la sécurité lors des entrées et sorties de classe

Publié le par isa

porte.jpgA l’heure de la rentrée, vous accueillez des petits élèves qui , pour certains, n’ont envie que de repartir retrouver leur famille et/ou d’autres n’ont pas toujours conscience des dangers. Il vous faut faire preuve de vigilance et de réactivité car un petit échappe très rapidement au regard des adultes.


Cette organisation de la sécurité est importante pour les élèves mais elle l’est aussi pour les parents qui vous confient leur enfant et qui ont besoin de voir que vous vous comportez en responsable et professionnel.

Je vais vous soumettre quelques idées du « comment organiser cette sécurité », il n’en demeure pas moins que toutes les autres idées sont à partager.


 Lors de l’accueil des élèves, malgré mon désir de bien recevoir les familles et qu’elles puissent entrer dans la classe, il y avait la consigne que toutes les personnes ferment toutes les portes, y compris celles qui n’étaient pas à proximité de ma classe. Par cette habitude, nous minimisions les risques de fuite en rendant la sortie plus compliquée. La porte principale de la classe était fermée à clé dés que le nombre d’élèves dépassait les 15, y compris lorsque des parents étaient encore présents dans l’école. Ils attendaient que je leur ouvre pour sortir. Ces précautions étaient prises durant les deux premières semaines. A l’extérieur, nous avions un portail qui donnait sur la rue, ce portail avait un système de verrouillage lourd sur le dessus, ce qui rendait quasiment impossible qu’un petit puisse l’ouvrir.


A l'arrivée des parents, autre moment très à risque, nous avions déjà séparé les élèves qui restaient à l’école pour manger de ceux qui attendaient leurs parents. Dans la classe, j’avais choisi de mettre le coin regroupement le plus éloigné possible de la porte d’entrée, cet espace était contenu entre deux murs et deux bancs à dossier par-dessus lesquels les élèves n’avaient pas le droit de passer. Au moment de la sortie à midi, je regroupais mes élèves sortants dans ce coin, ils lisaient ou jouaient avec des légos, discutaient avec moi et je me positionnais à l’ouverture de cet espace. J’allais ouvrir la porte aux parents, ils savaient que moi seule donnais le signal de rentrer, j’ai toujours expliqué gentiment qu’ils devaient attendre et je respectais les horaires. Lorsque les parents entraient dans la classe, j’appelais les élèves un par un pour qu’ils aillent rejoindre leur famille, aucun enfant ne partait si je ne l’avais pas appelé, même en voyant son parent. Les parents passaient alors dans le couloir pour habiller leur enfant puis repassaient dans la classe, si un parent souhaitait me parler, je lui demandais d’attendre qu’il y ait un nombre important d’enfants partis. Les parents acceptaient cette contrainte car ils savaient ensuite que je prendrai du temps pour eux.


La sortie du soir était un peu différente car le nombre d’élèves étaient moins important, tous les petits ne revenaient pas l’après midi. D’autre part, ayant une école qui regroupait des enfants d’une dizaine de communes, il y avait un service de ramassage scolaire très important et beaucoup d’élèves partaient en bus. Encore une fois nous séparions les élèves de la commune et ceux qui repartaient par le transport scolaire. Dans la classe, une dizaine d’enfants prenaient l’habitude d’apporter une chaise prés de la porte et d’attendre assis que je les appelle pour retrouver leur famille. Je me positionnais dans l’encadrement de la porte et je ne laissais partir les élèves qu’au compte-gouttes. A nouveau, si un parent souhaitait me parler , je lui demandais d’attendre dans la classe que la sortie soit terminée.

C’est compliqué d’avoir les yeux partout et de penser à le faire en permanence mais cette vigilance est obligatoire, cela s’apprend, on s’y exerce, puis on garde ses réflexes toute sa vie.


