qui maintenant
est décriée. Mais c'est toute la question de l'engagement, jusqu'où vont les concessions ? Je te rejoins évidemment sur la complémentarité des chercheurs théoriques et des chercheurs pratiques,
c'est la vision idéale.



Christine F. 03/07/2013 20:34


Pas plus tard que ce matin j'étais à l'inspection de ma région pour assister à une réunion d'information sur la préparation du CAFIPEMF. Ben oui c'est beaucoup de travail et 10 à 12 mercredis
pleins de stage hors temps scolaires entre la Toussaint et Pâques en plus des deux semaines sur temps scolaire! C'est pas rien. En même temps si on est admissible c'est pour une durée de 5 ans ou
3 sessions. Donc il n'y a pas l'impératif de tout boucler en une année. Je vais donc m'inscrire.


Depuis plusieurs année j'ai fait le choix d'être MAT (sur proposition de l'inspecteur) et franchement c'est super intéressant et, oui, je pense sincèrement que cela constitue un excellent
tremplin vers le CAFIPEMF. C'est même cette pratique qui m'a incitée à me lancer. Je ne peux donc que t'encourager à tenter l'aventure.

isa 04/07/2013 11:29



Je trouve pour ma part que c'est finalement peu pour un métier qui est un vrai changement, savoir observer n'est pas chose facile et savoir ensuite analyser son observation pour
conseiller sans dénaturer la personnalité de l'enseignant, c'est complexe, c'est pourquoi être maitre d'accueil est déjà un incontournable avant de se lancer dans le cafipemf. 



Claire Poisson 03/07/2013 14:08


J'ai été MAT (maîtresse d'accueil temporaire) cette année. J'ai eu 2 stagiaires en décembre et 2 autres en avril. J'ai beaucoup apprécié partager, échanger, discuter avec ces "jeunettes". Ça
oblige à porter un autre regard sur sa propre  partique, ça a été enrichissant pour elles (enfin j'espère !) et pour moi. Ça demande un peu de temps le midi pour répondre à leurs questions,
pour expliquer ses choix, sa pratique… il ne faut pas le faire si on ne veut pas s'investir un minimum. Personnellement je n'ai pas envie de passer le CAFIPEMF, je n'aime pas partager ma classe
(je préfère être avec mes élèves tous les jours de la semaine) et je n'ai pas envie de me faire la porte-parole de ce qui se dit à l'IUFM (j'ai parfois des opinions contraires). Je veux juste
partager avec d'autres, montrer comment MOI j'ai choisi de faire, avec mes goûts, ma personnalité, mes compétences. Ce n'est pas forcément LA meilleure façon de faire, mais c'en est une, qui
fonctionne bien, qui fait progresser les élèves, qui me rend heureuse dans mon travail. En tout cas c'est une bonne expérience, tu as raison d'essayer.