la salle des maîtres: débat sur les séances d'EPS

Publié le par isa

 

salle des maitres

Bonsoir tout le monde,

Je suis heureuse de participer à cette première rencontre en direct.

 

Le déroulement du débat s’organise ainsi :

  1. Prise en compte de la situation-problème
  2. Questionnement
  3. Hypothèses de compréhension
  4. Hypothèses de modification de la situation et de fonctionnement qui s’appuient sur le diagnostic posé.

 

 

La durée est fixée (au maximum) à 2H.

Les règles sont le respect et la non-violence verbale.

Les principes sont la liberté d’expression et le non-jugement de l’autre.

 

Pour ce soir, le thème de réflexion porte sur :

L’organisation et la gestion des séances d’EPS

 

1.    La situation-problème est la suivante :

 

Léa a des difficultés en EPS. 

Ce mardi, c’est gym, elle travaille le saut.

Elle a disposé 4 ateliers de difficulté croissante avec des tapis de réception.

Les élèves sont par groupes, les 4 groupes tournent à raison de 7 mn par atelier.

Léa a rapidement expliqué les consignes.

Les élèves sautent les uns après les autres mais très souvent les uns sur les autres. L’agitation gagne.

Malgré les rappels de Léa ( ne pas faire mal, ne pas sauter sur le copain), les élèves poursuivent leur agitation au risque de se blesser.

Léa a l’aide d’une atsem qui temporise à son atelier.

Les garçons (surtout) sont particulièrement énervés.

Léa a exclu Kévin qui fait des grimaces et tente de faire tomber tous ceux qui passent devant son banc.

Le niveau sonore est à son maximum et Léa a une petite voix.

La pagaille s’empare du groupe.

Léa continue stoïque en regardant sa montre attendant l’heure où elle pourra clore cette séance en espérant qu’aucun accident ne se produise.

 

2.    Si des questions sur la situation émergent, je vous propose de commencer par celles-ci sachant qu’il s’agit d’une situation imaginaire.

3.    Je vous invite ensuite à réfléchir aux raisons possibles qui font que le groupe s’agite et que l’enseignante ne parvient pas à le rattraper.

4.    Qu’aurions-nous fait à la place de Léa ? De quels moyens dispose l’enseignant pour penser et organiser sa séance d’EPS afin de minimiser les risques de débordement agité ?

 debat-1.jpg

Pour conclure, nous nous retrouverons autour du verre de l’amitié pour inaugurer la saison « débat » du blog.

 

 

 

 

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

Joëlle 06/10/2011 18:48



Si, si, j'ai fermé, j'ai rouvert, j'ai re fermé et re ouvert, re re re femé et re re re ouvert, éteint et rallumé mon ordi mais... toujours pareil, je tombais sur une "vieille"  page (de
l'après-midi je pense).


Mystère..


Quant à ta proposition de dicussion autour de Léa, je me suis un peu sentie dans la peau d'une conseillère pédagogique !!! Si, si!!!


J'arrivais dans une école, je venais observer une séance avec une jeune collègue un peu "perdue" : qu'est-ce  qui n'allait pas ? qu'est-ce que je pouvais lui proposer pour l'aider ???


Je crois que je lui aurais dit aussi que, malgré les apparences, sa séance était compliquée pour des petits. Si l'objectif de sa séance était  "le saut", et qu'en plus, c'était la première,
elle y avait aussi mélangé deux autres compétences, bien difficiles (surtout en début d'année) : "je reste dans MON groupe" et "j'attends mon tour".


"Je saute" : on saute, en s'exerçant à plusieurs sauts


"Je reste en groupe" : on y va petit à petit, avec des jeux de relais, des jeux d'équipe simples.


"J'attends mon tour" : ça, c'est tout au long de l'année que ça s'apprend !


Et plus tard, on pourra mélanger les 3 dans une dernière séance !


Je pense qu'il ne faut pas brûler les étapes.


Dans ma classe, les consignes sont TRES SIMPLES, surtout en ce moment. En plus, avec le nombre d'enfants !


Mais attention ! Je reste TRES modeste : parfois, je passe à côté, et c'est le bazar, comme chez Léa !!!



isa 06/10/2011 19:58



L'analyse des pratiques , c'est ça, avoir la capacité d'observation, de décentration et de réflexion sur l'existant, en mesurer les erreurs et accepter le changement, c'est- à-dire
s'appuyer sur ses moyens propres pour la dépasser. Ce que chaque jeune doit entendre dans sa pratique , c'est que l'erreur induit le progrès, vouloir tout réussir est une attitude à nuancer, pour
être dans la capacité à surmonter ses erreurs.Mieux vaut parfois une bonne séance bien ratée, elle oblige à s'interroger et à déconstruire ses conceptions pour repartir sur du nouveau, de
l'inventé, du personnel.






