et si on imaginait un travail autour d'une artiste ensemble ? (1)

Publié le par isa

catherine-boutten-2.jpg

Catherine boutten

 

 

Joëlle M nous offre loccasion de travailler avec une artiste en direct sur le blog : questions, échanges, réflexions autour de son œuvre et recherche collective dexploitation de sa démarche ou de son procédé technique pour des pistes pédagogiques.

 

Merci Catherine daccepter cette expérience inédite.

Merci Joëlle pour cette superbe idée.

cliquez sur le nom de l'artiste pour accéder à son site et regarder ses oeuvres ou bien regarder le diaporama que Catherine a préparé. Elle répondra aussi à vos questions. Il serait intéressant de tenter de trouver sa technique artistique...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Publié dans découvrir 2013

Commenter cet article

J

Bravo Christine, je suis convaincue quand bidouillant avec ses élèves on est très proche d'eux dans les sensations, les émotions. Et puis les collègues du blog foisonnent d'idées et cela aide. Ce
que j'aime ici c'est leur capacité à lier une oeuvre à des objectifs et des compétences pour des PS. Un petit clin d'oeil à Isa  (perso)
Répondre
I


ça doit être la déformation professionnelle, Joëlle, mais l'école c'est comprendre et apprendre. D'autre part, en lisant Catherine j'ai bien compris que rien n'était si intuitif que cela,
une vraie écriture avec un scénario, un début et une fin, bref une construction au service de son expression. Pour nous également et même le plus simple des bidouillages demande une réflexion et
ça change tout dans les têtes, on passe de l'animation à l'école. A l'heure où les craintes sur elle se font sentir, autant revendiquer nos différences dans nos actions. Mais je sais bien que tu
sais tout cela



C

oui Isa je faisais partie de ceux là...issue d'un milieu modeste, petite, je n'ai pas eu la chance de "sortir" au musée, spectacles... peut-être pas la chance non plus d avoir une maîtresse Isa,
Joëlle....aussi ma culture artistique est assez limitée ...et j'ai longtemps caché " ce manque de..." en ne pratiquant pas moi même, avec mes élèves, ou peu ou très classique.


il n'y a que depuis que je suis en PS que j'ai franchi un pas avec des "expériences plus abstraites" que je, nous prenons plaisir à patouiller,tester....j'apprends avec mes
élèves  ...et depuis que je navigue sur le blog d'isa ...je deviens très curieuse et moins complexée!!!
Répondre
I


oui je comprends bien Christine et je veux dire à celles et ceux qui se reconnaissent dans ton témoignage que nous mettons des barrières à nos manques en pensant que puisque nous nous
sommes construits sans, ce n'est peut-être pas si indispensable, du moment qu'on fait du français et des maths, mais les qualités d'une personne pour réussir en maths c'est beaucoup de rigueur,
beaucoup de persévérance et beaucoup d'imagination, il est donc indispensable d'offrir aux petits élèves toutes les situations afin de
développer ces qualités, et l'art s'adresse à l'imagination, plus les élèves s'y confrontent et plus nous les préparons à réussir les maths ( eh oui !)....Ce n'est pas seulement faire des maths
pour apprendre les maths, mais c'est aussi développer ailleurs d'autres capacités qui viendront s'ajouter aux exercices purement scientifiques. Voilà pourquoi malgré nos manques, nous avons
l'obligation d'explorer tous les domaines sans créer des hiérarchies en fonction de nos préférences. Mais je comprends trés bien ce que tu dis Christine et je trouve que tu es courageuse de le
dire, c'est souvent passé sous silence. Nous parlons de l'art mais que dire de l'EPS, c'est aussi un candidat à l'oubli



J

C'est un peu et même beaucoup pour cela que nousavons ouvert cette réflexion.


J'ai eu par chance de connaître des inspecteurs qui osaient dire "n'enseignez pas ce qui vous déplait. Il vaut mieux un frapadingue dans un domaine qui le passionne car il transmettra l'envie
d'avoir envie ( et je suis pas fan, si vous voyiez le référentiel mais à l'intérieur, ya du bon, faut pas cracher....) C'est cela l'enseignement, éveiller à la curiosité.
Répondre
I


oui mais parfois les enseignants se font peur avec telle ou telle matière et ne se montrent pas curieux eux-mêmes. Or, je pense que la curiosité c'est justement cela, allez au delà de son
pré carré. Certains collègues ont découvert comment travailler avec les artistes ici sur le blog, ils n'osaient pas pensant que les petits étaient trop petits et eux pas assez
connaisseurs.



