la question du Jeudi sur les coins jeux:colliers ou non

Publié le par isa

question.jpg

 

En ce mois d'Octobre, afin de prolonger notre réflexion sur les coins jeux, je propose de poser une question tous les jeudis. Comme toujours sur ce blog, la confrontation est bienvenue, elle permet d'élargir sa pratique aux autres points de vue,chacun tirant ensuite ses propres conclusions.


 

colliers dans les coins jeux :

limiter l’accés, 4 colliers = 4 élèves autorisés 

 

Pour ou contre ?

 

 

 

Publié dans devenir élève 2013

Commenter cet article

Magali 06/10/2012 14:14


Alors je les fabrique ces bracelets ou pas ?
Maintenant que je me suis bien amusée avec mon plastique dingue pour faire des voitures, des livres, des assiettes, des poupées... que j'ai récupéré des élastiques de couleurs... que j'ai élaboré
les règles aves les élèves et donc le nombre de place...
Il faut dire que dans ma classe, les coins sont minuscules : l'espace est cloisonné sous une mézzanine, et servait il y a quelques temps de dortoir... donc mes coins jeux frôlent les 1 m2 !
(animaux, bricolage, jeux de construction, garage, chambre des poupées, poussettes des poupées, maison de poupées)
Sauf la cusine qui est sur la partie haute de la mezzanine( où je ne tiens pas debout... 1m45 à peu près...) avec le coin bibliothèque...
6 enfants à la cuisine et ça devient très dur de ranger en fin d'activité... alors on va essayer à 3 avec des bracelets...
L'an dernier je gérais très mal les coins jeux et le rangement... cette année, on apprend...et j'ai aussi plus d"élèves qui étaient en tps et qui sont encore là en ps, ce qui facilite les
choses.
Par contre j'ai mis les coins jeux pour chaque groupe une fois par semaine, pendant que les autres sont ou avec moi, ou avec l'atsem ou aux ateliers de manipulations.
C'est pour moi un temps d'apprentissage.


Ce serait bien que l'on en rediscute dans quelques temps... après expérimentations.


Bon week-end !

PS: et si on pouvait mettre des photos dans les commentaires ...

isa 06/10/2012 14:29



C'est toi qui décides Magali, c'est ça la liberté pédagogique. Le fait que les coins jeux soient minuscules est un problème mais je pense que les élèves sont capables de ne pas s'entasser
quand on discute avec eux ( comme dans la semaine Tranquille sur l'espace personnel) et qu'on évoque le besoin d'espace et le respect de celui-ci. Maintenant je comprends que cela puisse être une étape qui te rassure et qui fasse
prendre des habitudes aux élèves pour ensuite les livrer à leur propre organisation.


pour les photos, il faut que tu puisses héberger tes propres photos sur le web en ayant par exemple un album Picasa, ensuite tu peux cliquer sur l'icone de l'arbre dans la barre des
tâches de la fenêtre de commentaire et tu colles l'adresse web de ton image. C'est clair ?



joëlle Mirassou 06/10/2012 11:44


après relecture, des fautes d'orthographe, mais l'esprit va plus vite que les doigts donc pas de quoi s'alarmer. Bon week(end à tous.

joëlle Mirassou 06/10/2012 11:31


Oui, faire et refaire, c'est par la répétition que l'on acquiert la maîtrise. Dans ce cas c'est ce que j'appelle les ateliers autonomes qui le deviennent après l'exercice en unité pédagogique.
Cette année, j'ai des afficionados du découpage.Je limite le nombre de ciseaux à dispo comme pour les feutres.(je détourne la question des colliers)


Pour l'instant, c'est libre puis progressivement, ils auront des fiches format A5 ou B5 pour découper sur un trait, puis en zig-zag, en carré, en rond.(penser progression et donner l'envie
d'avoir envie).


Par contre j'ai supprimé la colle elle reviendra plus tard : pour l'instant certains la prennent pour un batônnet glacé.


Lorsqu'ils sauront appliquer les règles du lavage des mains et mettre leur tablier tout seul (avec les pulls qui vont pas tarder à arriver, il commence à faire frisqué), les élèves auront à leur
disposition des feuilles de format et formes différents, des pots de peinture ( alors au début, on pense à faire des associations de camaîeuxou seulement deux couleurs complémentaires pour pas
que cela vire au kaki, prune ou gris et surtout on garde les production pour s'en servir plus tard, économisons la forêt!) sur le grand chevalet de la classe.


Idée : je garde toutes les chutes des feuilles massicotées même celles des collègues qui traînent dans la salle des maîtres, je les mets à dispo dans l'atelier autonome graphisme. Cela permet de
développer chez l'enfant l'adaptation du geste à l'espace graphique. çà contribue au développement durable, je range le B..L de mes charmantes collègues, les ATSEM s'en plaignent pas
également.Par contre, je rejoins Montéssori : pas trop de feutres à dispo, seulement trois ou quatre par enfant dans des petits paniers pas chers ou des barquettes alimentaires ( pensez à en
demander au personnel cantine scolaire, cela permet que chacun de se sentir impliqué dans l'éducation des enfants).On peut les peindre à la glossy, c'est plus joli!


Surtout dans ce type d'organisation : toujours se dire que si cela n'a pas fonctionné, ce n'est pas la faute de l'enfant mais qu'il y a un truc que l'on a pas bien anticipé ou géré.Mais c'est normal, faut pas culpabiliser, il faut juste accepter que l'on peut se trompé.


Pour le coin eau que tu affectionnes Isa, oh combien je te rejoins. Et on ne parlera pas des tranvasements de semoule, des traces dans les plateaux plein de farine. Oui certes, au début, c'est un
peu compliqué. Donc je le présente en unité pédagogique sur plusieurs séances, lorsque je sens que je peux le mettre en autonomie, je me lance. Si ça tourne comme dans les vidéos, je maintiens sinon, je ferme cet atelier en expliquant pourquoi avec remédiation des règles par les enfants (c'est fou comme ils vous
les récitent avec application). Je remets ensuite l'atelier à disposition. Ceux qui ne respectent toujours pas les règles sont exclus. Il n'est pas possible d'accepter que quelques trubillions
empêchent les autres de s'éclater. Pour les rebelles réfractaires aux règles de civilité bien entendu ils ont droit à un essai supplémentaire : au bout d'un moment ils cèdent.

isa 06/10/2012 11:53



oui tout à fait , d'ailleurs Dolto disait quand un enfant dit Non c'est qu'il est sur le chemin du Oui ! patience donc.... oui bien sûr j'entendais la reprise de l'activité en autonomie,
une "reconfrontation" pour s'affirmer dans la compréhension en dehors de la présence de l'adulte. c'est d'ailleurs pour ça que  l'acquis n'existe que dans ce moment là, et ce moment là est
souvent zappé, on multiplie les activités mais on ne se conforte pas dans l'acquisition réelle. Or l'enfant, l'élève a besoin de refaire par lui-même pour intégrer son apprentissage et le jeu est
un grand moment de confrontation aux apprentissages, sauf qu' il n'en reste rien et cela dérange ! Mais là, nous sommes déjà dans le prochain débat que j'ai prévu avec la question du Jeudi, c'est
fou comme on anticipe, nous sommes comme les élèves, envie d'avancer .....



maud 06/10/2012 09:59


ah si seulement "Dieu" au ministère descendait de son piedestale et venait consulter ce blog!!


il verrait comme cela turbine, tricote, réflectionne, comme cela évolue comme nous sommes capables d'avoir un retour sur nos pratiques si on nous en donne le
temps, les moyens, l'écoute, le non jugement.


Mais est-ce bien dans l'air du temps??? mystere, mystere, et non je ne suis pas pessimiste, seulement une optimiste réaliste :)


En tout cas cela fait du bien de voir les réflexions, les demi-tours de chacun(e), de voir que c'est possible, que rien n'est figé comme les groupe par 6 de
couleur!


bien sur au début cela demande du mail en plus, de l'organisation mais au final cela donne un joyeux bazar où tout le monde s'y retrouve, qui roule divinement et qui
finalement apporte une énorme satisfaction.

isa 06/10/2012 10:28



merci Maud, oui j'en suis convaincue, j'ai dit à Edith qui n'a pas osé venir dire qu'elle avait eu une super inspection que j'allais créer le poste de conseillère pédagogique web, elle
est d'accord !!! Et je vois surtout que vous avez un tel potentiel qu'il ne faut surtout pas vous décourager, l'EN a vraiment besoin de vous !


et Maud, toi aussi tu as mis ta bouille, c'est chouette, merci !!!!!!!



joëlle Mirassou 06/10/2012 09:24


Je reprend le fil après une bonne nuit de sommeil.


