la première journée d'école (1ere partie)

Publié le par isa

Répondant à une demande d'articles en direction des parents pour un nouveau navigateur pour enfants ( à découvrir ICI) , je vous livre le fruit de mon travail.

Il s'agit d'une série "rentrée":


1. la rentrée

2. la relation avec l'enseignant

3. la première journée (1)

4. la première journée (2)

5. la première journée (3)

 

Les deux premiers articles vous seront donnés tels qu'ils paraîtront sur POTATI.

 

Les trois suivants seront accompagnés de commentaires professionnels. En effet, j'ai imaginé une rentrée avec des élèves imaginaires mais bien représentatifs de manière à donner une véritable idée de ce qui peut attendre les enfants ainsi que leur maître(esse) lors de ce premier jour. Je pense que cela devrait aider certains d'entre vous qui ne connaissez pas encore cet univers et que vous allez découvrir.

 

3eme article :

La porte est refermée , le dernier parent est parti. Clara pique une grosse colère en donnant des coups de pieds dans la porte, Paul pleure sans cri dans un petit coin de la classe , Morgane s’accroche au pantalon de la maîtresse comme à une bouée de sauvetage et Axel ne veut pas quitter les bras de Laurence l’Atsem. Le petit groupe d’élèves suit des yeux tous les faits et gestes de la maîtresse qui tente tant bien que mal de les rassembler dans les cris et les pleurs.

Au fur et à mesure qu’un petit accepte de s’asseoir , un autre vient et progressivement en allant les chercher un par un (1), la maîtresse aidée de Laurence parvient à regrouper sa classe. Clara ne crie plus, elle regarde de loin le groupe, elle refuse de venir avec lui, Paul a docilement rejoint les petits copains. La maîtresse montre un étrange colis accroché au plafond (2) : «  Mais qu’est-ce que c’est que ça ? » demande-t-elle. Tous les petits yeux se dirigent vers l’objet suspendu et tout à coup, les pleurs cessent, chacun retenant son souffle par la surprise. Clara de loin dit : « C’est comme mon papa », la maîtresse l’interroge : «  Comme ton papa, Clara, ton papa a des cartons , c’est ça ? »(3). Clara réalise qu’on s’adresse à elle et que tous les yeux la regardent, elle se fige. La maîtresse relance : « Clara a reconnu un carton, mais qu’est-ce qu’il y a à l’intérieur et comment va-t-on l’ouvrir ? ». Un enfant répond : «  y’a tateau », la maîtresse traduit :  «  Tu penses qu’il y a des gâteaux dans le carton ? », l’élève fait oui de la tête, Paul dans un souffle lance : «  Faut une chaise »(4), la maîtresse accepte la proposition et demande si quelqu’un peut rapporter une chaise, Johnny se précipite et tente d’en transporter une, il a du mal, c’est lourd. La maîtresse suggère qu’un autre enfant aille l’aider. Léa , Marion et Yoan se lancent à sa rescousse et le petit groupe arrive uni jusqu’à la maîtresse, celle-ci demande : «  Qui va monter pour descendre le carton ? », « Moi, moi » fusent de toute part , la maîtresse propose que ce soit Paul qui a fait la proposition de la chaise en premier. Celui-ci avance nonchalamment le pouce dans la bouche. Il se hisse sur la chaise , la maîtresse se positionne pour le protéger de la chute. Paul tend les mains vers le colis, il saisit les côtés et tire, mais la corde résiste, la maîtresse intervient pour la dénouer.