C

Surtout la dernière.
Répondre
I


ah oui, tu vois c'est un détail qui m'intéresse même si avec nos petits ce n'est pas vraiment exploitable d'un point de vue pédagogique, il faudrait y réfléchir.



C

Les deux. Mais le plus souvent, il y a une recherche élaborée pour raconter : par la symbolique des couleurs utilisées, puis par l'ordonnancement des
couleurs, etc. Cependant, il m'arrive de visualiser aussi un travail "fini", à la façon d'un paysage : je ne me limite pas car ça peut aussi me faire simplement plaisir de réaliser une image
conçue préalablement dans mon esprit.
Répondre
I


 tes tableaux évoquent des lignes, des strates, tu nous expliques qu'elles s'écrivent du bas vers le haut, la première et la dernière ont donc une importance particulière




C

Bonsoir à tous,


"A quel rythme ?  Le temps qui compte pour toi et qui est présent dans ton oeuvre est-il une considération pratique de contrainte ?"

Oui la plupart du temps : c'est une écriture qui illustre des "événements", mais de façon "sédimentaire". Dans cette logique, la narration se fait de bas en
haut. Le haut du tableau "représentant" le présent, ou un avenir supposé.

"Quand tu te mets à l'oeuvre,sais tu déjà ce que tu vas faire ou cela se construit au fur et à mesure de ta création ?"

Oui. Mais avec les aléas des matériaux utilisés, il arrive souvent que la composition soit modifiée en cours de réalisation. Parfois de façon décevante pour
moi (alors je détruis ou recouvre d'autre chose), parfois avec des découvertes. On peut alors parler de "sérendipité" : http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rendipit%C3%A9
Répondre
I


merci de ta réponse, je m'interroge encore sur ces temps: si tu sais ce que tu veux faire, c'est donc qu'il y a un travail invisible en amont, mais peut-on parler de travail, est-ce une
écoute intérieure avec une visualisation du tableau ou est-ce une recherche élaborée pour "raconter" ton évènement ?



V

Hier j'avais pas pris le temps de regarder les oeuvres de Catherine Boutten et là ce soir je suis très enthousiaste, même si sur l'écran je me sens frustrée de ne pas voir la matière... çà me
te,te beaucoup de les voir en vrai où est-ce que c'est possible??


Bravo et merci à Joëlle et Catherine d'être à l'origine de cette idée riche en partage et en nouveauté...mon cerveau est en ébulllition après avoir été en chou-fleur hier soir ( 2 h de bouchon
pour 6 KM!!)
Répondre
I


ah la ville et ses joies...



H

une question à Catherine : quand tu te mets à l'oeuvre,sais tu déjà ce que tu vas faire ou cela se construit au fur et à mesure de ta création ?
Répondre
H

Bravo à Joelle pour cette merveilleuse idée et félicitation à Catherine pour son travail remarquable ! Ce WE j'irai sur le site de l'artiste pour découvrir sa technique !
Répondre
S

Quelle bonne idée et quelle artiste ! C'est très très chouette. Qu'elle bonne idée j'ai eue d'aller regarder le blog avant d'aller me coucher : je vais faire de beaux rêves en couleurs ! Je vois
les mêmes choses que vous et peut-être aussi des bandes de magazine découpées... A voir ce WE à tête reposée. 
Répondre
B

Cette fois je me lance après avoir regardé admirative le projet Kusuma.


Ma première idée ressemblait à celle de Vanessa, puis j'y ai vu aussi un semblant de tissage, un peu à la manière de F Rouan ou d'un traditionnel métier à tisser.


Beau projet en perpective
Répondre
I


je suis contente que notre projet Kusama ait été stimulant pour toi !



V

Merci à Joëlle et Catherine ...je vais regarder tout çà de plus près dès ce WE!!!!çà me tarde!!!
Répondre
V

ISa, ce tableau de Vieira Da Silva a fait partie d'un de mes plus beaux moments de rencontre avec une oeuvre d'art ...je me souviens de cette expo à Paris comme si c'était hier.. merci....et oui
moi aussi çà m'intéresse de participer bien sur!!!!!
Répondre
K

Le projet sur Kusame m'avait emballée mais là, on monte d'un cran. Travailler, partager, créer avec une artiste en direct, et toutes les fondues d'art de ce blog, moi je dis : OUI, OUI, et encore
OUI !!!


