la construction des règles chez l'enfant (2)

Publié le par isa

regles

Dans le précédent article sur la construction des règles chez l’enfant, j’explique l’immaturité dans laquelle se trouvent les petits enfants face à la prise en compte de l’autre pour intérioriser logiquement les règles. Ils vivent dans un égocentrisme normal et n’ont pas encore atteint un développement suffisant pour avoir la capacité à se mettre à la place de l’autre. Il est donc important pour les adultes de poser les bases du savoir-vivre en tenant compte de cette connaissance théorique. Cependant, il n’est pas question d’en différer l’apprentissage, bien au contraire, le petit enfant a besoin que son entourage le sécurise en lui posant des limites qui le protégeront des autres , mais aussi de lui-même et de son désir de toute-puissance qui l’envahit et dont il doit prendre le contrôle sous peine de ne pas se socialiser. Progressivement, l’enfant va prendre des habitudes de respect des règles pour atteindre la pleine compréhension de leur logique, de leur légitimité, de la notion de justice qu’elles renvoient et sa propre capacité à en élaborer.

Comme je l’écrivais dans l’article précédent, la règle est un système de régulation sociale, elle varie selon les sociétés, selon les systèmes de pensée, selon la communauté de vie mais le but est de trouver l’harmonisation des manières d’être les uns avec les autres.

Sachant que l’enfant nait avec son potentiel d’agressivité légué par son héritage archaïque de défense et de survie, l’adulte ne peut couper toutes les ailes à cette force de vie. Chaque individu  va se constituer une personnalité originale, et la force de vie est au service de la créativité dés lors que l’agressivité a trouvé ce moyen d’expression. Mais le petit enfant qui arrive à l’école ne sait pas encore contrôler ce penchant. Parfois il a déjà vécu de l’agressivité au sein de sa famille et ceci a eu pour conséquence  d’agiter  la sienne. L’école devient le lieu qui va lui permettre d’apprendre à ne pas l’extérioriser par des comportements violents tournés contre les autres et parfois aussi contre lui-même.

Afin de travailler la construction des règles, il me semble intéressant de se pencher sur les situations qui en majorité déclenchent l’agressivité chez l’enfant.

Elles ne sont pas si nombreuses et devraient faire l’objet de toute notre attention afin d’anticiper nos comportements.

Le conflit pour la possession d’un objet est une situation incontournable pour qui fréquente les petits enfants.

C’est pourquoi dés la semaine 2 je vous propose d’établir la règle « Je prête » qui instaure la notion de partage. Celui-ci n’est absolument pas naturel et demande de la souplesse parce que le petit enfant utilise les objets comme prolongement de lui-même, il est encore dans une construction fusionnelle telle qu’il était avec sa maman et il déplace ensuite cet état sur ses objets (doudou, cartable….). C’est pourquoi l’adulte pose les bases, donne la règle mais ne se montre pas rigide (dans un prochain article, nous aborderons les sanctions). L’éducation demande beaucoup de patience et de capacité à répéter encore et encore.

Le Non de l’adulte est aussi un formidable déclencheur d’agressivité. C’est un constat, cela ne veut pour  autant pas dire qu’il faut tout accepter et ne rien refuser. Certains parents mais aussi éducateurs inquiets de la réaction négative de l’enfant ont choisi l’évitement et se retrouvent dans des situations de plus en plus compliquées où l’enfant devient petit à petit le tyran qui décide et exige. Si l’enfant ne connait pas la frustration, il ne connaitra jamais le désir et ne pourra devenir un être de projet et un adulte épanoui. C’est pourquoi les adultes doivent avoir le courage d’affronter la colère et les cris des enfants à qui il est dit : « NON ». Mais le « Non » est constructif s’il est adapté aux enfants, un environnement où les adultes interdisent en permanence est déstructurant, l’enfant a besoin d’explorer, de manipuler, d’être curieux et inventif . C’est pourquoi l’environnement doit être pensé de manière à établir une autorité sans autoritarisme.

Ainsi dans votre classe, lorsque vous observez que vous dites Non très souvent , interrogez vous sur la manière de changer cette attitude. Pour son efficacité, le « NON » doit se faire rare. C’est toute la difficulté d’équilibrer l’interdit et le permis.

