la première journée de classe ( 3eme partie)

Publié le par isa

Répondant à une demande d'articles en direction des parents pour un nouveau navigateur pour enfants ( à découvrir ICI) , je vous livre le fruit de mon travail.

Il s'agit d'une série "rentrée":


1. la rentrée

2. la relation avec l'enseignant

3. la première journée (1)

4. la première journée (2)

5. la première journée (3)

 

Les deux premiers articles ont été donnés tels qu'ils paraissent sur POTATI.

 

Les trois suivants sont accompagnés de commentaires professionnels.

 

5 eme article :

L’après midi débute par la sieste. Après un passage aux toilettes, les élèves se déchaussent et posent leurs chaussures sur un petit papier à leur prénom de manière à  les retrouver facilement. La maîtresse dit : «  C’est l’heure de faire une sieste, vous allez vous reposer ensemble et nous allons rester avec vous ». Les petits sont inquiets de se déchausser, il suffit que Léa commence à pleurer pour que quelques autres suivent. Et c’est dans les plaintes que les enfants font leur entrée au dortoir. Les lits sont alignés « Choisissez votre lit , vous le garderez chaque jour, prenez un livre pour lire un petit peu avant qu’il soit l’heure de vous reposer ». Clara choisit le lit à côté de Paul, Yoan veut être à côté de la porte, Léa hurle et ne veut pas prendre de livre. Laurence et la maîtresse passent de lit en lit pour aider les enfants à s’installer, elles s’intéressent à leur livre. «  Quand vous avez fini de lire, posez votre livre au bout du lit et allongez vous, je passe le prendre »(1). Les voix tentent de se faire plus douces, la maîtresse se dirige vers Léa : «  Ne t’inquiète pas Léa , je reste avec toi, tu n’es pas obligée de fermer tes yeux, tu te reposes seulement et après tu retournes dans la classe pour travailler un petit peu, puis ce sera l’heure de rentrer chez toi »(2). Léa s’accroche à son doudou et se calme.

Les livres sont ramassés et rangés dans leur boîte, Laurence éteint la lumière puis remonte le mécanisme de la boîte à musique. Les enfants se calent au creux de leur lit. Johnny bouge ses jambes et commence à faire des petits bruits, la maîtresse arrive prés de lui et s’assoit sur le bord de son lit. Sa présence l’apaise, il se laisse aller et deux minutes suffisent pour que ses yeux se ferment. Elle repart vers un autre enfant qui ne trouve pas le sommeil, elle se place doucement à côté de lui, elle le regarde pour lui dire : « Ne t’inquiète pas, je suis là avec toi, je veille sur toi ». Aucun mot n’est prononcé mais les échanges de regards ont suffi au petit pour trouver l’apaisement. La musique est maintenant finie, Léa recommence à pleurer sans pouvoir maitriser ses sanglots. La maîtresse revient prés d’elle, elle lui chuchote : « Tu peux pleurer Léa , mais essaie de ne pas crier , tes petits camarades dorment, je reste près de toi, veux-tu me donner la main ? ». Léa tend sa main pour attraper celle de la maîtresse, ce geste la rassure et ses pleurs cessent insensiblement(3). Encore quelques minutes où ses yeux clignotent au rythme de son endormissement, puis Léa s’abandonne aux bienfaits de ce repos réparateur. La matinée a été fatigante et les enfants sont épuisés.(4)

La maîtresse peut enfin quitter la salle laissant à Laurence la responsabilité de veiller sur le sommeil de ses petits élèves. Elle rejoint une classe de grande section avec laquelle elle va maintenant travailler pour assister sa collègue dans des activités.(5)