Pour la technique, je suis d'accord avec Vanessa. Cela m'a titillé, alors je suis allée sur le site de Catherine : http://www.catherine-boutten.com/ et elle explique bien son processus de
création. Superbe travail,merci pour ce partage.
Répondre
I


Catherine nous a préparé une surprise pour Jeudi prochain, un superbe document ! Ne ratez pas le rendez-vous ! Et je voudrais faire un hip hip hip hourra pour Joëlle qui est à l'origine
de cette idée qu' elle m'avait soumise en Septembre !!!!



M

Quelle belle idée ! C'est très beau. Je rejoins l'idée de Vanessa dans la manière de procéder et comme exploitation dans nos classes, je verrai bien, après le découpage,  un mélange des
bandes de différentes réalisations (pour obtenir des contrastes de couleurs)
Répondre
G

Bonsoir!


hum c'est très intéressant tout ça! Alors moi j'ai pensé aussi aux coulures mais également à des réserves soient avec du scotch ou du drawing gum... En tout cas je vois des choses en
philigrane... Cela me plaît beaucoup. Merci pour cette proposition de réflexion.
Répondre
M

Bravo, c'est magnifique. je suis très sensible aux différentes nuances des tableaux;


Je sens bien que c'est le genre de "détails" qui changent tout dans un tableau et qu'il faut des mois et des mois de pratique et d'expérimentation pour trouver les nuances qui vont "juste" bien
ensemble.


J'adore !!!


Le travail sur Richter m'avait emballé ...et surtout les enfants, je sais qu'ils sont prêts à recommencer...


Merci Joelle d'offrir cette chance au blog !
Répondre
C

C'est plus de l'ordre du désir que de la ritualisation. Mais il est vrai que j'ai besoin de m'isoler pour concevoir et peindre.
Répondre
I


A quel rythme ?  Le temps qui compte pour toi et qui est présent dans ton oeuvre est-il une considération pratique de contrainte ? Je pose toutes ces questions pour mieux te
connaitre et comprendre ton environnement de création, d'abord parce que je suis curieuse des autres et aussi parce que je pense qu'il est intéressant pour travailler sur un artiste d'aller
fouiller dans sa démarche. 



C

"Te faut-il un ressenti spécifique pour te sentir créative ?"


Question que je ne me suis jamais vraiment posée. Je ne pense pas car cela vient naturellement, sans que je doive me livrer comme Proust au rituel de la madeleine !
Répondre
I


c'était ma question parce que je m'interroge toujours sur les moments de création et sur ce qui donne l'élan. Est-ce que celui-ci répond à un désir fort ou est-ce une forme de
ritualisation ?



J

Probablement, mais je sais aussi c'est que l'amitié se fait par des va et vient et pour la préserver, je préfère le bruissement du papilllon qui deviendra demain chenille. A vous deux.
Répondre
J

Toute en émotion et je me retire sur cet échange mais je vous suis. Les artistes paraissent tellement improbables d'accès dans ce monde où l'on se réserve le droit de connaître et de ne pas
partager,  pour posseder, pour briller. Ce n'est pas mon monde et ni le votre. 
Répondre
I


l'émotion te rend mélancolique, Joëlle, c'est sûrement un état d'esprit que les artistes connaissent , n'est -ce pas Catherine ? Te faut-il un ressenti spécifique pour te sentir créative
?



J

T'inquiète Isa, on va assurer. 30 ans d'amitié intermittante mais constante, c'est pas rien et puis derrière y a tellement des choses à dire et à transmettre.


Jesus crie et " la caravane passe". Merci à tous.Je ne sais comment dire si ce n'est que je suis émue devant autant de potentiel intellectuel mis à mal au quotidien.
Répondre
I


mais il y a notre petit coin où ce potentiel est sollicité et j'espère stimulé !



C

Pour répondre à la question d'Isabelle... les peintres avec lesquels je me sens en phase sont : Malevitch, Soulages, Vieira Da Silva... et les images/concepts sont les bibliothèques, les couches
sédimentaires, le temps et ses accumulations, l'écriture "du temps sur le temps"... car mon travail est basé sur la notion de chronologie et d'accumulation. Ma dernière expo personnelle fut
d'ailleurs intitulée "Géo-narrations".
Répondre
I





Merci Catherine, je me permets de poster une photo d'une oeuvre de Vieira Da Silva afin de donner à voir , pour Soulages et Malevitch, ils sont dans nos archives dans le module "artistes
vus".



