la salle des maîtres: école idéale ( conclusion)

Publié le par isa

salle des maitres

Notre série « Ecole idéale » est achevée.

Je vous remercie de votre participation.

J’insiste sûrement lourdement, mais j’aimerais vous dire que pour rendre la vie la plus proche de ce qu’on désire, il faut se donner le droit de rêver. Nos rêves nous donnent une meilleure connaissance de nous-mêmes et c’est cette connaissance qui nous permet ensuite de choisir ,c’est cette connaissance qui nous permet de dire : «  C’est ça que je veux faire de ma vie ».

Notre métier représente une bonne part de notre existence et nous ne pouvons nous résoudre à vivre celui-ci en le subissant et/ou en le détestant, ce n’est pas possible.

Ces débats ont parfois été consensuels, d’autres plus accrochés, j’ai apprécié votre sincérité et la fertilité de votre imagination.

N’hésitez pas à revenir rêver…………………………………

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

Krol 26/06/2011 00:38



En ce qui me concerne, les rentrées échelonnées, cela m'a permis de n'avoir 34 élèves qu'en juin!!!!!!!



christiane 25/06/2011 10:35



Les rentées en cours d'année, je suis pour. Cela permet d'avoir un effectif moins important en septembre et d'être plus disponible car quand on en a 28 dès le début de l'année c'est galère pour
la séparation avec les parents mais aussi pour mettre en place les premières activités. Les enfants qui entrent en novembre, en janvier ou au retour des vacances de février arrivent dans un
groupe serein et s'intègrent facilement.



isa 25/06/2011 10:51



voilà un nouvel avis, cela montre combien chacun réagit et s'adapte différemment au même contexte.C'est interéssant car de ton point de vue cela ne représente pas un souci, le décalage
d'apprentissages ne te pose pas de problème, tu fais de la pédagogie différenciée.



corine 19/06/2011 23:36



Comme le dit Isabelle, je suis dans une région où la concurrence avec le privé est rude, c'est pourquoi nous avons pris la décision en conseil des maîtres de scolariser les tps en cours d'année,
et seulement le matin(en février alors qu'avant c'était à chaque retour de vacances). Il y a une forte demande des parents, nous "limitons" nos classes à 30. Nous avons aussi le problème
qu'évoque David, à savoir certains parents qui ne comprennent pas que leur enfant reste en maternelle alors que d'autres entrés plus tard à l'école passent au cp.Mais nous avons la chance
d'avoir un métier "qui s'invente en permanence" donc je ne pense pas que la lassitude puisse s'installer chez l'enfant.


C'est vrai, Isa, que le fossé est large entre ms et tps, les tout petits sont dans une phase de découverte de lieux nouveaux, ils auront besoin de s'approprier l'espace, les coins jeux, les
personnes, adultes ou élèves, je pense que ça permettra de poser des jalons en douceur pour l'année suivante.



Sev 19/06/2011 22:59



Je suis d'accord sur le fait qu'accueillir des TPS dans une classe à effectif chargé (30 élèves) est une absurdité. Par contre, dans ma classe de 22 élèves cette année, ils avaient toute leur
place et se sont bien intégrés avec leurs copains PS; je leur proposais certaines activités des PS, ils disposaient. Et finalement, je pense avoir atteint mon but avec eux; ils ont appris les
régles de la classe, ma manière de fonctionner, se sont sociabilisés et ils sont fins prêts pour la rentrée prochaine.


Par contre, je ne les prends que lorsque la propreté est acquise, il faut qu'ils aient cette maturité là; avoir une ATSEM sans arrêt dérangée dans ses ateliers par des pipis intempestifs, très
peu pour moi et pour le bien-être et l'organisation de la classe. C'est vrai que l'on n'est pas là pour changer des couches....c'est mon point de vue.



catherine 19/06/2011 22:48



Merci Isa pour toutes tes idées,  tes réflexions , ton enthousiasme.  je suis d'accord avec toi le métier d'institutrice est un métier avec lequel on fait corps, on ne peut pas le
subir,et oui il faut rêver, rêver et encore rêver pour mieux le défendre et se battre pour les générations à venir : de quelle école rêvons nous pour quelle société ? Je suis un peu lyrique mais
je suis institutrice en maternelle depuis 27 ans , je crois que je ne m'en lasse pas (le bonheur en cette fin d'année de voir les enfants épanouis-même si on se dit qu'on aurait pu faire mieux
avec certains-la confiance des parents qui osent l'avouer en fin d'année, l'idée qu'on va faire mieux l'année prochaine -ton blog y contribue-)Pour moi c'est un métier qui s'invente en permanence
: c'est autre chose que de mettre des croix dans des cases!