Cette sécurité donne aux élèves le sentiment que l’enseignant veille sur eux. J’ai observé bien des fois que l’indiscipline pouvait venir  du manque de sécurité ressenti. Les élèves se mettent en danger pour demander aux adultes de les protéger contre eux-mêmes. On peut ensuite les faire participer à cette organisation. En ce qui me concerne la fermeture des portes étaient un rituel quand nous arrivions dans la salle d’EPS qui en comptait cinq. L’élève désigné savait qu’il avait une responsabilité et s’acquittait de sa tâche sérieusement.


Je suis certaine que pour beaucoup d’entre vous , j’enfonce des portes ouvertes mais je m’adresse surtout aux jeunes collègues qui n’ont pas encore nos réflexes et qui ont besoin qu’on explique concrètement la sécurité avec une classe de petits.


Dans un prochain article , j’aborderai la sécurité en classe lors des apprentissages.

 

 

Publié dans rentrée scolaire

Commenter cet article

maud 17/09/2011 10:46



Houla quelle mauvaise phrase.... j'ai toujours 1 ou 2 parents qui me semblent inconnus, du coup ce n'est pas facile à gérer... c'est mieux...



maud 17/09/2011 10:43



ah oui ça c'est vrai ;)


perso j'arrive à identifier que les parents sont de la classe mais pour les relier à leur enfant là je patauge un bon moment!!! dès l'inscription je les préviens et
leur en présente mes plus plates excuses, du coup ça les fait plutôt rire!


Par contre j'ai toujours 1 ou 2 parents que j'ai toujours l'impression de ne jamais avoir vu, du coup pas facile à gérer... :)


non tu ne t'es pas mal exprimée, j'ai juste voulu éclaircir un point parfois litigieux car nous ne sommes pas des pro juridiques et que malheureusement je parle
en connaissance de cause.


 



isa 17/09/2011 11:13



c'est intéressant ton info de droit. Merci Maud



Marie 17/09/2011 10:18



Je me suis mal exprimé peut être.Je ne rencontre pas ce cas.


Je voulais seulement dire que les premiers jours, n'importe qui peut venir chercher un enfant.



isa 17/09/2011 11:12



Cela demande d'être physionomiste, c'est tout l'intérêt d'une rentrée échelonnée qui te permet de discuter avec les parents et de bien les visualiser, d'autre part,tu vois  la
réaction de l'enfant, il ne va pas vers la personne qu'il ne connaît pas. Mais tu as raison de soulever cette question car cela fait partie de la vigilance à avoir.  Les parents donnent, en
début d'année, la liste des personnes autorisées à venir chercher leur enfant, si une autre personne est désignée dans le courant de l'année, une nouvelle information signée doit être
produite.



maud 17/09/2011 09:39



pas la garde de son enfant ce n'est pas ton problème : tant qu'il a l'autorité parentale tu es dans l'obligation de donner l'enfant à son parent quelque soit le jour sauf s'il
est stipulé noir sur blanc dans les minutes du jugement qe l'un des parent n'a pas le droit de venir chercher son enfant. J'ai vu cette mention seulement 2 fois (1 fois quand je faisais du
périscolaire et 1 fois sur ma direction et là c'était très temporaire). d'ou l'intérêt manifeste de réclamer ces minutes, et le livret de famille pour être droit dans ses bottes et protéger
l'enfant selon la loi et non selon nos appréciations.


Sinon tu fais de l'abus d'autorité. Après pour y avoir été confronté c'est hyper dur mais bon il ne faut pas oublier qu'il y a des mères abusives qui te racontent
que le père n'a le droit de rien, ou l'inverse. Au service juridique la personne ressource m'avait dit si c'est l'autre parent qui vient vous appelez le premier parent pour le prévenir, ils se
débrouillent entre eux ensuite, et puis parfois il faut appeler la police (moins drôle)


Mais si tu as un doute appelle le service juridique au rectorat (si je ne me buse).



Marie 16/09/2011 22:09



Pour ma part, ils doivent aussi rester assis sur le banc et attendre que je dise leur prénom. J'ai mis le coin regroupement le plus loin possible de la porte.Comme ça j'ai le temps de les voir
s'échapper. Je me mets à la porte et j'intercepte les éventuels petits fuyards ! Avant que les parents arrivent je leur dis "les papas et les mamans vont arriver. On reste bien assis sur le banc
et on attend d'entendre son prénom." Je le répète plusieurs fois. Ca marche plutot pas mal !!


