langage intégré en situation artistique chez Cathy: tribune libre

Publié le par isa

tu écris

Bonjour à toi isabelle et à tout le blog que je trouve remarquable
Je prends un peu de temps pour envoyer mon travail en langage.
Je crois que je vais devoir faire plusieurs envois à la suite car mes fichiers sont trop lourd.
  
La base de mon travail en langage :
Une séance (au moins) de langage intégré en situation artistique par période de classe : une séance très forte en implication qui marque les enfants car elle reste une référence dans la classe pour faire ensuite des séances de langage décrochée de la situation artistique, mais en lien avec elle. Ça parait peut être un peu abstrait, mais avec les photos et les prep, ce sera plus parlant.
  
1ère séance en première période : l'arc en ciel

2ème séance en période 2 : les collections

3ème séance en période 3 et 4 pour la suite : poussière de lune

Je suis désolée, mais pour cette intervention, je ne peux pas vous envoyer des photos, car sur ma feuille de cahier de vie, j'ai oublié de diminuer la taille de photos, et la feuille est trop lourde, l'an prochain peut être...
Voici ce que je raconte au enfants :
  
 La maîtresse Cathy, avec sa grande échelle, est allée sur la lune.

Elle a marché dans la poussière de lune, et en a rapporté un peu pour les enfants. 

On a marché dedans, c’est froid, c’est doux.

On a fait des empreintes de mains, de pieds, des traces....

Au fait, la poussière de lune, c'est de la fécule de pommes de terre, mais,  Chut, il ne faut pas le dire, et surtout pas aux enfants.....

 

4ème séance en période 4 et 5 : le feu d'artifice.
Ce travail est plus formel car il a été construit avec la conseillère pédagogique.
Les préparations que j'envoie ont été retravaillées depuis mais je ne retrouve plus les fichiers !!!
 
 
Cela ne fait que 4 séances fortes, mais je n'ai pas de prep et de photos pour des interventions plus ponctuelles que j'ai testées ou que je vais faire l'an prochain.
 
J'ai choisi de travailler les arts visuels car pour ce projet en langage, j'ai travaillé avec une conseillère pédagogique en arts visuels qui préparait un master et qui a choisi le langage en PS comme axe de travail. C'était Roland Goigoux son maître de recherche, une pointure....
Alors, de loin, dans ma classe, je travaillais avec Goigoux qui nous donnait des pistes de réflexion.
Ce fut riche, et je continue cette démarche qui m'a plu.
Je vous envoie donc ce travail, car j'aime ce blog et l'idée du partage.
Voilà !!
Et si des blogueuses veulent se lancer dans cette démarche, je peux répondre à des questions.

Cathy

Publié dans tribune 2013

Commenter cet article

anne lise 29/12/2015 16:21

Il faut une sacrée quantité de fécule (euh pardon de poussière de lune!) pour les faire marcher dedans ... non?

Bibiche66 11/07/2013 18:38


Merci pour tes explications. En effet tous ces détails nous rendent ta démarche plus claire.

cathy 11/07/2013 16:11


Comment je vérifie ?


D'adord pour être honnête, je ne vérifie pas tout et sur tout mes élèves, mais je vérifie ce que je décide de vérifier lors des séances de langage (langage décroché) qui font suite à la situation
artistique.


Par exemple sur un jeu de loto lorsque je demande ce qu'ils veulent, ou un jeu de kim lorsque je demande ce qui manque, ou le livre de la comptine, lorsque je demande la page qy'ils doivent
chercher, et plus tard lorsque c'est un enfant qui devient la maîtresse, ils doivent parler, dans le sens communiquer, je demande des précisions sur l'objet, à quoi il sert, comment il est, où il
est....


Ces exemples de situations de langage sont décrites dans mes envois.


J'ai aussi oublié de préciser que lors des situations artistiques premières, le but n'est pas le résultat obtenu, mais plutôt le faire, primordial d'après moi en petite section. Quand ils ont
participé, je leur montre un travail d'artiste qui va dans ce sens, aussi pour enrichir leur culture personnel.