Joëlle 06/10/2011 17:46



Ce qui me bloquait n'était pas un commentaire en particulier, mais ma connection en général !!! C'était plus grave !


Chaque fois que j'essayais de vous rejoindre, ne s'ouvrait que la page de l'après-midi (avec les  2 ou 3 commentaires laissés par les
collègues AVANT le débat). Impossible d'aller plus loin ! Même en faisant "CTLR +  F5" pour actualiser la page.


Par contre, je voyais bien que vous étiez en train d'échanger puisque cela s'affichait dans le  bandeau à droite "derniers commentaires".


Très énervant, et bien frustrant !


Alors, je suis allée faire autre chose, et je suis revenue vers 10 h 45.


 


Le temps de lire les commentaires et de rédiger le mien... C'était trop tard  il était plus de 23 heures !


 


Je ne sais pas si je suis la seule dans ce cas ?



isa 06/10/2011 17:55



tu n'as pas essayé de tout fermer  puis recommencer ?


c'était trés interessant cette discussion et je pense qu'il y a eu de bons échanges trés formateurs.


Je regrette que ce ne soit pas toujours facile à suivre, mais je me dis que si nous avions une discussion en direct,il y aurait peut-être moins de points de vuecar là chacune réflichit
dans son coin et apporte sa vision personnelle.


L'idée d'une situation imaginée permet un décentrage,et je  vois que Léa tout en étant virtuelle a été ménagée par les collègues , c'est dire le sentiment de solidarité qui
fonctionne ici !



Sev 06/10/2011 12:53



Désolée, j'ai regardé un autre débat hier soir, à la télé celui-là... mais le vôtre était aussi très intéressant.



isa 06/10/2011 13:00

Je n'avais pas regardé les programmes TV, j'ai réalisé hier matin !

Emilie44 06/10/2011 11:57



Bon, alors hier soir je n'ai pu mettre qu'un seul message et puis j'ai dû aller manger car c'était prêt... Mais j'ai tout lu attentivement ce matin!


 


Aujourd'hui pendant ma séance de sport j'ai repensé à ce qu'on avait dit, j'ai bien balisé les déplacements des élèves sur mon parcours, c'était beaucoup plus fluide
que les fois précédentes. J'ai mis une grande corde sur laquelle ils devaient se tenir pour faire la queue avant de pouvoir recommencer, ça a super bien marché!



isa 06/10/2011 12:18



les premiers effets de notre réflexion !



Julien 05/10/2011 23:13



Bonsoir,


je suis désolé moi aussi de ne pas avoir pu venir plus tôt pour participer à ce débat, mais je mets ce petit commentaire, qui montrera que cette fois-ci, sauf si j'ai mal lu, un garçon aura
légèrement participé, aura pointé le bout de son nez dans un débat, hein Isa ? Ca ta fait plaisir j'espère !!!


C'est génial ce débat, on partage et découvre plein de façons de faire, plein d'idées !


En eps, moi, le lundi, c'est expression artistique et corporelle, mardi, parcours de motricité, et le jeudi vendredi, activités (ateleirs souvent) que j'essaye de suivre sur les deux jours, sur
la période, un thème, lancer avec ballons, jeux d'opposition par exemple etc.


Le mardi, je fais le parcours en demi-groupe, l'autre moitié de classe est avec l'atsem en classe (à côté de la salle de motricité), c'est vraiment intéressant de pouvoir les observer, les
accompagner en "petit" groupe.


Je mets aussi un cerceau qui montre le début du parcours, ou des ateliers.


Il m'est arrivé d'arrêter le séance, s'ils étaient trop énervés, n'écoutaient rien, et de retourner en classe.


Autrement, il m'arrive (assez souvent) d'isoler les enfnats perturbateurs, en les faisant s'asseoir contre le mur de la salle, à différents endroits, ils n'aiment pas ça généralement, et
demandent s'ils peuvent revenir ! Et à la fin, j'espère de discuter avec eux: pourquoi est-ce que je vous ai isolé ?


Voilà quelques points auxquels je pense là maintenant !


Je vous souhaite à toutes (et à tous ?) une bonne fin de soirée, à+


Comme le dirait une collègue, en allemand, Viel Spass und Gute Nacht !


Julien


 



isa 05/10/2011 23:44



Ah un jeune homme dans la salle des maîtres, on y est arrivé !!!!


merci Julien pour tes idées et ta réflexion, je crois que nous avons bien avancé même si ce n'est jamais gagné et qu'il y a du chemin à faire mais réfléchir est déjà une
étape.



Joëlle 05/10/2011 23:03



Est-ce que je ferais une bétise si je n'organisais pas les ateliers comme Léa ?


C'est à dire : je prévois bien les 4 ateliers, mais en accès libre : les enfants les aborde dans l'ordre qu'ils veulent, et franchissent les obstacles comme ils le veulent. La maîtresse régule et
sécurise, empêche que certains passent devant les autres, l'Atsem sécurise l'atelier le plus risqué.


