pensez à relire mes articles: aujourd'hui,j'ai l'impression que cela va dans tous les sens

Publié le par isa

 

smile.jpg

article écrit le 19 Septembre 2010

 

J'AI LE SENTIMENT QUE CELA VA DANS TOUS LES SENS

 

Quelles situations nous amènent à penser cela ?

Lorsque les élèves vont au gré de leur envie, de leur attirance sans tenir compte de ce qui a été annoncé ou demandé, lorsqu'ils s'agitent en regroupement et que la discussion a bien des difficultés à avoir lieu, lorsque durant la séance d'EPS, ils courent partout et ne tiennent pas compte des appels répétés de l'enseignant, lorsqu'au moment des sorties et des entrées en classe, ( pré et post récréation) et des passages aux toilettes, ils font les petits fous, lorsque la mise en ateliers est un défi à la patience, bref tous les moments où l'enseignant a l'impression de ne plus « avoir la main ».

Un premier rappel est à faire, les petits élèves n'ont que 3 ans, il faut songer à ce qu'ils étaient il y a 3 ans ! Il est donc inutile de croire à la classe tenue et disciplinée que parfois on rêve d'avoir. Lorsqu'on est nommé dans une petite section, il est important de regarder autour de soi ( dans les magasins, dans la famille …)à quoi ressemble un petit de 3 ans pour ne pas s'illusionner d'une classe silencieuse et prompte à l'obéissance. En disant cela, je ne me résigne pas à souffrir d'une impossibilité à changer les choses, mais je rappelle la réalité tout simplement. Il y a parfois un décalage entre ce qui est exigé et les possibilités psychiques et physiques des petits élèves.

Cependant , ils arrivent à l'école et viennent y apprendre à devenir élève, c'est pourquoi le rôle de l'enseignant est déterminant. Il ne va pas les canaliser d'un coup de baguette magique , tout cela va être progressif et il pourra mesurer à la fin de l'année les progrès accomplis et l'étendue de sa réussite.

Comment donc éviter que la classe parte  le moins possible dans tous les sens?

J'en ai parlé dans un précédent article, mais donner des repères aux élèves est un des moyens de les canaliser. Les repères temporels type journée en photo, calendrier, petite musique pour ranger, musique au retour de récréation pour faire revenir le calme … sont structurants et apaisants, dés lors que les élèves ont compris leur permanence et leur récurrence, ils se trouvent encadrés par eux ,et cela les sécurise.

Effectivement, les élèves ont besoin de cadre, reprenons les situations difficiles évoquées en début d'article:

  • Le regroupement est un moment qui peut être très incontrôlable, pour donner du cadre à ce moment, plusieurs règles sont à retenir: éviter de parler sans support visuel , en effet les élèves ont besoin d'avoir un point d'appui visuel afin de mieux contrôler leur attention, éviter de prolonger un regroupement dés lors que l'attention d'un petit groupe est perdu, éviter de laisser s'asseoir des élèves qui se perturbent mutuellement les uns à côté des autres, il est tout à fait possible , une fois tous les élèves assis de remanier le groupe afin d'équilibrer la concentration, éviter de laisser à portée des élèves des objets qui pourraient les distraire de la tâche d'écoute, créer la surprise ( par exemple: s'arrêter de parler puis reprendre en play-back, ou bien se mettre à parler ou lire à toute vitesse, ou bien lancer un mime : «  on dirait qu'on serait en avion et qu'on volerait au dessus de la classe …. » afin de capter de nouveau l'attention pour ensuite poursuivre ),faire venir un élève pour qu'il fasse une tâche précise ( exemple : dire la comptine, parler à la marionnette) cette méthode attire l'attention car il y a un phénomène d'identification qui opère à coup sûr, certains élèves ont parfois besoin d'un espace plus délimité qu'un banc , ils se trouvent perdus sans limites précises et du coup s'agitent, c'est pourquoi pour ce type d'élève , il est peut être mieux de leur prévoir une chaise personnelle ( en soutien langage grande section, il m'est arrivé de rajouter une chaise par-dessus le banc pour des élèves particulièrement difficiles, ils se sentaient mieux ainsi, comme si la chaise donnait un contour à leur place).

