projet "sac à album et petit plus"

Publié le par isa

 

 

sac-a-album.jpg

Photo SylT

 

Descriptif :

L’enseignant prête les livres de la classe aux élèves pour  les emmener chez eux.

Chaque livre, en fin de journée, est mis dans un sac repérable qui contient déjà le petit plus.

Le petit plus est constitué d’éléments qui permettent de jouer, de chercher, d’imaginer, de répéter l’histoire en famille (exemple : les personnages du livre, une recette à ajouter, un petit puzzle de la couverture….)

L’élève emprunte le sac à album le soir et le rapporte le lendemain.

L’enseignant met en place un outil pour noter les emprunts et vérifier les retours.

 

Objectifs :

Répondre aux préconisations de l’OCDE pour lutter contre les inégalités scolaires dans le rapport « Lisons-leur une histoire »

Promouvoir la lecture

Favoriser le lien famille-école en instaurant la confiance

Faire entrer le livre chez les familles les plus éloignées de l’école

Ouvrir à la culture pour tous

Accompagner les parents dans leur rôle de parents d’élève

Reconnaitre les parents dans leurs compétences éducatives

Soutenir le lien parent-enfant dans un temps de lecture partagée

Développer le plaisir du livre chez l’enfant

 

Développement :

Le livre symbolise le savoir et les familles adhèrent à cette représentation. Même les parents les plus en retrait face à l’école aspirent à la réussite pour leur enfant, cependant leur histoire personnelle, leurs difficultés sociales, leur sentiment d’échec ou d’incapacité font qu’ils ne se pensent pas qualifiés pour aider leur enfant qui va à l’école. Des attitudes de désintérêt peuvent laisser penser qu’ils abandonnent leur rôle. Face à cela, l’école se sent démunie et tente de pallier. Cependant, le rôle des enseignants est de toujours chercher les moyens de combler les inégalités scolaires afin de favoriser la réussite de chacun quelque soit son origine.

Notre blog est un de ces lieux de recherche, l’avantage qu’il présente est de pouvoir échanger de Lille à Marseille , de Brest à Strasbourg , de Pointe à Pitre à Nouméa  aussi facilement que nous le faisons. Cette multiplicité de rencontres offre une richesse d’idées qui au fil du temps aboutit à un projet construit et réaliste. Et c’est ainsi que « Sac à album et petit plus » a vu le jour et fonctionne déjà dans de nombreuses classes.

 

Suite au rapport de l’OCDE qui suggère de développer des programmes incitant la lecture du parent à son enfant « Lisons-leur une histoire », notre projet s’est mis en place, se construisant au fil des idées et des discussions.

 

L’intérêt est de développer la perception que le parent a de son rôle à jouer dans la scolarité de son enfant, il est important qu’il mesure combien son attitude sera retentissante pour ce dernier et combien celui-ci aura à cœur de s’engager scolairement.

Le livre est aux yeux de tous important pour l’accès au savoir ; en prêtant les livres de sa classe, l’enseignant marque sa confiance et son engagement à aider chacun en le considérant de manière égale.

Afin que le livre puisse être vécu comme une source de plaisir, y compris par ceux qui en sont les plus distants, l’idée d’ajouter un petit plus permet de privilégier l’aspect ludique tout en incitant à une action en direction de l’école. Cela encourage le lien et l’intérêt réciproque, essentiel à la reconnaissance de la place de chacun.

Le petit plus est aussi une sorte de guide qui permet aux parents qui ne savent pas toujours comment aborder le livre d’avoir un outil supplémentaire pour aller à sa découverte.

Le livre devient alors un objet de connaissance et de joie de vivre qui circule de famille en famille, créant du lien entre elles au travers des petits plus qui parfois incitent à laisser une trace (photos, écrits, dessins…).

Cependant, ce petit plus n’a pas de caractère obligatoire et doit respecter la liberté de chacun de participer ou non.

L’enseignant sait la patience qu’il faut avoir avec les familles qui se montrent réticentes à l’égard de l’école ; sans les juger, il faut savoir leur donner leur place et ne jamais vouloir précipiter le changement. C’est un climat de confiance et de respect qu’il faut établir.

En commençant dés la petite section, à travers des activités qui semblent à portée de main, les parents découvrent leur rôle et s’y installent en sécurité, soutenus par l’enthousiasme de leur enfant et la considération de l’enseignant.

 

Sur le blog, nous poursuivons les échanges d’idées concernant les petits plus correspondants aux livres communs. Cette banque d’idées a pour but de partager l’inventivité mais aussi de faire gagner du temps à ceux qui seraient en panne de fantaisie.

 

Evidemment, ce projet demande du temps (préparer les sacs et leurs petits plus, veiller à l'hygiène et à la sécurité des petits plus, organiser le prêt), de l’argent (achat livres et matériel), il ne peut être mis en place que lorsque l’enseignant est convaincu de l’intérêt pédagogique. Chacun peut choisir d'ajouter des petits plus qui demandent peu d'investissement personnel. Certains s’y sont lancés, sûrs du bien-fondé, d’autres attendent et réfléchissent et d'autres encore n'y viendront jamais,cela est normal. Peut –être serait-il intéressant que des retours soient faits concernant ce qui se passe avec les familles, et avec les élèves. Y-a-t-il un changement par rapport aux livres depuis que les sacs à album ont été mis en place ? Quelles observations ont été faites ? Quelles difficultés ont été rencontrées ? Quelles satisfactions ont été appréciées ? 

 

Inutile de vous expliquer que ce projet me tient à cœur, j’ai depuis longtemps axé ma pédagogie sur l’ouverture en direction des familles persuadée que notre rôle est indissociable de leur participation. Je me réjouis de lire qu’elle est maintenant un levier reconnu et pour lequel il est nécessaire de mettre en place de nouvelles actions. Comme à mon habitude, je me tiens toute disposée à répondre à vos questions ou débattre avec vous.