Moment exploration et découverte de ses capacités


Ainsi, si Kévin est plus à l'aise que les autres, il pourra "inventer" un passage plus périlleux, ou passer plusieurs fois à l'atelier le plus difficile, ou celui qui lui plait le plus.


La maîtresse repère les passages les plus intéressants, et au bout de qq minutes, tout le monde s'assoit pour voir ce qu'a fait Kévin, ce qu'a fait Nicolas, ou Maud, ou..., ou...


Puis tout le monde y retourne, en espérant que les plus timorés se seront inspirés de ce qu'ils ont vu.


Si c'est un première séance, cela me semble plus "libre" (un peu comme des manipulations libres de jeux en classe pour découvrir le matériel)


Mais j'arrive un peu tard... Désolée, je n'arrivais pas à "entrer" dans la discussion, je restais bloquée après les commentaires de cet après-midi...


 


 



isa 05/10/2011 23:42



Ecoute Joëlle , tu es arrivée tard mais tu as bien mûri ta séance, et moi je te suis les yeux fermés, effectivement l'avantage de la circulation libre donne une autre rythmicité et chacun
s'y retrouve. Contrairement à ce qu'on croit, les élèves se régulent trés bien d'eux-mêmes, voyant qu'ils ne peuvent passer à un atelier, ils se dirigent vers un autre où il y a moins d'attente.
De la même façon, le regroupement du milieu de séance donne l'occasion de parler et d'éclairer les attentes, les fameuses consignes et comme les élèves ont déjà agi, ils sont plus à même
d'accepter cette frustration de l'attente. Cela permet de définir les critères de réussite avec les élèves et éventuellement de lancer des defis pour mesurer les progrés, ceci au fil des séances.
Kévin a le droit d'agir et a besoin de comprendre qu'il a le devoir de respecter les autres, l'EPS est un merveilleux moyen de travailler la règle, avec ses jeux collectifs mais aussi ses règles
de fonctionnement. Comme je vous ai proposé une semaine de défi des règles, on peut imaginer mettre en place ce type de défi pour l'EPS, comptabiliser le nombre de transgressions de chacun,
lister les gestes dangereux avec eux, bref les aider à construire des repères de ce qu'est la transgression et le pourquoi du respect . Et puis, ce dont nous n'avons pas parlé ce soir mais qui
compte dans les apprentissages, c'est le droit à l'erreur, accepter l'erreur pour apprendre à la repèrer, la comprendre et la dépasser. Quels commentaires te bloquaient Joëlle ?



Myriam 05/10/2011 23:01



Bon, j'ai mis mes baskets et mon jogging pour rien...je ne fais qu'arriver! En revanche, je prendrai le temps de tout lire demain... Tchin tchin!



isa 05/10/2011 23:46



mais tu étais partie faire quel sport ?



maud 05/10/2011 23:00



bonne nuit les filles je suis épuisée aussi.


et pour ma dernière réponse :


oui Isa léa aurait mieux fait d'arreter sa séance, c'est aussi une forme de frustration pour les enfants !


ca leur permet direct de comprendre qu'ils sont allés trop loin et que la sanction tombe. et puis ca permet à la maîtresse de prendre du recul et de ne pas
s'enterrer et s'enliser toute seule.


ça permet aussi de réfléchir, peut-être même d'atteindre le niveau 4, d'en reparler en classe de reposer les règles, le pourquoi des règles.



isa 05/10/2011 23:29



oui tu as raison , il faut en reparler, il est important de verbaliser ce qu'on fait en eps et notamment du sens de la règle, pourquoi ne faut-il  pas sauter sur les copains ? Tout
doit prendre sens pour les petits, et nous avons parfois tendance à oublier d'éclairer ce qui nous paraît des évidences.



Cécile 05/10/2011 22:55



Bonne nuit à tout le monde et bon courage Stasia pour ton inspection



Stasia 05/10/2011 22:55



et tchin à toutes! Ou Sto lat comme on dit dans mon pays!


 


 



Stasia 05/10/2011 22:54



Maman vient de secoucher et moi je ne vais pas tarder, pour être en forme pour mon inspection de demain. Désolée de ne pa s avoir participé. Je viens de lire vite fait. Pour moi, cette semaine,
c'est chasse à l'ours, en essayant de respecter l'ordre des 7 obstacles à franchir. Un peu le bazard mardi mais aussi du plaisir et beaucoup d'action. Liaison imaginaire et situation réelle. Nous
avons nommé les ateliers avec les enfants. Demain, nous remettons les photos dans l'ordre et inchallah! Je prends le verre de l'amitié avec plaisir s'il n'est pas trop tard.


 



isa 05/10/2011 23:00



bon courage stasia et je vais penser à toi



Cécile 05/10/2011 22:50



Sinon, moi aussi, je dis "Zum Wohl" à tout le monde, car je dois hélas retourner à mes preps ! Quand j'ai mon fiston, je peux pas trop travailler la journée
!!



