la construction des règles chez l'enfant (7)

Publié le par isa

regles

La construction des règles a fait l’objet de plusieurs articles sur le blog, celui-ci vous propose une sorte de sommaire afin de retrouver plus aisément ce qui vous intéresse :

  1. l’ incapacité de l’enfant à intérioriser les règles en arrivant à l’école à cause de son âge.
  2. les situations qui vont favoriser les transgressions.
  3. les règles et leurs caractéristiques
  4. les sanctions et leurs caractéristiques
  5. vidéo pour visualiser la limite ( pour les élèves)
  6. les attitudes éducatives à développer dans son métier

 

J’aimerais que ce dernier article soit aussi l’occasion de parler de vos observations depuis que vous avez mis en place les règles proposées dans les différentes préparations.

J’aimerais savoir si les articles ont interrogé votre pratique et si cela a pu vous aider.

Que vous a-t-il manqué ?

Quelle satisfaction en avez-vous tirée ?

 

Comme à l’habitude sur ce blog, ces observations servent le plus grand nombre et permettent de faire avancer un peu plus l’analyse des pratiques. Je vous remercie.

Publié dans devenir élève 2013

Commenter cet article

cerise 10/10/2012 22:07


je rejoins les collègues pour les différentes remarques !


Cette année (et surtt cette semaine) j'ai installé le système de défi : c'est ainsi  plus clair ds mon esprit (je peux le dire aux parents) alors qu'auparavant c'était flou.


exemple : J'avais repris tel enfant ds la journée mais arrivé 16h30 : je ne pouvais pas le redire avec certitude aux parents !!! ce qui s'était passé durant cette longue journée. 

francine 10/10/2012 19:10


Je rejoins Sylvia dans ses réflexions .


Les articles très complets sur la construction des règles que tu as pris la peine d'écrire et de partager avec nous ont eu un impact positif immédiat . Des règles cohérentes aident les enfants -
et la maîtresse!- à grandir et vivre ensemble

Sev 10/10/2012 16:13


Pour moi, les régles affichées sont d'une grande aide car quand l'enfant franchit la limite, je le prends par la main, et je lui montre la règle, il la reformule et ça fonctionne très bien.

Valérie93 10/10/2012 10:21


Etre sévère pour moi c'est négatif mais faire respecter les règles c'est positif!


Tout est une question de mots!!!

isa 10/10/2012 10:34



pourtant c'est le mot que tu emploies , tu parlais pour toi ou en général ?



christine.G 10/10/2012 10:18


j'ai retenu "l'autorité n'est pas une volonté de soumettre mais une volonté d'aider à se maîtriser" L'adulte n'est en mesure d'aider que si lui même a suffisamment confiance en lui pour "prendre
le pb à bras le corps"


 


ce qui est motif de satisfactions:C'est le "va et vient " entre ces articles de fond et les règles apportées non pas par une transgression vécue mais posée par l'introduction  du héros du
livre et de son ressenti: ca clarifie, la règle s'impose d'elle même. Quand un enfant affirme maintenant que c'est " sa place" ni moi, ni eux n'avons plus besoin d'en dire davantage, tout le
monde (ou presque) a compris :)                    comme d'hab merci
Isa!

isa 10/10/2012 10:33



et la confiance se construit sur l'estime de soi, or quand on soumet , on ne développe pas l'estime de soi ..... c'est un grand cercle, mais l'éducation porte ses fruits quand on est
adulte ! Ensuite rien n'est jamais perdu, l'estime de soi se récupère, dans certains cas, ça peut s'appeler la résilience !



Valérie93 10/10/2012 09:44


"je ne suis pas assez sévère" c'est exactement ce que je me dis à chaque fois que çà ne marche pas et je m'énerve ...pourtant je suis très calme en apparence...alors que j'ai vu comment d'une
journée à une autre selon mes réactions çà n'engendre pas du tout les mêmes comportements...


A chaque fois que la règle n'est pas respectée l'enfant me montre l'affiche concerné puis s'assoit sur une chaise à réfléchir 5mn pas plus Ensuite il doit s'excuser auprès de l'élève concerné ou
verbaliser. Si je mets trop de pression ( énervements de ma part) l'élève refuse plus facilement si je ne lui explique pas aussi.


J'ai ausi mis en placce le système des gommettes pour quelques élèves , les plus en besoin de régles si je puis dire. Et bien refus d'enlever sa gommette ou d'aller chercher la feuille... A -t-il
peur de la sanction? peut-être pourtant j'ai expliqué je vais recommencer alors... 


D'autre part l'élève en question qui dit non à chaque fois, qui embête au regroupement, est assis soit à côté de moi soit pour une autre sur moi dans un premier temps ( pour l'histoire).


 


Bref, je cherche aussi car à chaque enfnat il y a une réponse différente, je parle avec les parents ( oui à la maison aussi c'est difficile) à la psychologue de l'école ( enfin plutôt des écoles
!) et là çà change tout et pourtant rien n'est forcément acquis il faut toujours être là et bienveillant...