De la même manière, le refus d’un petit copain peut déclencher la violence, je vous propose en semaine 7 d’aborder cette difficulté avec vos élèves.

La promiscuité est aussi une source de conflit et d’agressivité, en ces temps de rentrée , lorsque je lis les effectifs de certaines de vos classes, je suis en colère contre les décideurs qui bafouent les règles de bien-être de nos petits élèves au risque que cette violence qui leur est faite ne puisse trouver une issue réparatrice. Et c’est donc à vous que revient la charge de créer un espace individuel suffisant pour chacun de vos élèves.

Une autre cause de l’agressivité des enfants est leur propre difficulté à faire une tâche. L’apprentissage de la patience est un long chemin et tout comme il croit à sa toute-puissance, l’enfant reste sur le mode du désir et de son assouvissement immédiat. Il ne supporte pas de ne pas obtenir ce qu’il exige. On l’observe lorsqu’il s’agit d’attendre son tour, mais aussi dans son propre fonctionnement face aux tâches.  Le petit enfant a besoin d’être encouragé, valorisé et incité à la persévérance. C’est donc une attention particulière qui est portée aux situations à mettre en place pour développer leur capacité à poursuivre malgré l’échec ou la difficulté.

 

La liste n’est sûrement pas exhaustive mais il me semble que ces déclencheurs sont ceux qu’on retrouve le plus fréquemment.

L’intérêt de les lister est de vous permettre de prendre le recul nécessaire face à ces situations conflictuelles et de changer votre angle de vue. L’être humain agit beaucoup par automatisme, nous ne pensons pas toujours à changer notre mode réactif et nous nous plaignons toujours des mêmes situations.

Cet éclairage se veut grossissant pour mieux penser la construction des règles chez vos élèves grâce à votre réflexion et parfois vos propres remises en question.

La semaine prochaine, l’article s’intéressera à la mise en place des règles et à la réflexion sur les sanctions.

 

Publié dans devenir élève 2013

Commenter cet article

Camille 06/09/2012 21:37


Au soir de cette deuxième journée, je suis E-PUI-SEE! mardi j'en avais que 11 (rentrée échelonnée sur 3 jours, sur les conseils de la collègue dont j'ai pris le poste de PS): rentrée idyllique,
journée zen (même si quelques "explorateurs", pleurs, frustrations); j'étais en grande confiance pour aujourd'hui! Et là, j'ai rencontré N. Ce petit garçon qui hurle et se roule par terre à
chaque frustration (qu'elle vienne de moi ou des camarades)... à chaque fois, j'ai pris sur moi de lui parler calmement pour reformuler la situation : "attends, regarde, on va te prêter ça" ou
"viens avec nous, maintenant, on va aller jouer au ballon" ... refus de tout et crise. du coup je le prenais dans mes bras et l'emmenais avec le groupe (quand il y avait déplacement) et le posais
là où je le pouvais parce que je préférais éviter de trop porter un enfant se débattant avec mon gros bidou de 4 mois 1/2 ... j'ai l'impression d'avoir passé ma matinée (la maman l'a récupéré à
midi) à faire ça: frustration, hurlement-crise, "mise à l'écart",...  les crise durant en tout et pour tout 3 minutes grand max!!! mais se répétaient toutes les dix minutes!) et j'avoue que
vers 11h j'ai commencé à perdre mon calme me sentant dépassée. J'ai l'impression d'être passée à côté pour ce petit et de pas avoir su l'accueillir dans les meilleures conditions (et pourtant
j'ai pas l'impression d'avoir été "exigeante" et lui avoir laissé de la marge pour "explorer" et "expérimenter"). du coup, j'apréhende demain! en plus, quand la maman est venue, il refait le même
"rituel" (j'aime pas parler de "caprice") et j'ai dit "ah... ça a été comme ça toute la matinée... " et je voulais du coup discuter avec la maman : lui demander si il avait été en collectivité
avant, comment ça se passait à la maison, sans revenir sur le détail du comportement histoire de pas stygmatiser dès le premier jour mais d'avoir des infos pour comprendre et tenter d'apréhender
mieux pour demain. d'autres mamans se sont glissées entre et elle est partie là-dessus.... grrr.... du coup, j'ai aussi l'impression d'avoir raté avec la maman! au secours!

isa 06/09/2012 22:35



je viens seulement ton commentaire Camille ,j'avais presqu'envie de mettre celui-ci dans notre rubrique " La journée de ........." tellement ton récit ressemble à ce que j'imaginais pour
cette rubrique, tu me diras ce que tu en penses. 


