question sur la précocité chez Joëlle M: la salle des maitres

Publié le par isa

salle des maitres

Alors que j'ai réclamé depuis la rentrée avec l'humour distancié qui s'impose que chaque enseignant de l'équipe me délivre un cas d'école par semaine, en voici un qui m'interpelle sérieusement.
J'ai une classe de 20 PS.
Je mets en place des ateliers autonomes ( Montessori revisité faute de place et d'équipement) et j'ai une petite qui verbalise comme un adulte, qui passe son temps à observer ses pairs, qui m'interpelle sur des dysfonctionnements d'organisation (si, si, je ne plaisante pas) qui ne joue avec aucun enfant sauf si je l'y  autorise( elle demande autoristation même dans la cour de récré), qui me réclame la lecture d'un livre pour elle toute seule et qui présente néanmoins de grosses difficultés de repérage dans l'espace.
BREF.
Je décide de prendre rendez-vous avec la maman . Je justifie cette prise de R.V car je suis en questionnement sur le comportement de cet enfant face à la pédagogie que je mets en oeuvre au sein de ma classe. 
La maman en toute humilité, se référant aux propos du pédiatre de l'enfant, dit que son enfant risque de rencontrer des difficultés au sein de l'institution et qu'elle s'oblige à freiner sa conduite éducative à l'égard de son enfant. 
J'apprends que 
  • cette enfant maîtrise le français et le créole et qu'elle commence à parler l'anglais.
  • elle dénombre ( j'ai bien dit dénombrer) jusqu'à 20
  • elle lit quelques mots.
Je dis à la maman que je fais le nécessaire pour qu'elle soit testée par la psy du secteur et que l'équipe éducative avisera par la suite.

Interrogative voiredubitative, je prends un livre "Corentin ne veut pas ranger" lu une seule fois dans la deuxième de rentrée,l'enfant sans hésitation me lit " ne veut pas ranger" bute sur CO je lui dis CO sans aucune hésitation dit "rentin".
Ele me lit un autre paragraphe et bute sur "DRIIIIIIIIIIIIIIING" normal et "dépêche" normal aussi (codage accent).
Je lui écris le prénom " CORINE" aucune difficulté, elle a déjà assimilé la phonie de la syllabe CO.
OUPPSSSSSSS!

Je suis obligée de l'arrêter car elle est en mesure de me lire le livre et d'en comprendre le sens. Mieux elle séquence par pointage tous les mots de la phrase.

Première cas de précocité aussi affirmée en PS, auriez-vous des conseils? avez-vous déjà vécu cette expérience?

Joelle M

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

Joëlle.M 18/10/2013 20:12


Merci beaucoup Joëlle. Nous avons eu les mêmes circulaires. Mais souvent et c'est mon tort, je les survole. Il y en a tellement.. Mais survoler ne veut pas dire que mon cerveau d'éléphant n'en garde trace et que selon la situation, il ne se rappelle d'avoir bien lu
un truc quelle que part. N'est-ce pas ISA? Mais où ai-je pu mettrece truc et dans quel tiroir?Pétard de sort, mais
 mille sabords mais c'est bien sûr.......

Guinie 16/10/2013 08:42


Comme Joëlle, je suis en Seinte et Marne, je n'ai pas encore eu connaissence du document ci-dessus (que je lirai tranquillement pendant les vacances), mais nous avons eu le plan des animations
pédagogiques de la circo et (coïncidence encore !!) une concerne les EIP et une autre la visite d'un ITEP. Des consignes ont dû être passées pour nous informer sur les enfants "hors norme".

Joëlle 16/10/2013 08:21


Coïncidence : nous venons de recevoir une note de service
de la part de notre inspectrice (référente pour les EIP pour notre département).


Elle renvoie à des liens (surtout le dernier
d'eduscol)... qui renvoient à d'autres liens !!! 


A vous de cliquer !!!! De liens en liens, on trouve des
documents, des réponses (ou des questionnements !) super interessants.


Bientôt les vacances et plus de temps pour
"cliquer"  et s'informer...


 


"Les difficultés d'apprentissages des élèves sont de plus en plus prises en compte et les protocoles pour y remédier
sont de plus en plus précis.


Il existe cependant une catégorie d'élèves qui échappe trop souvent à un diagnostic et à une prise en compte : il
s'agit des élèves intellectuellement précoces (EIP).


