observation 4: ALEXIS ( possession et toute puissance)

Publié le par isa

LES ELEVES

QUATRIEME OBSERVATION : ALEXIS

 

Relation aux autres :

 

Alexis aime être admiré, donc tous les enfants qui l'entourent doivent le regarder, ils les sollicitent dans ce sens. Il veut ce que les autres ont, il tente de s'en emparer mais ne va pas jusqu'à la bagarre s'il rencontre de la résistance, il fuit le risque, il le mesure d'ailleurs selon les enfants qu'il a en face de lui. Il s'inspire des autres pour faire ses expériences. Il aime utiliser les autres pour parvenir à ses fins.
 

Relation au matériel :

 

Alexis veut posséder, s'il le pouvait , il prendrait tout. Il joue calmement avec le cerceau et agressivement avec  le bâton. Ses rapports aux objets sont brefs, il ne construit pas, car il veut toujours mieux ou plus, il est donc attiré par ce qu'il ne possède pas et l'objet acquis n'a presque plus d'intérêt.
 

Relation à l’espace :

Comme pour les objets, il doit tout explorer: la salle, le sol, les bancs, le plafond( il jette au plafond). L'espace est aussi un moyen de fuite dans ses rapports aux autres.


Relation à l’adulte :

C'est assez complexe. D'abord je représente l'adulte protecteur, il se réfugie auprés de moi lorsqu'il craint des représailles, mais je suis aussi l'adulte qui pose des limites et à qui il faut obéir donc laisser de côté sa toute-puissance et dans ce cas, il appelle un autre adulte protecteur qui est Maman et redevient bébé en se couchant sur le sol et en exigeant sa présence:" Je veux ma Maman."

 

Bilan :

Alexis est un élève compliqué car vraiment persuadé de son pouvoir sur les autres ainsi que sur les choses. Il a un gros travail de socialisation à faire. Il a envie de faire selon son plaisir sans contrainte. Il faut qu'il apprenne à respecter l'autre. Je dois l'encourager à aider, je dois lui expliquer qu'il a sa place dans la classe et que je ne l'oublierai pas mais que chacun a sa place aussi. Il doit aussi apprendre à demander s'il désire une chose et non pas la prendre de force.Alexis est vif d'esprit et son niveau de langage devrait lui permettre d'accéder à la compréhension de ces notions de partage.



Publié dans les élèves

Commenter cet article

catherine 27/01/2010 11:21


je reconnais dans le portrait d'Alexis de petits élèves dans la classe que j'ai cette année.J'avoue que même avec 23 ans d'expérience je suis parfois déroutée devant l'attitude de ces enfants qui
ne supportent pas la frustration! Dans ma classe ils sont 5, tous des garçons!!! Problème d'éducation ? (un père m'a dit qu'il ne pouvait pas frustrer son fils...)en attendant dans la classe c'est
assez sportif et perturbant...


isa 27/01/2010 13:09


C'est pourquoi , comme je le disais dans le précédent commentaire, il faut bien distinguer le comportement et l'enfant, le comportement nous agace, mais nous devons croire en l'enfant, son
comportement est un mode d'expression, il nous dit quelque chose. Nous ne pouvons pas non plus nous contenter de chercher des explications en dehors de nous, cela signifierait notre impuissance.
C'est donc dans l'interrogation suite à l'observation que nous réfléchissons à ce que nous pouvons répondre à cet enfant. Les réponses sont pour ce type de comportement autour de l'idée de la place
dans le groupe. L'enfant qui cherche l'admiration et qui refuse les contraintes qu'il n'a pas choisies indique qu'il a besoin qu'on lui signifie qu'il a sa place en classe et qu'il n'a pas besoin
de toutes ces démonstrations de toute puissance pour la gagner. Concernant le travail avec les familles, plus nous les jugerons et plus le lien sera difficile à établir. Ce père qui dit " Je
ne peux pas frustrer mon fils " nous gêne, mais il dit pourtant qu'en ce moment , il ne peut pas. Nous n'avons pas à lui dire,:" C'est bien ou c'est mal", par contre, nous pouvons éventuellement
lui demander comment cela se passe avec son enfant à la maison, s'il décrit des situations de souffrance, la perche est tendue et délicatement nous pouvons indiquer que mettre des limites rassure
les enfants et leur permette de s'adapter à la vie en société. Si par contre il ne s'en plaint pas, alors nous devons respecter sa parole, bien-sûr nous dirons nos difficultés dans la classe en
souhaitant qu'il indique à son enfant que l'école a ses régles et qu'il est bon de les respecter mais nous ne lui indiquerons pas ce qu'il est censé faire chez lui. Peut être que par cette attitude
de respect un lien se créera qui permettra la délivrance de la parole plus tard.


Béatrice 26/01/2010 20:35


Je prends bonne note de cette façon de focaliser l'observation sur un enfant avec cette grille. Je n'atteindrai pas la qualité du bilan d'Alexis au premier essai car on sent bien que vous
avez la maîtrise de ce genre d'exercice mais je pense que cela donne des éléments très importants pour la compréhension et le travail à faire auprès d'un enfant difficile et permet sûrement de
limiter les réactions au coup par coup qui sont parfois inspirées... mais parfois aussi à côté de la plaque.

Merci pour ce partage.


Alomère 26/01/2010 17:38


Les enfants d'aujourd'hui ont souvent du mal à faire avec la frustration; comme si leur intégrité en dépendait.


isa 26/01/2010 19:53


c'est pourquoi il ne faut pas confondre le comportement et l'enfant lui-même ( ce que tu as fait je ne le veux pas mais toi tu es un enfant que j'apprécie).