la salle des maîtres: Michèle et son petit élève agressif

Publié le par isa

salle des maitres

Michèle parle :


J’ai un tracas avec un de mes élèves et je n'arrive pas à trouver la réponse adéquate ... bref j'ai besoin d'aide !!! il est en petite section, grand de taille et bourré de " compétences " mais il se révèle sujet à des actes agressifs sur mes autres élèves dès que j'ai la tête tournée ( il veut vraiment leur faire mal ) je ne comprends pas ces accès de violence et je ne sais pas les résoudre....


Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

silvia 27/05/2011






Bonjour Michèle :


c'est venu soudainement ou c'est "par phases"? Peut-être peux tu rencontrer la famille pour savoir s'il vit quelque chose de particulièrement difficile en ce moment.


Sinon quelques pistes :


- l'observer (sur le modèle des séances d'observation d'Isa ou bien en récréation) pour comprendre ce qui déclenche son agressivité.


-lui proposer  à certains moments  d'autres activités s'il n'est plus capable de se concentrer sur une activité scolaire (pâte à modeler ou même aller se coucher s'il est fatigué)


- prévoir en cas de grosses transgressions ou de gêne trop importante du groupe un dispositif ou il puisse aller chez un(e) collègue : nous le pratiquons dans notre école et ça marche
souvent pour faire retomber la tension ( et éviter de perdre soi-même son sang froid face à des attitudes qui nous heurtent beaucoup...)


Bon voilà ce  qui a le mieux marché pour moi avec un élève qui a aussi  de fréquentes phases d'agitation et parfois aussi de l'agressivité.


Bises et bon courage






daomichele 27/05/2011



merci de ta réponse !!! non c'est une attitude qu'il a depuis le début de l'année et à laquelle je n'ai pas réussi à trouver de solution vraiment positive; effectivement je l'ai conduit chez une
de mes collègues car il a dépassé les bornes à mes yeux hier en faisant volontairement un croche-pattes à un autre enfant qui passait devant lui et qui ne lui avait rien fait,  j'ai du mal à
l'observer longtemps car j'ai un effectif conséquent qui réclame toute mon attention, mais je vais essayer, j'en ai déjà parlé à la famille et je vais la revoir d'ici la fin de l'année c'est
semble-t-il un famille avec des forts caractères et de la sévérité


comme il est chez les petits et qu'il est extrêment compétent je le fais travailler quand je le peux avec les moyens de ma classe sans que cela résolve ses poussées très agressives (
étranglement, pinces fortes...)



dao michele 27/05/2011



j'ai programmé un rdv avec la famille ( la maman) mardi prochain, lors de nos brefs entretiens précédents, je sens qu'elle le gronde ou le punit, en tous les cas intervient sans prendre sa
défense ( ce qui est quelquefois le cas de certains parents) mais cela ne résout rien. j'aime bien ta façon de l'aider fermeté plus ouverture sur une possibilité d'apprendre à réagir autrement,
j'ai tendance à trop faire confiance à son intelligence, en me disant qu'il est intelligent et qu'il va finir par comprendre ma position mais non cela ne suffit pas, je vais essayer de lui faire
dessiner le "méchant "  et de l'aider  au mieux ... j'avais envie de lui dire de prendre une poupée de la classe et de lui faire mal... mais sans que cela me satisfasse vraiment;



isabe 29/05/2011



 Si ses comportements agressifs se déroulent au contact des autres enfants, pourquoi ne pas essayer de le mettre à côté du groupe et non dans le groupe, il ne s'agit pas de l'isoler mais
peut -être que la trop grande proximité du groupe le gène, tout simplement. As-tu essayé de passer des contrats avec lui? Contrat réussi= récompense immédiate. Ce n'est pas forcément un bonbon
mais ça peut l'être( je sais cela fait polémique et s'apparente à du dressage, mais c'est la méthode utilisé avec les sujets atteints d'autisme et cela marche, alors pourquoi s'en passer?), tu
peux aussi valoriser ses réussites = tu as très bien réussi à faire ...ça, je te crois donc  capable de jouer 15 mn(repère visuel) avec un enfant au départ ,puis 2 ou 3  ensuite et en
l'observant( est-il meneur, quand voit-on qu'il va s'énerver,...) Le faire passer à autre chose dès que le temps proposé est écoulé. Voilà mon point de vue mais c'est vrai qu'il est
difficile de trouver des solutions qui plus est dans une classe chargée