Cette mauvaise prise en charge est due à deux facteurs : une mauvaise identification et compréhension de leurs
problèmes et le fait que souvent, particulièrement à l'école primaire, leurs difficultés n'apparaissent pas comme important, que les apprentissages fondamentaux sont à peu près atteints, et que
les symptômes liés à leur spécificité ne sont pas identifiés comme problématiques mais plutôt comme un ensemble de comportements perturbateurs que l'élève pourrait corriger avec un peu de bonne
volonté.




Qu'est-ce qu'un EIP ?




L'enfant EIP est différent, il n'est pas un « surdoué ».


Cette acception entraîne trop souvent un malaise entre les enseignants et ce type d'élève. L'enseignant peut souvent
être agacé par le comportement de l'élève, qui, dans certains domaines d'activités va manifester des aptitudes très supérieures à la normale, mais va, dans d'autres domaines, montrer des
carences, des maladresses, des comportements qu'il sera difficile d'admettre chez un élève par ailleurs si performant.


Ce que l'on ignore trop souvent, c'est la souffrance ressentie par cet enfant qui est incapable de se corriger dans
les domaines où il est déficient.


Il convient donc, face à des élèves présentant un tel profil, d'être alerté et d'avoir recours à un diagnostic précis.
En effet, la mauvaise prise en compte de ce type d'élèves aboutit à un pourcentage important d'échec scolaire chez des enfants qui présentaient a priori des capacités supérieures à la
moyenne.




LES TESTS




Le diagnostic par des tests comme le WISC qui mesure ce qui est communément appelé le QI. Mais ces tests permettront
plus largement de déterminer les domaines dans lesquels l'enfant présente des aptitudes particulièrement performantes : mémoire, curiosité, haut niveau d'expression orale... mais aussi les
domaines dans lesquels il rencontre des difficultés : Troubles comportementaux, insuffisances ciblées dans certains domaines d'apprentissages, maladresse, manque d'organisation, faiblesses
dans les activités physiques et sportives, difficultés relationnelles...


Ces tests, effectués, en concertation avec la famille, par les membres du RASED et éventuellement des interventions
extérieures à l'école, permettront un diagnostic précis.


Pour les cas les plus caractéristiques, avec l'accord de la famille, la mise en place d'un projet individualisé
permettra une meilleure prise en compte des spécificités de ce type d'élèves.


Je vous rappelle que la prise en charge des EIP est imposée par les textes 


http://www.education.gouv.fr/cid28645/la-scolarisation-des-eleves-intellectuellement-precoces.html


ainsi que le BO n° 38 du 25 octobre 2007 : http://www.education.gouv.fr/bo/2007/38/default.html


Je vous invite à consulter, via le lien ci-dessous :


http://eduscol.education.fr/cid59724/eleves-intellectuellement-precoces.html


la note du ministère et les liens qui vous permettront d'approfondir vos connaissances sur ce sujet, et de trouver des
activités qui vous aideront en cas de besoin.
Je sais compter sur votre vigilance et votre implication dans ce domaine."

isa 16/10/2013 08:31



merci Joëlle de joindre les documents en lien, ton inspectrice a dû sentir que tu avais besoin d'elle, ah la
force de la pensée !!!!



Joëlle.M 15/10/2013 20:42


Eh bien non, c'est cela qui m'irrite. Des comptes à rendre, des chiffres,pour que chacun se justifie de ces compétences(????) et à tout niveau et par conséquent une augmentation des conflits
intra professionnels.

isa 15/10/2013 23:03



Dommage, c'est toujours bon d'avoir des regards croisés avant de prendre ce genre de décision.



Joëlle.M 15/10/2013 18:35


Isa je suis d'accord avec toi mais les impératifs institutionnels selon l'académie et/ou les IEN ne vont pas dans ce sens. Alors que nos élèves de GSseront évalués en novembre, il nous a été
demandé de faire remonter les demandes de prises en charge par le RASED avant le 10 octobre ????? pour infos :
académie de Seinet et Marne.

isa 15/10/2013 18:53



est-ce qu'avant de prendre la décision de demande de prise en charge vous avez une discussion avec la psychologue scolaire ? J'imagine que oui.