Solène 05/10/2011 22:48



Moi aussi, je vais vous laisser... Mes méninges ont travaillé toute la matinée sur le projet d'école et là ce soir avec vous :-)
Merci beaucoup Isa pour cette soirée et ces questions, tu m'as aidée à y voir un peu plus clair et à me forcer à me poser certaines questions. Au moins, grâce à toi, je me sens évoluer dans ma
pratique car réfléchir toute seule, ça ne fait pas beaucoup avancer. J'aurais aimé que tu sois dans mon école :-)


Aller "Santé!" à tout le monde! Je lirai les commentaires suivants demain soir.



isa 05/10/2011 22:50



bonne nuit Solène , dors bien et ne rêve pas trop de Kévin .... Santé !



Cécile 05/10/2011 22:47



Pour le parcours ? Je fais confiance à ma collègue de MG qui est chargée de l'installer !!


Pour la sécurité j'essaierai de réguler au mieux en espérant que l'atsem que j'aurai vendredi sera plus efficace que celle de lundi et de jeudi dernier
!


Car sinon je ne vaisd pas tarder à craquer, car j'ai aussi d'autres pb plus perso !



isa 05/10/2011 22:49



Alors bonne soirée Cécile et je lève mon verre à cette nouvelle saison de débat, je ne sais pas combien nous sommes dans la salle , je constate encore une fois que nous sommes entre
filles, mais bon on a fini par s'habituer, merci à toutes pour votre participation.



Isabelle L 05/10/2011 22:43



J'abdique aussi la fatigue me gagne ! Mais je n'oublie pas le verre de l'amitié :


"Tchin" à Isa et vous toutes !!!



isa 05/10/2011 22:44



tchin Isabelle et merci, je pense que nous avons dit beaucoup de choses et que Léa aura de quoi réfléchir sur sa pratique, le croisement de nos idées donnera à chacun des réponses à ses
questions et la réflexion continuera encore et encore...



Cécile 05/10/2011 22:36



Pour ma part, pas d'ateliers non plus pour l'instant ! On manipule les ballons de baudruche et les cereaux et on danse. Le parcours sera lancé en fin de semaine !


Trop de soucis à gérer mon petit élève et les atsem de mon école tombent comme des mouches et ne sont évidemment pas remplacées. 


Donc je change d'atsem tous les jours depuis une semaine !! Génial !!



isa 05/10/2011 22:40



tu vas travailler quoi ?



Solène 05/10/2011 22:35



ah oui, c'est un petit Kévin qui demande de la surveillance, tu fais comment en EPS ?
Ah oui, il demande beaucoup de surveillance. Alors en EPS, j'essaye de faire comme je peux... J'ai essayé l'exclusion, mais il ne reste pas en place ou trouve de quoi s'occuper. J'ai
essayé de le disputer, de lui expliquer gentiment, mais rien n'a marché jusqu'à maintenant...
Alors pour l'instant, il fait mais soit je suis toujours là où il se trouve pour agir au plus vite, soit c'est mon ATSEM, avec des moments d'exclusion du groupe. Et puis, maintenant, certains
enfants commencent à la réguler un peu aussi en lui disant : "Non Kevin, ce n'est pas ça. Non Kevin tu vas faire mal...3



isa 05/10/2011 22:40



le groupe se fédère autour de lui , c'est bien ,tu as réussi cela, Kévin va progresser, toi avec Kévin tu veux juste déjà atteindre le niveau 2 ( obéissance passive)



Valerie 93 05/10/2011 22:35



"dangereux" pardon et j'oubliai une chose importante quand je participe ou que Souricette la marionnette essaye de faire le jeu çà les motive drôlement surtout si c'est elle qui se
trompe...désolée je ne peux pas rester ....gastro à la maison!!!!!!!!!!! 



isa 05/10/2011 22:38



bon courage Valérie !



Valerie 93 05/10/2011 22:32



Pour gérer les ateliers en gym je confiais l'atelier "dangeureux" à l''atsem et moi je tournais sur les 3 autres ateliers soit pour relancer l'intérèt, soit pour observer les enfants, soit pour
sanctionner si transgression des 3 règles en gym: je ne fais pas mal, je ne double pas, je ne cours pas entre les ateliers. J'avais la chance d'avoir des petits très disciplinés dès le
départ...cette année mes moyens partent à 100 à l'heure en moins de 2! Donc je n'ai pas encore eu le temps de metttre en place des ateliers, pour l'instant on joue à des jeux de règles....



isa 05/10/2011 22:38



eh oui , mais tes jeux de règles peuvent servir de points de départ à un activité gym: pour ce jeu, nous avons besoin de savoir sauter, nous avons vu que vous avez eu des difficultés,
donc je vais vous aider à apprendre à sauter plus loin avec mes ateliers de saut.