  • La séance d'EPS peut être un nid de difficultés, là de nouveau, le cadre mal délimité d'une salle de sport ( grande et vide) donne à certains un sentiment de perte qui les poussent à tenter de remplir par des cris et des mouvements cet espace inquiétant. Il est donc nécessaire de créer des repères et des habitudes. Des ritualisations peuvent être installées : farandole pour arriver dans la salle, coin pour s'asseoir avant le début de la séance afin d'écouter l'enseignant dans de bonnes conditions, distribution de rôles ( ainsi avant une séance , je repérais les élèves qui semblaient agités et je leur demandais d'aller fermer les portes par exemple), repère sonore ( tambourin, claquement dans les mains) pour tout signal, regroupement dés que le groupe semble déraper, et activité maximum puisqu'il s'agit bien de cela en EPS.

  • Pour les moments de passage type entrée et sortie de récréation, passage aux toilettes, il est important de jouer sur l'autonomie et la durée,pas question de prévoir des temps trop longs d'attente , faire en sorte que les élèves aient quelque chose à faire ( par exemple: un élève est habillé et doit attendre les autres pour aller dehors, lui demander d'aider son copain à mettre son manteau).

  • Durant les ateliers, l'enseignant peut être assailli par tous ceux qui ont déjà fini et ceux qui n'ont pas encore commencé, j'ai à plusieurs reprises expliqué mon fonctionnement d' ateliers en début d'année où la notion de groupe est très souple , ainsi pour faciliter la répartition des élèves aux activités leur carte de présence est posée sur une table avec celles d'autres camarades, chacun trouvant sa place en autonomie. Cependant dés qu'un élève du groupe a terminé , il peut aller voir dans un autre groupe si une place s'est libérée et peut de nouveau faire une nouvelle activité, l'avantage de cette pratique est que les élèves plus rapides ont toujours quelque chose à faire et ne se retrouvent pas désoeuvrés donc agitables, d'autre part , ils multiplient les activités y compris celles déjà faites et l'on sait combien la répétition est importante dans les apprentissages. Au fil de l'année, les groupes se stabilisent et chacun a plus de capacités à rester à sa tâche.

Tous ces conseils sont à adapter à sa situation et à ses élèves,cependant, dés lors qu'une difficulté est repérée , il est conseillé de la clarifier, et de chercher à en sortir, ainsi des solutions sont à chercher, à tester, à affiner. Une réponse ne suffit pas toujours mais il est certain qu'il y a UNE réponse adéquate et qu'il est préférable de la trouver pour que enseigner ne devienne pas un enfer.

Dans cet article, je ne parle pas du contenu ni de la forme des apprentissages, mais ce sont des points importants qui peuvent être à l'origine des comportements des élèves, je veux prendre pour exemple une pratique fréquente observée en maternelle et qui est l'abus de la pratique du coloriage. Parfois en pensant maintenir des élèves à une tâche de manière prolongée, il leur est proposé de faire un coloriage dans une fiche dite d'apprentissage et ce tous les jours de la semaine. Sans vouloir juger une pratique, je fais le constat que la rudesse et la contrainte de faire un coloriage parfois interminable crée une tension musculaire et nerveuse qui a pour effet d'agiter les élèves pendant et au sortir de leur tâche. Par ailleurs , si quelques petits élèves se trouvent bien dans cette activité très contenue, la plupart sont rebutés par cet exercice et de ce fait crée un sentiment de souffrance pour la chose scolaire. C'est pourquoi je veux dire à tous ceux qui pensent gagner de la tranquillité en proposant fréquemment des coloriages qu'ils font le lit de leurs difficultés, l'enseignant qui n'a pas compris qu'il gagnera la confiance de ses élèves et donc leur motivation en respectant leurs besoins élémentaires ( celui de mouvement, de création, d'autonomie, d'exploration …) aura un chemin plus long et plus fastidieux pour travailler avec ses élèves.

Enfin pour conclure sur ce sujet, il est un point important qui permet aussi de sortir du « J'ai l'impression que cela part dans tous les sens » c'est l'autorité , il en sera question dans le prochain article de cette série.

 

Vous voulez réagir à mes propos, ce blog vous est ouvert.

Publié dans rentrée scolaire

Commenter cet article

MARIA 18/09/2013 09:46


Merci beaucoup Isa !