 

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

Sophie 17/09/2016 15:31

Bonjour,
J'avais il y a quelques jours envoyé un message pour proposer un sac pour l'album "Trésors surprises". Je suis toujours prête à partager le fruit de mes petites réflexions si cela vous intéresse.

isa 17/09/2016 18:48

Oh pardon Sophie, j'ai dû laisser passer ton message lors de cette rentrée, tu as bien fait d'insister, je te joins via ma messagerie.

catherine 28/06/2016 19:49

Je découvre votre site et ce superbe projet.
J'aimerais participer mais ... avec une classe de cm1 et des sacs à albums que les enfants réaliseraient eux-mêmes en échangeant les sacs avec une autre classe (et d'autres livres)
Pensez-vous que ce serait adaptable et que cela rencontrerait les mêmes objectifs?

isa 29/06/2016 08:57

Bonjour Catherine, ça fait plaisir de voir que les collègues de l'élémentaire viennent nous rendre visite:-) Alors ce qu'il faut savoir c'est que ce projet répond à des préconisations de l'OCDE pour lutter contre l'échec scolaire en amenant les familles à partager la lecture avec leur enfant, selon leur étude, cet investissement très simple favorise de manière significative la réussite de l'enfant. C'est pourquoi l'idée des sacs à album est née parce que nous avons cherché comment inciter les parents à lire avec leur enfant. On s'est dit que l'aspect ludique du sac aurait un effet stimulant. Notre pari est gagné parce que les retours très nombreux confirment cet engouement pour les sacs à album dans les classes où ils ont été lancés.
Evidemment, ton idée de faire fabriquer le petit plus par tes élèves est une excellente idée, maintenant pourquoi ne pas partager avec les familles, car le rapport de l'OCDE balaye assez large. A partir de l'adolescence, il est préconisé des discussions sur la vie de l'adolescent, s'intéresser à ses goûts, à ses copains, à ses activités autres que scolaires, ça parait simple mais ce n'est pas toujours le cas. Bien sûr l'idée du partage avec une autre classe est aussi une bonne idée, mais ne répond pas à l'objectif principal qui est visé.

nath'à'laine 11/11/2015 14:58

J'ai trouvé votre projet cet été sur Internet et je le trouve très intéressant. Je vais le mettre en place dans ma classe de PS/MS cette année. Merci pour tous les documents que vous nous fournissez, ça fait gagner beaucoup de temps!

Cécile 25/08/2015 20:15

Je vais essayer de me lancer dans le projet cette année.
J'ai quelques questions (j'ai lu différents articles mais je ne crois pas avoir trouvé ces réponses).
- Comment présenter le projet aux élèves?
- Les petits plus sont-ils montrés et utilisés en classe avant d'être mis dans les sacs?
- Les albums sont-ils remis dans la bibliothèque dans la journée? Parce qu'il serait quand même dommage que les élèves ne puissent pas lire des livres connus en classe.

Christel 26/03/2015 22:36

Lancement des sacs à album dans ma classe cette semaine, avec 6 sacs. Ce sont des histoires que les enfants connaissent quasiment par cœur, du coup je leur ai dit que c'étaient eux qui allaient raconter l'histoire à leurs parents, ils étaient très fiers de cette idée et les retours des parents ont été très positifs, même une maman que j'avais rencontrée pour lui parler de l'importance des livres et de la lecture m'a raconté comment sa fille lui avait fait la lecture. Par contre je me pose une question pour les vacances: j'ai quand même peur de laisser les livres 15 jours dans les familles. Comment faites-vous?

Julie boisnard 03/03/2015 19:02

C est une super idée que je vais essayer de mettre en place dans ma classe et la faire partager à ma collègue

Sandy 13/07/2014 16:56

L'idée me plait beaucoup, elle va dans le sens de ce que je tente de bâtir avec mes élèves de PS et leurs parents. Nous avons déjà l'abécédaire voyageur qui part chaque soir dans les maisons... je vais tenter le sac à album mais les mercredis ou vendredis soirs... afin que les parents aient le temps de lire l'histoire, sans se retrouver "forcés" ou que ce ne soient que certains enfants qui en bénéficient à la maison et pas les autres. Merci pour ce texte théorique qui va m'aider à construire mon propre projet en fonction de la situation de ma classe et le présenter aux parents à la rentrée.

isa 21/08/2014 10:15

je crois qu'il faut effectivement trouvé le bon rythme, en fonction des réactions des familles et ne pas hésiter à leur demander leur avis également.

vaness 19/05/2014 18:14

je découvre cette pratique péda sur votre blog!! quelle superbe idée!!! je vais m'occuper de préparer tous ces petits sacs pour retrouver les histoires de l'année à la maison (il est temps!!!) avec tous les petits plus que nous avons utilisé dans la classe déjà, en collectif ou en ateliers!! tout est déjà pret donc sauf les sacs!:!! il ne me manquait plus que l'idée du pret! génial!
l'an prochain, je commence en septembre!

isa 19/05/2014 19:35

Tu étais déjà dans le travail autour des livres et de leurs personnages , c'est ça ? Très intéressant, voilà comment les idées se rencontrent , je suis contente que tu nous aies trouvés.

edith 06/02/2014 12:37


En fait, je prête les livres de chaque période, 15 jours avant les vacances depuis 3 ou 4 ans maintenant. Les enfants adorent, je le sais par leur souci de ne jamais oublié le soir d'aller
choisir un livre: ils me le rapellent, si par hasard j'oublie. Ils veulent "passer en premier pour avoir plus de choix", ils foncent sur un livre si celui qu'ils convoitent et encore
disponible.