Concernant ton petit boudeur, tu décris une situation classique d'un enfant qui est dans le refus total , c'est une façon d'être sûr que tu t'inquiètes de lui et ça fonctionne. Il t'a
même occupée toute la matinée. Il a besoin d'entendre que tu ne l'oublies pas et qu'il n'a pas besoin de crier pour que tu le vois et que tu t'occupes de lui. As-tu remarqué ce qui le calme ? Ce
qui lui plait ? à quelle occasion fait-il ses "rituels" exactement ? Prends le temps de l'observer pour mieux le connaître, ne le crains pas, surtout pas, accepte ses colères et ne cherche pas
forcément à t'y opposer; J'aurais aimé avoir un peu plus de détails sur cette situation, notamment que tu nous décrives vraiment un moment où il s'oppose pour que nous réfléchissions ensemble à
comment agir dans ce cas. Tiens bon Camille !


 



Céline A 06/09/2012 19:32


Merci pour tes mots vrais qui rassurent et font aussi grandir les maîtresses ;) !


 

sylvie 05/09/2012 22:46


Super intéressant de lire ces diverses rentrées ( cela rassure, cela permet de voir que nous vivons vraiment les mêmes choses:la Séparation avec un grand S et j'ai adoré ta réaction très SAGE
Sophie, tout en douceur, avec calme, distance et surtout ta bienveillance. Tu me fais réaliser un peu plus que ce qu'est notre rôle : les aider à accepter cette séparation, trouver les mots qui
ne feront peut-être pas effet car les enfants ne seront pas forcément prêts à l'instant T, il faut que cela chemine. En tout cas,apporter ces mots et puis aussi accepter cet état de fait sans se
dire que l'on fait mal.


Pour ma part, je crois que c'est ce m' m'angoisse le plus, de faire mal , ne pas faire ce qu'il faut et je sais pertinemment que plus on est "zen", mieux cela se passe : être confiant,
rassuré....d'où cette idée de dessin, gommettes géniales car cela rassure tout le monde, y compris la maîtresse. Mardi, moitié de la classe : 16!!! pas de comparaison avec l'an
dernier!!!!!!!C'était 31 !!!!!! Inhumain.Je me suis demandée si on était des SAUVAGES.C'est complètement irrespectueux.Quand on sait la diifférence de relation, d'accueil. CA VAUT VRAIMENT LE
COUP!


Demain, 15 encore et moi je suis déjà rassurée..alors je suis confiante pour eux. Ensuite vendredi 31!!!! mais quand même, ils auront été accueillis tranquillement et c'est essentiel .
Voilà, bonne journée à toutes et tous.


 

isa 06/09/2012 10:12



Faire mal ? C'est une question récurrente, la perfection n'existe pas et nous devons aussi accepter de nous tromper, mais en disant cela tu insistes sur l'importance de ces premiers
moments qui auront , c'est sûr, un effet sur l'enfant.



Céline A 05/09/2012 22:42


Merci Isa pour cet article qui m'a beaucoup rassuré, je ne sais pas pourquoi... çà m'a vraiment fait du bien de le lire.


Pour ma part la rentrée fût vraiment éprouvante car beaucoup de pleurs (j'ai 15 Tout-Petits et 12 Petits), de cris et me suis sentie un peu démunie face à tant de chagrin.