Votre exposé est clair et limpide. Votre argumentaire est solide.Votre raisonnement est logique et laisse transparaître beaucoup de sagesse et d'expérience.


Je bois vos paroles réconfortantes et rassurantes.


Malgré mon expérience plus limitée que la votre, je vous rejoins parfaitement.


Merci encore pour votre bienveillance et votre soutien.

isa 18/09/2013 10:02



merci Maria, tu peux y rajouter ce que tu as observé que je n'ai pas exploré dans ce soutien  à un certain désarroi.



Bobinette45 15/09/2013 23:04


PARDON... "Allez!"

Bobinette45 15/09/2013 23:00


Me revoilà avec mon souci d'impression d'oeuvres artistiques.


J'ai réussi à imprimer celle d'Otto Zitko en allant sur son site comme tu me l'avais indiqué. En revanche, à partir du blog, lorsqu'on sélectionne les artistes de la liste du module à droite de
l'écran, on arrive sur la programmation de la semaine liée à l'album mais l'oeuvre qui y figure n'est pas "active" et ne peut être extraite ni imprimée.


Aller, pour finir, et pour rester dans la même veine graphique, j'ai décidé d'accomoder à ma sauce le Hervé Tullet sur le gribouillage (que j'avais acheté pour le plaisir l'an dernier avant de
voir qu'il fut choisi ici) en complément de tes propositions!  waouh... à suivre...

isa 16/09/2013 08:43



non je te parle des albums que tu trouves dans le module "Belles images", voici le lien pour les artistes 2013-2014 ICI



Gwen 15/09/2013 22:06


Merci pour les infos.


 

isa 15/09/2013 22:11



Vérifie tout de même mais quand j'étais encore enseignante, cet interdit est tombé. Depuis, il y a peut être eu du changement, notamment sur les matériaux utilisés, ça je ne sais
pas.



Gwen 15/09/2013 21:48


Je l'ignorais...Comment vais-je faire?...


 

isa 15/09/2013 22:00



il faudrait vérifier mais je crois qu'il a risque d'étouffement et que c'est particulièrement inflammable.


il y a peut être de nouvelles matières qui conviennent mieux. Sinon il y a les fameux marrons !



Gwen 15/09/2013 21:01


Je pense surtout aux graines diverses à manipuler.


Pour l'instant, il ya souvent trop de pagaille à mon goût avec ces manipulations même si elles ont très pédagogiques. Je dois remettre la table de manip en "route" avec des petits bouts de
polystyrène, ceux pour protéger dans les colis. Et après on passera aux graines diverses.

isa 15/09/2013 21:19



je croyais que le polystyrène était interdit ????



Gwen 15/09/2013 20:33


Dans une table de manipulation, c'est plus gérable.

isa 15/09/2013 20:49



parce que l' élève est seul à manipuler l'eau , c'est ça ? 



Bobinette45 15/09/2013 20:32


Oui Isa... c'est bien ici que j'ai l'occasion d'éprouver ce délicat point sensible que constitue la prise d'autonomie et son cortège de choix et d'engagements.... Passionnant et parfois
douloureusement laborieux de (se) grandir, quelque soit son âge!!!

isa 15/09/2013 20:47



Garde ton esprit critique vis à vis de mes propositions, ne te laisse pas embarquer dans des voies qui ne te conviennent pas, il est important et je le note dés mon introduction du blog (
en haut de la page d'accueil) que les idées sont à s'approprier. Tu les fais tiennes avec tout ce qui te caractérise. Jamais tu ne feras la classe comme moi je la faisais, d'ailleurs il suffit de
regarder les productions des classes sur un même projet, il y a tellement de différences et c'est tellement enthousiasmant de voir combien chacun(e) a imaginé la proposition. C'est aussi tout ce
travail de "digestion" qui te prend du temps et de l'esprit actuellement.



Bobinette45 15/09/2013 20:25


Et pourtant, il apparait que ce type d'activités détend, apaise et comble ceux qui se sentent le plus en désarroi face au manque et à la séparation...

isa 15/09/2013 20:42



oui c'est ce que je viens d'écrire à Gwen, mais nous avons chacune une aisance avec certaines activités et l'eau peut représenter une vraie difficulté !