Lorsque je veux un beau résultat, les objectifs ne sont pas les mêmes et la démarche non plus bien sûr.

Isabelle L 11/07/2013 14:14


Merci pour ce partage, c'est un angle d'approche et de préparation que je vais tenter de  mettre en place, on retrouve des choses que nous faisons mais l'articulation est intéressante.

cathy 11/07/2013 14:03


Pour être peut être plus clair.


Je choisis une situation artistique que je trouve riche et qui me plait, car pour faire passer quelque chose aux petits, il faut aimer soi même !


Je fais une prep en mettant l'accent sur le langage (langge intégré) que je veux développer et faire apprendre à mes petits.


Pour ce vocabulaire, je m'aide aussi d' une liste que nous avons établie sur le lexique à faire acquérir, style les listes de Boisseau.


Et lorsque que je fais ma séance, je suis ouverte à ce qui se passe pour essayer de prendre toutes les situations qui peuvent m'aider à mes objectifs langagiers.


Cela peut paraître artificiel, mais je vous assure que ça marche.


J'ai vu mes petits faire des progrès en langage, même ceux en difficulté, d'autant plus que je soutiens ce travail par des séquences, derrière, en petits groupes et de niveau de parleur (petit
parleur, moyen parleur, grand parleur).


J'ai beaucoup aimé ce travail, c'est aussi pour cela que j'ai eu envie de le faire partager

isa 11/07/2013 14:33



Tu as eu raison Cathy , c'est important de partager et d'avoir choisi le blog pour le faire et tu vois que nous avons le souhait que tu nous dévoiles encore un peu plus ta démarche,
effectivement quand nous ne sommes pas dans le faire, nous sommes dans l'interprétation et  nous nous appuyons sur nos propres représentations, nos propres évocations, nous tentons de nous
imaginer dans les situations que tu indiques. Plus nous aurons de détails et mieux nous pourrons alors nous représenter l'intérêt de ton travail. J'ai l'idée que le corps est vecteur de langage,
qu'en vivant les actions tout en les nommant les élèves mémorisent et c'est ça que je comprends de tes situations. Je suis en parfait accord avec cette vision, les intelligences multiples telles
que nous tentons aussi de les comprendre grâce à Christine nous indiquent qu'il y a également d'autres portes possibles ( voir schéma de Vivi).



cathy 11/07/2013 13:10


Je m'excuse un peu du langage un peu pompeux utilisé.


Je m'en rends compte en relisant, mais tout était tellement évident quand je le faisais!


Chunkies, c'est une marque de bibon d'encre qui se vend un peu partout et que j'utilise quotidiennement dans ma classe.


La partie mise en avant de la séquence est la partie que j'ai préparé en langage avant mon intervention.


Je pense que pour telle séquence, les enfants vont tapoter par exemple, dès que j'observe un enfant le faire, j'arrête tout le monde: regardez ce que fait X, nous aussi nous allons faire comme
lui.


Et je tapote, je tapote, je tapote...avec tous les enfants une minute à peu près en le disant et en le faisant (je participe activement à l'atelier), puis on reprends le cours ordinaire de la
séance.


Pour certaines séquence, j'avais prévu une feuille collective derrière nous pour ces interventions.


J'espère avoir été un peu plus clair

isa 11/07/2013 14:21



Il est donc essentiel d'avoir en tête les mots à faire émerger, être dans l'observation et avoir construit une situation qui soit suffisamment inductive. Comment tu vérifies au niveau des
élèves que les mots sont bien réutilisés ?


 






Bibiche66 11/07/2013 12:24


Bonjour,


 


Ta séquence est vraiment très intéressante. Je pense que je vais me lancer dès la rentrée prochaine. Qu'est ce que les chunkies ?


Excuse-moi, mais je n'ai pas très bien compris la différence entre la partie immergée de l'iceberg et la partie visible : à quoi correspondent ces deux parties dans tes séances.