Isabelle L 05/10/2011 22:28



il faut donc trouver 4 ateliers populaires, qu'en dis tu ? tout à fait d'accord mais pas facile ! régulation propsée par Edith intéressante
!



isa 05/10/2011 22:35



Léa aurait eu besoin d'idées pour faire de ces ateliers des ateliers motivants et qui permettent à chacun de se mesurer à lui même, en sachant ce qu'il a à faire et ce qui fait qu'il a
réussi ( les fameux critères de réussite , si importants) , personnellement , je distribuais des bracelets lorsque les élèves avaient réussi leur défi, cela me permettait de voir qui avait besoin
d'aide et d'encouragement.



Sonia 05/10/2011 22:27



je ne dédouble pas les ateliers, je dédouble le nombre d'élèves. Ainsi je suis plus à l'écoute de ceux qui font, de ceux qui ont peur, je peux plus facilement reformuler les consignes et au
niveau sonore forcément comme il y a moins d'élèves qui agissent ça va beaucoup mieux!!! Les élèves font moins longtemps mais ils font mieux, ils prennent plus de plaisir, le petit timide (celui
qui se fait tout le temps dépasser) comme le petit Kévin que l'on ne manquera pas de féliciter mais qui surtout se sentira "observer" et donc moins enclin peut être à faire n'importe quoi!!



isa 05/10/2011 22:33



Que font les autres élèves ?



Cécile 05/10/2011 22:26



Désolée pour le doublon ! ça plante grave chez moi  pour aprler comme les djeunes !!



vali 05/10/2011 22:25



je suis désolée , je m'en vais je suis trop fatiguée ! j'espère que ma séance d'EPS demain fonctionnera .... manipulation de cerceaux


bonsoir ! je lirai les autres commentaires demain !


 



isa 05/10/2011 22:32



bye Vali merci de ta participation!



Solène 05/10/2011 22:25



et si elle avait imaginé une histoire avec les élèves de sa classe sans qu'ils soient des animaux, qu'est-ce qu'elle aurait pu raconter aussi ?
Elle aurait pu raconter une histoire où les enfants sont dans un autre lieu... Je bloque un peu là...
Par contre, je suis d'accord, il n'est pas toujours facile de lier les activités motrices à l'imaginaire...



isa 05/10/2011 22:32



elle peut, je suis sûre qu'en cherchant bien ,elle peut trouver une situation problème, car c'est le point de départ, les élèves ont besoin d'avoir à trouver des stratégies, à être
confrontés à des défis pour apprendre et progresser.



edith 05/10/2011 22:24



Autorégulation des effectifs dans les ateliers:


Pour ma part, je dispose un cerceau pour montrer depuis où commence l'atelier et avant le cerceau, je dispose des petits morceaux de lino récupérés (taille 30 X20).
Ces plaques forment un petit train visualisé au sol qui invite les enfants à s'y installer, à les canaliser et à réguler le nombre de participant (suivant le nombre de plaques)



isa 05/10/2011 22:30



ah oui ,c'est un bon système. Nous n'avons parlé des critères de réussite et des moyens à mettre en oeuvre pour que les élèves mesurent leur progrés, qu'en dis tu ?



maud 05/10/2011 22:23



pour répondre à l'exclusion de kévin : oui je pense qu'il ne faut pas exclure un élève trop longtemps !


le problème c'est que pris dans le feu de l'action et bien on l'oublie notre petit Kévin, voire même on lui envoie des copains d'infortune (bon là c'est du coup très
vite la foire donc notre abandonné revient à notre esprit...)


Et je dis ça sans arrière pensée au contraire je pratique l'exclusion



isa 05/10/2011 22:29



il existe 4 niveaux concernant les règles;1 la transgression 2 l'obéissance passive 3 la compréhension de la règle et sa fonction 4 l'autonomie et le réinvestissement, bien entendu, notre
objectif est le niveau 4, nous ne pouvons nous contenter du niveau 2, nous avons des citoyens à former.



Cécile 05/10/2011 22:23



arff je me sujis trompée de touches


Donc je recommence après avoir vidé mes poubelles


Par exemple, si le premier atelier est du type sauter à pieds joints dans une succession de 4 cerceaux, on propose aux élèves deux rangées de 4 cerceaux assez espacés pour permettre aisément le
retour au départ


l'adulte peut éagelemnt se placer au mielieu ou juste derrière


Si le deuxièmpe exercice s'apparente au saut en longueur sur un tapis eh bein on procède sur deux tapis assez espacés aussi


Mais bon c'est vrai qu'il faut avoir le matériel qui va avec !! Et on n'a plus qe deux rotations àa faire mais on a toujours quatre groupes


 


Cette organisation est également valable en classe


 


 



maud 05/10/2011 22:19



penses-tu que c'était vraiment trop ambitieux ?


non, il suffit parfois de changer de place certains ateliers et là magie ça déroule plus facilement.