Bonne fin d'année à toutes!



isa 19/06/2011 23:45



merci Catherine pour cette vision optimiste et dynamique !



david 19/06/2011 19:55



Ca n'est pas spécialement contre la maternelle :ils trouvent que 4 ans c'est trop long, surtout quand ils voient les enfants arrivés la même année qu'eux (mais en PS) prendre le chemin de l'école
élémentaire, alors qu'eux rempilent pour une 4eme année...


D'ailleurs, pratiquement tous les parents venant inscrire leur enfant en TPS pensent qu'il fera 3 ans de maternelle, et sont plus ou moins surpris quand je leur annonce que ce sera 4 années.



isa 19/06/2011 20:26



la seule raison serait que les autres plus âgés débutent leur scolarité élémentaire avant eux ?


je trouve que nous avons un rôle d'accompagnement , en quoi faire une année d'école maternelle supplémentaire est-il un désavantage ? Cela m'interroge sur le regard porté sur cette école,
comment ne pas considérer que c'est au contraire un sérieux avantage, avoir la possibilité de se préparer du mieux possible dans un contexte pédagogique multiple et valorisant à une scolarité qui
va demander une grande capacité à s'adapter et à se faire confiance ? Cette quête du temps perdu est un de nos défauts actuels, tout tout de suite, ne pas attendre, ne pas différer, ne pas
prendre son temps, mais quel est le but de cette course en avant ?


Je viens de lire que le plus jeune élève qui passe le bac en ce moment a 12 ans et 5 mois. A quoi ça rime ? Que va-t-il faire ensuite ? Quelle vie se prépare-t-il ? A-t-il eu le temps de
jouer, de ne rien faire, d'apprendre l'ennui si important dans sa propre construction ?  J'entends bien ces demandes d'accélération, mais n'a-t-on pas un rôle de conseiller et de
modérateur,n'a-t-on pas à défendre l'école maternelle en argumentant sur ce qu'elle propose aux élèves à la fois dans sa spécificité et dans son ouverture, dans son rythme et dans la souplesse de
ses programmes, dans sa diversité et dans sa singularité.... ?






Isabelle L 19/06/2011 18:23



Je pense que l'accueil des tps dans les milieux défavorisés est une bonne chose surtout dans l'apprentissage du langage, l'ouverture à la culture  et donc une meilleure appréhension des
apprentissages fondamentaux du cycle 2. Cependant les conditions d'accueil sont primordiales : quand on travaille le langage à 30 , on ne parle pas souvent ! Mais aussi pour le confort affectif
de ces tout-petits et leur épanouissement au sein de l'école.


La concurrence école publique/privée dans certaines régions, notamment la Bretagne, engendre des absurdités en matière d'effectifs de classe.



isa 19/06/2011 18:34



je partage ton point de vue, des aspirations pour les petits qui sont peu sollicités , mais des moyens qui contredisent cette ambition éducative et qui nuisent  à certains et font se
creuser les inégalités.



david 19/06/2011 16:00



3 années d'école maternelle suffisent largement à mon sens... Les 3/4 des parents avec qui j'en discute m'avouent que si c'était à refaire, ils ne mettraient pas leurs enfants 4 ans à la
maternelle.



isa 19/06/2011 16:29



quelles sont les raisons de ce constat si peu favorable à l'école maternelle ?



david 19/06/2011 15:42



Je pense que l'idée de départ, scolariser les non-francophones le plus tôt possible pour favoriser la maîtrise du français, était très bonne, et qu'elle a été dévoyée quand on la élargie à tous
les enfants... En ayant laissé s'installer cette dérive, on a aussi évité d'investir dans des crèches, à l'encadrement et aux activités à mon sens plus adaptés à de jeunes enfants, et permettant
tout autant une première approche de la vie en collectivité. Et c'est un cercle vicieux, faute de place en crèche, et puisque les écoles se mettent en 4 (voire en fait en 30 par classes !!) pour
les accueillir sans rien dire, on continue.


Mais qui impose la rentrée en février? l'inspection? la mairie? la direction?


Ici (petite commune rurale, et puis aussi 10 inspecteurs en 10 ans, donc on vit notre vie en autonomie on va dire lol) c'est une négociation faite en conseil d'école, la scolarisation des TPS...
Et cette année, nous n'en inscrivons aucun d'ailleurs... mais quand on en inscrit, c'est uniquement en septembre, en étant souple sur la fréquentation le premier trimestre.