Nota : je n'accepte pas que les parents soient dans l'école aux heures de rentrée et de sorties car les locaux ne s'y prêtent pas (longs couloirs, accès excentrés, bref peu propice à un accueil
dans la classe). Mais et cela dervrait te plaire, nous organisons des petits ateliers avec les parents chaque semaine, le vendredi après-midi pour les MS/GS , le matin pour les PS d'octobre à
décembre. Ce sont des ateliers de confection de petits bricolages pour préparer notre petit marché de Noël, lecture de contes, jeux de sociétés, jeux. Chaque papa, maman, papi, mamie, personnes
âgées du village ayant un petit trésor le partage avec les enfants. C'est une grosse organisation en aval pour la gestion des rotations des groupes d'enfants mais c'est depuis 7 ans un moment de
bonheur. Les enfants l'attendent toujours avec impatience et les adultes également.


Nous faisons aussi une soirée à thème ( dominante arts visuels) avec des espaces conteur professionnel, jeux interactifs, petits bricolages express, vidéos toujours sur le thème, et bien sûr
restauration. Avec et grâce à l'aide des parents qui animent par rotation de 30 minutes certains ateliers. Pour exemples sur 4 ans : la soirée des doudous, puis la soirée des dragons (Chine,
Japon) puis Céamoï et Kréatoï ( shéma corporel, hygiène et sécurité),la soirée des contes d'antan. Cette année : les verbes d'actions. Cela promet, je vais devoir canaliser toute notre petite
équipe qui a déjà plein d'idées mais j'adore créer ces actions évènementielles remoduler l'espace, créer des ambiances, jouer avec les éclairages des veilleuses de sécurité, montrer l'école
autrement et la partie non visible des apprentissages.


Chaque année, l'école accueille plus de 400 personnes qui défilent à leur rythme de 18H00 à 21H30/22H00. Un truc de fous mais génialement généreux.


Et bien sûr, je fais une réunion par période, les rendez-vous individuels, les petits mots avec la famille le soir,la fête de fin d'année et je profite des grandes baies vitrées pour afficher
tout ce qui peut montrer et expliquer ce que les enfants apprennent.


Tu vois, Isa, il n'y a que le matin où par expérience je sais que je dois être exclusivement à l'écoute de mes élèves. Les parents l'ont bien compris et l'accepte sans soucis.


Alors revenons aux coins-jeux : pas de collier, libre choix mais un temps d'apprentissage avec progression donc consigne verbale ou par petite fiche photos.


Exemple coin-cuisine : mettre la table pour X enfants, laver les verres, préparer les ingrédients de la recette de, trier les fruits,etc.


Exemple coin-poupée : vêtements à élastique ( taille naissance), puis à scratch, puis fermeture éclair puis bouton.


aujourd'hui, j'habille comme je veux puis Photos : , j'habille Aminata avec...., Raoul avec....., je trouve d'autres idées d'ensemble, je prépare la valise, je prépare la trousse de toilette. Je
fais la lessive et j'étend le linge. Je trie les chaussettes etc.


Les enfants font de la motricité fine, apprennent du vocabulaire, trient, catégorisent, se socialisent, communiquent en jouant et toi t'observes de loin pour ne pas perturber leur spontanéïté. Tu
régules si nécessaire et le petit perturbateur, tu lui dis calmement de sortir, tu lui rafraîchis la mémoire pour la règle ou les règles. Une fois la consigne validée, les enfants jouent
librement ou passent à une autre activité après avoir rangé bien sûr


Pendant que les enfants apprennent en jouant, j'ouvre une unité d'apprentissage (atelier dirigé) je passe le relais à l'ATSEM. J'en ouvre un autre pas plus. J'ai deux jeux d'étiquettes présence :
un pour l'appel, un pour les ateliers.Nous travaillons en groupe restreint (4 à 5 élèves maxi).La passation de la consigne est de fait privilégiée. Les petits curieux ou timides pas téméraires
viennent nous observer mine de rien


Lorsque j'ai commencé à organiser ma classe de cette façon, j'avais peur de me laisser déborder. Ce fut tout le contraire. J'ai gagné en sérénité, la classe vit beaucoup de moments de grand
silence qui arrivent naturellement, je suis incapable d'expliquer pourquoi. Et ce qui est le plus surprenant, c'est qu'au bout d'un moment les enfants délaissent les coins-jeux pour venir nous
rejoindre et "travailler" comme ils disent.


Le problème dans cette organisation, c'est que cela comme je dis "dépote" et que je dois prévoir beaucoup plus d'ateliers dirigés dans l'année voir la semaine que dans une organisation classique.
Il est fréquent que dans la journée, les enfants aient tous réalisés leur travail. Petite précision : les enfants qui ne fréquentent pas le dortoir peuvent revenir à l'école à 14H30. Je ne fais
pas de récré l'après-midi ou parfois 30 minutes avant le départ.


Il y a un super article sur ton blog sur les ateliers Montessori à la manière de ( excusez-moi, j'ai oublié votre prénom) et des vidéos sur you tube. Bon maintenant, c'est pas les mêmes
conditions d'encadrement que nous, mais ça permet de mieux appréhender l'idée d'apprendre par le jeu, la manipulation, la répétition.


Au fait, avons-nous des nouvelles d'Hélène?


Isa, je te promets de faire des efforts pour être moins incisive ( je synthétise trop) et de travailler sur le développement de ma pensée pour être mieux perçue( c'est pas le mot juste).
Merci de ton aide 

isa 06/10/2012 10:22



Je souris Joëlle parce que c'est fou comme les mots traduisent les émotions et ce matin, c'est une autre Joëlle que je lis, hier tu étais un peu confuse, énervée et remontée, aujourd'hui,
je te sens claire, apaisée et tolérante.... Et j'admire tout ce que vous organisez autour de la relation famille-école. C'est un peu le problème des personnes qui en font beaucoup, quand la coupe
est pleine, elles se fâchent contre elles-mêmes en en voulant aux autres. Je suis donc parfaitement d'accord avec tout ce que tu dis au sujet de ton accueil. Je m'interroge sur la possibillité de
laisser les élèves refaire ce qu'ils ont déjà fait quand tu dis qu'il te faut trouver de nombreuses pistes de travail tellement ils sont actifs. J'avais le même engouement ce qui fait que j'avais
rarement des problèmes d'affluence aux coins jeux car les élèves étaient trés demandeurs d'activités, mais je les laissais faire et refaire, y compris quand ils avaient "réussi". Ils avaient un
réel plaisir à recommencer et à parfaire leur "travail", d'autre part, cela permettait aussi qu'ils soient capables d'expliquer aux autres, une capacité que j'ai beaucoup développée dans ma
classe. Je pense qu'on a tendance à penser qu'il faut systématiquement renouveler, mais les enfants ont besoin de répétition, d'entrainement, de consolidation. Tu es d'accord ?


Je rajoute un petit mot à propos d'Hélène qui m'a jointe par ma messagerie, elle ne fait plus le dortoir en dehors de ses heures de présence, elle aide juste l'atsem au moment du coucher,
ça avance petit à petit me dit-elle .Elle se sent mieux !



joëlle Mirassou 05/10/2012 19:37


Bonsoir à tous et toutes,


Isa, tu me demandes de développer. Je vais tenter de le faire.


J'étais une enseignante qui était coincée dans un dispositif conventionnel et plus: conventionné par la hiérarchie à savoir :


une organisation de classe par groupe de 6 élèves,

une répartition figée par couleur ou symbole

un temps dit "d'accueil" dans les coins-jeux avec colliers soigneusement confectionner par les élèves pour un peu avec algorithme ( sic) je vais développer...

un temps de passage aux toilettes ( j' ai oublié le temps des chaussons avant le temps d'acceuil)

un temps de regroupement en grand-groupe ( je vais développer)

un temps de travail sur fiche qui équivaut à une fiche un élève.