Durant ce temps, dans le dortoir certains élèves commencent à se réveiller, souvent les premiers à s’être endormis. Laurence les accompagne dans les toilettes et les aide à se rechausser , puis ils rejoignent la maîtresse. Celle-ci les accueille avec un grand sourire et leur demande comment ils vont. Clara répond : «  Moi j’ai bien dormi mais c’est quand Maman ? », la maîtresse lui certifie qu’elle va bientôt rentrer chez elle. En attendant que tous les élèves soient levés, elle lui propose de venir parler avec elle en regardant le dessin fait le matin par sa maman. Clara est rassurée et accepte de se prêter à l’exercice de langage. Au fur et à mesure que les élèves se lèvent chacun reprend son dessin familial et le commente avec l’aide de la maîtresse. Ces petits échanges lui permettent de mesurer le niveau de langage de ses élèves. Léa s’est réveillée en pleurant : «  Va venir Maman ! », elle ne veut pas remettre ses chaussures, ne veut pas bouger, elle refuse tout ce qui lui est proposé, Laurence sait qu’elle ne doit pas insister et que Léa a besoin d’un petit temps pour accepter de se retrouver à nouveau à l’école. Yoan lui apporte ses chaussures en lui disant : «  Tiens tes tautures », Léa lui tourne le dos , Yoan insiste : «  Tes tautures, c’est à ta ». Léa prend les chaussures vivement et les garde contre elle. Les autres enfants se rechaussent en faisant des commentaires : « Moi mes chaussures è sont roses et Mimi è sont blancs ». Finalement Léa se décide à aller vers Laurence et attend près d’elle pour qu’elle l’aide.(6)

Tous les élèves ont rejoint la classe, la maitresse ,après les avoir laissé jouer un petit temps, fait retentir la petite musique annonçant le temps du rangement. Chacun doit s’activer à remettre les jouets et jeux à leur place, c’est encore très difficile, mais les bonnes habitudes commencent dés le premier jour. Et même si la maîtresse n’est pas très exigeante ,elle leur explique que c’est important de remettre chaque chose à sa place pour mieux la retrouver le lendemain. Le petit groupe se réunit et va faire le bilan de la journée. (7)

Puis l’heure de la sortie arrive. Clara en apercevant sa maman ne veut plus partir et tape des pieds pour rester , Léa se jette dans les bras de sa maman en pleurant, Paul n’ose pas bouger quand son papa arrive, Yoan embrasse tout le monde y compris la marionnette avant de partir, Johnny suit le petit groupe qui va prendre le bus pour rentrer chez lui et donne des coups de cartable dans les murs, Marion revient faire un bisou à la maîtresse sur recommandation de sa mamy, Axel réclame d’être pris dans les bras dés qu’il retrouve sa maman et la maîtresse souffle lorsque sa classe est vide.(8)

 

Fin de la première journée de classe ………………………………….

 

commentaires professionnels :

 

(1)   Toutes les organisations sont pensées pour faire en sorte qu’il y ait le moins de mouvement et de bruit possible, ainsi il est mieux que ce soit la maîtresse qui passe prendre les livres plutôt que les enfants les rapportent ou appellent pour les donner.

(2)   Un enfant est rassuré si l’adulte l’autorise à ne pas dormir, il accepte plus facilement le repos.

(3)   De nouveau, l’enseignant autorise l’enfant à pleurer doucement et cette considération de sa tristesse l’aide à se calmer.

(4)    Ce n’est rien de le dire !

(5)    Selon les écoles sont organisés des décloisonnements, des activités de soutien, des activités culturelles. Les écoles maternelles ont la chance d’avoir pendant 1h -1h30 un maître supplémentaire, il est important d’en faire bénéficier l’école.

(6)   L’attitude de l’adulte est compréhensive et patiente, c’est le meilleur moyen de parvenir à « apprivoiser » ces petits.

(7)   Ce temps de bilan est déjà une activité du langage d’évocation, c’est difficile pour les petits mais ce moment se répétant donne l’entrée dans ce nouveau langage.

(8)   L’enseignant est fatigué, il sait que le lendemain il faudra recommencer, mais bien des jours passeront et ses efforts seront récompensés par les progrès de ses élèves.

Publié dans rentrée scolaire

Commenter cet article

maud 03/09/2011 21:12



c'est comme si j'y étais avec moins de zénitude pour ma part...