Et chaque semaine les enfants empruntent un livre de la BCD: l'apprentissage du choix, du rangement, des collections, des auteurs, des thèmes est fait en parallèle dans la classe. Je vais
d'aileurs prendre l'idée d'Emilie (les cagettesà pour ma BCD: la cagette avec les livres de Noël, celle avec les livres de loup...ou autre selon la période et selon les thèmes du moment. Cela
rajoutera une aide au choix d'un livre.


Ce qui est nouvau c'est le petit retour que je demande cette semaine aux parents, sur mon organisation du prêt des livres de l'école. Ce n'est pas un "petit plus". Je demande leur
avis dans le but de savoir si le système mis en place convient, et si le prêt des livres est apprécié,  ainsi que ce qui pourrait évoluer.  J'ai déjà 6 réponses sur 22
familles...bilan un peu plus tard.

sylvieg 03/02/2014 23:50


Effectivement je me suis sentie bousculée Isa et effectivement je n'en ai pas l'habitude sur ton blog mais premièrement je sais que cela te tient à coeur cette liaison école famille et
Circulation des albums et deuxièmement cela m'a fait m'interroger sur cette réticence qui n'est pas seulement dûe à un aspect matériel. L'album détenu par l'Enseignant comme détenteur du savoir,
oui sûrement cette image résonne en moi et il est vrai que du coup tout cela devient sacré aux yeux des enfts (au même titre que la chaise de la maîtresse...Moi c'est un tabouret et il est haut
je leur interdis d'y monter car dangereux sauf si je suis à côté) et si c'est sacré, c'est insaisissable...du coup, c'est franchement pas intéressant en terme d'interaction, c'est sûr mais bon
cette image est là, va falloir la décoller doucement...Encore une ce n'est pas la première, ce ne sera pas la dernière! Merci en tout cas pour ton petit mot Isa, je sais que je peux contiuner à
parler de façon très libre sur ton blog, c'est très riche et très rare et cela permet d'avancer, dénouer, renouer!

isa 04/02/2014 09:01



oui ça me tient à coeur mais ce n'est pas une raison, je n'aime pas bousculer les personnes, j'aurais certainement pu dire ma façon de penser autrement. Je me rends compte qu'il est
difficile d'exprimer clairement mon point de vue sans pour autant rendre l'interlocuteur captif de celui-ci quand il s'agit d'un sujet où mes convictions sont fortes. Vous avez parfaitement le
droit de ne pas prêter les livres, c'est aussi une position défendable et dans ce cas, il peut y avoir d'autres dispositifs qui conviennent mieux si le projet "Lisons-leur une histoire" vous
intéresse. Et il est compliqué pour moi de vous dire " Tentez de changer votre angle de vue " alors que dans ce cas, je ne le fais pas moi-même. Donc voilà la mise au point que je voulais
faire...une discussion en toute franchise !



edith 03/02/2014 23:04


Je viens de préparer les documents pour l’emprunt des livres que je programme 15 jours avant
chaque vacances : il s’agit des livres de la période (pas ceux de ta progression)


-          un tableau récapitulatif
pour suivre chaque jour les départs et retours des livres et la bonne répartition entre tous les élèves


-          un document pour les
parents indiquant les titres sélectionnés et le principe et l’objectif de ce fonctionnement


Suite à nos cogitations, je rajoute cette fois-ci une petite enquête de satisfaction où je
demande aux parents de me livrer en quelques mots leur ressenti, leur expérience avec les livres de l’école ou d’autres livres. J'ai aussi mis beaucoup plus de livres, offrant ainsi un plus gros
éventail , même ceux que j'ai lu pour le plaisir...et je mettrai les marottes "je veux des pâtes" et peut-être d'autres!


 


 


Pour Stasia


 


Je prête tous les livres (ceux de l’école, les miens, ceux de la bibliothèque municipale)
aux familles, mais je fais un petit « règlement » en début d’année…où je note que les livres doivent circuler dans un sac, utilisé avec soin, rapporté dans le délai pour circuler auprès
de tous…et remplacé en cas de grosse détérioration. Je fais signer et écrire « Lu et approuvé » Un enfant qui rend un livre abîmé peut
aussi être privé d’emprunt la semaine suivante (je cherche avant à savoir ce qui s’est passé, si il est impliqué dans l’incident) Je prête aussi parfois des livres « qui ont
vécu » : les incidents sont indiqués sur la dernière page (vers la fiche d’emprunt). Je reçois aussi des livres des familles, ils sont posés sur mon bureau et manipulés uniquement par
moi.


Tu m’as fait sourire quand tu as indiqué que tu pensais partager tes livres avec tes futurs
petits-enfants ! Car je pense comme toi ! Mais je leur dirai que ce livre je l’ai beaucoup lu et beaucoup prêté parce que j’adorais le raconter aux enfants de ma
classe !

isa 05/02/2014 13:46



merci Edith, tu y viens toi aussi ! Tiens nous informés de ce que tu observes avec tes élèves, cela m'intéresse beaucoup !


Je rajoute pour celles et ceux qui ne peuvent pas encore prêter leurs livres que le sac à album peut servir à aller raconter des histoires dans les autres classes, ce n'est pas du tout la
même démarche mais c'est un autre projet autour de l'oral.



sylvieg 03/02/2014 22:51


Je trouve intéressant que tu poses cette question Stasia car pour moi aussi il ne s'agit pas que de la coop mais aussi de mon argent perso. Peut-être parce qu'il n'y a pas de bouquins communs à
l'école, c'est moins évident de payer tous les albums renouvellés chaque année avec ma coop de classe...Sinon il ne reste plus rien pour acheter jeux, matériel...et c'est vrai que cela fait
seulement 3 ans que je suis dans cette classe donc les achats ne concernaient pas seulement les albums.


