la construction des règles chez l'enfant (1)

Publié le par isa

regles.jpg

 

Comme à mon habitude, pour chaque rentrée, je vous propose une série de petits articles autour d' un sujet de préoccupation. Cette année, je vous propose une réflexion sur les règles, leur construction, leur mise en place.

Ce premier article vous permettra de réagir et de vous interroger personnellement ou collectivement en fonction de votre envie d'en débattre.

 

La construction des règles chez l’enfant (1)

 

Le petit enfant naît dans un environnement qui va lui donner la possibilité d’intérioriser les règles communes que la société a établies et celles que la famille érige en principes d’éducation.

 

Dans un premier temps, les règles sont perçues comme imposées par l’extérieur, un enfant obéit à l’adulte en fonction des réactions de celui-ci. Il va juger sa « faute » selon le niveau de la sanction . Il n’a pas la capacité à intérioriser la règle parce qu’il n’est pas encore en interaction avec son entourage. Comprendre une règle nécessite de se mettre à la place de l’autre. Les règles sont un processus de régulation sociale, elles permettent de vivre les uns avec les autres. Le petit enfant est dans son égocentrisme et n’a pas la capacité à se décentrer.

Il obéit donc à la règle parce que c’est l’adulte qui lui fait comprendre ce qui est permis et ce qui est interdit. C’est le développement de son intelligence qui va progressivement lui permettre d’entrer dans une obéissance pour la règle et non pas en raison de la soumission à l’adulte. Il entre dans un stade de raisonnement et de capacité à justifier la règle, il comprend la logique de la réversibilité dans son rapport à l’autre.

 

A 3 ans, les petits élèves en sont encore au stade égocentrique mais ce n’est pas parce qu’ils ne peuvent accéder réellement au sens réversible de la règle qu’ils ne doivent pas y être confrontés.

 

Les adultes ont le devoir d’aider les enfants à se socialiser  et cette construction dépendra beaucoup du rapport que l’enfant entretient avec son entourage.

 En d’autres mots, l’enseignant doit croire au potentiel des enfants qui lui sont confiés et leur communiquer la confiance en eux pour ancrer l’attachement fondamental à toute relation éducative.

 

Tout jugement figé sur un enfant est l’expression de l’impuissance de l’adulte.

 

Certains enfants décrochent sur le plan scolaire faute d’avoir acquis les bases éducatives nécessaires.

Ainsi donc, l’apprentissage des règles est un socle dont personne ne doit faire l’économie.

Etablir des règles représente un travail instaurateur incontournable, à la rentrée, l’enseignant dans sa classe a pensé ses exigences éducatives.

 

 (à suivre)

Publié dans devenir élève 2013

Commenter cet article

Blog de prof 05/09/2012 20:39


Merci!


C'est aussi en parcourant des blogs comme le tien que j'ai eu envie de m'y mettre ;)

isa 05/09/2012 21:26



merci !



Blog de prof 05/09/2012 19:54


Oui ça se passe bien merci. C'est en fait ma deuxième année avec ce niveau, c'est enrichissant :)

isa 05/09/2012 20:31



alors tant mieux. Au passage beau blog !



Blog de prof 05/09/2012 18:20


ça me rappelle ma classe de maternelle... le CM2 ça change!

isa 05/09/2012 19:32



et ça va ?



Hélène 29/08/2012 13:29


Pour faire suite à ta réponse (qui se trouve à l'article sur ta nouvelle idée, oups erreur d'aiguillage de ma part !), je suis d'accord avec toi en ce qui concerne les carte individuelle
hebdomadaire .  Les petits enfants ont besoin d'effets mesurables rapidement (la journée) sinon ils se lassent ou bien ça n'a plus d'effet. Donc on peut oublier l'idée de la feuille de route
à la semaine difficilement gérable par l'enfant et l'enseignant. Ton idée de défi à la journée me semble bien meilleure car plus motivant et gratifiant pour les petits. En dehors d'un défi
ponctuel de classe, on pourrait par exemple ponctuellement personnaliser ces défis selon les comportements que l'on veut voir changer !


Que pensez vous de l'idée pour renforcer la cohésion de la classe ? (vase et objets)

isa 29/08/2012 15:32



je vais rapatrier ma réponse par là, je n'ai pas vu l'erreur d'aiguillage.


l'idée de cohésion de classe est un objectif à atteindre au cours de l'école maternelle, c'est intéressant de chercher à le développer, ne perds pas de vue qu'ils sont dans la phase
égocentrique et que certaines exigences sont pour eux au delà de leur capacité émotionnelle ( je ne sais pas si c'est le bon mot). Je travaillais la notion de solidarité par le biais des binomes
( pareil, ponctuellement), une forme de parrainage qui introduit la prise en compte de l'autre, suite au travail d'observation ( à retrouver sur le blog: pédagogie de l'observation), je pouvais
lier deux enfants (notamment en EPS) pour stimuler l'un et canaliser l'autre par exemple. Il y a sur le blog des suggestions de travail en binômes ( à trouver grâce au moteur de recherche: taper
binômes). Lorsqu'on s'adresse au groupe, certains enfants ne se sentent pas concernés, ils ont encore besoin de comprendre qu'on s'adresse à eux et il est nécessaire pour eux de passer par
l'individuel, c'est pourquoi les explications d'une activité en grand groupe sont souvent du temps perdu. C'est mon avis.






hélène 29/08/2012 12:52


Pour répondre à ton sujet sur l'application des règles : je dirais que


1- elles sont indispensables à l'enfant pour grandir, des limites positives les rassurent et leur apprennent la confiance en Soi. Conséquences : quand les comportements sont contraires aux règles
les sanctions sont indispensables.