Chacun retient son souffle se demandant ce que peut contenir cet étrange carton. La maîtresse demande que chacun reste assis, elle propose à Clara de venir avec eux découvrir la surprise, Clara tape du pied et refuse en se renfrognant. Vite la maîtresse détourne l’attention des autres élèves(5) car la réaction de Clara pourrait relancer des pleurs, elle soulève la première bande de scotch en disant : « Y-a-t-il des gâteaux dans ce carton, voyons ? ». Lorsque les bandes de scotch sont retirées, elle maintient le suspens en regardant d’un œil dans la boîte sans l’ouvrir totalement en faisant une drôle de mine étonnée, puis elle glisse sa main dans la boîte , enfile discrètement le gant de la marionnette et fait sortir la tête de celle-ci qui regarde autour d’elle sans rien dire. Les enfants se mettent à rire, certains à crier. La marionnette se cache de nouveau dans la boîte ; la maîtresse dit : « Chut, ne lui faisons pas peur, vous la connaissez ? », les enfants se taisent, la maîtresse demande :  «  Dis donc toi la marionnette comment tu t’appelles ? », celle-ci répond timidement : «  Je m’appelle Dalma », « Bonjour Dalma, vous aussi les enfants vous pouvez lui dire Bonjour Dalma », les enfants lancent des « bonjour Dalma », la maîtresse interroge : «  Mais Dalma raconte nous, qu’est-ce que tu faisais dans ce carton dans notre classe ? », la marionnette manipulée par la maîtresse répond : «  Je viens à l’école mais comme j’avais peur, je me suis caché », «  Tu avais peur ? » « Oui j’avais peur des enfants », « Alors,  je vais te les présenter comme ça tu les connaitras et tu n’auras plus peur » dit la maîtresse. Elle fait le tour de ses petits élèves et chacun embrasse la petite marionnette pendant que la maitresse donne les prénoms, elle se dirige vers Clara qui est toujours à côté de la porte, celle-ci accepte de dire bonjour à la marionnette (6). La maîtresse la prend par la main et l’amène jusqu’au regroupement. Elle récapitule : «  Nous avons trouvé une boîte accrochée à une corde, nous pensions qu’il y avait des gâteaux à l’intérieur et qu’y avait-il en réalité ? », « Dalma » répondent les enfants.

Paul est repris d’un élan de peine, dans un gros sanglot qu’il tente de retenir, il renifle mais son attitude  réveille l’angoisse de deux autres petits qui laissent éclater leurs pleurs. La maîtresse tente de faire diversion en proposant d’aller jouer aux ballons dans la grande salle de l’école. Mais de nouveau, le groupe est envahi par l’inquiétude et les pleurs redoublent. La maîtresse essaie de calmer ses petits effrayés : «  Chut, les enfants , Dalma va retourner dans sa boîte si vous criez ainsi, il va avoir peur ». Mais l’attention n’est plus possible et il va falloir passer cette nouvelle vague de pleurs avec tolérance et patience (7).

Le groupe se déplace jusqu’à la salle de jeux, les lieux inconnus aggravent les larmes, arrivés dans le nouvel espace, presque tout le groupe pleure à l’exception de Clara qui a compris qu’il y allait avoir des ballons et c’est ce qu’elle aime par-dessus tout (8).

La maîtresse accompagnée de Laurence distribue des ballons à chacun des élèves, certains se calment et se lancent dans le jeu, d’autres refusent le ballon et le laissent tomber , d’autres se mettent à hurler si la maîtresse insiste. La séance débute dans la cacophonie. Laurence a disposé des cerceaux au sol le long d’un mur. La maîtresse explique qu’ils jouent avec leur ballon comme ils en ont envie et que dés qu’elle tape dans ses mains, ils doivent venir très vite avec leur ballon dans un des cerceaux. Elle insiste sur la notion de « trés vite », car elle sait combien les petits aiment courir. Le jeu se déroule de manière désordonnée, Morgane crie à chaque fois qu’un enfant s’approche de son ballon, Axel joue puis s’arrête pour aller rejoindre Laurence puis repart et ainsi de suite, Johnny tient son ballon sans le poser une seule fois par terre et va shooter dans celui de Clara qui le regarde en fronçant les sourcils, elle se retient de ne pas lui tirer les cheveux comme elle a l’habitude de faire avec sa sœur, Paul est dans son petit coin et joue gentiment avec son ballon. Yoan lance son ballon et fait de belles glissades pour le récupérer, Léa va systématiquement s’asseoir dans un cerceau où il y déjà un enfant malgré les recommandations de la maîtresse : «  un cerceau pour un enfant ». Marion n’ a toujours pas touché à son ballon mais elle sourit en regardant les autres jouer. Les pleurs ont de nouveau cessé (9). La maîtresse se dépense sans compter (10) pour encourager ceux qui ne font rien , pour mener le jeu et rappeler les règles, pour consoler ou intervenir dans un conflit, pour redonner les ballons à ceux qui ne retrouvent plus le leur, pour féliciter les enfants assis dans leur cerceau. La séance s’achève dans un rangement chaotique, certains ne voulant plus rendre leur ballon.

 Il est temps d’aller en récréation. Le passage aux toilettes s’impose……..

Dans un prochain épisode de notre saga « rentrée », vous serez au cœur de la récréation d’une première journée d’école : jungle ou lieu de socialisation ?

Commentaires professionnels :

 

(1)   Avec les petits , ne pas les appeler en espérant qu’ils arrivent, il faut très souvent aller les chercher et ne pas attendre qu’ils viennent.