Par ailleurs, cela m'intéresse de savoir comment vous les couvrez: entièrement? seulement les coins? La tranche? ...
Parce que ce n'est pas parce que je dis que c'est difficile pour moi que je n'en ai pas envie ...de les faire circuler les livres.

isa 03/02/2014 23:17



j'aimerais m'excuser Sylvie, Stasia, et tous ceux qui se sont sentis jugés parce qu'ils ne souhaitent pas prêter les livres de leur classe. J'ai quitté mon attitude bienveillante et suis
rentrée dans un mode reproche qui ne me plait pas et je le regrette. Ce n'est pas constructif et cela amène souvent à l'inverse de ce qu'on espère, les personnes se sentent désignées et elles se
démobilisent. C'est une des premières fois où j'aurais voulu être physiquement en face de vous pour vous expliquer comment je comprends votre position . J'ai voulu expliquer combien les
intentions sont importantes dans ce type de projet mais je l'ai fait maladroitement et cela me déplait. Je ne sais pas qui a raison et je ne veux surtout pas que vous pensiez que c'est moi qui
détient la vérité. Ce blog est un lieu d'échanges et chacun de nous avance vers les autres, c'est pourquoi j'essaie de ne jamais être dans le jugement. En me relisant et en vous lisant ( Sylvie
par mail et Stasia), je me rends compte que je n'ai pas respecté ma ligne. 


concernant ta question Sylvie, tous les livres de ma classe étaient couverts entièrement de papier transparent autocollant ( comme dans les bibliothèques), c'est une bonne
protection.



Stasia 03/02/2014 22:17


J'ai pas mal cogité ce WE et j'en tire la conclusion que si depuis que je travaille avec le blog, je ne laisse plus les albums lus en libre accès dans la bibliothèque de classe, c'est parce que
je considère ces livres comme des objets personnels. En effet, je l'ai achète avec mes deniers, c'est un petit sacrifice et comme je les aime beaucoup, je veux les garder. Pas pour faire joli
dans une bibliothèque, je n'ai plus de place et je suis d'accord avec Isa : un livre, ça doit vivre, passer de mains en mains...Mais pour en partager la lecture avec neveux, amis et...plein
de futurs petits enfants ! Je me débrouillerai les prochaines années pour acheter les albums avec la coop et les crédits mairie. Je ne sais pas si ça sera possible. C'est vraiment une
grosse somme. Je pourrai peut-être aussi emprunter à la bibliothèque si je m'organise bien. Mais là, les livres ne sont pas en classe toute l'année. Sinon, je peux aussi convaincre les collègues
de renouveler notre BCD ? Et vous, comment faites-vous ?

edith 03/02/2014 21:10


Isa


Merci ça a fonctionné, je peux aller au bout des messages de cet article.

Emilie44 03/02/2014 19:01


C'est intéressant, comme quoi chacun dans son coin nos réflexions pédagogiques nous mènent souvent au même endroit!

Isabelle L 03/02/2014 18:11


Pierrick, j'ai fait des recherches sur ces fameux sacs, pour trouver d'autres idées, et je suis tombée sur les sacs à histoires, projet qui vient du Québec, Luxembourg, Genève (qui le premier
???) ce sont des sacs à albums visant les mêmes objectifs qu'Isa a énuméré mais dans un contexte multilangues. Pour que ce soit clair voyez vous même : http://www.ge.ch/enseignement_primaire/sacdhistoires/

isa 03/02/2014 18:19



ah c'est super, en complète adéquation avec notre projet et quelques idées à reprendre ou transformer, comme quoi cette préoccupation école famillle et livres est partagée ailleurs, merci
Isabelle de nous avoir trouvé ce lien.



edith 03/02/2014 12:47


Je ne réussis pas à aller lire les commentaires postés après celui d'Emilie hier à 20H59....la petite barre qui fait défiler la page vers le bas se trouve bloquée à cet endroit.


Est-ce que quelqu'un peut me dire de quel problème il s'agit et comment y remédier? Merci par avance.

isa 03/02/2014 18:00



je viens de supprimer le commentaire de Sylvie qui ne contenait rien, je le remets ici puisqu'elle me l'a envoyé.


Dis moi Edith si ça a débloqué la suite des commentaires


Très intéressée par ce projet, je fais partie de celles qui observent, écoutent
les témoignages de cette expérience...
Les cahiers de vie de ma classe (grands : ils sont à la fois cahiers de liaison
et cahiers d’activités) reviennent tous les lundis ss problème. Parfois, un peu de scotch marron mais c’est tout ! Mais je dois dire que tout comme Stasia, j’avoue que je crains que les albums
aient du coup une durée de vie limitée et comme je les achète avec ma coop de classe, je suis un peu près de mes sous pas vous ? Alors l’idée de les scanner... Mais C’est quand même moins bien
q’un livre... 
Avec le blog, j’ai fait le deuil des colliers des coins jeux de ma classe (avec
finalement becp de satisfaction !), j’ai réussi à accepter également que les albums étudiés soient manipulés, re-manipulés... par les petites pataudes mains de la classe...
« C’est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup...
» 
Tout cela parce que vous m’avez convaincu par vos témoignages, arguments...En
sera t’il de même avec les sacs à albums ?
En tout cas, de même que le projet de la marionnette comporte un contrat
d’accueil, je pense que les petits « plus » peuvent rassurer, guider les parents non ? 