Gwen 15/09/2013 20:16


Concernant les ateliers individuels, je n'utilise pas ceux avec de la semoule ou de l'eau car c'est trop difficile à gérer pour l'instant avec un gros effectif.

isa 15/09/2013 20:41



c'est ce qu'il faut faire, agir par priorité ! Personnellement, l'atelier eau mis en route dés le premier jour de classe a toujours été un véritable appui pour apaiser et calmer, mais je
comprends que cela puisse inquiéter.



Bobinette45 15/09/2013 19:55


Merci pour cette attention et cette écoute, ça réchauffe!


En ce qui concerne ma question n°4, je voudrais imprimer en format A4 et en couleur chacune des oeuvres proposées comme source d'inspiration esthétique et graphique aux élèves, (Otto Zitko, en ce
moment). Ces oeuvres sont-elles accessibles sur une iconothèque?


 


Enfin, j'en profite pour ajouter, en écho avec un autre fil du blog "le blog peut-il faire peur???" que, oui, un peu, dans la mesure où il n'est pas forcément aisé de se laisser guider sur ton
chemin attrayant et bien balisé (le choix des albums, le scénario proposé aux élèves avec la mascotte, certaines activités, les feuillets du cahier de liaison...)tout en conservant une part
"D'AUTONOMIE" nécessaire, dont on peut, à tord (évidemment) se sentir dépossédé. C'est si confortable un chemin tracé!!!


 

isa 15/09/2013 20:10



oui sur le site d'Otto Zitko ou sur mon blog ,le dossier qui se trouve dans un module à droite "belles images" artistes 2013-2014.


L'autonomie c'est agir avec plaisir en intériorisant ses propres règles ,en respectant l'autre et en ayant fait ses choix dans un esprit critique. Est-ce que tu ressens ça sur le blog ?
Si c'est oui alors tu es autonome, si tu ne le ressens pas alors vois où ça coince et tente d'y remédier... Mais si ton choix est de suivre un chemin tracé , est-ce forcément une marque de non
autonomie ?



Bobinette45 15/09/2013 18:19


Ouf! Alors que j'étais enfin décidée à ré-intervenir parmi vous, la fenêtre pour taper son commentaire avait disparue et je me suis sentie tout à coup seule et abandonnée face à mes
questionnements....


Alors voilà, j'ai donc eu envie cette année avec ma petite section de 30 élèves (16 garçons et 14 filles) de suivre au plus près le chemin exaltant et stimulant proposé par Isa et parcouru par
beaucoup d'entre vous: c'est à dire mise en place du petit (mais épais!)cahier de liaison et de la petite marionnette à doigt individuelle, abandon du système traditionnel de groupes de couleur,
instauration d'un deuxième temps d'ateliers dans la matinée grace à la suppression de la collation, mascotte beaucoup plus omniprésente (une marionnette-chien à bouille craquante nommée BOBI,
d'où mon pseudo...!), acquisition de la judicieuse sélection d'albums et enfin..... constitution d'une certaine dose de confiance en moi pour me lancer dans cette démarche ambitieuse.


Seulement à présent, je rame sur certains points et je fais appel à vous pour garder le cap (et le moral, car cet investissement me dévore encore plus qu'avant et m'oblige à reléguer la vie
familiale à la portion congrue, ce qui n'arrange rien...)


1) Tout d'abord, comment trouver des ateliers autonomes collectifs qui se distinguent d'un coin jeux de l'accueil (type collier ou mosaique) Peut-être en y incluant un objectif et une consigne
mais alors, à quel moment la formuler et comment relier cette activité à celles proposées sur le blog pour éviter de faire de "l'occupationnel" dénué de sens pour les élèves?


2) Pour l'instant, j'ai du mal à bien structurer les deux moments d'ateliers avant et après la récrée (10h/10h30 chez nous), sachant que mon ATSEM s'absente de 11h à 11h35 pour aller déjeuner et
que je suis donc seule pour la fin des ateliers 2, le rangement et le regroupement!!! (c'est à dire le pire moment de la journée....Bobinette au bord de la nervous breakdown et abandonnant toutes
ses bonnes résolutions de self contrôle et de patience angélique au millieu des pleurs et des irréductibles trublions qui déballent tout ce qui est rangé d'un côté pendant que certains s'échinent
de l'autre.......). Sans doute faut-il qie je modifie le déroulé des différents "temps" au risque d'une cohérence moins bonne?