Bon courage



dao michele 30/05/2011



merci de votre aide !!! elle m'est très précieuse, le petit garçon dont je parle n'est pas constamment agressif mais simplement par moment il ne se contrôle pas et devient excessif, aujourd'hui
je lui ai fait dessiner le "méchant" ( quand il a eu un comportement dur)et c'était dur à décoder pour moi.... il a dessiné un personnage avec des jambes immenses ( très grand donc ) il en a même
dessiné un autre à côté à peine plus petit, et il m'a dit et m'a montré avec une mimique sur lui -même " il avait le regard méchant" . C'est drôle quand il l'a lui ce regard "sauvage" je lui
demande de me regarder avec d'autres yeux " des yeux qui sourient et qui sont gentils ( genre)


j'ai passé un contrat avec lui ( genre 5 gommettes à ne pas perdre) en lui proposant l'aide de tous et de toutes dans la classe, les autres ont été d'accord avec chaleur;


je ne sais pas s'il m'a bien compris. bises à tous et à toutes



la maitresse 01/06/2011



appelle le RASED au secours



prépalipopette 01/06/2011



Bonsoir Isa,


Par manque de temps cela faisait quelque temps que je n'étais pas venue te rendre visite Isa. La lecture du témoignage de Michèle m'incite au petit message. Une année dans ma classe, nous
avions 32 élèves dont 12 TPS. Autant dire qu'ils bougeaient et que pour certains la collectivité en si grand groupe était ressentie comme une agression et ils y répondaient avec violence.
C'étaient plus des pulsions qu'ils ne parvenaient pas encore à freiner étant donné leur jeune âge. Nous avons donc fait l'acquisition d'un pushing-ball, rempli avec l'aide des parents de morceaux
de tissu, de vieux bas....


Il était installé dans un coin de la classe, son accès était libre Au préalable, en classe, nous avions cadré cette activité. La violence est interdite en classe, mais si j'ai besoin d'utiliser
ma force, je le fais sur le pushing-ball. Car, oui, dans ce contexte, c'est autorisé de frapper fort.


C'était un moyen de canaliser ces pulsions par le biais d'un transfert. Cela n'a pas été miraculeux mais à chaque acte violent, l'enfant devait aussitôt s'excuser d'avoir fait mal et devait
enfiler ses gants. Je ne sais pas si cela peut vous aider Michèle, mais je vous souhaite bon courage car des comportements de la sorte crée une ambiance malsaine dans la classe.


Sandrine



dao michele 02/06/2011



merci de ce conseil que je vais mettre en oeuvre avec l'aide de mes colègues!!! je trouve cette idée très intéressante. J'ai parlé avec la maman mais sans dégager de solution ... je poursuis pour
l'instant mon pacte avec les 5 gommettes, il n'en a déjà plus qu'une ... mais bon je pense que c'est un travail de longue haleine, je lui témoigne beaucoup de compréhension avec fermeté mais
aussi quand tout va bien beaucoup de gestes tendres, je me rends compte que je lui ai trop demandé en me disant il est intelligent il ne doit pas être violent, et en lui renvoyant que je ne le
comprenais donc pas. genre on demande plus à ceux qui ont plus ou du moins semble avoir plus que les autres 



myrtille 05/06/2011



Bonjour tout le monde.


Je rencontre cette année le cas d'un enfant de PS considéré comme précoce par le psychologue. Cet enfant a 18 mois d'écart entre son âge normal et son âge intellectuel. Il cumule ce décallage
avec des difficultés de motricité globale et de langage. Il vit ce décalage avec les autres de façon agressive et violente au moindre instant de "flottement": passage aux toilettes, regroupement,
installation aux ateliers, habillage...


Pour protéger les autres et lui-même, nous faisons attention, l'ATSEM et moi à décaler ses déplacements pour qu'il soit toujours avec un adulte et hors de la "cohue". Il accepte ce fonctionnement
et ses parents aussi (après explication du dispositif et accompagnement sur la durée). Ce n'est pas la panacée mais cela nous permet de fonctionner et de rassurer tout le monde.


Evidemment, j'opte pour une attitude encourageante et un rappel des règles systématique. C'est épuisant d'être tout le temps en allerte mais cet enfant n'a pas pu être pris en charge cette année.
Donc, comme tu dis si bien Isa, on cherche et on s'adapte.



myrtille 05/06/2011



Mon petit élève est la majorité du temps avec les autres: lors des activités cadrées, répétées, rassurantes (?), tout se passe très bien. En regroupement, il est à côté de moi, donc avec les
autres aussi. Mais je pense que sans ce cadre et ma présence proche ou celle de l'ATSEM, il implose, déborde et ne trouve pas de limites en lui. Pour l'instant, il a besoin d'appuis extérieurs et
le reste de la classe a besoin aussi de se sentir en sécurité.


ces mises à l'écart se font pour autant toujours sur un temps limité (à peu près une semaine) et je retente une intégration complète. Cette solution a été trouvée en accord avec la psychologue
scolaire mais bof, je continue à checher ce qui lui conviendrai le mieux, en passant par une adaptation de sa scolarité pour suivre son rythme d'apprentissage si rapide.