Seulement voilà, entre les absences nombreuses en petite section selon les secteurs où j'ai exercé, les éditeurs de jeux didactiques pour 4 élèves qui doublaient leur commission, les budgets
photocopies restreints ( les dupplicateurs à alcool qui  te froissaient les nerfs( pour les anciens) , les
chaussons à mettre soit trop grands, soit devenus trop petits ajoutons les relances aux parents les mêmes gamins qui indexaient la prise des colliers en leader ( genre Raoul la terreur), les
passages aux toilettes interminables avec des coups deG sur les élèves qui subissaient ce système, un jour j'ai dit STOP.


Ce fonctionnement est inadapté à la gestion quotidienne de la classe tu y laisses ton énergie, tu passes pour BABA YAGA auprès des enfants et forcément des parents, tu plaques des enseignements
qui satisfont la famille parce qu'ellea un retour visuel alors que tu sais qu'intimement le môme n'a rien assimilé. C'est la politique de l'autruche.


J'ai pendant deux ans totalement supprimer les coins-jeux, c'est vous dire combien j'étais à cran de ne pas pouvoir répondre aux attentes des adultes.


Et puis j'ai eu la chance dans ma carrière, de rencontrer des gens qui envisageaient leur dispositif de classe autrement tout comme certains sur ce blog, de discuter, d'échanger, d'aller dans
leur classe (c'est possible faut juste insiter auprès de l'IEN! Quand je dis incister, c'est INCISTER!!!!)


Et surtout j'ai eu cette opportunuîté qu'offre la toile d'aller sur le blog de ma collègue de circo "MATERNAILES" et là, c'est le décliic. SAUF que son organisation ne correspond pas à mon niveau
d'enseignement, que je n'ai pas les mêmes effectifs, que je n'ai probablement pas les mêmes paramètres sociaux qu'elle. Mais tout de même, sa demarche 


d'accueillir l'enfant et le mettre directement en activité me font prendre conscience que ce temps d'accueil qui peut se prolonger pendant 30 minutes et plus où + de 20 gamins arrivent
esseulés et via direct dans les coins-jeux sans consigne pendant que tu philosophes sur la gastro du dernier et que t'es parfaitement conscient qu'il faudra un cri de guerre traumatisant pour
ceux qui n'en ont pas besoin et que à la limite pour les autres c'est devenu une habitude ( rituel dîtes-vous) est totalement inutile et non professionnel : il ne répond pas aux besoins de
l'enfant.



Conclusion : Les parents ne rentrent plus dans l'école, un petit peu mais alors juste un petit peu pendant le premier mois, et comme de toutes les façons, l'enfant pleurera et que eux ont des
obligations, il va falloir très rapidement que ces chers parents se positionnent sur leur dispositif éducatif parental.


Ce positionnement qui peut paraître "non politiquement correct" permet une régularation de ce QUE VOUS VOULEZ ATTEINDRE: un temps d'accueil scolaire.


INTRA MUROS : vous alternez les responsabilités d'acceuil en fonction de votre démarche c'est à dire soit c'est vous qui êtes en classe parce que vous souhaitez présenter un nouvel atelier, soit
c'est votre ATSEM parceque les ateliers libres sont connus des enfants. Il faut trouver l'équilibre. Ce fonctionnement permet de valoriser chaque intervenant auorès de l'enfant et d'en déterminer
la fonction.


Bon Isa, je suis fatiguée et je vous laisse à ma première réflesion, aujourd'hui 2 enseignants absents.


J'ai remplacée ma décharge pour éviter un coup de feu parental. J'ai eu un remplaçant pour les ms/gs AVEC UNE PROCEDURE EVALUATION EN DEBUT DE SECTION POUR LES GS.


Je suis en retard sur mon travail de direction avec les élections des représentants de parents d'élèves au conseil d'école dont tout le monde se fout y compris les enseignants ( nota: mon point
de vue ne concerne que ma cirsonscription) 

isa 05/10/2012 20:11



et bien voilà un développement tout à fait sincère et argumenté. Toute la question est de savoir si le jeu est un temps d'apprentissage ou pas.... quand tu dis que tu les mets en activité
dés l'accueil , tu penses à quelle activité ? Je suis complètement d'accord sur le fait que le temps d'accueil peut être un temps dilué qui s'étire et qui n'aide pas à l'apaisement si
l'enseignant n'est pas présent ( dans son observation et ses échanges ). Ta radicalité envers les parents n'est pas mon fonctionnement, je pense que les parents peuvent tout à fait être
partenaires de l'école ( et je trouve dommage que les élections n'intéressent personne chez toi ) et que leur place doit être clairement identifiée. Evidemment, leur place ce n'est pas de tenir
la jambe de l'enseignant le matin, mais c'est notre rôle de leur faire comprendre. J'ai le sentiment que tu as eu des expériences malheureuses. Je ne sais pas ce qui est le politiquement correct,
chacun fait comme il le désire, ça s'appelle la liberté pédagogique et nous avons bien de la chance de l'avoir. D'accord avec toi pour ta référence web, Christine a  un site formidable et je
partage beaucoup de ses choix. Je comprends que le vendredi soir tu puisses être fatiguée, ça me rappelle ce temps. Profite bien de ton week-end !



maud 05/10/2012 00:41


et bien après avoir fabriqué des colliers pours les divers coins jeux il y a 3 ou 4 ans je les ai finalement laissés dans le placard.


En fait qu'est-ce qui nous gene dans les coins jeux ? le bruit que cela génère et parfois les disputes.


Pour autant leur bruit ne semble absolument pas les gener par contre mes coups de G... eux si!


les disputes elles font partie de la vie, apprendre à partager, à être ensemble, à s'inventer un monde, à discuter, à parlementer, à négocier, je pense
finalement qu'il ya plein d'apprentissages extremement importants et que restreindre le nombre empecherait.


Je pense même qu'en allant plus loin dans nos reflexions on touche du doigt à la toute puissance qu'ont les instits de décider ce qui est bien, ce qui est bon pour
l'enfant sans même parfois prendre le temps d'observer ces bouts de choux qui grandissent très bien dans leur joyeux bazar, sans même faire d'auto critique sur leur pratique.


le lacher-prise peut être bon surtout en maternelle, ce n'est pas le signe d'un manque de profesionnalisme au contraire je crois. 


Des regles bien sur il en faut elles regissent tout notre quotidien et plus vite on les integre mieux on vivra avec ou on saura les contourrner :))


par contre les contraindre sur leur plaisir je crois que la vie va s'en charger déjà bien trop vite pourquoi en rajouter une couche??


j'ai une école relativement privilégiée, hyper centre d'une grande ville, milieu socio-pro plutot haut, bref que des enfants rois, et bien ce n'est pas
l'appocalypse dans la classe et pas de collier qui régente le nombre d'enfants.


Par contre ce que j'ai instauré ce sont les plus ou moins désignés volontaires pour aller jouer aux puzzles, pour lire, pour jouer au coin eau (bon là j'ai limité à
6 à cause du nombre dispo de tabliers), quand jen vois qui s'énervent ou s'excitent  je les appellent pour venir jouer aux jeux plus calmes ou aux ateliers de manip et bien cela fonctionne
pas trop mal.


Une grande majorité délaisse les coins jeux pour faire autre chose de plus "Education Nationale" sans même s'en rendre compte car donné et fait de manière plutot
ludique et ressemblant à un bonus pour eux.

isa 05/10/2012 11:10



ah Maud, tu as avancé, tu reconnais que tes coups de G peuvent gêner tes élèves, je suis heureuse de te lire parce que je pense la même chose que toi et j'apprécie aussi que tu parles de
la manière de retirer un élève d'un coin lorsqu'il se montre trop agité, effectivement, celui-ci a besoin de se recentrer et de trouver le calme, rien de tel que les activités que tu désignes ,
et le coin eau a ma faveur. Ce coin eau qui fait si peur est un extraordinaire canaliseur, je crois qu'on se prive d'un outil absolument
nécessaire aux élèves agités quand on n'y a pas recours.


Oui, ça fait peur d'avoir de l'eau à disposition dans sa classe, oui , l'eau ça mouille, mais la peinture ça salit et pourtant on n'hésite pas à en faire faire ( enfin j'espère !!!).
Comme pour tout coin jeu, celui ci demande des règles strictes et claires, le plaisir que les élèves éprouvent est suffisant pour les inciter à les respecter. Les élèves trés agités sont des
enfants en insécurité, l'eau a ce pouvoir de les apaiser, ils retrouvent l'univers aquatique de leur vie embryonnaire, ce temps où ils étaient protégés de l'extérieur, ce temps où la plénitude
était totale, ils sont à la recherche de cette plénitude et l'eau les rattache à cet état. C'est pourquoi tous mes petits élèves surexcités n'ont jamais démenti cette attraction et j'ai bien des
fois "béni" ce coin jeu. Ils y apprennent la concentration, la maîtrise de soi, ce dont ils ont le plus besoin. 