Je ne suis pourtant pas une débutante mais j'ai toujours eu des soucis pour faire ranger les élèves et patienter ceux qui sont prêts en regroupement.!


3) Je ne me suis pas encore lancée dans les ateliers individuels de type Montessori. Je souhaite m'y mettre au plus vite d'autant plus que les contributions nombreuses et riches font vraiment
envie, mais, là encore, il faut y consacrer du temps pour que la logistique suive et éviter le big bazar que je redoute toujours un peu (et oui, ce satané doute sur ses propres capacités à ne pas
se perdre dans l'organisation et le contrôle de la situation..). Donc, question? Que privilégier pour la mise en route des plateaux magiques ? (j'ai beaucoup de petits matériels et bricoles en
tout genre car je suis du genre "on le garde ça pourra peut-être servir").


4) Enfin, juste une dernière question pratique: Je n'ai pas trouvé où pouvoir imprimer une repro. des artistes proposés sans texte autour.


Voilà, merci beaucoup à ceux qui auront le temps ou l'envie de m'apporter leurs lumières et à Isa qui veille sur son écran et accompagne nos pas encore chancelants pour qui tente l'aventure!!


 


 


 

isa 15/09/2013 19:04



1) du réinvestissement , ce qui a été fait avec l'enseignant est refait seul ou sous une autre forme.


2) le rangement est un apprentissage, rien de naturel chez les enfants, il faut donc savoir perdre du temps à expliquer et d'ailleurs cela peut être aussi un atelier autonome du type, le
coin poupée dérangé, le but est de le ranger en groupe.... plus les élèves ont compris où les choses se rangent et plus ils vont être capables de le refaire.Mais certains ne veulent pas prendre
le temps de comprendre c'est pourquoi il faut des moments d'apprentissage et de répétition


3) pour cette question, je ne suis pas experte pour te répondre, j'espère que Muriel ou Emilie ou une autre saura te répondre


4) peux tu reformuler ta question , je ne comprends pas de quoi tu parles , quelle reproduction, quel texte ????


enfin Bobinette, oui je n'ai jamais caché que mon fonctionnement demande du travail, c'est certain et je suis admirative parce que vous osez vous y lancer malgré tout ce que cela
implique. Maintenant, toutes ces transformations dans vos pratiques demandent une organisation qui va s'établir petit à petit mais ce n'est pas au bout de 15 jours et en pleine période de rentrée
que vous pouvez déjà avoir des effets positifs .Mais je sais en te lisant que tu vas y parvenir parce ton dynamisme est bien là et ton envie aussi, donc ça va marcher, patience, persévérance et
surtout venir dés que tu sens que les doutes te prennent... 



Florence 15/09/2013 14:13


Merci beaucoup pour ces précisions! :-) 

Florence 14/09/2013 16:29


Merci pour ces conseils! Ce que je lis me rassure parce que, comme je découvre la PS après avoir été longtemps en élémetaire, j'ai effectivement l'impression que cela part dans tous les sens!
Cela me fait me remettre beaucop en question même si je constate au bout de 2 semaines que quelques petites choses vont mieux! Je n'avais pas lu ton article auparavant et j'ai mis en plce
quelques petites choses que tu décris (ex: utilisation du tambourin pour attirer l'attention en classe et en salle de motricité). Cela fonctionne bien.


Par contre, je fais appel à vos conseils, parce que j'ai du mal à trouver une organisation pour l'habillage, qui ets long et les enfants ont tendance à partir dans tous les sens soit une prêts,
soit en attendant. J'ai essayé plusieurs façons mais aucune ne me convient. Et comme j'ai une jeune ATSEM qui débute aussi, on en parle ensemble mais, tout comme moi, cela ne lui convient pas.
Lorsqu'ils seront plus autonomes, cela ira mieux! 