(2)   L’étonnement est créé par la situation contradictoire, un objet est suspendu par une ficelle alors qu’ordinairement il se trouve posé. Provoquer l’étonnement enfantin, c’est créer des contrastes.

(3)   La maîtresse parle au nom de l’enfant, elle traduit, l’enfant se sent entendu , par la suite, il se réappropriera les paroles de la maîtresse.

(4)   La situation crée la nécessité d’exploration donc l’activité intellectuelle.

(5)   Elle n’insiste pas avec Clara, elle sent qu’elle n’est pas prête. Il faut sentir qu’en insistant, on gâche l’évolution de la situation de blocage.

(6)    L’utilisation de la marionnette permet le lien affectif. On ne peut donner son affection à un adulte qu’on ne connait pas encore, c’est le discours parental qui est intériorisé, mais avec une peluche, il n’y a aucun danger.

(7)   Les pleurs sont communicatifs et l’étonnement est retombé, les changements de lieux angoissent.

(8)   Le choix du ballon pour la première séance correspond aux repères familiaux, ils ont TOUS un ballon chez eux, ça rassure.

(9)    L’activité est source de joie et de décentrage, l’enfant vit sa vie, il n’est plus dans la séparation déchirante.

(10)                      L’adulte est partie prenante et ne se ménage pas, c’est important de donner à chacun sa petite part de reconnaissance : «  Tu vois, je ne t’oublie pas » pour nouer le lien.

pleurs.jpg

Publié dans rentrée scolaire

Commenter cet article

Elfydia 23/08/2015 05:56

Vraiment vraiment trop bien ce déroulement! Cette année, c'est sur que je commence comme ça!!! MERCI

Cécile 31/08/2013 23:14


Oui


C'est ce que j'ai vu !


Par contre, il faut savoir où cchercher et parfois ce n'est pas évident, surtout quand le stress commence à monter....

Cécile 31/08/2013 22:20


Coucou Isa,


J'ai enfin retrouvé la super idéé que tu nous avais donné il y a 2 ans pour expliquer la rentrée aux parents. Moi qui l'ai testée pour la première fois avec succès il y 2 ans avec mes petits
élèves, eh bien, je vais la reprendre cette année pour ma deuxième rentrée en Petite Section avec mes 29 élèves.


Merci pour toutes tes idées qui sont vraiment géniales et surtout de les laisser publiées 2 ans après !

isa 31/08/2013 22:45



ah mais tout est là, depuis 2007 ! 



karine 30/08/2011 09:41



Pour ceux qui utiliseraient les ballons de baudruche, c'est très efficace (testé l'année dernière avec mes 28 petits loustics!). N'hésitez pas à en gonfler 1/3 de plus si vous voulez vous en
servir tte la semaine. Entre ceux qui se dégonflent et ceux qui éclatent, c'est ce qu'il faut. Il vaut mieux en prévoir un peu plus que de se retrouver avec un élève sans ballon!!



leila 30/08/2011 00:04



merci pour tes conseils Isa,plus les jours approchent, plus l'appréhesion augmente mais heureusement avec toutes les idées sur ton blog, je suis un peu plus rassurée.



Chrystelle 29/08/2011 22:27



Bonsoir !


Un grand merci pour ta générosité. C'est vraiment gentil de ta part de nous faire partager tes idées et ton travail.


J'adore le livre Bébés chouettes que je trouve adapté en début d'année lorsque l'on veut travailler sur la séparation et l'angoisse qu'elle procure.


Je n'arrive plus à retrouver la page où tu proposes une exploitation possible avec la description, présentation de la marionnette etc... Dans quel onglet? Quelle rubrique ? Je te remercie
d'avance!!


A bientôt



isa 29/08/2011 22:51



c'est ICI, il ne faut pas hésiter à utiliser le moteur
de recherche qui est dans le module à droite intitulé C'est où ? , il suffit de taper un mot dont tu te souviens , par exemple bébés chouettes et tu as une page qui répertorie tous les articles
contenant ce mot.



Val 29/08/2011 22:11



Merci Isa pour ce beau partage...;cela rassure de pouvoir imaginer à quoi s'attendre  et de lire tes explications ou conseils pour mieux gérer ces premiers jours difficiles.


