parler leur violence

Publié le par isa

extrait du livre "Les étapes majeures de l'enfance" Françoise Dolto éditions Folio essais

"...Quand on voit un petit enfant qui en mord un autre , le renverse, ces comportements sont « humanisés » par les mots des adultes qui cherchent à exprimer le sens intelligent de ces agissements. Si vous savez « parler » leur violence qui traduit leur intérêt réciproque, sans blâmer les actes, ils vont même devenir les meilleurs amis du monde.

Par exemple , à la maison Verte, une éducatrice dit à deux petits qui se disputent un jouet : «  Tiens il s’est passé quelque chose entre vous ! Que s’est-il passé ? » Le plaignant va alors se plaindre à sa mère, pleurer deux secondes dans son giron en montrant du doigt « le méchant » , puis dés qu’il est consolé, il retourne vers l’agresseur. «  Il a vu que ce n’était pas grave et il a envie de revenir au jeu … » commente l’éducatrice à la mère. Chacun tire un enseignement de ces jeux de fort-faible. Ce n’est ni bien, ni mal, c’est la vie de relation qui s’expérimente. Un début d’amitié peut être raté si par angoisse l’adulte gronde, se fâche quand un petit est agressé par un moyen ou un moyen par un grand de trois ans. On doit au contraire intervenir auprès des deux enfants en paroles qui cherchent à donner un sens à leurs comportements passionnés : «  Vous en avez des choses à vous dire ! Mais c’est difficile quand il y en a un qui est fort et l’autre qui est faible. Toi, le grand, ça t’amuse de démolir le petit, mais tu as beau t’y amuser, tu ne redeviendras pas petit »…A ce moment , le regard du plus grand est fantastiquement intéressé. Il a compris ! Un « grand » agresse un petit, le petit qui est encore en lui et l’incite à la régression, parce qu’il ne veut pas redevenir petit. Chez l’être humain, aimer , c’est d’abord devenir comme. Se servir du jouet du petit, cela signifie devenir comme lui et le grand préfère démolir pour être le plus grand. Une fois que les enfants ont réalisé la cause de leur violence, ils deviennent alliés et s’amusent ensemble malgré leurs tailles différentes..."


Publié dans les parents

Commenter cet article

Marie 10/09/2011 10:20



Je ne peux pas l'observer ni lundi ni mardi en EPS car ce sont des parcours de motricité. Ca sera donc pour jeudi !


Merci pour votre aide.



isa 10/09/2011 11:22



Je pense Marie qu'il ne faut pas se précipiter et aller trop vite dans l'affirmation de tel ou tel comportement, c'est la première semaine de classe et certains comportements sont
l'expression d'une grande anxiété, c'est pourquoi je te propose de prendre le temps de l'observer, une manière pour toi de mieux le connaître et de mieux comprendre comment il agit. L'observation
peut se faire en EPS mais aussi dans la cour de récréation, ou dans les coins jeux de la classe ( c'est plus difficile car tu ne peux te mettre en retrait au risque de voir ta classe sans
dessus-dessous en ce début d'année). D'autre part à l'aide de tes observations, je serai plus à même de voir quel type d'enfant et ainsi mieux t'aider.



Christelle 10/09/2011 09:20



Bonjour Marie,ça me fait penser à mon élève...Il y a eu un article de publié sur lui grâce à Isa. Tu peux  aller y jeter un coup d'oeil et si tu veux on peut en reparler par la
suite....C'est idem pour moi, ça  a été lundi et mardi et jeudi il a recommencé....Je vais déjà contacter la psy scolaire. L'année dernière j'ai recommandé à la maman de se rapprocher de la
pmi pr un psy....Ce qu'elle a fait en juin , ms soit disant que la psy a dit qu'il n'en avait plus besoin quand je lui en ai reparlé hier.....il est en MS cette année....Voilà, je te souhaite
beaucoup de courage, car il est vrai que ce genre d'enfant nous pompe toute notre énergie!Mais il ne faut pas oublier non plus qu'il y a une souffrance derrière ce comportement....



Marie 09/09/2011 23:37



Bonjour,


 


j'ai un souci avec un enfant qui frappe très régulièrement ses camarades. Il a commencé dès la rentrée. Je ne sais pas trop comment réagir. Je le gronde, le met à l'écart, lui explique qu'il n'a
pas le droit parce que ça fait mal aux autres. Mais je n'ai pas l'impression que ce soit la bonne voie. Il pleure trois secondes et recommence 30 minutes plus tard !


Auriez-vous des conseils ?


Merci


Marie



isa 10/09/2011 00:39



Je te propose de faire une observation de ton petit élève comme je le propose dans mon article "la pédagogie de l'observation" , de me l'envoyer et que nous en parlions en salle des
maîtres sur le blog. Je vais te joindre via ma messagerie pour que tu puisses faire ton envoi . Je vais tenter de t'aider mais de ton côté prends le temps de cette observation, c'est vraiment
nécessaire . Si tu as des questions concernant ce que je te demande n'hésite pas !



Alexandra 23/01/2010 13:55


Bonjour, tout ça est très éclairant pour moi et me remet en cause dans certaines de mes paroels avec mes élèves!! Quel dommage que tout ça ne nous soit pas enseigné à l'IUFM ou en formation
continue...


Alomère 22/01/2010 23:59


Bonsoir, je m'intéresse à votre blog. Je viens tout juste d'ouvrir le mien sur la parentalité. Venez me faire un petit coucou, tandis que je le construis!


isa 23/01/2010 11:46


ça y est , j'y suis allée.