On se poste à l'atelier le plus dangereux, on pousse au tutorat pour aider ceux qui n'osent pas prendre de risque, on appelle au-secour si ça se trouve il y
aura bien une autre ATSEM qui voudra nous aider au moins pour cette fois.


Et puis surtout on arrête tout quand ça dérape, on reprend les règles de sécurité, les consignes...



isa 05/10/2011 22:27



autrement dit Léa aurait dû arrêter sa séance et ne pas attendre l'heure ?



vali 05/10/2011 22:19



pour répondre à l'exclusion de kévin : oui je pense qu'il ne faut pas exclure un élève trop longtemps !


 



isa 05/10/2011 22:26



tout à fait d'accord !



Solène 05/10/2011 22:18



ça sent le vécu !


alors il répond par un oui ou un non de la tête aux questions de la maîtresse sur les régles et elle le félicite qu'ils les connaissent aussi bien ... voilà comment je vois mon petit
Kévin qui ne dit que trois mots.
Oui, c'est le vécu de cette année. Sauf que mon petit Kévin ne répond même pas aux questions en secouant la tête... Il ne pousse que des cris et essaye de rentrer en contact avec les
autres mais de façon assez brutale... Je sais qu'il entend bien car des tests ont été faits, mais quand on lui parle il n'écoute pas, il rigole, il essaye de charmer, il détourne le regard si ça
ne marche pas, il crie... Bref, pour l'instant je suis dans l'impasse avec mon petit Kévin...



isa 05/10/2011 22:26



ah oui, c'est un petit Kévin qui demande de la surveillance, tu fais comment en EPS ?



Cécile 05/10/2011 22:18



Désolée pour la réponse tardive mais je suis allée vider mes poubelles


Donc pour le dédoublement des ateliers : en faite il faut penser à deux ateliers par exemple sauter à pieds joints dans des cerceaux et au lieu de faire une
seule ligne de 5 cerceaux par exemple, on en fait deux suffisamment espacés pour que les enfants puissent retourner faire la queue au départ.


Ensuite, pour le deuxième atelier par exemple, sauter loin, on procéde de manière identique. 


les deux adultes se placent au milieu de chacun des ateliers et donc en théorie c'est plus facile à gérer.


car il n'y a que deux consignes à faire passer, mais il peut y avoir quatre groupes comme les groupes de la classe. La réciproque est vraie pour la gestion
des ateliers en groupe classe !



isa 05/10/2011 22:25



merci Cécile, je vois



vali 05/10/2011 22:17



je rafraîchis très souvent la page en faisant contrôle F5 mais je n'ai pas la suite des commentaires ! je trouve cela très dur à suivre ...


 



isa 05/10/2011 22:24



c'est sûr que ce n'est pas idéal mais cela permet d'être lues demain par les collègues qui n'ont pas pu participer .



Isabelle L 05/10/2011 22:17



que penses-tu d'ateliers libres d'accés ?


Oui pourquoi pas mais il faut gérer l'attente aux ateliers "populaires" ! peut être trouver un systéme d'autorégulation des effectifs dans les ateliers, ce que je
n'ai pas trouvé encore !!!



isa 05/10/2011 22:23



il faut donc trouver 4 ateliers populaires, qu'en dis tu ?



vali 05/10/2011 22:15



on ne peut pas toujours lier les activités motrices à l'imaginaire ! il faut aussi respecter le sens des apprentissages ( on ne saute pas pour faire la grenouille mais pour  atteindre une
performance comme dans les APS ( activités physiques et sportives)


 



isa 05/10/2011 22:22



alors il faut trouver une situation problème qui donne la motivation nécessaire aux élèves pour apprendre à sauter, quoi par exemple ?



Béatrice 05/10/2011 22:13



Bon, je suis désolée, je ne vais pas pouvoir continuer, je suis fatiguée.


Merci Isa, merci à toutes pour cet échange. Je vais continuer à me réfléchir sur la question.
Bonsoir !



isa 05/10/2011 22:21



bonne nuit Béatrice et merci beaucoup, Léa va être plus heureuse demain en nous lisant !



Solène 05/10/2011 22:11



oui, l'imaginaire permet de poser une situation problème, enfin c'est comme ça que je vois les choses, qu'est ce que Léa aurait pu imaginer pour introduire le saut ?
Pour introduire le saut, Léa aurait pu travailler sur le déplacement des animaux et venir au déplacement des grenouilles ou des kangourous... (tout dépend si c'est sauter haut, loin,
par-dessus...). Puis elle aurait pu raconter une petite histoire avec des grenouilles qui doivent sauter à différents endroits. D'ailleurs, je me souviens d'un livre à compter où des grenouilles
essayent de sauter de leur nénuphar pour atteindre la berge... Il y en a une qui saute trop haut et se fait prendre par un oiseau, une autre qui ne saute pas assez loin et qui tombe dans la mare,
etc. Léa aurait pu lire ce livre et amener les enfants dans cette histoire en motricité pour sa séance de saut...



isa 05/10/2011 22:20



et si elle avait imaginé une histoire avec les élèves de sa classe sans qu'ils soient des animaux, qu'est-ce qu'elle aurait pu raconter aussi ?