 


Par contre j'ai un petit stress pour la première semaine voire seulement le premier jour. On ne connait personne. N'importe qui pourrait venir chercher l'enfant sans que je m'en rende compte (par
exemple un papa une une maman qui n'a pas la garde de ses enfants). Je trouve ça très dangereux. Avez vous une solution ? Il faudrait demandé à chacun le matin qui vient chercher l'enfant (et
noter car j'oublie ce qu'on me dit le matin à la porte !)?


Merci



isa 17/09/2011 10:57



merci Marie de nous donner ton expérience.



maud 14/09/2011 09:27



cette année j'utilise aussi la musique comme signal et quoi de mieux que "c'est l'heure des mamans" pour les faire venir plus vite? ils adorent.


hier en réunion de parents, les parents ont demandé à l'écouter "pour de vrai", les mamans ont eu l'air de vraiment apprécié!


Ils sont aussi assis au coin regroupement relativement éloignés de la porte d'entrée pour éviter les échappés...



isa 14/09/2011 09:43



La musique adoucit les moeurs, c'est bien connu, ça calme !



caroline 14/09/2011 09:21



Sur conseil d'une collègue je glisse au moment de la sortie un petit matelas (utilisé habituellement en motricité) en travers de la porte dès que la grille extérieure s'ouvre et que les parents
d'élèves arrivent. Les enfants sont assis au coin regroupement ils savent que les parents ne vont pas tarder à arriver, soit nous faisons une comptine en attendant (ils adorent la comptine de
retour au calme que tu suggères sur un air de "Sur le pont d'Avignon"), soit je leur distribue des livres. Que c'est enrichissant de partager !



isa 14/09/2011 09:42



ah oui ,c'est trés enrichissant, car chacun peut ensuite faire ses choix et même inventer à son tour !



karine 11/09/2011 22:36



Le moment de la sortie n'est pas toujours facile à gérer. Dans ma classe, en règle générale, les élèves sont assis au coin regroupement, sur des bancs et ont effectivement interdiction de se
lever tant que je n'ai pas sité leur prénom. Lorsqu'ils sont trop excités, j'installe tout le monde à sa place, sur les chaises autour des tables. J'ai par contre un rituel qui fonctionne très
bien (je l'utilise depuis 3 ans): lorsque c'est l'heure de la sortie, je mets une "musique douce" qui est une musique de relaxation (c'est le signal sonore pour mes élèves!!) qui permet de
réguler le niveau sonore de leur petite voix.



isa 12/09/2011 17:11



merci Karine de nous faire part de tes idées apaisantes.



Muriel 10/09/2011 21:08



Bonne idée! J'appelle les familles moi-même, mais j'avoue que ça me gène car je dois pendant ce temps laisser la classe à l'ATSEM, ça gène le déroulement de  la classe et du coup il y a
des fois où je n'appelle pas (surtout pour certains qui sont souvent absents) Je vais donc essayer de bien m'appliquer cette année, tes remarques me confortent! Peut-être que je peuxdemander à
l'ATSEM de le faire (elle est très efficace) Merci!



isa 10/09/2011 22:02



dans l'école nous avions une avs et c'était elle qui se chargeait des démarches.



Muriel 10/09/2011 15:46



C'est primordial la sécurité! Merci pour cet article clair et aidant!


Chez nous, la directrice ferme le portillon de l'école à clé quand elle monte avec ses élèves à 8h30. Les parents de maternelle escaladent le petit muret (trop haut pour un petit enfant) ou font
un grand détour par un autre portail muni d'un taquet en hauteur. Les portes du couloir sont munies d'un ressort assez dur, mais je donne quand même un tour de clé. Un visiteur sonnera si
besoin.Ainsi les éventuels fuyards restent bloquésdans la cour de récrée.


Mais c'est à l'accueil que la vigilance reste de mise du coup, car un petit haut-comme-3-pommes qui court après sa maman, ça glisse comme une anguille dans les allées-venues de 8h20!!!