Gwen 04/10/2012 23:50


Un grand merci à Isa, notre"super conseillère pédagogique" ! Que d'échanges!

isa 05/10/2012 10:54



à Jeudi prochain alors !!!!



syvie 04/10/2012 23:24


A vous lire ( plein de commentaires se sont ajoutés pdt que j'écrivais), cela donne envie de les lâcher ces colliers: effectivement, la régulation naturelle: l'installation, l'organisation
naturelle qui induit, j'aime becp cette idée et c'est vrai qu'elle me ressemble plus, que ss doute ces colliers sont un cadre pour "moi"...Alors je vais y travailler, m'y attacher  à
conserver cette liberté là tout en ayant des propositions plus alléchantes l'après midi...mais d'abord les obersver: 1ère phase!

isa 05/10/2012 10:54



Tu peux tenter l'essai pour voir en disant à tes élèves que tu veux voir s'ils sont capables de jouer ensemble sans être trop nombreux au même endroit sans colliers. Je crois qu'il ne
faut jamais hésiter à mettre les élèves dans nos questionnements, les solliciter pour un avis, ils se sentent toujours concernés. J'ai fait durant ma carrière des regroupements "Sauve qui peut" ,
c'est à dire que le bruit, l'énervement étant à son comble , j'arrêtais tout , vraiment tout quelque soit les activités, on se réunissait et je leur disais mon sentiment: " Voilà là ce n'est plus
possible, on n'y arrive pas, comment on pourrait faire pour que vous n'ayez plus besoin de parler si fort , de vous énerver les uns les autres, je vous propose de faire un grand silence un petit
moment ( ma fameuse gommette sur horloge servant de repère) et après on en discute".



sylvie 04/10/2012 23:04


Bon sang, mon commentaire s’est envolé car trop long (sic !).Depuis des années, je les utilisais ces colliers : ds le
coin chambre, garage, construction, cuisine. Le collier représente pour moi un référent sur lequel je peux m’appuyer et auquel le groupe adhère rapidt et qui franchement se gère bien vite tout
seul. Les enfts s’en emparent rapidt et si un copain ne respecte pas la règle(qui permet aussi de « faire » le groupe), il est vite rappelé à l’odre . Ce fonctionnement fait un peu
« flic » mais il y a pour moi d’autres objectifs : je trouve qu’il est plus facile de jouer à « imiter » dans un cadre tranquille, et oui donc réglementé. Je
m’explique : dans la cuisine, si les enfts sont trop nombreux, il n’est pas possible de mettre le couvert, des éléments sont par terre. Peut-être dois je me demander pourquoi , comment cela
se fait-il que cela ne s’auto régule pas tout seul….Par ailleurs, les coins jeux comme toute la classe, sont des occasions pour ranger, catégoriser, structurer : quand ils sont nombreux ds
les coins, la difficulté du rangement est plus grande, j’aime apprendre à un petit groupe d’enfts qui a joué à cet endroit à ranger chaque élément sur la photo, c’est pour moi l’occasion de leur
faire prendre des repères . J’observe que cette année( nouvelle classe, nouveau lieu), alors que l’an dernier mes petits élèves( pourtant bien remuants) se posaient, jouaient tranquillement ds
les coins et en ateliers autonomes, langage l’aprèm…, cette année, je n’ai pas encore mis les colliers en place ( je suis à l’écoute du blog, je m’interroge) et je dois dire que : à
l’accueil, ça va, après les activités ça va à peu près mais l’aprèm alors que l’an dernier c’était un moment privilégié, je me souviens de belles tranches de vie ds les coins (donc je pense que
leur imagination n’était pas brimée, il y avait un cadre c’est tout)….donc cette année pas évident mais je sais qu’il y a plusieurs raisons à cela : ils sont 26 l’aprèm, il y a l’habillage à
14h45-15havec mon atsem  puis ou « et » les enfts  peuvent dessiner, découper, jouer au
puzzles, maxicoloredo, coins jeux…..et je pense que c’est ce qui me fait un peu « péter les plombs », je rame pour travailler l’album langage depuis la rentrée, je prends un enft
individuellement et pendt ce tps, cela peut être un peu le bronx et au moment du rangement… à 15h30 habillage pour la récré…26 qui s’habillent.  Je
crois que je vais laisser l’album langage en suspens et le reprendre quand tout ce petit monde et cette maîtresse se seront posés……Ouf ! Non mais c’est vrai quoi, j’ai l’impression
d’être à l’usine, je vais prendre le temps de les observer, me pencher sur mes ateliers autonomes pinces à linge … sortir la pâte à modeler qui est encore ds son emballage ( grave erreur je pense
mais j’avais discuté avec 1 collègue l’an dernier qui l’utilisait becp plus tard afin que la classe ne soit pas jonchée de petits bouts), vite vite je vais la sortir car c’est vraiment
 qq chose qui les apaise. Par contre, l’album langage, comment faire ? Pas possible le matin : pas assez de temps avt ma récré ( nous avons
les escaliers à monter, le couloir….un quart d’heure de prépa habillage compris !!!), alors peut-être à la suite de mes ateliers pdt que les autres sont en jeux libres…. Mais ce qui se passe
l’aprèm ne va t-il pas se reproduire ?


Quand à mes colliers ???? J’observe encore mais je pense que je vais opter POUR mais la discussion n(est pas
close….


Ah j’oubliais, proche de mes coins, j’ai créé un feu vert qui se transforme en feu rouge ( au moment du rangement) et c’est
incroyable comme les enfts l’ont investi : "Maîtresse, t’as oublié lefeu Rouge" :là encore c’est un écrit qui est valable pour toute la classe, je n’ai pas à être en relation duelle (en
cas de conflit, de colère) et pour moi, c’est important.


Petite précision: je ne suis pas agent de circulation!!!! 



Par ailleurs, Je voulais juste vous demander si vous aviez autant d’enfts l’aprèm et comment vous gérez l’Album Langage précisément (quels ateliers pdt ce tps là ? même si je sais qu’Isa
fait des propositions sur le blog, je voulais avoir des conseils ? Merci

isa 05/10/2012 10:46



Mais tout à fait Sylvie, c'est comme ça que je vois notre débat, argumentation contre argumentation. Et à la fin, chacun ayant bien réfléchi à son positionnement se sent légitime dans son
choix.


Concernant l'album langage, c'est un choix pédagogique à faire. Pour le moment, tu sembles vouloir régler ton organisation, soit, c'est ce qui te semble prioritaire. Cela peut attendre
après la Toussaint, effectivement. L'album langage est pour moi un atelier d'activité à part entière, ce n'est pas un moment pris seule avec un élève, il y a un temps collectif avec un petit
groupe d'élève et puis chacun commente sa photo à son tour. Ce travail s'inscrit donc dans une répartition d'ateliers. Nous pourrions avoir une discussion à son propos pour des échanges de
pratique. Je vais programmer cela.



nolwenn2b 04/10/2012 22:02


Je suis entièrement d'accord avec Isa, je n'utilise rien non plus. Pour éviter les "embouteillages", je propose toujours plusieurs activités en parallèle et j'ai 6 coins différents.


Ce qui m'embête le plus, c'est que certains enfants ne vont jamais dans certains coins. Alors, au cours de l'année, quand je fais les ateliers, je prévois un groupe dans un coin particulier.
Comme cela chaque enfant les fréquente tous au moins une fois.

isa 04/10/2012 22:06



oui voilà encore une question interessante, faut-il que les élèves aillent dans tous les coins jeux ?