Béatrice 05/10/2011 22:09



donc Léa a été mal formée ?


Je n'ai pas dit cela, mais elle ne s'autorise peut-être pas à avancer à petit pas.
J'ai pensé à cela car j'ai fait il y a quelques années des stages d'EPS (très bien faits et très intéressants) au cours desquels j'ai vu des séances géniales avec des élèves qui réagissaient très
bien et se mettaient facilement en situation d'apprentissage.
Heureusement que j'avais quelques années d'ancienneté qui me permettaient de ne pas me leurrer sur la réussite immédiate de ce genre de séance, car cela peut être désarmant lorsqu'on se
retrouve avec sa classe et que cela fonctionne moins bien.



isa 05/10/2011 22:19



Léa n'a donc pas anticipé cette pagaille, elle a voulu tout faire et c'est laisser prendre par les élèves livrés à leur seul plaisir, mais pourquoi n'a-t-elle pas su reprendre son groupe
?



Sonia 05/10/2011 22:08



bonsoir, je suis arrivée depuis peu et j'ai tout lu. Moi, je pense que c'est le nombre d'élèves qui pose problème. Du coup, chacun fait un peu tout et n'importe quoi. Il faut d'abord que les
élèves comprennent que l'on n'est pas en récréation, qu'il y a des règles et des consignes à suivre. Le problème de Léa c'est qu'elle veut trop bien faire... avec tous les élèves en même temps.
Il aurait peut être fallu partager la classe en 2. exemple: en autonomie des jeux de construction etc... et 'autre groupe avec l'enseignante et l'ATSEM. Cela suppose que les élèves aient compris
qu'ils feront eux aussi la même chose que leurs petits camarades. Je trouve que comme ça c'est plus facile à gérer.



isa 05/10/2011 22:16



pour commencer à expliquer et intégrer les règles de sécurité, tu penses qu'il faut prendre les groupes par moitié afin de prendre son temps ?



Isabelle L 05/10/2011 22:08



comment tu prends en compte les élèves qui sont performants dans chaque groupe et qui risquent de faire n'importe quoi parce que c'est trop facile pour eux , c'est certainement ce qui
s'est passé pour Kévin ?


ce sont des tuteurs, et là notre rôle est important : Valorisons ! En recadrant les rôles et attentes de temps en temps (signal sonore, consignes et
remarques)



isa 05/10/2011 22:15



n'y a t-il pas aussi un moyen de différencier les tâches ( plus faciles pour les uns et plus complexes pour les autres ) à un même atelier ?



vali 05/10/2011 22:07



il faut rapidement à mon avis réintégrer cet élève dans le groupe afin que la prochaine fois il ne recommence pas !



isa 05/10/2011 22:14



petite exclusion pas trop longue , c'est ça ?



vali 05/10/2011 22:06



désolée pour les fautes de frappe ! je voualis dire montrer et non monter !


 



isa 05/10/2011 22:14



on avait compris



vali 05/10/2011 22:05



s'il ne sait pas bien parler , il peut agir ! il peut monter aux copains qu'il arrive à refaire ce que l'enseignte a demndé et à ce moment là , je  ferai "verbaliser" ce qu' a fait
kévin par un autre nefant " parleur"



Isabelle L 05/10/2011 22:03



4 ateliers tournants, ce n'est pas forcément de l'attente. Au contraire, pour moi quatre ateliers c'est éviter l'attente; Mais il faut concevoir les ateliers en
fonction.



isa 05/10/2011 22:13



que penses-tu d'ateliers libres d'accés ? Sans groupes ?



maud 05/10/2011 22:03



et si on cherchait à comprendre pourquoi Léa a fait cette erreur ?


J'imagine que Léa est une jeune enseignante et qu'elle est donc soumise aux pressions qui pèsent actuellement sur l'enseignement : obligation de résultat,
évaluation des compétences, poucentage de réussite... qu'elle veut faire une séance comme on lui a appris à en faire, ou qu'elle a vu fonctionner, et tente à son tour l'aventure.


boa même pas forcément elle a voulu monter une séance qui tienne la route en surestimant (bin ça arrive même aux anciennes, non???) un peu, beaucoup la
capacité des petits  à s'autoréguler


ou alors l'année passée elle avait des plus grands voire même des très grands et du coup va falloir faire un gros boulot de remise à niveau: bin les petits
c'est pas facile facile de leur faire faire ce qu'on veut!!!


après il y a aussi le facteur chance : une classe disciplinée, des enfants sages un effectif réduit, des enfants de 3 ans qui comprennent et percutent
comme s'ils en avaient 10... oulà je suis en plein rêve là.



isa 05/10/2011 22:12



penses-tu que c'était vraiment trop ambitieux ? N'y a-t-il pas quelques petits changements à faire qui permettraient que sa séance en ateliers fonctionnent ?