Que dire des menaces? " tu ne viendras pas avec nous au gymnase....tu ne pourras pas aller en récréation ...qui échappe quand soit même on est énervé de voir que non lui il ne vient pas tout de
suite, il dit non!!!!


Alors quand l'élève en question a réussi son travail...c'est là qu'il faut le féliciter, et pourtant pendant 15m, c'est "non tu restes à ta place, continues, allez encore, tu vas y
arriver....!!!!  


 


Merci ISA pour cette minute d'introspection à travers ton oeil averti  je vais avancer plus facilement...


 


 

isa 10/10/2012 10:09



mais qu'est-ce qu'être sévère ? Si c'est être autoritaire, c'est à dire (selon moi) être déterminée à les aider à construire une maîtrise d'eux-mêmes, alors oui ! Mais si c'est utiliser
sa force, sa puissance, sa position pour les faire obéir dans la contrainte sans "raison", avoir des enfants qui ne répondent que quand on les interroge, qui n'osent agir sans l'assentiment de
l'adulte, qui dans la crainte de la réaction parfois "violente" ne savent plus ce qu'ils peuvent ou non faire, alors non. Par expérience, ce sont ce type d'élèves qui se révoltent le plus à
l'adolescence ! Où situes-tu la sévérité ?


L'apprentissage du vivre ensemble est comme tous les apprentissages, il n'est pas aisé et demande répétition, essais, régression, progrès. Cela fait partie de notre travail , et notre
regard sur les attitudes transgressives agira sur la manière dont  les élèves réussiront à se maîtriser. 


Je m'interroge sur le fait de prendre l'élève difficile sur ses genoux, n'est-ce pas un endroit où beaucoup d'élèves aimeraient être, une sorte de situation privilégiée,
n'encourage-t-elle pas à la transgression ? Qu'en pensez vous ? 



joëlle 10/10/2012 08:15


Et comme j'ai l'humeur taquine, je pose la question : si je mets un r à courir est-ce que je vais moins vite?

isa 10/10/2012 08:54



non plus vite bien sûr, c'est l'accélération !



joëlle 10/10/2012 08:10


C'est avec beaucoup d'humour, Isa que je dis cela J'aime l'idée de cette introspection en tous les cas. Je vais prendre le temps d'y répondre.

isa 10/10/2012 08:52



oui ça peut demander du temps, et vous n'en avez pas ? non, je n'y crois pas ......



Silvia 09/10/2012 21:03


Courir avec un seul "r"....


 

Silvia 09/10/2012 21:00


Pour répondre à tes questions Isa, ce qui m'a aidé dans tes articles (et préparations)


- l'idée qu'il fallait se centrer sur les règles essentielles : ne pas faire mal aux autres, ne pas crier, ne pas courrir


pour ces trois infractions les élèves savent qu'ils vont se calmer un moment sur la chaise(j'ai adopté aussi l'idée de limiter le temps à 1 minute avec un repère de


gommette)


(Après très rarement lorsqu'un enfant n'arrive pas à se calmer sur la chaise je le préviens qu'il va aller dans une autre classe s'il a besoin de sortir complètement du groupe pour se calmer ).


J'ai aussi adopté l'idée de la reformulation des règles en grand groupe par les élèves qui avaient du mal à les respecter et souvent cela tient lieu d'engagament.


J'ai donc l'impression d'être plus cohérente qu'avant ( à chaque fois qu'une de ces trois infractions est commise, il ya la même sanction) , que la sanction est bien
acceptée par les élèves parce qu'ils sont prévenus et qu'ils savent en quoi leur comportement est gênant (puisqu'on a travaillé sur la façon de résoudre les conflits, sur le bruit etc.)


Du coup je n'ai quasiment plus l'effet "goutte d'eau qui fait déborder le vase" car  je relativise les comportements qui ne sont pas des infractions graves, je régis avec patience. Et alors
qu'avant j'aurais eu tendance à me dire "ou là là t'es pas assez sévère" maintenant je pense que réagir avec calme a un effet apaisant sur eux.


ça m'a aidé aussi de concevoir notre métier comme un métier de chercheur, et les situations rencontrées comme des situations problèmes à résoudre avec un défi : tel enfant a tel comportement je
vais réfléchir à des réponses adaptées pour lui permettre d'évoluer.


Voilà donc un petit résumé de ce que cette réflexion sur les règles m'a  apportée...


 


 

isa 09/10/2012 21:23



merci Silvia, j'ai le sentiment que ton ton est calme à l'image de ce que tu décris dans ta pratique, une certaine distance s'est imposée à toi et tu observes avec plus de philosophie les
comportements de tes élèves. C'est une grande force !



joëlle Mirassou 09/10/2012 20:04


BoucccceZZE, tu ne nous as pas loupé pour cette causerie, Isa.

isa 09/10/2012 20:10



ah oui , pourquoi ?