ClaireB 14/10/2013 17:16


merci Joëlle pour le thème abordé,


pour ma part, c'est une maman d'une enfant précoce qui m'a bcp appris ; je repense même svt à un élève de mes débuts et je me dis qu'on est passé à côté;


pour moi c'est se documenter qui m'a permis d'y voir bcp plus clair; et je suis d'accord avec les témoignages ci dessus: je pense que les idées développées sur ce blog véhicule la reconnaissance
intellectuelle, émotionnelle, créative,  de chaque enfant, particulièrement indispensable à des enfants intellectuellement précoces car hypersensibles au monde, aux personnes; j'ai un
ressenti qd je suis proche d'un enfant dit eip, c'est cette sensation qu'il vibre, au monde, aux autres, connecté en permanence;


Je crois aussi que même si les conditions matérielles de ta classe ne sont pas réunis à 100% encore, rien que le fait de faire tes démarches pour y voir clair, de lui en parler, de dire au papa
et à la maman que ça te questionne pour répondre au mieux à ses besoins, l'enfant est reconnu, et c'est toute ton humanité qu'elle va ressentir; juste juste toi en lien avec elle, pour le mieux
possible de votre route ensemble; c'est déjà beaucoup!et surtout aussi tenir l'atsem et tous les adultes de l'équipe.


je viens de voir hier sur le site de Jack Koch un livre d'une maman instit : "je suis précoce , mes profs vont bien" de Elsa Autain-Pléros; (qu'il a posté le 9 octobre; je n'arrive pas à mettre
un lien direct); j'aime bcp le titre! je pense l'acheter rapidement


J'ai une enfant de GS précoce cette année et je sais qu'on est connectées (je sais pas le dire autrement) et ça m'émeut bcp.


 

isa 14/10/2013 18:45



Ce que tu décris là Claire n'est ni plus ni moins ce que je défends dans la pédagogie del'observation , c'est à dire prendre le temps de se "connecter" à chacun ( en commençant par ceux
qui nous interrogent le plus). C'est trés bien dit dans ton commentaire.



martine Deveaux 14/10/2013 00:12


L'année dernière, j'ai eu dans la classe de PS, une petite qui en début d'année ne parlait pas, une anxiété +++, ne semblait rien comprendre, un comportement particulier mais sans viloence. Au
bout de quelque temps, avec l'ATSEM, on s'aperçoit que son comportement change, elle est plus calme. Je demande qu'elle ait moins d'absences, elle passe d'une scolarisation épisodique à un temps
plein. Bref, l'année s'avance, elle prononce des mots, s'amuse toute seule en récréation, puis adore manipuler les livres (qu'elle mangeait au début), entre en relation avec ses copains, puis
parle et s'interesse aux étiquettes...


Je vais à la fin de l'année tout de suite, elle sait lire tous les prénoms de la classe, a des camarades, prend plaisir en récréation avec les tricycles.


Je n'ai jamais su comment elle avait appris à lire les étiquettes ! Mais les 15 derniers jours c'était un régal, tant elle était fière de nous montrer ce qu'elle avait appris.


Par contre pas de repères spatiaux, pas de dénombrement pas , pas de maitrise des outils scripteurs. Alors enfant précoce ?


 


 

Zazabelle 13/10/2013 23:41


Elle te fera progresser tout comme tu l'aideras à progresser.


La vie est faite de tous ces échanges et partages des richesses de chacun.


Je pense que notre réflexion quotidienne sur le blog me permet de dire que ton fonctionnement, même imparfait ou bancal, doit lui offrir la possibilité d'avancer. Ne t'inquiète pas, tant que tu
ne la sens pas malheureuse.


Les difficultés d'un EIP sont de ne pas être remarqué au point de préférer "rentrer dans le moule" jusqu'à perdre motivation et envie, ou de se sentir "anormal"parce qu'incompris.


Ne pas savoir comment agir ne veut pas dire que tu ne la comprends pas. Bien au contraire.


Le mieux est que tu lui expliques simplement la situation, que tu dialogues avec les parents et que vous l'aidiez à exprimer ses inquiétudes lorsque son fonctionnement lui fait se poser mille
questions lorsque les autres ne s'en posent pas. 

isa 14/10/2013 08:39



merci Zazabelle pour ton témoignage, c'est si important d'avoir le ressenti des personnes concernées.