Solène 05/10/2011 22:00



ah oui, Kévin serait censé reformuler devant tous les copains la règle, la maîtresse le féliciterait de la connaître si bien et du coup, il serait un peu plus concerné par cette régle, je
confirme : ça marche super bien !
Alors, c'est à moi de poser une question... très concrète pour moi cette année : et si ce petit Kevin ne sait pas parler, qu'il ne connait que 3 mots de vocabulaire : bien, voilà,
non. Comment peut-on faire?



isa 05/10/2011 22:11



ça sent le vécu !


alors il répond par un oui ou un non de la tête aux questions de la maîtresse sur les régles et elle le félicite qu'ils les connaissent aussi bien ... voilà comment je vois mon petit
Kévin qui ne dit que trois mots.



Cécile 05/10/2011 21:58



Bonsoir,


j'ai lu tout assez rapidement 


Peut-être mal


Mais pour ma part, pour la gestion des activités en atelier, qui n'est pas vraiment ma tasse de thé, je me limiterai à deux ateliers que je dédoublerais. Car
j'ai déjà reçuy ce genre de conseils quand c'était le foutoir !! Mais bon faut avoir le matériel qui va avec. En outre, le fait qu'ils soient dédoublés réduit le temps d'attente
!!



isa 05/10/2011 22:09



peux tu expliquer le dédoublement ?



vali 05/10/2011 21:57



enfin je veux dire 4 ateliers avec différents objectifs et critères de réussites  ! au début il faut peut être avoir un seul atelier où l'e,nseignante est là pour accompagner les
enfants dans leurs apprentissages et ce que j'apelle des ateliers satellites  où les enfants ' sentraînent" sans risque !


 



isa 05/10/2011 22:08



ok, le but des apprentissages est d'amener les élèves à une autonomie qui irait jusqu'au réinvestissement, tu penses donc qu'il faut du pas à pas ?






maud 05/10/2011 21:55



l'acceptation de la frustration passerait donc par une bonne estime de soi qui leur permettrait de gérer leur émotion, et l'estime de soi vient aussi par ce que l'enseignant dit de
l'élève , tu es d'accord ?


Oh oui c'est peut-être la chose la plus importante que l'on fait : donner de l'estime de soi aux enfants ou l'enlever! ce qu'on leur dit est extrêmement lourd de
conséquence! ce que dit maîtresse c'est parole d'évangile.


J'aime l'idée même si ce n'est pas toujours facile de la valorisation permanente et je le fais d'autant plus que l'enfant m'irrite.


Après c'est chacun à sa façon moi je suis et très autoritaire et très mère poule en même temps,


je caline beaucoup, souvent, à la demande (sauf pendant le travail) un bisou sur le front comme ça pour rien, une caresse sur la
tête, un petit nom gentil, je les appelle très rarement par leur prénom sauf quand c'est sérieux.


J'ai l'impression mais c'est peut-être qu'une impression que du coup cette affection que je donne leur donne le courage pour oser faire plus, mieux encore
meilleur.



isa 05/10/2011 22:06



effectivement, pour les élèves garder une image positive de soi permet de rester mobilisés sur les tâches scolaires, ce qui fait que selon la réaction de l'enseignant et le regard qu'il
porte, l'élève se mobilise ou se démobilise, c'est important ce qu'on dit et les encouragements sont absolument essentiels.



Isabelle L 05/10/2011 21:54



A chaque atelier son critère de réussite avec étapes :par exemple, je saute de plus en plus loin, avec un même codage de difficultés dans chaque atelier (je pars du
cerceau rouge, du cerceau orange, du cerceau vert)Et des groupes hétérogènes pour faire bénéficier à l'ensemble du groupe la compréhension des leaders.



isa 05/10/2011 22:03



comment tu prends en compte les élèves qui sont performants dans chaque groupe et qui risquent de faire n'importe quoi parce que c'est trop facile pour eux , c'est certainement ce qui
s'est passé pour Kévin ?



géraldine 05/10/2011 21:54



"et donc dans cette séance comment Léa peut leur présenter l'apprentissage en question ?" Excellente question Isa et il me tarde de lire les réponses
possibles !Pour ma part, rien que de parler de sport m'épuise, alors vu mon état de fatigue, je vous abandonne avant la fin du débat ! Demain c'est "vider les caisses: tous contre la maîtresse
!!!" Alors je m'en vais recharger mes batteries ! Bonne nuit à toutes (même à ma copine qui est cachée derrière son ordi, et qui suit de loin le débat !)



isa 05/10/2011 22:04



bonne nuit Géraldine et merci !