faut-il croire au Père Noël ?

Publié le par isa

Après avoir eu quelques échanges sur le sujet et constaté que certains d’entre vous s’interrogeaient sur le bien-fondé de ce mythe, j’ai choisi de citer des extraits du livre de Bruno Bettelheim « Pour être des parents acceptables » afin de vous donner des éléments de réflexion.

 

« …Beaucoup d’enfants pensent qu’ils ne méritent pas de recevoir des cadeaux de leurs parents, soit parce qu’ils se conduisent mal, soit parce qu’ils ont des idées négatives à l’égard de leurs parents. Et ils sont encore plus nombreux à penser que ces cadeaux les obligent à manifester de la gratitude, même s’ils n’en ont pas du tout envie. Mais tous les enfants savent qu’ils ne pensent que du bien du Père Noël et qu’il ne compte pas sur leur gratitude ; ils peuvent donc accepter ses cadeaux sans aucun sentiment d’ambivalence. »

 

« …Pour l’enfant ,le Père Noël est entre autres symboles celui de la générosité de ses parents mais aussi du bon vouloir de l’univers. Ce bon vouloir ne peut être garanti par un certain nombre de cadeaux, mais il est indiqué par l’empressement que mettent les parents à créer pour leur enfant, un fois par an, un monde en plein accord avec son besoin de magie. La présence du Père Noël, symbole d’un entier dévouement au bonheur de l’enfant, donne à celui-ci plus de sécurité que ne le feraient des cadeaux offerts par ses parents en leur propre nom. »

 

« …Le jeune enfant , pour pouvoir maîtriser la réalité, et pour ranimer et soutenir sa confiance en l’avenir, a besoin de se servir de sa pensée magique ( et de croire au Père Noël, à la petite souris, aux bonnes fées). »

 

« …Les enfants qui ont appris trop tôt que le Père Noël n’existait pas , à qui on a raconté non pas des contes de fées mais des histoires vraies, arrivent au lycée en croyant aux tireuses de cartes. En s’engageant ainsi dans la pensée magique, ces adolescents tentent de rattraper ce qu’ils ont été obligés de perdre à un âge plus précoce. »

 

«…Par conséquent, si les parents veulent aider leur enfant à acquérir une saine compréhension de la réalité, ils doivent non seulement lui permettre de conserver ses rêves, mais aussi s’arranger pour que ses fantasmes deviennent réalité à certains moments importants de sa vie. Tel est l’éminent service que rendent les fêtes à l’économie psychique de l’enfant : elles lui donnent des forces qui lui permettront d’affronter avec succès les épreuves de la vie. »



Publié dans les parents

Commenter cet article

Alex 03/12/2009 22:11


Bonjour, merci pour votre site qui m'aide beaucoup dans ma pratique et son analyse. je suis très contente de cet extrait de B.Bettelheim qui me conforte dans ce que je peux ressentir et ce que je
lis par ailleurs. Par contre, un point me chiffonne par rapport à ma fille : le Père Noel passe plusieurs fois (chez les grands-parents maternels, paternels, l'arrière-grand-mère), n'est-ce pas un
peu paradoxal, dans mes souvenirs d'enfant, il passait une seule fois, je trouve que cette façon de faire dénature un peu la magie. Qu'en pensez-vous?


isa 03/12/2009 23:09



Nous réagissons avec nos propres interprétations, ce qui compte pour les enfants c'est la magie de ce personnage, c'est l'émotion qu'il suscite et qui s'inscrit de façon indélébile en
nous. Votre petite fille semble -t-elle perturbée par cette organisation ? Il faut bien comprendre que le plaisir d'offrir des cadeaux procure aux adultes l'émotion qu'ils ont ressenti en les
recevant enfant, beaucoup disent aimer voir l'illumination des yeux de l'enfant qui découvre les cadeaux sous le sapin, ils sont eux-mêmes à la recherche de leur propre émotion.



Marylou 02/12/2009 21:33


Moi, je n'aime pas trop quand on montre le père noël aux enfants, y compris à l'école, car j'aime laisser tout cela dans le monde imaginaire... Il est arrivé que mes enfants voient des père noel
très bof bof dans des magasins, on disait : "ce n'est pas le vrai, c'est qlq'un déguisé pour faire plaisir aux enfants"...
Un jour, l'an dernier, alors qu'il était en CP, mon fils m'a posé des questions. Nous étions tous les deux à la table du petit dèj. Il m'a dit :"des enfants disent que le PN n'existe pas, que ce
sont les parents". Je lui ai demandé ce qu'il en pensait lui. Il a répondu que la mission du PN était impossible mais en même temps, certaines choses lui posaient question. Je lui ai demandé si il
avait envie que je lui dise la vérité ou attendre encore, il a opté pour la vérité. Après, je lui ai dit qu'on faisait ça pour donner des souvenirs extraordinaires aux enfants, et que maintenant,
il allait m'aider à continuer pour sa petite soeur, qu'il fallait qu'il garde le secret avec nous jusqu'à ce qu"elle soit assez grande pour venir me poser la question comme lui. C'était un moment
magique, de complicité entre lui et moi. Il a été un peu triste mais il a réfléchi et intégré les données. Maintenant, quand nous en parlons devant sa petite soeur, il me regarde les yeux malicieux
comme pour me dire : "nous, on sait"...