voilà donc la confiance dont je parle dans ce projet, effectivement si tu es dans des réticences , ce n'est pas le moment de commencer. C'est important d'avoir réfléchi à cela. Il est
évident que tu n'es pas confiante et que tu ne crois pas en leur capacité de respecter les livres comme tu le souhaites. C'est bien de transmettre l'idée que le livre est un bien précieux, je le
dis également avec force mais le livre est aussi un objet "vivant", quelle est sa fonction, celle d'être lu, raconté, feuilleté, pas celle de faire joli sur un présentoir, plus il y a de mains
qui le manipulent, plus il est utile. Tu me dis que la coopérative sert à payer ces livres mais le paiement de la coopérative vient des familles, ces livres sont autant aux enfants qu'à l'école
et à toi. En ayant cette attitude de méfiance, tu renforces ce que je décris ,le sentiment de "pouvoir" est perdu . Cependant, il ne faut pas se forcer et si tes réticences n'arrivent pas à
s'estomper alors ne mets pas en oeuvre ce dispositif car le contexte n'y sera pas favorable et la déception risque d'être au rendez-vous. Tu comprends bien que dans ce type de projet, il y a les
actes et il y a les intentions, et celles ci doivent faire écho aux actes sinon ça ne fonctionne pas.



Emilie44 03/02/2014 00:13


Oui!!! Merci d'ailleurs de ton accueil! J'ai montré aux collègues du stage la photo de ta mezzanine, tout le monde avait envie d'une classe comme la
tienne... 

sylvie 02/02/2014 23:30


Encore une belle découverte à exploiter, merci pour ces idées. Comment présentez-vous concrètement ce prêt aux familles?


Emilie44??? Emilie qui a fait un stage? qui est venu un matin dans ma classe?


Bonne semaine à tous et toutes


 

isa 03/02/2014 18:07



oui c'est vrai , tu as raison Sylvie, nous n'avons pas mis un descriptif de la présentation aux familles, qui l'a fait ? ou pensez vous que les fiches dans les sacs sont suffisamment
explicites ?


A voir ICI



Emilie44 02/02/2014 20:59


Non, ça ne fait pas un seul livre par période, ça dépend du nombre de sacs que tu fais, tu peux en avoir jusqu'à 6 ou 7 si tu fais un sac pour chaque livre chaque
semaine... ;-) Mais bon, ça fait maximum 6 ou 7 soirs sur 2 mois, ça demande moins de temps qu'un livre toutes les semaines... Et les activités sont plus marquantes avec les petites marionnettes
et les éventuels petits plus que de simplement lire un livre.

Monique 02/02/2014 20:51


oui, du 44 ...d'adoption, peuchère !!!


Vous avez sans doute raison, c'est peut-être lassant un livre toute les semaines. mais avec ton système c'est un livre ...par période, c'est peu...mais bon peut-être vaut-il mieux un luvre par
période lu qu'un livre par semaine non lu !!!


Mon mari avait trouvé la solution. Comme il est dans l'informatique, il va me développer une appli extraordinaire (que je vous vendrai bientôt) qui consiste la veille au soir à envoyer un mail et
un mot sur le facebook des parents et pour les parents récalcitrants un SMS toutes les 15 mn le matin même jusqu'à ce qu'ils arrivent à l'école !! Bonne idée ,non ?

isa 02/02/2014 21:06



ça fait plus d'un livre par période, il y a 6 ou 7 livres nouveaux et ils tournent chez les élèves ainsi que ceux des périodes précédentes. 



Emilie44 02/02/2014 19:17


Monique, Julien est de Loire Atlantique comme moi : tu es aussi du 44?


 


Pour ma part, je n'ai pas eu de problème de sacs abimés ou perdus. Mais je confie le sac au parent le soir, en lui expliquant bien qu'il faut y faire attention et le
ramener absolument le lendemain matin. Je fais pareil pour le sac de la marionnette à la dernière période et l'année dernière j'avais quand même un appareil photo numérique dedans qui a fait tout
le tour des familles sans aucun souci! Je pense que le fait de ne l'avoir que pour un seul soir, c'est plus simple pour les familles et ça évite que ça tourne au grand n'importe quoi avec les
petits frères/soeurs...

Monique 02/02/2014 17:16


moi, je suis très interrogative vis à vis de cette démarche.


Je m'explique:


L'idée me plait énormément et même si cela prend beaucoup de temps de préparation, je suis d'accord avec Isa, un parent content et confiant  d'emmener son enfant à l'école fait un enfant
heureux de venir à l'école.


Mais voilà, je mets en place (un peu dans cet esprit) un prêt de livre dans ma classe.


J'emprunte des livres à la bibliothèque municipale et tous les mercredis les enfants rapportent leur livre et en empruntent un autre. Ca a l'air très simple dit comme cela. De plus:


- J'ai mis un mot aux parents en début d'année pour expliquer ma démarche et l'intérêt pédagogique de ce prêt.


- les livres sont transportés dans un sac parfaitement identifiable décoré par les enfants eux-même en début d'année


- je laisse le livre une semaine à la maison pour que les parents qui travaillent tard puissent quand même le lire à leur enfant


- tous les mardis soirs , je rappelle aux enfants qu'il faut rapporter le livre;


Et le constat est le suivant:


2 ou 3 livres partent en début de période et je ne les revois qu'en fin de période après  3 rappels aux parents


4 ou 5 enfants chaque semaine oublient de rapporter le livre


Je ne compte plus depuis le début de l'année le nombre de sacs perdus, ramenés en piteux état, les livres retrouvés dans le cartable entre 2 biscuits écrasés ou rapportés à la main tout
dégoulinant un jour de pluie ou abimés par le petit frère ou la grande soeur.


La semaine dernière, j'étais tellement découragée que j'ai mis un mot pour expliquer que dans ces conditions , j'allais certainement arrêter le prêt.