Isabelle L 04/10/2012 21:47


Outre les manipulations, explorations, je trouve que les coins jeux sont énormement porteurs pour les interactions et le langage. petits et grands  parleurs échangent, imaginent,
inter-agissent, j'adore les observer, c'est vraiment très riche !

isa 04/10/2012 22:05



oui bien évidemment ce sont des lieux de parole et d'ailleurs , c'est souvent désopilant, étonnant, charmant quand on prend le temps de les écouter discrètement.



emily 04/10/2012 21:39


je reviens ds la discussion: c'est sûr Isa que ce tapis est La grande nouveauté, la semaine prochaine j'ouvre le coin piscine /pêche aux canards à l'acceuil ( il est en atelier avec l'atsem cette
semaine) j'imagine donc que ce coin va vite devenir populaire et je me demande justement si ce coin va facilement "tourner" et si les enfants font facilement laisser leur place .... à tester!!!

isa 04/10/2012 22:03



j'en parlais aussi dans mon commentaire à Lydie, la piscine a un nombre de places, au début c'est vraiment l'attraction, c'est pourquoi je l'installais dés le premier jour de classe pour
éviter la grande nouveauté en milieu d'année. Il y a donc une régulation due aux tabliers nécessaires pour se protéger et ne pas être mouillé. Alors bien sûr l'adulte supervise, en général,
j'annonçais aux élèves à qui ils devaient donner leur blouse, du coup, ceux ci jouaient mais étaient conscients qu'un copain attendait et le copain savait que son tour allait venir , du coup, ça
se régulait bien.



cerise 04/10/2012 21:39


j'ai eu longtps des ps 2è année et ms: et je mettais des colliers. Cette année, des ps 1ère année et 2è année et 11 Ms : et je n'ai pas mis les colliers en place depuis la
rentrée !! je ne peux pas me résigner à limiter en nombre  l'accès au coin jeux ! peut-être en cours d'année? 


pourtant ce matin, un ms a mordu un petit 1ère année pdt l'accueil !! j'y ai pensé aux colliers (et d'ailleurs l'atsem aussi !!) mais je vais essayer de les attirer vers d'autres activités !!!


je ne sais pas comment tu faisais Isa ! mais la semaine dernière, un ms a mis de la pâte à modeler ds le coin chambre et la brossait (avec une brosse!!), alors la libre circulation ds les coins
!!! sans la paâaaaate à mmooooodeler SVP  hihih !! 


merci pour ce débat! je cogite je cogite 

isa 04/10/2012 21:59



ah oui bien sûr , c'est ce que je disais dans mon commentaire à Lydie, cela ne veut pas dire le grand laisser aller, pas du tout, il y a un cadre, des règles et une vie en société... Je
ne crois pas que les colliers règlent les problèmes de conflit.



Anne-Sophie 04/10/2012 21:34


Bonsoir,


Après des années d'essais (tous infructueux : colliers, pinces, tableaux etc...) je viens enfin de comprendre grâce à vous (ça n'est pas trop tôt!) que la solution la plus simple au "problème" de
fréquentation des coins-jeux était tout simplement de les laisser jouer librement... OUuuiiii !!!! Merci à tous de m'avoir enfin ouvert les yeux et vivement demain pour les voir évoluer en toute
liberté.


Ouvrez, ouvrez la cage aux coins jeux...

isa 04/10/2012 21:57



 tu nous diras ce que tu en penses !



Lydie 04/10/2012 21:20


Dans ma classe pas de colliers,pas de places limitées.Pour que certains coins ne soient pas trop surpeuplés je propose à côté de nouveaux ateliers et j'ai plus d'enfants aux planches et clous
qu'au coin poupées ou garage.Je pense que si l'offre est assez diversifiée la régulation se fait d'elle-même et je veux que les enfants aient la liberté de choisir ce qu'ils ont envie,de
recommencer le lendemain si ça leur plaît,d'emmener la poupée dans le coin bibliothèque pour lui raconter une histoire ou dans le coin cuisine pour la faire manger..La seule obligation est que
chaque chose soit rangée quand on a fini..Je suis pour la liberté dans ma classe tant que ça se passe calmement et en respectant les autres,on leur impose bien assez de choses en dehors alors pas
besoin d'en rajouter,je suis assez d'accord avec David.

isa 04/10/2012 21:55



en général, ce n'est pas facile de laisser les élèves vaquer où ils le veulent, d'abord parce que culturellement l'école renvoie l'image du cadre imposé, et donc dans ce choix , il y a
comme un sentiment de laisser-faire trop "risqué". Pour autant, le cadre est bien là, mais il est induit, c'est à dire que l'installation, l'organisation matérielle, les objets proposés sont
pensés, l'enseignant aura anticipé les réactions de ses élèves ( exemple : au coin poupée, il est préférable de proposer des vêtements en nombre suffisant pour éviter les disputes), tout ce qui
est proposé dans ces coins aura fait l'objet d'une réflexion sur l'utilisation qui va en être faite. Ensuite l'observation va permettre de réajuster, (exemple: le téléphone a du succés mais c'est
la "foire d'empoigne", qu'est-ce que je fais ? Je tente d'en trouver quelques autres et je les disperse dans la classe pour éviter l'attroupement au même endroit ou encore ils sont trop nombreux
dans tel coin, je réduis encore l'espace de ce coin pour qu'ils se limitent eux-mêmes ou inversement j'agrandis ce coin , après tout il a du succés, il peut avoir droit à plus d'espace que je
prends sur celui qui est moins fréquenté ). Il est toujours intéressant de regarder la répartition et de remettre en question certains coins.


pour la piscine, mon système était le nombre de tabliers, il y avait donc là un régulateur comme pour les colliers, dans le cas de ce type de coin ( comme l'ordinateur), les scénarios de
jeu ne sont pas du même type que dans la cuisine, la chambre, les voitures, ils sont naturellement à nombre limité puisqu'il y a une histoire de places.



Gwen 04/10/2012 21:02


Si après la sieste pour les Petits, après l'atelier pour les Moyens et ponctuellement en atelier, et ceux qui "décrochent" de leur atelier ont l'autorisation d'y aller.

isa 04/10/2012 21:27



C'est compliqué avec 32 ....



Valérie93 04/10/2012 20:48


Oui EMilie je te rejoins moi aussi je n'ai pas ni collier ni pince à linge dans ma classe, j'ai eu une année des toques de cuisinier pour faire la cuisine, mais les autres enfants pouvaient
entrer comme dans un restaurant, les toques ne servaient pas à réguler le flux des enfnats. J'ai remarqué aussi que lorsqu'une nouvelle activité est proposée elle attire les enfants comme des
mouches ( cette semaine le coin eau... j'ai proposé en même temps une pêche aux canards abv  des vraies cannes à pêche et du coup plus de bouchons au garage et m^me personne à la cuisine!!!
En m^me temps il y avait un atelier jeu de société avec moi et des ateliers autonomes qu'il faut que je renouvelle d'ailleurs.


Oui parfois il y a ces moments magiques où ils sont tous en train de bidouillé, d'essayer et c'est vrai que ma classe est parfois un peu bruyante mais reste acceptable pour pouvoir travailler.


Les colliers peut-être, rassurent plus qu'ils n'assurent...


Evidemment il y a des fois où j'interviens et je dis ouh là là il y a un embouteillage ici que se passe-t-il? Et on trouve ensemble une solution...Ou bien: Tiens il n'y a personne au garage...


 


Message pour Isa: mon petit garnement s'est excusé et a été sage comme une image aujourd'hui...merci!!

isa 04/10/2012 21:03



trés contente pour toi et pour lui aussi.



Fred 04/10/2012 20:40


Du haut de mon immense expérience, j'ai testé les deux, avec et sans.


Ma première année, débutant, j'ai suivi les 5 ou 6 collègues de PS de l'école (oui, c'était l'usine) et ai installé des colliers. Mais finalement, j'étais confrontée aux problèmes décrits par
Emilie44.


La deuxième année, j'ai donc abandonné tout ça et ça s'est très bien passé. La classe était pourtant bien plus petite que l'année précédente (bon, j'avais aussi moins d'élèves, 23, en rrs contre
30 l'année d'avant). Si un enfant posait problème, pof, il sortait du coin pour quelques minutes (et bien souvent il était tout penaud et tout calme quand il avait le droit d'y retourner, héhé
!).


Il n'y avait pas de "fermeture" des coins, les élèves y allaient quand ils avaient terminé leurs ateliers, à l'accueil, après la sieste... La régulation se faisait toute seule, entre la cuisine,
le garage, les legos/kaplas, les puzzles, les dessins et les livres (qui pouvaient être "lus" partout dans la classe, même sur l'estrade réservée à la maîtresse pendant les regroupements ! :o !).