La punition vise à éliminer un comportement négatif sur le champ : isoler sans distraction possible, retirer un privilège , expliquer calmement sans intellectualiser


Cependant, la punition n'est pas efficace longtemps si les comportements positifs ne sont pas pointés du doigt : alors oui au renforcement positif, à l'encouragement et aux félicitations des
moindres bons comportements (bravos, caresse, regard, câlin...)



>


2- les règles doivent être claires et peu nombreuses



>


3- les adultes référents doivent avoir une attitude irréprochable : montrer le bon exemple, attitude juste et positive (tant qu'on le peut)



>


Les années précédentes, les enfants avait une carte de roi ou de reine avec la mascotte de la classe. Chaque jour, je notais une croix quand une règle de classe n'avait pas été respectée, et en
fin de semaine on faisait ensemble les comptes : pas de croix, je félicitais et l'enfant pouvait coller deux gommettes sur sa carte, une ou deux croix, une seule gommette et encouragements, plus
de deux croix, pas de gommette et demande efforts . Au bout de six gommettes, l'enfant pouvait choisir une grande image. Ce fonctionnement marche bien mais a deux inconvénients : il demande
beaucoup de temps, les plus coquins se découragent vite.



>


Cette année,  Je cherche à mettre davantage en avant les bons comportements.



>


Vu le gros effectif de ma classe, la carte me prendrait trop de temps et j'avais envie aussi de promouvoir la cohésion du groupe et montrer que le travail en groupe peut contribuer au bonheur
individuel.(notion trop oubliée de nos jours sauf dans ton blog !!!)


Pour cela je pensais installer un vase dans la classe et y glisser un objet (bille, coquillage, bouchon...) à chaque bon comportement du groupe ( rangement, déplacement calme, calme au travail et
lors habillage, entraide...)après les avoir fortement félicités !. Quand le vase sera rempli la classe gagnera un moment en or ( sortie au parc, récréation plus longue, séance de marionnettes,
cinéma, écoute nouvelle histoire à la sieste, sortie bibliothèque, balade en forêt,...)


Et on recommence ! 


On peut imaginer renforcer les bons comportements au niveau individuel en proposant une feuille de route à chacun, que l'on renseigne en fin de semaine d'une gommette si le comportement a été
globalement positif. On peut envisager de personnaliser les feuilles pour certains avec un objectif à atteindre (respecter le temps de la sieste, respecter les autres, être calme pendant les
activités ...



>


Qu'en pensez vous ?


 

isa 29/08/2012 16:04



tu anticipes complètement le prochain article qui parlera de la mise en place des
règles et de la nécessaire conséquence face à la transgression qui est la sanction ( que je préfère à punition connotée dans les esprits), j'aime assez l'idée de soumettre ses inventions à l'avis
des autres, ce n'est pas toujours facile dans ce domaine où parfois on a le sentiment de marcher sur des oeufs. Les fiches individuelles hebdomadaires me paraissent lourdes, pesantes , du point
de vue de l'enseignant mais surtout du point de vue des élèves. N'oublions pas que nous avons affaire à des petits bouts de 3 ans, ponctuellement mettre en place un système "d'entrainement"
mesurable est bénéfique, sur la longueur, j'ai peur qu'il n'ait plus d'efficacité. Et lorsque nos actions n'ont plus de résultats, alors il faut les remettre en cause. Le brain-storming commence,
merci Hélène de le lancer !



Silvia 28/08/2012 22:17


Oups, coucou c'est moi !

isa 28/08/2012 23:54



oui je te vois Silvia, c'est mieux ! Je suis contente de faire votre connaissance de "bouille"



Silvia 28/08/2012 21:28


Oui Isa à ce propos on avait échangé sur le blog sur le type de sanctions possibles. On avait parlé du fait de demander à l'élève  de se mettre ponctuellement à l'écart du groupe,  sur
une petite chaise , ce qui lui permet de réfléchir. Avec le système de la gomette sur l'horloge (pour ne pas dépasser 1 minute) je trouve que c'est à la fois efficace et rassurant pour l'enfant.
Il a un repère qui lui permet de savoir quand il réintegrera le groupe.


Par contre il me semble que tu avais aussi évoqué un système de "permis" avec une sanction au bout de plusieurs infractions à la règle. As tu encore un article à ce sujet (on un descriptif)?


 


 

isa 28/08/2012 23:53



personnellement, ce n'était pas un permis, mais une fiche avec  une gommette pour les petits, après avoir travaillé sur le bruit, je mettais en place la semaine défi: ne pas perdre
sa gommette (perdue en cas de non respect de la règle), chaque jour, la fiche de gommette est réactualisée, lorsqu'on perd sa gommette, on rappelle la règle ensemble. A la fin de la semaine,
chaque fois que je l'ai mis en place, plus aucun ne perdait de gommette. Je l'ai proposée sur le blog.