Je précise que je travaille dans une ville bobo , que tous les parents travaillent et ont pour la majorité d'entre-eux des niveaux d'éducation qui leur otent toute excuse.


Alors quand je vois Julien et ce qu'il propose aux parents, je me demande si nous vivons vraiment sur la même planète (alors que je crois qu'il est dans le même département que moi)


Bon, d'accord, il pleut encore ce dimanche et je suis un peu déprimée mais quand même, je me demande parfois si ce prêt delivre n'est pas une corvée pour les parents là où je voudrais que ce soit
une f^te, un moment de partage et une envie de livre §


 

isa 02/02/2014 18:23



Monique , je suis moi-même interrogative quand je constate une telle désaffection et un non respect du livre qui me semble être un trés mauvais signal envoyé à leur enfant. Et je
comprends ton découragement et la manifestation de ton mécontentement. Malgré cela, je crois qu'il faut toujours interroger nos pratiques et les modifier quand elles ne donnent pas les résultats
attendus. Modifier ne veut pas dire abandonner ses convictions. Personnellement, je me dis que le livre pris le soir qui doit être rendu le lendemain est peut être un moyen d'éviter la
procrastination ( remettre au lendemain ce qu'on peut faire le jour même) qui fait qu'on oublie de rendre un livre puisqu'on pense avoir le temps. Deuxièmement, je crois et j'espère ( mais il n'y
a que la pratique qui pourra le confirmer) que les petits plus seront suffisamment motivants pour que l'intérêt des élèves provoque l'intérêt des parents. Le plaisir d'être avec son enfant et de
partager un petit moment s'exerce et s'accroit dans la répétition, certains parents au travers de ce type d'activité découvre leur enfant sous un autre jour et prennent ou reprennent plaisir à
faire ensemble. Enfin, il faut aussi accepter que ça ne fonctionne pas pour tous et qu'il y aura toujours des irréductibles ( le moins possible évidemment), ce qui compte est d'avoir proposé,
d'avoir cru en eux, et de les laisser refuser un dispositif qui ne leur convient pas, c'est trés dommage pour leur enfant mais nous ne pouvons faire plus. Tout en acceptant cela, je pense qu'il
ne faut pas remettre en cause une organisation qui fonctionne pour le plus grand nombre. 



edith 02/02/2014 13:11


Merci Isa d’avoir récapitulé les objectifs de l’action « Sacs à album et petit
plus » née sur « notre » blog (j’aime bien le « notre ») Cela me permet de généraliser pour pouvoir mieux visualiser et projeter une éventuelle introduction de cette
modalité de fonctionnement dans le cadre de mon école, et en fonction du public que je reçois.


En lisant ton développement, je suis convaincue de l’intérêt d’une telle action. Elle peut
venir en complément d’autres moyens mis en place par les équipes par le biais des projets d’école pour :


-          créer la relation de
confiance avec les familles


-          promouvoir la
lecture


-          développer le plaisir du
livre


 


Je suis plus interpellée et interrogative c’est sur les objectifs :


-          Accompagner les parents dans leur rôle de parents d’élève


-          Reconnaître les parents dans leurs compétences éducatives


-           Soutenir le lien
parent-enfant


 Et sur ta phrase : je te cite : « L’intérêt est de développer la
perception que le parent a de son rôle à jouer dans la scolarité de son enfant, il est important qu’il mesure combien son attitude sera retentissante pour ce dernier et combien celui-ci aura à
cœur de s’engager scolairement. »  


 Voilà mon questionnement :


Question
1 : Comment aborder le thème de la co-éducation ?
Qui plus est, tout au long de la scolarité.


Question
2 : Jusqu’à quel point, sans imposer, on peut guider « le parent qui ne sait
pas toujours comment aborder le livre » ? N’est-ce pas antagoniste avec l’objectif « reconnaître les parents dans leurs compétences éducatives » ? Les « petit
plus » me donnent un peu l’impression d’imposer notre vision des prolongements éducatifs à une lecture…. n’est-ce pas notre déformation professionnelle ?  Même si il est écrit qu’on n’est pas obligé, les parents n’ont-ils pas l’impression de devoir le faire ? J’ai entendu de telles remarques sur les
cahiers de vie tels qu’ils fonctionnent parfois dans les classes.


 


Question
3 (je l’ai déjà évoqué): Quelles compétences professionnelles est-ce que cela
suppose ? Notre travail hors présence des enfants étant une grosse nébuleuse, comment peut-on justifier de devoir fabriquer de A à Z un nouveau matériel à mettre à disposition de nos élèves
plutôt qu’un autre ? Mutualiser les réalisations, les rendre accessibles ou transposables à d’autres est peut-être déjà une réponse .

isa 02/02/2014 15:58



merci Edith pour les prolongements de réflexion que tu nous soumets. Je pense que le lien école famille a plusieurs visées et la première est évidemment la réussite des élèves. Maintenant
que des études ont clairement établi que l'investissement parental avait un impact sur l'engagement scolaire de l'élève et plutôt que de nier cette réalité, nous devons réfléchir à  notre
approche de co-éducation en partenariat avec les familles. Je redéfinis mon point de vue en réaffirmant qu'il n'est pas question de changer nos places, mais au contraire d'affirmer nos places
respectives tout en signifiant que le parent d'élève a bien la sienne dans notre vision de l'école d'aujourd'hui.