L'après-midi fut plus détendue (moins d'enfants) et nous avons profité d'un grand soleil dehors ! 

isa 06/09/2012 10:09



Quelque soit l'enseignant , en période de rentrée, il est extrêmement rare de ne pas avoir de pleurs dans les 15 premiers jours, c'est ce qu'il faut se dire. Le chagrin est là mais
parfois face à un chagrin, il est préférable de l'accepter que de vouloir le faire taire. Quand l'enfant aura compris et accepté la séparation, son chagrin disparaitra, certains le font plus
rapidement que d'autres parce qu'ils ont des expériences qu'ils ont surmontées, pour d'autres, c'est la première fois, il faut de l'indulgence et de la patience et surtout ne pas se remettre en
cause, personne n'a le pouvoir de faire qu'il n'y ait pas de chagrin. Alors c'est douloureux parce que ça nous remue, ça rappelle nos propres séparations et nos propres souffrances. Mais étant
adulte, nous avons appris à faire bonne figure. La tristesse est une émotion qui nous habite par période, elle est naturelle, elle devient critique quand elle est présente en permanence.



vihyko 05/09/2012 22:12


ps : je vais casser le mythe mais chez moi, ce sont les filles qui ont pleuré ( que dis-je HURLER !). et youep les mecs du ch'nord c'est des durs à cuire.. et les filles.. ont du coffre.. ( je
crois que j'ai encore des acouphènes d'ailleurs..)

isa 05/09/2012 22:31



les filles du Nord seraient-elles un peu garçons manqués ? ouhhhhhhhhhhhhhhhhhhh isa, les préjugés !



vihyko 05/09/2012 22:09


AU SECOURS !!!! je suis déja débordée.. de boulot !!!


il est 22h, j'ai 12 articles du blog à lire en retard, mon artouille a choisi de faire ses dents CETTE semaine ( comme de par hasard..), j'ai vu pleins de trucs qui ont l'air géniaux dans les
titres, je vais EXPLOSER !


 


sinon, la rentrée, bien passée ! ça fait du bien de se rendre compte qu'on commence à avoir un peu d'expérience dans ce niveau ! ma souris verte a fait un carton, fidèle à elle-même, pas eu de
pipi, pleurs gérables. bref, ça baigne sauf que.. J'AI TROP DE TAF !! mais ça fait 3 ans que je fais mes rentrée sous un beau soleil, ce qui n'est pas de l'acquis dans notre bieau ch'nord, ce ui
fait qu'on peut tranquillou découvrir la cours rien que nous les pioupious alors ça comme on dirait sur facebook "j'aime" ! car lel toboggan est un remède miracle anti chagrin !

isa 05/09/2012 22:29



oui je savais que j'allais faire exploser les  boites mail et j'ai hésité mais vous m'envoyez de tels documents que c'est difficile de différer leur parution. Pardon Vihyko ! et je
compatis parce qu'hier j'ai eu mes deux petits bouts à garder ,et aujourd'hui encore et j'ai pensé à vous les mamans maitresses et je veux vous tirer mon chapeau, je l'ai été moi aussi mais
franchement c'est difficile de tout gérer ..... Vous êtes des flysuperwomen !!!!



Sophie (pas si) sage 05/09/2012 22:02


Pour ma part, dans ma classe, il y a eu une fille qui a hurlé !!!! Elle a été prise en charge rapidement par l'atsem qui est sortie dans la cour avec elle. Ensuite, on me l'a ramené en
m'expliquant que c'est elle qui avait demandé à se joindre à nous.


Un garçon s'est accroché à sa mère. Je lui est alors proposé de rester avec moi en me mettant à son niveau. Et il m'a gifflé devant sa mère !!! Elle l'a aussitôt sorti de la classe puis elle est
revenue avec lui et lui a demandé de me dire pardon. Evidemment, il a refusé de le faire. Elle l'a menacé de rester tant qu'il n'aurait pas dit pardon. J'ai attendu un peu tout en lui expliquant
que son geste n'était pas bien. Puis j'ai expliqué gentillement à la mère qu'il cherchait à la rester avec elle donc qu'il n'allait sûrement pas dire pardon devant elle. Elle est partie alors
avec conviction. Le petit s'est alors mis en colère et à taper des pieds. Je lui ai juste tenu les mains pour pas qu'elles partent dans tous les sens en me mettant à distance. J'ai continuer à
lui parler en lui disant que je comprenais que ça pouvait être dur pour lui ... Il a fini par se calmer et il est parti jouer. Au cours de la récré du matin, il s'est fait sermonné par la
directrice. Moi, je lui ai dit a plusieurs reprises dans la journée qu'on ne tapait pas.Il a refusé de me dire pardon. Par contre, il s'est montré agréable à mon égard tout au long de la journée
et ne s'est pas montré désobéissant.