J'en profite pour te remercier aussi de nous faire découvir POTATI que je vais télécharger pour pouvoir suivre toutes ses infos...



isa 30/08/2011 17:11



c'est plus concret , même si toutes les classes sont différentes !



batice71 29/08/2011 21:51



On s'y croirait déjà !!! je l'imagine bien ainsi ma rentrée sauf que l'année dernière, certains ont pleuré pendant toute la première période !!! Je vais reprendre l'idée du carton pour les
surprendre. Merci pour ces articles !!!



leila 29/08/2011 19:49



Bonjour Isa


Je consulte le blog depuis plusieurs jours déjà, et je suis emerveillée de tout ce que je lis et du partage qu'il y existe, vraiment merci pour tout surtout pour celles qui comme moi débutent en
PS. J'ai une petite question concerant la marionnette, dans mon école la rentrée se fait sur 4 jours du coup on accueille 1/4 des enfants par jour, penses tu que je fasse un petit scénario
découverte en m'appuyant sur les élèves qui étaient déjà présents(du genre, chut ne dites rien, ou est ce qu'il y a des gateaux à l'intérieur? oui ou non...) ou vaut mieux il attendre que toute
la classe soit réunie?


mercipour ta réponse



isa 29/08/2011 20:08



si je comprends bien , tu vois ton effectif augmenter tous les jours ,c'est ça ?


Ce qui veut dire que ce n'est pas nouveau pour les premiers donc !


Franchement, je crois que les élèves adorent les répétitions et tant pis s'ils vendent la mèche parce qu'ils ont déjà vu, ils adoreront tout de même et cela peut être intéressant de voir
leurs réactions dans la répétition. Toi tu peux jouer l'étonné et les faire douter en leur disant: " êtes vous sûrs, peut être qu'aujourd'hui il y a autre chose ?", d'ailleurs tu peux prévoir
quelque chose de nouveau chaque jour tout de même dans l'habillement de ta marionnette, dans la forme de la boîte, dans l'endroit où tu l'accroches, il y a mille trouvailles qui donneront
l'étonnement voulu.


J'oubliais bienvenue Leïla sur le blog ( une de mes nièces s'appelle Leïla)



Emilie44 29/08/2011 18:54



Ca donne envie! Il faut que je trouve un système pour suspendre un carton au plafond... J'ai un plafond qui est à 5 ou 6 mètres, donc c'est compliqué, mais je vais trouver!


 


Et pour la séance de motricité avec les ballons de baudruche, je pense que je vais en gonfler d'autres que ceux que j'ai prévus pour l'accueil! Je pense que mes jolies petites enveloppes ne
survivraient pas à la séance... ;-)



isa 29/08/2011 19:18



cette entrée de la marionnette correspond à la préparation de la rentrée 2010-2011: semaine 1 " Le petit souci"ICI


une séance de motricité avec les ballons de baudruche est aussi dans les fiches EPS, ICI



Béatrice 29/08/2011 18:48



Voilà du vécu, un vrai bonheur !
Merci Isa de nous plonger ainsi dans le bain avec toute la délicatesse dont tes écrits témoignent.
Il est vrai que ce jour est vraiment un moment d'exception.



Clémence 29/08/2011 17:28



Super! Oui, on s'y serait cru! Bravo Isa!



M Claire 29/08/2011 16:37



Les ballons de baudruche , je les avais mis dans un grand sac poubelle noir. Ce n'est pas très esthétique mais c'est efficace.



isa 29/08/2011 18:39



c'est parfait !



Stéphanie 29/08/2011 14:02



...Et vivement la récré !!! :)



stephanie 29/08/2011 14:00



j'adoooore....



isa 29/08/2011 18:38



merci , ce sont mes souvenirs !



Cécile 29/08/2011 13:58



Pas mal je n'y avais pas pensé. Par contre t'occupes comment les enfants pendant que tu les gonfles stp ? Parce que l'effet de surprise va vite disparaître !



isa 29/08/2011 18:37



tu prépares toujours avant Cécile, c'est le genre de choses que tu ne peux pas faire en présence des enfants sous peine d'avoir une révolution ....



Christelle 29/08/2011 13:50



Utiliser des ballons de baudruche!  ;)



Cécile 29/08/2011 12:20



Bravo Isa, pour ton article ! On s'y serait crus !!


Tiens, ça me donne des idées pour lundi avec mes élèves, car là, je navigue un peu à vue !!


Mais ma marionnette sera Tchoupi à moins que je ne reprenne ma grenoulle de chez Ikéa. @ vrai dire je ne sais plus trop, ça doit être ça l'angoisse d'avant la
rentréee


Au fait, qu'est-ce que tu ferais en motricité le premier jour dans une école où il n'y a même pas de ballons ?


Merci d'avance !!



isa 29/08/2011 18:21



es-tu allée voir les autres propositions en EPS des années précédentes ?