J

Alors là, épatée, Christine F. On verra qui est le plus proche, sacrée Isa et ses entrées pédagogiques, les plus "casse g....e mais les plus ouvertes au questionnement.


 
Répondre
I


oui mais tu sais bien que je retombe sur mes pieds parce que vous êtes top avec moi ! Et puis ça montre aussi qu'il faut oser, on ne risque rien, on est ensemble à réfléchir, ça
fonctionne ou ça fonctionne pas mais l'essentiel est d'oser !



E

Je pense que Sophie et Vanessa ont trouvé, enfin en tout cas je le vois comme ça moi aussi! Par contre pour les dégoulinures, un compte-gouttes serait peut-être trop
régulier en largeur. Un bon gros pinceau bien chargé de peinture bien liquide à appliquer sur le haut du support, ça doit faire l'affaire! ^^


 


Sinon, moi ça m'a fait penser au travail de Villéglé, les affiches lacérées qui s'entremêlent et finissent par perdre leur sens premier pour en former un nouveau
selon l'assemblage décidé par l'artiste.
Répondre
I





Voici une oeuvre de Villéglé 



C

un fond style "richter" des surfaces cachées avant coulures puis découvertes pour traitement des surfaces restantes, des découpages collages de différentes productions avant coulures?? 


j'aime beaucoup et donc vivement intéressée par la suite!! Bienvenue chez Isa Catherine!
Répondre
J

http://www.dailymotion.com/video/xr8z4d_gerhard-richter-panorama-du-6-juin-au-24-septembre-2012_creation
Répondre
I


merci Joëlle pour ce clin d'oeil et aussi pour qu'ici nos références soient lisibles par tous !



C

Bonjour à tous et merci pour vos commentaires...


Je reviendrai prochainement vous en dire/montrer un peu plus sur ma façon de travailler. Je vous laisse imaginer en attendant.


N'hésitez pas à visiter mon site ou à rejoindre ma page sur facebook.
Répondre
I


bonsoir Catherine et merci de te prêter à ce travail avec nous. Comme tu as pu le voir, les collègues ont déjà de belles références artistiques... On aime évoquer ce qu'un artiste nous
inspire et les influences qu'on y voit. As-tu un inspirateur ou un artiste que tu aimes particulièrement ?



S

Son travail me fait penser à un "croisement" de Richter et de Marionni !!!


Pour l'exploitation en classe, je ferais pareil que Vanessa : fond + coulure puis découpage de bandelettes qui sont collées aléatoirement ...


En tout cas c'est une superbe idée de travailler en direct avec une artiste !!!!
Répondre
H

Un Brainstorming ? d'accord !


je vois des coulées de peinture, interrompues (je pense qu'il y a du découpage dans ces couléés.), puis collage comme le dit vanessa.


ou bien une feuille, que l'on peut peindre, est posée, sur un support rigide avec des lignes en relief (genre carton) puis frottée avec des craies grasses pour obtenir les lignes verticales.
Ensuite, on découpe différentes bandes et on les réassemble...


Je réfléchis et je cherche d'autres idées !
Répondre
E

Moi je suis partante pour travailler ensemble sur les oeuvres de Catherine.


Belle idée...encore une fois!


 
Répondre
V

Bonjour à tous!


Merci à Joëlle de nous permettre de découvrir le travail de Catherine et merci Isa pour cette chouette initiative.. Alors, sa technique artistique... Je me lance.. moi, si il fallait que je tente
de reproduire son travail avec mes petits, je procèderais en 3 étapes:


1- remplissage de la feuille vierge, au rouleau, en créant un mélange de couleurs;


2- Après sèchage de la peinture, j'utiliserais un compte-gouttes pour faire des coulées de peinture, de haut en bas.. En mettre assez pour que la peinture coule jusqu'en bas;


3- Après sèchage, je découperais ma feuilles en bandelettes, qui seraient ensuite réassemblées, au hasard (pas dans l'ordre) sur une autre feuille, afin de créer l'effet "lignes
interompues"...


??? Voilà mon avis et ma vision de la technique de Catherine adaptée en classe.. :o))


 
Répondre
I


merci Vanessa de t'être lancée et d'avoir déjà imaginé une exploitation possible, nous allons sur plusieurs Jeudis réfléchir à une construction élaborée, la première marche est d'abord
effectivement de comprendre la technique de Catherine et de lancer des idées comme tu l'as fait.