Les collègues d'élémentaire de service dehors surveillent mais ce n'est pas facile!


C'est pour cela qu'on demande impérativement aux parents de nous prévenir si un enfant est absent (bon, ils n'obéissent pas toujours...) comme ça si un petit manque quand on se regroupe, on est
rassuré...


A la sortie j'ai opté pour la façon suivante (bien sur en raison de la configuration des locaux): On ouvre le fameux portillon dela cour àla rue à 11h30. Les enfants sont préparés dans le couloir
et attendent sur les bancs 2 minutes. Je suis à la porte du bâtiment, et j'envoie chaque enfant quand son parent passe le portillon. La cour de récrée sert donc de sas. C'est sécurisant car ils
ne sont pas rendus dans la rue. Et cela evite les embouteillages dans le couloir qui est petit.


On a tous des enfants qui ont essayé de s'enfuir et des souvenirs cuisants de coeur qui bat et de maîtresse qui court partout... et on ne le souhaite à personne!


 



isa 10/09/2011 18:24



dans notre école, avec un service de ramassage scolaire important, nous avions pris l'habitude de faire faire le tour des classes pour noter les absents non signalés et nous appelions
systématiquement les familles. Les parents sachant que nous étions vigilants sur les absences avaient pris la bonne habitude de prévenir et il y avait en fait peu d'appels à donner.



dao michele 10/09/2011 13:04



bonjour


si tu redoutes le moment de la sortie , c'est normal c'est un moment qu'il faut apprendre à bien gérer, pour ma part le soir les enfants sont assis aux tables et pour calmer leur attente je
distribue au dernier moment des livres à chacun


cela leur permet de patienter un peu sans trop s'agiter, d'autre part comme ISA


Je me tiens à la porte entrebaillée s'il le faut, et les parents attendent leur tour dans le couloir, ils me donnent le prénom de leur enfant et alors j'appelle celui-ci qui n'a pas le droit de
se lever avant que je dise son prénom, s'il ne respecte pas la règle je lui demande de retourner à sa place ...



isa 10/09/2011 14:09



ah les portes entrebaillées, on les a fréquentées ! Oui c'est vrai la ritualisation des situations est un repère sur lequel il faut s'appuyer. Mais dés qu'un dysfonctionnement apparaît et
montre que la situation n'est pas adaptée ou plus adaptée alors il ne faut pas hésiter à remettre en question un fonctionnement antérieur.



caroline 10/09/2011 00:34



Merci Isa uen fois de plus pour ce riche article ! Première semaine en tant que PES pour ma part, aussi première rentrée, première classe, beaucoup de premières fois rencontrées dont celles des
sorties des élèves.


C'est un moment que je trouve difficile, période de transition au cours de laquelle les élèves sont excités et impatients, tout autant que leurs parents !! Cette semaine, je parvenais à ce que
mes élèves soient assis dans le coin regroupement jusqu'à ce que j'ouvre la porte et là, les parents se bousculaient devant pour voir leur enfant, l'appeler...Je me suis sentie démunie
parfois me disant que je ne savais pas comment maitriser toutes ces demandes à la fois et conserver un climat de sécurité et sérennité.


J'ai pris l'habitude de laisser ma porte ouverte à certains moments de la journée avec mes élèves, ils savent que s'ils veulent aller aux toilettes ils doivent me demander ou demander à mon
ATSEM. Lorsque je fais des regroupements plus calmes, je ferme la porte pour que l'on se sente "plus chez nous".


Mais l'arrivée des mamans/papas/nounous est un moment que j'appréhende un peu ne sachant comment faire en sorte que le climat serein dans lequel étaient mes élèves se maintienne. Ma réunion de
rentrée étant en début de semaine, je pensais en parler aux parents. Une de mes collègues m'a dit que cela allait se mettre en place avec le temps mais pour le moment je doute.


Aussi merci Isa d'avoir pensé aux débutants dans ce beau métier, et pardon d'avoir été si longue ds mon message



isa 10/09/2011 00:54



Qu'est ce que tu aimerais changer ?