En PS, je ne pense pas que les colliers soient bien utiles, ça n'empêche pas de devoir intervenir ("maîtresssssse, Victor il est dans la cuisine et il a paaaas de collier") et les coins-jeux sont
en général super développés, permettant d'accueillir tous les élèves d'une classe en même temps (si on compte le dessin et les livres), donc des colliers ne jouent qu'un rôle de répartition qui
se fait pourtant naturellement sans (quand y a plus de place autour de la table de la cuisine, ben y a plus de place, hein !) [contrairement aux classes de MS ou GS où là, du fait de la place
réduite des coins jeux, des colliers peuvent être nécessaires], je ne suis pas certaine d'être bien bien claire... Hum.

isa 04/10/2012 20:47



si si Fred tu es trés claire ! Tu penses que les grands et les moyens ne pourraient pas se réguler comme les petits ?



Gwen 04/10/2012 20:31


Je n'ai jamais éprouvé le besoin d'utiliser des colliers dans les différents coins de la classe. Lors de l'accueil, et en fin d'après-midi, les élèves se répartissent eux-mêmes dans les coins.

isa 04/10/2012 20:47



pas dans la journée donc ?



Sophie (pas si) sage 04/10/2012 20:12


Isa, tu réponds déjà dans ta question : les coins-jeux sont une activité à part entière où des apprentisages se font et où les enfants peuvent explorer le monde qui
les entoure ...


Que dire, à part, laissons les jouer tranquillement à la maternelle (surtout en PS et MS) car après, ça sera fini, y'aura quasiment plus de jeux en élémentaire
!!!!!

isa 04/10/2012 20:28



sauf que l'air du temps est au jeu pour apprendre, cela semble être une évidence maintenant !



Emilie44 04/10/2012 20:07


Oui Joëlle, c'est tout à fait ça. Il faut accepter de ne pas être l'enseignant omniscient qui maîtrise tout ce que font ou disent ses élèves... Ca, c'est impossible
et on s'use à essayer de le faire! lol Mais quand même, avec une bonne préparation des ateliers autonomes et de l'organisation des coins-jeux, on induit quand même pas mal le comportement des
enfants.


 


Cette semaine par exemple j'ai introduit de nouveaux ateliers (ceux qui ne sont pas encore présentés en regroupement ne sont pas accessibles pour l'instant), ainsi
que ma table à sable lumineuse. Du coup, je me suis fait la remarque plusieurs fois que tous mes élèves étaient occupés calmement à une activité d'apprentissage (à parler entre eux dans les
coins-jeux, à faire un atelier de manipulation, à faire l'atelier d'eau avec mon ATSEM, la table lumineuse avec moi ou bien à regarder les autres faire)... C'est important aussi de regarder les
autres enfants faire une activité. Enfin bref, tout ça pour dire que je n'avais pas l'impression d'avoir autant d'enfants dans ma classe, puisqu'ils avaient tous trouvé une activité
d'apprentissage qui les intéressait.

isa 04/10/2012 20:39



eh oui, tu as beaucoup préparé matériellement ta classe et là tu savoures !!! en quelque sorte. Il ya quelques années , déjà un bon nombre d'années, nous avons eu une conseillère
pédagogique en EPS qui a introduit les fameux ateliers gymniques, le principe était que le milieu devait être inducteur, la réflexion était en amont, l'enseignant installait ces ateliers ( nous
on le faisait toutes ensemble pour gagner du temps) et ensuite les élèves investissaient les ateliers comme ils le souhaitaient , aucun groupe, aucune consigne, et pourtant énormément
d'interactions, d'imitation, de régulation ( jamais d'attente contrairement aux groupes souvent formés en EPS et qui tournent sur un atelier). Si l'objectif visé n'était pas "compris", c'était
notre faute, et nous devions réfléchir à nouveau à l'installation des ateliers pour continuer et faire progresser nos élèves. J'ai toujours gardé ce fonctionnement et j'ai toujours constaté les
progrés (induits et non exigés) , du coup les élèves se surpassent. Je crois que les coins jeux fonctionnent ainsi, ils doivent être inducteurs de création.



Joëlle 04/10/2012 19:46


Je rejoins le fonctionnement d'Emilie 44, mais cela nécessite l'acceptation de ne pas régenter son groupe-classe ce qu n'est pas une évidence et d'intégrer que ces activités dite"libres",
"autonomes" sont des véritables temps d'apprentissages.

isa 04/10/2012 19:49



peux-tu développer ? 



Emilie44 04/10/2012 19:30


Isa, tu m'as demandé plus haut pourquoi je n'utilisais pas de système genre collier. J'y suis passée, quand j'ai débuté en maternelle, je me souvenais bien de mes
propres années de maternelle avec ces petits colliers faits avec de la laine et des petits ronds de carton. Je m'en souviens très bien, pourtant c'était il y a 30 ans! lol


 


Au début, j'ai eu des GS, j'ai donc fait des colliers, sans me poser trop de questions. Ensuite, j'ai eu des MS et des PS-MS, j'ai opté pour des pinces à linge.
J'avais collé dessus des images qui représentaient les coins-jeux, je trouvais ça moins dangereux que les colliers qui peuvent étrangler si des enfants chahutent et tirent dessus. Les problèmes
que j'ai rencontrés étaient au final les mêmes avec les colliers ou les pinces :


- certains enfants allaient dans les coins sans collier;


- d'autres attendaient très longtemps pour aller dans leur coin préféré et au final on ne leur donnait pas le collier (les enfants n'avaient pas de notion de qui
avait attendu plus longtemps que l'autre);


- certains enfants tête en l'air oubliaient d'enlever le collier et allaient dans un autre coin (ils en mettaient deux sans problème) ou alors ils partaient à la
récré ou chez eux avec (c'était encore pire avec les pinces car ça passait assez inaperçu...);


- il y avait toujours des enfants mécontents de ne pas avoir pu aller dans tel coin-jeu;


- il fallait toujours que j'intervienne pour régler des problèmes (enfants qui restaient trop longtemps sans prêter le collier, enfants qui s'imposaient sans
collier, enfants qui étaient dépités que leur copain n'ait pas eu lui aussi un collier pour jouer avec eux... etc);


- Mon problème était aussi la durée de jeu dans chaque coin qui est différente (ça ne prend pas le même temps de lire un ou deux livres, de faire un jeu sur
l'ordinateur, de jouer aux kaplas... etc) alors comment faire : avec un signal pour tourner, certains n'ont pas fini leur activité, d'autres ont eu le temps de se lasser. Sans signal, les enfants
qui quittent un atelier n'ont pas forcément une place dans un autre et du coup sont parfois désoeuvrés si le reste les intéresse moins.


 


Et puis j'ai fait ma première année en PS purs l'année dernière, je n'avais pas envie de me mettre cette pression en plus du reste (c'est assez stressant quand on a
des PS pour la première fois! ^^). Du coup j'ai tenté les coins-jeux sans colliers et sans places limitées et ça s'est hyper bien passé! Ca me laisse du temps pour le reste, et aussi du temps
pour les observer jouer dans les coins-jeux. Pour moi ce qu'ils font dans les coins-jeux compte tout autant que ce qu'ils font en ateliers dirigés : ils développent leur langage, leur habileté
manuelle, la relation à l'autre et le respect des règles de la vie collective.


 


Voiolà, j'espère ne pas avoir été trop longue!!! lol

isa 04/10/2012 19:39



non tu n'as pas été trop longue, c'est intéressant et si tu veux encore ajouter des choses , c'est permis. Je
suis bien-sûr d'accord avec toi, personnellement je n'ai jamais utilisé de colliers, jamais de toute ma vie d'instit mais quand je lis tous les documents qui traitent des coins jeux, je vois
assez régulièrement cette pratique, il semble que ce soit général et même conseillé. Je comprends donc bien que les collègues l'utilisent. Ce débat doit permettre de se faire une idée, je suis
pour le libre-arbitre et l'esprit critique, je ne dis donc pas :" abandonnez vos colliers" , je dis :"pesez le pour et le contre, reprenez les objectifs de vos coins jeux et choisissez"



david 04/10/2012 19:23


Oh ben non, c'est trop crado sinon !! Sinon, dans notre pays d'élevage de canard à foie gras en veux-tu-en-voilà, cette histoire nous fait bien rire... "HHHHHHMMMMMM c'est bon le canard"
ont-ils tous dit en coeur !! Il a bien fait de faire miaou miaou l'affreux jojo !

isa 04/10/2012 19:27



et les affreux jojos de la classe ont compris le message ?



david 04/10/2012 19:14


Mais j'aurais pas été contre une solution "une fois par semaine" !