Je pars du constat que certaines familles sont perdues alors qu'elles ont en elles des capacités éducatives qu'elles ne se reconnaissent pas, elles se disqualifient elles-mêmes , cela
tient au fait trés souvent de leur propre parcours scolaire, de leur sentiment d'exclusion, de leur dévalorisation personnelle, de leur situation difficile, de leurs problèmes quotidiens. Leur
sentiment de "pouvoir" est atteint et elles peuvent renoncer à leur responsabilité. Quelle attitude avoir en tant que professionnel quand le risque est de voir les déterminismes sociaux se
reproduire avec nos élèves ? Quels leviers avons-nous à notre disposition ? Doit on se résoudre à voir les difficultés dans une impuissance figée ?


Mon sentiment ( et les études me confortent) est que tant que les parents sont désinvestis, les enfants ont un parcours bien plus compliqué que les autres pour trouver leur propre
motivation à s'engager scolairement.


pour répondre à ta question 1, je dirais qu'il n'est pas question de parler de co-éducation mais plutôt d'agir en donnant une place identifiée. Pour moi, ce sont des petites choses,
exemple: le cahier de liaison, l'échange de la marionnette, mais aussi les réunions, l'accueil dans la classe, la disponibilité pour recevoir les familles.... Ce sont déjà des pratiques qui
existent et qui semblent ne pas être suffisantes. Il faut donc encore et encore réfléchir à d'autres dispositifs, les sacs à album peuvent être une bonne expérimentation.


la question 2 est pertinente, quand je dis reconnaitre les parents dans leurs compétences éducatives c'est les assurer qu'ils ont cette capacité à bien s'occuper de leur enfant , qu'ils
sont les premiers à savoir ce qui est bon pour eux parce qu'ils sont les parents et qu'ils n'ont pas à démissionner de ce rôle ,l'école est toute prête à les aider en les guidant dans leur rôle
de parent d'élève. "Ce n'est pas parce que tu ne sais pas aborder le livre avec ton enfant que pour autant tu es un mauvais parent", voilà ce qu'ils doivent comprendre à travers la confiance qui
leur est donnée dans ce dispositif. Il est donc important que l'enseignant qui est le professionnel donne un coup de pouce en suggérant des activités et facilite ainsi l'entrée dans le livre. Les
petits plus sont au service de la rencontre parent-enfant, ils sont effectivement notre vision de prolongements ou d'entrées possibles parce que nous sommes justement les professionnels , c'est
notre atout, nous avons une vision pédagogique qui n'empêche pas le plaisir; au contraire, je pense qu'enfin on peut montrer que le travail scolaire ce n'est pas forcément du rébarbatif , des
difficultés, de la souffrance ( vision fréquente de ces parents qui ont connu l'échec scolaire).


Concernant les compétences professionnelles, tu as raison, nous avons des lacunes en termes de formation, cet aspect relationnel est majeur et peu de temps est consacré à celui-ci. Quant
à la fabrication de matériel, je pense que cela rejoint notre obligation de créer des situations d'apprentissage innovantes pour lesquelles nous sommes souvent amenés à créer des outils. Qui
mieux que nous-mêmes , c'est à dire les acteurs directs, peut fabriquer nos propres outils ? Je crois que de ce point de vue, nous sommes trop frileux et ne pensons pas suffisamment à notre
pouvoir de création et d'innovation. Il faut arrêter de penser que les théoriciens sont bien meilleurs que nous et qu'ils savent mieux que nous comment les élèves vont s'emparer des outils mis à
leur disposition. Tout en tenant compte des recherches et des études ( ce que nous faisons d'ailleurs dans ce projet), nous avons l'obligation d'agir sans attendre que des années passent et que
des théoriciens proposent telle ou telle situation que nous aurions pu trouver nous-mêmes. Voilà ce qu'est le sentiment de pouvoir que je voudrais vous transmettre et que vous transmettiez à
votre tour aux familles et surtout aux élèves.



Pierrick 02/02/2014 12:28


Bonjour à toutes et à tous,


Voilà un bon petit moment que je suis le projet "Sac à Albums" et que ce dernier m'intéressent beucoup... Cependant, j'avoue que je n'ai pas encore trouvé (ou plutôt pris le temps !!!) de ré
fléchir plus que ça au projet et à sa mise en oeuvre dans ma classe et dans l'école sachant qu'après le cahier de progrès sur le cycle l'année dernière nous nous attelons au cahier de brevet sur
le cycle cette année...


Bref, tout ça pour dire que dans l'école où je suis directeur (située en ZEP), j'aimerai vraiment mettre en place ce projet mais je ne sais pas comment faire sachant que plus de 75 % de mes
parents d'élèves ont la barrière de la langue, que le prêt de livres comme nous l'effectuons aujourd'hui avec la BCD ne prend qu'à moitié (les élèves choisissent le livre qu'ils veulent et
l'emmène dans la famille pour une semaine) car les enfants eux - mêmes disent que "Papa et maman ne veulent pas lire l'histoire"... Avec une prof du collège voisin, dans le cadre du réseau
Eclair, nous avons monté un projet lecture avec des 6ème en difficulté qui viennent lire des histoires aux enfants de la TPS à la GS afin de montrer que dans une famille tout le monde peut lire
des histoires (papa, maman, frère, soeur, tata...).  Le but étant de faire participer les familles à un gran rallye lecture avec leurs enfants en fin d'année... Tout le monde est très
content de ces moments d'échanges...


Donc si vous avez des idées pour faire partiticper nos familles avec la barrière de la langue, je suis preneur afin d'inscrire ce projet à l'avenant d enotre projet d'école l'année prochaine...