Oh, j'ai oublié les pleurs d'un autre garçon, un moyen, à l'arrivée avec sa mère. Mais comme j'ai proposé à sa mère de dessiner la famille, il s'est calmé rapidement en la regardant faire.
Ensuite, c'était à lui de coller des gommettes sur la feuille. Sa mère est alors partie, il a chuiné 2 secondes et il a continué son activité. 


Dans l'ensemble, j'ai passé une bonne journée. L'idée de faire dessiner la famille est une excellente idée !!! Ça a pu canalisé les craintes des parents (et celle des enfants). Et ils ont tous
coopérer.


J'espère que demain se passera aussi dans de bonnes conditions pour ceux qui sont rentrés mardi et les 6 nouveaux de jeudi. En tout cas, je vais mettre l'accent sur la règle "on ne tape pas" ...

isa 05/09/2012 22:24



J'y reviendrais Sophie dans mes articles sur la règle mais l'agressivité est un mode de communication , les petits qui se montrent violent dans de telles circonstances c'est à dire à des
moments de séparation cherchent à ce que quelqu'un intervienne et les prenne en charge, on voit bien que ton premier petit garçon gifleur est resté agréable avec toi parce que tu avais répondu à
son appel.Il est en détresse et il appelle au secours par un moyen qu'il sait déclencheur de réactions chez les adultes, voilà comment il faut le comprendre, c'est difficile pour lui de dire
pardon pour une attitude de survie. Il n'a pas l'intention de faire mal , il agit sous la peur de la perte comme quelqu'un qui se débat face à un grand danger. Voilà comment comprendre ce type de
comportement des premiers jours !



cerise 05/09/2012 08:36


oui, ça fait plaisir, des rentrées sereines! idem au moment du départ des parents : pas un pleur !! et puis 3 enfants ont pleuré (3 garçons) mais nous étions trois adultes et ils ont été pris en
charge rapidement! pour le plus jeune : ce fut plus long mais de la récrétion jusqu'à la sortie pas de pleurs OUF! idem pour l'AM mais j'ai des tps(4), ps(13), ms(11) =28 


11 ne connaissaient pas l'école ! Mais j'avoue que j'ai changé mon organisation : l'ATSEM ne pointait pas les cantines, les garderies ( feuille accrochée à la porte) et tous les parents l'ont
remplie ! MERCI ISA pour cette idée !!


et l'étiquette porte manteau : coloriage avec craies (à obliger les enfants à quitter les bras des parents!!) encore MERCI ISA pour cette idée !!


donc tous les adultes disponibles : il n'y avait pas le système de queue que j'avais les autres années car les enfants et parents venaient me voir (bienvenue bla bla...) puis restaient avec
l'atsem un peu plus longtps pour expliquer qui était la nourrice ...


comme David, qd on connait les frères et soeurs c'est plus facile aussi !!


LES GARCONS PLEURENT plus que les filles !! ils ont du mal à couper le cordon !! 


bon mercredi à tous !

isa 05/09/2012 09:59



merci Cerise de ton témoignage, je remarque que les pleurs ont cessé après la récré quand tu leur as proposé des activités, c'est ça ? C'est important de le dire, les petites mains
doivent être occupées pour que la tête arrête de penser et que le coeur ne soit plus gros. Effectivement la constatation est sans appel, les garçons pleurent plus que les filles. Avez vous des
explications ?



david 04/09/2012 21:15


Je constate la même chose que toi. C'est plus souvent les garçons qui pleurent et d'ailleurs, les trois qui se sont finalement décidés à sy' mettre après la récré étaient tous les trois des
garçons.

isa 04/09/2012 21:22

A creuser !