isa 02/12/2009 21:54


C'est trés joli ce que vous racontez Marylou et je trouve vos mots trés justes. Pour ce qui est des Père Noël qu'on voit , l'enfant ne raisonne pas comme nous adultes avec nos concepts
abstraits, Piaget l'a expliqué, un enfant pense qu'une personne peut se trouver dans plusieurs endroits en même temps, son développement mental ne lui permet pas encore cette projection de la
personne en un seu lieu. Il l'associe toujours à un lieu symbolique qui le sécurise lui personnellement, même si le parent est ailleurs ? Pour le Père Noël , cela ne dérange pas l'enfant à la
différence de l'adulte qu'il y en aient plusieurs. Au contraire ,c'est pour lui la preuve de la réalité du mystère.


katedine 02/12/2009 18:14


merci pour cet article ... qui permet de faire un peu la part des choses ...
un peu de chaleur dans ce monde de brutes !!!


karine 02/12/2009 16:07


Nous avons fabriqué notre petit dernier le soir de Noël ... et après qq soucis de ce genre ça c'est le plus beau cadeau qui soit... Merci PERE NOEL... même "grande" j'y crois encore !


tortelyne 02/12/2009 15:52


j'aime la magie qui se dégage des périodes de Noël mais je commence à me poser des questions. Je me demande comment ma fille (qui va avoir 8 ans et qui croit au père noël, aux fées, aux lutins, aux
sirènes...) va réagir quand elle comprendra que le père noël n'existe pas. Je parle souvent avec elle du mensonge et de la confiance. Comment va-t-elle réagir quand elle s'apercevra que ses parents
lui ont menti ? pour l'instant, je la laisse croire en ses rêves et on verra le moment venu.
Le texte de Bruno bettelheim me rassure.
Ce qui me dérange dans le père Noël, c'est que beaucoup de parents s'en servent comme moyen de pression avec leurs enfants, pour qu'ils restent sages. Je trouve ça très malsain.
Bon, c'est mon avis. Je vais quand même me régaler avec mes élèves en leur lisant des superbes livres de Noël.


isa 02/12/2009 16:20


C'est ce que j'évoque dans ma dernière préparation : l'utilisation du Père Noël comme substitut d'autorité .
Ta fille n'y verra pas un mensonge, elle y verra une fête commune et chaleureuse avec un personnage mythique qui lui aura permis de traverser cette période durant laquelle elle a besoin de cette
pensée magique. Je cite Bettelheim mais il n'y a pas que lui qui pense ainsi. Nous voulons opposer nos élaborations intellectuelles aux satisfactions émotionnelles que ce Père Noël procure aux
enfants, et ce n'est pas par hasard si encore adulte tu aimes cette magie, elle évoque cette émotion ressentie enfant et elle te nourrit encore. Ta fille aussi y a droit.


Marie-Aimée 02/12/2009 15:33


c'est bien de pouvoir l'envisager de ce point de vue là !!! j'ai appris la vérité à 3 ou 4 ans.... enfin bref je me posais pas mal la question pour ma fille, ça me donne de nouvelles pistes de
réflexion
j'avais en même temps envie de lui dire, si le besoin se faisait sentir, que le père noël a besoin de lutins, et que les parents ont le "droit" de remplir ce rôle....
voilà pour le moment l'état de mes réflexions sur le sujet


isa 02/12/2009 16:05


Il est préférable de laisser les enfants s'interroger plutôt que de vouloir aller au devant de leurs questions. Le besoin de magie est intense pendant une période qui va de 3 à 8/9
ans, au moment où ils doivent apprendre à affronter le monde réel. Bien souvent , ils découvrent la réalité quand leur capacité de rationalité émerge.


Sev 02/12/2009 15:32


voilà un éclairage bienvenu pour moi qui travaille dans une école catholique et où on relègue souvent le Père Noël au second plan; j'ai toujours pensé qu'il était important ce Père Noël (peut-être
de part mon histoire d'enfance personnelle sans religion), et je tiens à ce qu'il vienne chaque année dans ma classe.
Alors, je me pose et vous pose la question à vous blogueurs de tous horizons et peut-être croyants, quelle place lui laissez vous à ce Père Noël ?


isa 02/12/2009 15:59


Il venait à l'école le dernier jour avant les vacances, il passait de classe en classe déposant des cadeaux pour la classe et prenant la lettre que nous lui avions préparé afin qu'il sache
ce que chacun désirait . Puis tous les élèves de l'école réuni en chorale lui chantait des chants (de Noël) pour le remercier avec les parents comme public.
Avec mes propres enfants, la tradition a été respectée, ma dernière qui a 18 ans, s'est interrogée vers 7 ans: "Mais comment il fait pour aller dans toutes les maisons dans le monde en même
temps ?", je lui ai répondu :"D'après toi ?" et là elle a dit : "C'est vous, les parents", je lui ai confirmé et lui ai dit: " C'est la fête des enfants et des parents, et nous continuerons à la
fêter". Aujourd'hui , je suis contente car mes petits -enfants prennent le relais.