isa 04/10/2012 19:17



c'est toi qui vois 



david 04/10/2012 19:13


Ah ben moi je l'ai fait ce soir en partant ;-)

isa 04/10/2012 19:15



ça prend 10 mn à peine !



david 04/10/2012 19:07


Pas de collier à la paternelle, qui n'a pas spécialement de grands coins ni une grande classe... Pareil, la régulation se fait d'elle-même et j'interviens peu pour ce genre de problème... Les
enfants se répartissent entre les constructions, le garage/tapis/voitures, la dinette/poupée, le coin bibliothèque, les puzzles et les dessins. C'est possible à l'accueil, quand un atelier est
terminé et quand il pleut. Je trouve qu'il y a bien assez de choses imposées pour avoir à en rajouter... Et même, au début, je réexpédiais les convois exceptionnels de voitures et autre trains
roulant sur les banquettes du coin livre vers le tapis, et puis... ma foi, tant que ça ne gêne personne, je ne dis plus rien :-) Ils sont à fond dans leurs histoires et n'embêtent personne !
Pareil pour la lecture aux poupées ! Sinon, j'avais une autre question du jeudi : après une première journée coin-eau, je me demandais si tu changeais l'eau tous les jours, ou si tu mettais
genre 3 gouttes de javel ou autre truc autorisé (la javel ça me semble pas du tout autorisé...)

isa 04/10/2012 19:11



l'eau est  changée tous les jours , mon cher David ! Petite manutention que je faisais en arrivant le matin, je vidais ma piscine , je l'essuyais et je la remplissais
ensuite. 



sylvie L 04/10/2012 18:37


sans nombre non mais sans collier oui ! Isa, je crois voir où tu veux en venir...tu ne serais pas contre les colliers ? en fait, je pense aussi que nos colliers sont mis en place car nos coins se
sont pas bien grands et que nous n'avons pas toutes une super grande classe !

isa 04/10/2012 19:07



c'est vrai que j'ai mon opinion et je l'ai déjà exprimée  de nombreuses fois, je suis pour le déplacement libre d'un coin à l'autre, les objectifs de ces coins sont de permettre
l'exploration, le développement de l'imaginaire, l'imitation, l'autonomie, la prise d'initiative, la création, je pense qu'effectivement
l'utilisation de colliers présente un désavantage important pour la libre circulation des enfants qui créent, ils créent des scénarios et avec le système des colliers, ceux ci doivent être
limités dans le temps et l'espace. Le fait qu'il soient trop nombreux dans un coin doit être l'occasion de discussions mais aussi faire s'interroger l'enseignant sur les autres endroits de la
classe qui ne sont pas investis, pourquoi ? Qu'est-ce qui fait que les élèves se retrouvent tous au même endroit ? Je ne pense pas que la grandeur des coins justifie ce système, je pense que la
question est ailleurs dans une organisation générale. Si les élèves peuvent refaire autant de fois qu'ils le veulent les activités dirigées et libres, si celles-ci sont suffisamment
intéressantes, stimulantes, si la diversité  et l'équipement des coins-jeux sont suffisants, les élèves se réguleront naturellement. Certains enfants ont besoin plus que d'autres de jouer
l'imitation, ils trouvent dans ces jeux un moyen d'apaiser les tensions qu'ils vivent chez eux. Maintenant après avoir dit tout ça, j'ai tout de même envie de comprendre vos motivations , vos
arguments et laisser à celles et ceux qui hésitent la possibilité de se faire leur propre opinion. C'est le but des débats.



emily 04/10/2012 18:27


merci pour ta question Isa car c'est une de mes questions du moment!! Je n'en ai jamais mis en place,  je trouvais que la régulation se faisait d'elle même; mais depuis la rentrée j'ai un
nouveau coin voitures et mon grand tapis attire beaucoup d'enfants; c'est le seul coin où il y a du bruit et de l'agitation, du coup cette semaine je l'ai rangé :-(


je me dis que les colliers auraient sans doute leur utilité, mais j'aime que les enfants aillent librement dans la classe.

isa 04/10/2012 18:45



comment faire en sorte de réguler sans brider l'imagination ? Ce tapis est nouveau, il attire forcément et tant mieux , cela veut dire que tu as bien choisi. Finalement, si tu apportes
une seule nouvelle chose, tu crées un "appel d'air". Alors ?



Marité 04/10/2012 18:17


Oui, 4 colliers de nouilles, je suis pour ! Deux pour nos épousés et deux pour nous Isa !!!
GROS BISOUS ma Copine


(C'était juste pour faire baisser la tension...)

isa 04/10/2012 18:18



où tu vois la tension ? moi je vois l'attention ! bisous Marité



sylvie L 04/10/2012 18:02


Pour l'instant , je n'en vois pas beaucoup mais je ne suis en PS que depuis 1 an ! je dirais qu'il faut surveiller si les enfants présents dans les coins ont bien leur collier, bien leur faire
comprendre la règle imposée et qu'i n'y ait pas de "passe droit" (genre :" je donne le collier à ma copine uniquement)


Mias peut-être que dans quelques temps, je ne mettrai plus de colliers et je les laisserai jouer avec une seule contrainte : le nombre d'enfants à respecter.

isa 04/10/2012 18:04



est-ce que tu as déjà essayé sans nombre, sans collier ?



Sophie (pas si) sage 04/10/2012 17:58


J'ai à peu près le même fonctionnement qu'Emilie44. Chez moi aussi c'est libre, ils peuvent jouer ou "travailler" avec un adulte (Atsem ou moi) ou en autonomie (avec
les plateaux de travail individualisé) à n'importe quel moment de la plage horaire consacrée aux ateliers ou au moment de l'accueil. Et le flot d'enfants se régule tout seul au sein de la
classe.


Si jamais il y a "attroupement" dans un coin-jeu, je propose aux enfants de prendre un plateau de travail ou j'ouvre un atelier de manipulation (pince à linge, pâte
à modeler ...) Et ils sont ravis d'y participer.


Pour moi utiliser des colliers ou autres, c'est une ENORME contrainte. Je n'ai pas envie de passer mon temps à surveiller combien de temps passe les enfants dans tel
coin.


Et en plus, un enfant donné peut avoir envie de jouer un temps très long un jour J et le lendemain prendre des plateaux de travail. 

isa 04/10/2012 18:02



est-ce que tu considères que le coin jeu est une activité à part entière, une activité d'apprentissage, une activité d'"exploration" ?



IsabelleS 04/10/2012 17:49


C'est vrai. Ca se vérifie tous les jours. Et puis ils savent que si il y a trop de bruit, un autre enfant pourra prendre la place.

isa 04/10/2012 17:53



Maintenant quels sont pour toi les inconvénients du système collier ?



sylvie L 04/10/2012 17:46


J'ai remarqué que si on les laisse librement dans les coins (sans les colliers, casquettes..) , les enfants ont plus de mal à intégrer les règles, sortent du coin à contre coeur tandis qu'avec
cette règle , ils sont rappelés "à l'ordre" par les autres enfants

isa 04/10/2012 17:50



est-ce que quand un enfant est au coin cuisine , il peut aller dans un autre coin en continuité ou est-ce qu'il devra attendre à nouveau ?



IsabelleS 04/10/2012 17:44


le matin, à l'accueil, ils se gèrent tout seul


Dans mon organisation de la semaine, il y a un temps pour ces coins dans l'après-midi, et là je regarde qui est passé. Il y a souvent un groupe avec moi et pendant ce temps un autre va dans les
coins et puis après ça tourne.

isa 04/10/2012 17:51



le matin, ils n'y vont qu'à l'accueil , c'est ça ?



sylvie L 04/10/2012 17:39


réponse à la question d'Isa : les avantages : autonomie, respecter  l'autre, attendre son tour, faire preuve de patience, dénombrer,coopérer....

isa 04/10/2012 17:41



est-ce que tu crois que lorsque les élèves sont autorisés à aller où ils veulent, ils ne bénéficient pas de ces avantages ?



IsabelleS 04/10/2012 17:29


Pour moi, c'est 4 tabliers pour la cuisine et 4 casquettes pour les constructions , 6 pour la bibliothèqueet on tourne de façon à ce que ça ne soit pas toujours les mêmes.


Ca marche très bien avec des PS/MS et des MS

isa 04/10/2012 17:39



comment organises-tu justement cette "tournée" ? Quels sont les critères et les repères pour que  les élèves sachent qu'ils doivent "tourner" ?