david 04/09/2012 20:59


On dirait pas mais ça fait quand 12 rentrées au compteur, dont... 12 en maternelle !! (Et 10 inspecteurs dans la même circo pendant ce temps, record à battre !!). L'expérience y fait certes, mais
aussi le fait d'exercer depuis quelques années au même endroit, de commencer à connaître de plus en plus les familles au gré des petits frères petites soeurs, cousins cousines, d'être du coup
aussi un peu connu... tout ça plus le blog mis bout à bout, on réouvre son école avec un peu moins de stress et peut-être ça se ressent !

isa 04/09/2012 21:07



ah oui ça c'est sûr que la manière dont tu abordes la rentrée va influencer le ressenti des familles et donc des enfants. Tu as plus de filles ? Je m'intéresse aux statistiques parce que
j'ai l'impression que ce sont les garçons qui pleurent le plus, qu'en penses-tu ?



christine F. 04/09/2012 20:50


Yes, autant pour moi. Mais c'est bien maigrichon tous cela. Uen petite relance ne serait pas inutile en effet. Passé le rusch de la rentrée j'essaierai de t'envoyer quelque chose.

isa 04/09/2012 21:04



ah oui, comme je ne suis pas une folle des listes de livres théoriques , je n'ai pas développé cette partie là, j'ai toujours été beaucoup plus dans le concret mais je suis aussi une
curieuse et j'aime les bonnes références. Personnellement,au cours des animations pédagogiques où le conseiller  donne une feuille bibliograhique chargée, je ne pense pas avoir une seule
fois acheté un bouquin comme ça. Il faut que quelqu'un me parle de son enthousiasme à la lecture de tel ou tel livre pour y aller.



david 04/09/2012 20:19


Coucou Isa, un ptit message pour donner des nouvelles de la paternelle qui a vécu une rentrée mémorable : pas de pleurs au moment du départ des parents !!! Du jamais vu !!! Et comme je ne fais
pas la rentrée échelonnée, c'était avec les 25 d'un coup (2TPS, 15 PS et 8 MS). Bon y'en a bien 3 trois qui se sont vengés à partir de 11h00, mais ça n'a pas trop trop duré... Et l'après-midi à
20, rien de rien de rien, le calme jusqu'au bout.... Ahhhhh


J'espère que ça durera. Bon à côté de ça j'ai eu mon lot de surprises dans les culottes, de mélangeurs de chaussons, d'égareurs de chaussures dans mon immense cour, de déballeurs de placard
compulsifs et autres aventuriers du bout du couloir... Mais tout ça fait gentiment et sans volonté de nuire ! Donc va falloir se pencher sur les règles et lire avec attention ton article !


 

isa 04/09/2012 20:43



ah quel plaisir de lire que ton expérience a enfin joué sur une rentrée , je rigole bien-sûr mais je
sais que ça compte ! C'est chouette de vivre une rentrée comme celle-là, tu as bien eu raison de nous le dire parce que je pense que tout le monde n'a pas vécu la même chose. Et mes articles sur
la construction des régles peut donner des points de réflexion et d'acceptation aussi de ces petits déménageurs compulsifs qui explorent un terrain inconnu !!!



Christine F. 04/09/2012 18:55


Tous tes articles sont vraiment intéressants et offre d'excellentes synthèses entre expérience de terrain et lectures d'ouvrages  divers et variés  (en sciences de l'éduc., en péda, en
spycho., etc.) que tu n'oublie pas de siter le cas échéant. Tu proposais tantôt de te soumettre quelques idées pour améliorer ton blog, je propose ainsi d'ouvrir une rubrique dans laquelle tu,
euh, nous pourrions ranger tous les ouvrages péda ou spy ou tout ce qu'on veut . En quelque sorte une bibliographie  avec les  Essentiels (dont le tien), les Coup de Coeur, etc. Cela
pourraient guider les choix de lecture des uns et des autres surtout s'ils sont accompagnés d'appréciations et de commentaires. T'en pense quoi ?


 

isa 04/09/2012 20:39



merci Christine, mes références sont un mélange de Piaget, Dolto et Winnicott sur ce sujet là. Cet espace que tu proposes existe déjà, nous avons un coin biblio, il ne faut pas oublier de l'alimenter, mais ta proposition va le relancer, je n'en doute pas
!