 



isa 19/06/2011 15:54



il y avait aussi l'idée d'une gratuité, les crèches ne le sont pas et d'une ouverture aux autres pour ceux gardés à la maison. Je ne suis pas d'accord avec toi David quand tu parles
de dérive, je pense que les conditions n'ont malheureusement pas été favorables ( effectifs trop lourds notamment).Quand à savoir à quel âge entrer à l'école, je l'ai exprimé sur le blog à
plusieurs reprises, je n'ai pas de réponse, j'ai le sentiment qu'on doit privilégier le cas par cas mais en a-t-on les moyens ?



corine 19/06/2011 15:14



oui, c'est ça.Dans notre école, nous faisons une rentrée pour les TPS en février.



isa 19/06/2011 17:07



ton idée de tuteurs est intéressante, l'enseignant(e) est-elle(il) prêt(e) à recevoir des si petits en cours d'année , sachant que le fossé va être large ?



isabelle L 19/06/2011 14:04



Nous accueillions les tps ou ps à chaque rentrée de  vacances, maintenant nous avons réduit à deux rentrées septembre et janvier s'il reste de la place pour des tps. Cette année, cela s'est
bien passé car les deux tps accueillies en janvier se sont adaptées très facilement et du coup sont super copines ! Mais c'est vrai que cela peut être très destabilisant pour le groupe et les
nouveaux. Pourquoi ne pas accueillir les tps tout de suite, ils seront effectivement chaperonnés par les ms. J'ai des tps-ps-ms et c'est ce qui s'est produit.



isa 19/06/2011 17:10



les avis sont partagés sur la scolarisation des TPS,sa disparition est annoncée, quelles observations fais -tu sur ces enfants que tu reçois ?



david 19/06/2011 12:59



C'est une pratique qui m'étonne beaucoup, non pas de mettre des TPS avec des MS, mais de faire une rentrée en février... Alors que le train est lancé depuis septembre...


Personnellement, je trouve que ça va à l'encontre de la logique de notre travail, et de la notion de progression annuelle, s'l faut redémarrer à zéro pour certains élèves en cours de route...


Ici, nous avons eu une année une note de service de rentrée précisant que passés les 15 premiers jours de septembre, aucun élève ne pourrait être inscrit sans un certificat de radiation : en
clair, pas de TPS en cours d'année.


Et pour une fois, je trouvais que nos supérieurs faisaient preuve de bon sens :-)



isa 19/06/2011 15:24



moi aussi je trouve que ces rentrées en cours d'année sont difficiles et que la continuité du travail est remise en question, cependant je suis favorable à la scolarisation des petits si
les conditions sont bonnes, et je prèfère une scolarisation au jardin d'éveil qu'on veut mettre en avant ces derniers temps. Encore une fois, on voit bien que selon les régions les directives
sont différentes. Personnellement dans mon école, nous n'acceptions plus d'arrivées en cours d'année, mais nous prenions des TPS dés Septembre en fonction des effectifs.



corine 19/06/2011 12:39



C'est vrai que les fins d'année sont souvent chargées, boucler les projets, les dossiers scolaires, la fête de fin d'année,...et les répartitions pour l'an prochain. Mais comme j'ai constaté à
maintes reprises que le partage et l'entraide étaient une réalité sur ce blog, j'aimerais vous soumettre à tous notre projet de répartition de classes pour l'an prochain: vus les effectifs, nous
suggérons une classe de MS à 24 avec des TPS(5 ou 6) en cours d'année, en février.Je me disais que les MS auraient du temps pour former un groupe-classe, prendre des habitudes de travail, et
pourraient ensuite être les "tuteurs" des petits, pour travailler l'entraide, le respect... Que pensez-vous de ce découpage, avez-vous déjà pratiqué ce genre de classe? Est-ce faisable ou non?
Merci d'avance, j'ai hâte d'avoir vos avis sur le sujet!



isa 19/06/2011 12:43



Tu veux dire que vous allez intégrer des petits non scolarisés auparavant en Février 2012 dans une classe de MS plutôt que dans celle des PS, c'est ça ?



Marité 19/06/2011 10:00



J'aime beaucoup ton utilisation des gros caractères... C'était une tite remarque d'importance !!!


BISOUS.



isa 19/06/2011 12:15



Parfois j'insiste, c'est peut-être le radotage qui guette.


Comment vas-tu ma vacancière ? Moi j'ai eu trés chaud à Toulouse !!!!