Donc merci par avance pour vos conseils sur la façon de gérer ce moment en début d'année!

isa 14/09/2013 18:25



Voilà comment je procédais, le matin ce sont les parents qui aidaient leurs enfants à se déshabiller, pour la sortie récré, les élèves allaient chercher leur manteau seuls dans le
couloir, et revenaient dans la classe s'habiller, au fur et à mesure ils sortaient seuls en récré (évidemment celle-ci étaient surveillée)cela évitait l'attente mais j'avais une porte qui donnait
directement sur la cour, ensuite le midi, ce sont encore les parents qui rentraient et allaient habiller leur enfant, au retour l'après midi, on se déshabillait en classe et on rangeait ensemble
aux porte-manteaux. Il n'y avait que la fin de journée où on se retrouvait tous dans le couloir pour s'habiller car certains partaient avec l'atsem pour le bus, et les autres restaient avec moi
pour attendre les parents, donc notre système était le suivant, les bancs pour le car, et les bancs revenir en classe attendre les parents. Je veux dire par là que les enfants s'habillaient,
s'aidaient les uns les autres et ensuite s'asseyaient pour attendre que leur groupe soit prêt. Et on se séparait.



christine G 14/09/2013 09:48


Merci Isa . Pour l'apprentissage du retour au calme j'utilise depuis l'an dernier la chanson de VIVI " quand je vais à l'école", ça fonctionne très bien et quand j'ai besoin, je chante uniquement
la dernière phrase "mes pieds sont endormis".


j'ai également installé un aquarium avec 2 petits poisson rouges,sur un meuble à hauteur de vue des enfants ...ça apaise les enfants à besoins particuliers comme mon petit"autiste" ( qui peut
m'expliquer pourquoi?) et pour le retour au calme je mets la chanson des ptits poissons et un élève vient les nourrir

isa 14/09/2013 11:19



tout ce qui se répète de manière infinie a un pouvoir apaisant sur les angoisses, cela a un effet contenant, j'ai eu un petit autiste ( plusieurs dans ma carrière) mais celui-ci avait des
troubles particulièrement envahissants,il ne tenait absolument pas en place, c'était une vraie impossibilité, je n'avais trouvé qu'une seule activité qui le contenait: déchirer du papier, il
pouvait rester longtemps à faire de longues bandes avec des pages de catalogues. Cela m'aidait bien quand je ne pouvais pas me consacrer à lui.



paloma 13/09/2013 22:08


Bonne idée !! moi qui fais passer une musique (dont je change le CD à chaque période) ,je crois que je vais faire jouer un élève au xylophone ds qq temps !!

Peggytoune 13/09/2013 22:02


Merci Isa, de mettre des mots sur nos inquiétudes, nos difficultés et de donner des solutions (facilement applicables) à des situations parfois délicates. Pour
favoriser le calme au début du regroupement, j'utilise une petite comptine, que je répète (à voix de plus en plus basse) une ou deux fois, selon les besoins (1,2,3/ Je mets mon petit doigt/ Je ne
fais plus de bruit / Et je suis bien assis).


Je testerai la petite musique pour entrer en classe après la récréation... Et pourquoi pas jouer quelques notes de xylophone pour demander de ranger ? Je pense même
qu'un élève peut devenir "responsable" de la musique de rangement, à terme.

paloma 13/09/2013 18:43


Merci Isa pour ces précisions si constructives.


Pour ma part , je considère que les Petits doivent d'abord et avant tout prendre des repères dans leur classe, ainsi que dans cette nouvelle vie qui leur est imposée. Pour cela, je prends
énormément de temps ....et je ne les jette pas à corps perdu dans le "faire"...Donc, tout en étant  consciente aussi qu'il leur faut des activités, je ne cherche pas à les faire entrer dans
des apprentissages qui me semblent prématurés.


Pour moi, le "devenir élève" est LA grande priorité. 


Pour ce qui concerne les moments dits "difficiles" , je joue en effet sur des temps très courts , où j'alterne les chansons, et aussi , comme tu le suggères les effets de surprise, avec ou sans
Quenotte notre marionnette souris.


Comme je suis comédienne par ailleurs, j'utilise mes compétences de jeu pour créer des moments de surprises, d'étonnements, et de rire aussi....Et j'enchaîne avec un cadre assez strict pour les
attitudes, et tout ce qui concerne les règles de la classe...


Je ne sais pas si je me fais bien comprendre...


Bref, il est vrai aussi que la configuration de ma classe : PS/MS/GS est facilitante pour les Petits....et en cela, ils ont de la chance....