Merci d'avance à toutes à à tous

isa 02/02/2014 12:42



oui Pierrick, cette barrière de la langue ainsi que l'illétrisme sont des interrogations que ce projet soulève et je pense que le petit plus peut être un atout à condition qu'il soit
imaginé avec la prise en compte de ces difficultés, notamment qu'il n'y ait pas de lecture des consignes. J'ai comme idée d'ajouter le cd ( fait par les soins de l'enseignant) qui raconterait le
livre et qui éventuellement expliquerait le jeu proposé ou autre... C'est encore un travail : s'enregistrer, graver un cd, mais je ne vois pas d'autres idées pour le moment, c'est aussi
considérer que les familles ont le matériel pour écouter un cd. Je crois qu'il faut que nous échangions ainsi pour faire émerger d'autres idées, car ces familles ne doivent se sentir exclues du
projet, bien au contraire, elles doivent ressentir qu'elles ont toute leur place et que l'enseignant a cette préoccupation.



Emilie44 02/02/2014 11:23


Oui oui, je vois bien la différence, c'est pour ça que j'ai décidé de changer de système.

isa 02/02/2014 16:03



je mets le commentaire de Stasia qui m'a également envoyé des photos à joindre:


J'aimerais bien avoir le courage de faire les sacs à albums. Je trouve ce travail
si intéressant. J'essayerai une autre année, c'est sûr. J'ai besoin de laisser mûrir et surtout, de trouver un moyen (bibliothèque, scans même si interdit) car j'ai vraiment besoin de laisser les
enfants manipuler les albums. Depuis que je suis le blog, j'investis personnellement dans les albums et n'ai pas envie qu'ils ne fassent qu'un an. Les enfants ne les prennent donc que sous mon
contrôle, pas assez souvent. Ils ont beau faire attention, les albums se retrouvent un peu âbimés.









Emilie44 02/02/2014 10:48


Moi je suis partie au début sur une inscription des parents pour l'emprunt, avec un tableau d'inscription rempli sur le temps d'accueil. Une famille qui ne venait
jamais sur le temps d'accueil (enfant en garderie ou avec une nounou selon les jours) m'a même contactée via le site de classe pour une réservation. Mais au final, il n'y a que très peu de
parents qui s'inscrivent, donc après mûre réflexion, j'ai décidé d'adopter le système de Julien, c'est-à-dire de partir plutôt de l'envie des enfants et d'inciter ceux qui n'ont pas eu le sac une
fois que tous les volontaires sont passés. Je mettrai ce changement en application dès demain à mon retour de stage!

isa 02/02/2014 11:20



effectivement l'enjeu est surtout en direction des familles qui n'ont pas accés aux livres et je me dis qu'elles ne vont pas spontanément demander un livre, qu'il est préférable d'être
dans la confiance ( je vous confie un livre et non pas vous voulez un livre ?), est-ce que vous voyez la différence ?



yobrego 02/02/2014 09:46


Mis en place immédiatement les élèves adorent montrer aux autres le petit + qu'ils ont "bâti" avec papa maman ou grands frere et soeur.Des retours chouettes avec les pages à cranter selon le
légume ou autre mangé.


Maintenant il reste 2 élèves qui n'ont pas pris le sac car les parents n'en ont pas exprimé l'envie....mais les 2 élèves si eux ils veulent l'emmener;;;;


J'ai pris le temps à la sortie d'aller vers une famille et d'expliquer que leur enfant voulait le sac à la maison que je ne voulais pas leur imposer mais que c'était important de mettre du lien
entre l'école et la maison que ça ne demandait pas de me raconter leur vie le soir en famille juste d'être coacteur de l'éducation à l'école.Du coup l'autre famille qui tendait l'oreille est
venue me dire qu'ils prendraient aussi le sac un soir cette semaine.Yes!!!Maintenant il me reste à finaliser comment on va faire partager à tous les différents petits +.


Par notre blog je pense mais 2 familles n'ont pas accés à internet .Je réfléchis.


Cha p'tit va loin !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

isa 02/02/2014 10:22



Tu pars de la situation où ce sont les parents qui empruntent le livre , c'est ça ? Je n'avais pas pensé à ça, je voyais un prêt de livre classique où ce sont les élèves qui expriment
leur désir. Pourquoi as-tu choisi cette démarche ? Tu voulais que la famille adhère totalement ? 



Isabelle L 02/02/2014 09:27


Cette idée me plait beaucoup, nous programmons des actions famille -ecole autour du livre cette année, c'est notre avenant au projet d'ecole. Nous sommes en plein dans la quinzaine"un soir un
livre" nous prêtons un livre chaque soir pendant 2 semaines, les retours sont enthousiasmants, les parents discutent sur les livres choisis, c'est très sympa. Pour l'occasion (je ne prêtais pas
encore de livre, notre bibli s'étoffe peu à peu et la bibli municipale est loin et exigüe) j'ai commandé des sacs en tissu à une maman couturière, ils sont magnifiques et les enfants étaient très
fiers de les étrenner ! Une famille bienveillante, mais souvent désarmée, m'a confié que son enfant qui a des problèmes d'endormissement (pas de rituel installé)  s'était endormi en un temps
record, elle etait tres fière et l'enfant aussi ! Pour en revenir aux sacs à album je voudrais également les mettre en place dès que possible peut être à la rentrée de Mars, pour avoir du temps
de préparation.

isa 02/02/2014 10:15



merci pour ces retours Isabelle.



cathy 02/02/2014 09:04


Merci pour tout ce récapitulatif.


Nous pensions dans notre école présenter cette action "sac à album" lors de la semaine de la maternelle en avril.


Alors merci pour ce texte, il va nous permettre de rédiger plus facilement notre action à proposer avant le 10 février, nous étions un peu à la bourre, prises par les multiples réunions pour les
nouveaux rythmes, et toutes les autres aussi...

isa 02/02/2014 10:14



oui j'ai pensé qu'il fallait "théoriser" cette démarche pour qu'elle trouve sa place dans les situations pédagogiques qui peuvent être mises en place en classe.