Isabelle L 04/10/2012 17:24


Je n'ai pas de restriction d'entrée aux coins jeux, ils y vont quand ils veulent et comme ils veulent, seule règle : si tu fais trop de bruit, tu sors ! Cela se passe bien, avec une intervention
(rare) s'ils sont trop nombreux. La seule fois où j'ai mis en place un système comme celui-ci, c'était pour un coin construction avec des briques geantes en carton. Je n'en ai pas énormément et
je voulais qu'ils aient et la quantité et l'espace pour construire. J'avais donc mis en service des dossards jaunes, c'étaient les gilets obligatoires pour aller sur le chantier ! Il faut dire
que l'école est en travaux !


Pour moi, ces systèmes sont très contraignants, car des enfants oublient d'enlever les colliers quand ils vont dans un autre coin, monopolisent les coins, et ceux qui ont très envie d'y aller y
vont tout de même, en plus il faut que les ps dénombrent quand il s'agit d'affichette (2 ça va mais 3 ou 4 c'est pas gagné !) et cela ne permet pas à l'élève d'aller au coin bibli avec bébé pour
lui raconter une histoire !


Je n'ai pas l'impression que cela règle les problèmes liés à l'occupation des coins, mais c'est un opinion qui me correspond, ce n'est pas un jugement de valeur.

isa 04/10/2012 17:37



finalement tu observes que la régulation se fait naturellement, pourquoi d'après toi, d'autres collègues pensent qu'il faut qu'elles régulent ?



sylvie L 04/10/2012 16:31


je les laisse gérer touts seuls......en cas de conflit , j'interviens ....Et puis j'observe, si un enfant est toujours au coin garage par exemple, j'essaie de lui montrer le coté intéressant d'un
autre coin jeux.

isa 04/10/2012 17:21



quels sont pour toi les avantages de ce système ?



sylvie L 04/10/2012 14:48


Alors le matin pendant le temps d'accueil , les enfants vont librement dans les coins jeux (le nombre est donc limité avec les casquettes ou les colliers ) et comme indiqué plus haut, on tire la
boite à musique qui signale qu'on doit laisser la place à un autre enfant . 


ces coins jeux sont "ouverts" tout le temps  mais seuls les groupes ayant travaillés en autonomie peuvent ,une fois leur travail terminé , aller dans ces coins mais aussi faire des ateliers
jeux en autonomie, faire des dessins au tableau.....


les deux autres ateliers "dirigés" eux, doivent prendre un livre une ofis le travail fini. Ce qui permet de ne pas avoir un niveau sonore trop fort ! et comme les ateliers tournent sur la
semaine,tout le monde peut profiter des coins jeux. 


l'après-midi, les enfants peuvent aller librement jouer dans les coins jeux à condition de parler à voix basse pour ne pas réveiller leurs camarades qui dorment !! pas toujours facile ! Emilie a
raison , il faut rendre plusieurs coins jeux attractifs : garage, constrution, coin eau, coin "sciences", coin poupée......ce qui évite les petites empoignades !


 

isa 04/10/2012 14:58



ce que je voulais dire , c'est comment tu supervises les changements de colliers ?



sylvie L 04/10/2012 14:25


c'est vrai en cas d'invasion de poux, on range quelques temps les casquettes !! Et puis, les garçons mettent volontiers les colliers au coin poupées et les filles les casquettes au coin garage

isa 04/10/2012 14:29



comment gères-tu les changements de coin ?



christine 04/10/2012 13:05


collier=cuisine, chambre et casquettes = garage? euh je repense à l'article de l'autre jour sur égalité filles garçons....au fait un pou c'est sexué?lol

isa 04/10/2012 14:09







Emilie44 04/10/2012 12:06


Ah oui, sinon Sylvie, sympa l'idée des casquettes, mais tu n'as pas peur pour le partage des poux? lol

Emilie44 04/10/2012 12:05


Chez moi pas de collier et pas de restriction de nombre d'élèves dans un coin jeu. J'ai 29 PS et je n'ai pas eu de souci depuis le début de l'année. Les enfants se
régulent d'eux-mêmes, mais pour que ce soit possible, il faut une "offre" variée : plusieurs coins-jeux autant attractifs les uns que les autres, des ateliers autonomes avec des règles
d'utilisation bien claires pour ne pas avoir à intervenir sans arrêt.


 


Mes élèves ont 3 types de moment dans mon emploi du temps : des temps de regroupement (tous ensemble sur les bancs), des temps où ils sont en ateliers dirigés (par
moi ou l'ATSEM) et des temps en autonomie où ils peuvent jouer dans les coins-jeux ou faire des ateliers autonomes ou faire des jeux de société (réinvestissement sur des jeux déjà faits avec un
adulte).


 


Donc mes coins-jeux sont utilisés pendant presque toute la journée, puisque les enfants qui ne sont pas en atelier dirigé peuvent y aller. Cela permet d'avoir moins
d'enfants (certains sont avec moi ou mon ATSEM, d'autres font des ateliers ou des jeux de société sur les tables). Le niveau sonore est acceptable, il n'y a pas de débordements.


 


Quand un enfant a fini son atelier dirigé avec moi ou mon ATSEM, il peut s'insérer dans un coin-jeu ou faire une activité autonome, d'autres font le chemin inverse
pour me rejoindre quand il y a des places libres à l'atelier dirigé.

isa 04/10/2012 12:09



peux-tu nous expliquer pourquoi tu n'as pas choisi les colliers ou autres systèmes ?



Carine 04/10/2012 11:26


Je trouve l'idée de la boite à musique excellente pour faire tourner les coins jeux.... je vais essayer de mettre ça en place!!!

sylvie L 04/10/2012 11:19


Avec mes PS et MS, j'ai mis en placepour le coin poupées,  4 colliers avec élastiques que nous avons fabriqué ensemble en faisant des algorithmes (j'ai pris de l'élastique car j'ai peur
qu'ils s'étranglent! ) Pour que ce ne soit pas toujours les mêmes au coin poupées par exemple, on tire une petite boite à musique au bout d'un moment , qui indique qu'il faut laisser la place à
d'autres enfants. Pour le coin garage, je n'ai pas de colliers mais des casquettes , idem pour le coin construction.


les enfants sont habitués à ce mode de fonctionnement et tout se passe bien en classe . On apprend ainsi à attendre son tour et à  prêter !

Carine 04/10/2012 11:01


Oui, pardon, j'ai oublié de préciser que j'avais 29 PS!

Carine 04/10/2012 10:31


C'est une très bonne idée et une très bonne question. Je suis pour... et contre.


L'utilisation des coins jeux dans ma classe se fait essentiellement pendant la phase d'accueil où comme son nom l'indique j'accueille mes élèves, donc limiter l'accès des coins jeux à 4 élèves
permet de ne pas avoir trop d'enfants qui risquent de se chamailler quand je suis moins disponible pour "arbitrer". De plus ma classe étant petite, les coins jeux sont petits donc je n'ai pas
trop le choix.


MAis je suis aussi contre, car du fait de mon manque de disponibilité à l'accueil, certains enfants mettent un collier et ne le prêtent pas soit parce qu'ils n'y pensent pas soit parce qu'ils
n'en ont pas envie. Donc certains enfants, souvent les plus timides qui n'osent pas demander n'y ont pas accès, pour peu qu'ils arrivent à 8h40, ils n'y vont pas.


Les coins jeux sont parfois ouverts après les ateliers, mais là encore, les 4 plus rapides y ont accès et les autres non et là aussi, le temps pour jouer est relativement bref et je ne suis pas
disponible pour gérer le temps que chacun y passe puisque je suis en atelier dirigé.


Donc après réflexion, je laisse un accès plus libre aux coins jeux l'après midi après la sieste. ILs sont moins nombreux donc moins de risque de se marcher dessus et je peux intervenir en cas de
besoin soit parce que je joue avec aux, soit je fais un jeu avec un autre groupe mais je ne suis jamais loin. Ca me permet de vérifier si les règles de vie sont connues et d'y remédier si besoin.
Nous sommes encore au début de l'année et tous les enfants n'ont pas encore leurs repères dans la classe!


J'ai hâte de lire comment vous faites dans vos classes pour avoir d'autres idées...


Bonne journée à toutes!

isa 04/10/2012 10:51



peux tu nous dire quel est ton niveau de classe , Carine ?