Joëlle.M 13/10/2013 22:52


Zazabelle, merci pour ton témoignage et mille fois plus merci pour me dire qu'elle a de la chance de "m'avoir" sauf que depuis que je pense qu'elle est probablement  "surdouée" je
culpabilise de certaines attitudes et remarques de ma part à son égard.  Et en même temps, je relativise parce que quand même ce pitchoun m'a percutée depuis la rentrée. 

Zazabelle 13/10/2013 22:28


Bonsoir Joëlle,


J'ai lu et relu ta demande, les commentaires de chacun.


J'ai été EIP. Très scolaire, 2 années d'avance dans un système "normal" tandis que l'école avait proposé à mes parents de me faire entrer à l'école des "surdoués" à Nice. Un parcours scolaire
sans aucun souci. Mais en 4ème, les copains parlaient drague alors que je jouais encore à la poupée. Période difficile pour moi. 


Mon aîné a été diagnostiqué précoce en 3ème avec... 3 de moyenne en mathématiques, 8 de moyenne générale et surtout une image de lui-même en-dessous de 0. Il faut dire que j'ai laissé faire les
collègues pendant des années, confiante, sachant qu'un enfant peut-être différent à la maison et à l'école.


Je l'ai vu perdre son sourire au fil des années, devenir allergique à toute forme d'enseignement et se méfier des adultes.


Ce que tu dois garder en tête, c'est qu'un EIP possède une émotivité et une sensibilité surdéveloppées. Il pense en arborescence et passe son temps à anticiper ce qui lui provoque de nombreuses
angoisses.


Tu peux obtenir des renseignements auprès de l'AFEP http://www.afep-asso.fr/. La section de ton département (ou ta région car il n'y en a pas partout)
donne peut-être des conférences.


Tu peux aussi essayer de prendre contact avec Olivier Revol pour certaines questions, après lecture de certains de ses ouvrages. Tu peux aussi lire "L'enfant surdoué" de Jeanne Siaud-Facchin.


Quoi que tu fasses, ta petite élève a la chance que tu prennes en compte sa particularité de fonctionnement. Bon courage et si tu veux bien, fais-nous un petit bilan en fin d'année.

Joëlle.M 13/10/2013 22:23


Merci Magali mais une fois de plus nous puisons dans un premier temps dans des analyses de généralistes qui généralisent parfois dans l'inaccessible de l'intellectuel moyen et très souvent plus
et qui demandent au petit qu'il considère de bien vouloir vérifier qu'il ne s'est (lui) pas trompé et qu'éventuellement il (le petit) lui donne les moyens pour le conforter
dans son raisonnement. Il aura la paye en contrepartie, pas nous.


Ils ne sont pas tous comme décrits ci-dessus mais notons que ceux-là sont une minorité et qu'ils doivent jouer des coudes pour se faire entendre et considérer.

Manue 13/10/2013 22:14


Je me permets d'entrer dans la discussion en temps que maman et enseignante. J'ai 3 garçons "précoces", très différents mais avec un parcours douloureux à l'école. Ils ne sont pas en échec mais
c'est parfois très dur et l'école est source de souffrance.


Je trouve que c'est bien pour cette petite fille que tu te sois tournée vers la psychologue scolaire. Elle va pouvoir mettre des mots sur la différence et le décalage avec ses paires. A 3 ans,
elle perçoit forcément qu'elle est différente des autres mais elle n'est pas armée pour gérer cette différence. Souvent la différence est une source de souffrance. Les enfants ont envie d'être
comme les autres (certains allant jusuqu'à se "mutiler" intellectuellement, s'empêchant d'apprendre pour ne pas trop sortir du rang). Les mots des adultes pourront donc l'aider.


Ce qui me paraît le plus important en classe (et dans l'école) c'est la bienveillance des adultes à son égard. Ces enfants sont extrêmement sensibles et ressentent beaucoup de choses (même non
dites). S'ils sont accueillis tels qu'ils sont, si leurs différences sont acceptées, ils pourront s'accepter, ils pourront grandir harmonieusement et beaucoup de souffrances seront épargnées.


Pour le reste, tout est dans le blog ! Ce que je trouve de plus beau (attention Isa, ceci est presque une déclaration...) c'est qu'on s'adresse à l'intelligence de l'enfant, à sa personne dans
son entier. Les enfants ne sont pas juste des "apprenants" qui doivent rentrer dans le moule !


Pour les enfants précoces, comme pour tous les enfants, le blog propose des pistes de travail importantes :


- la créativité est permanente, c'est essentielle car elle permet une respiration dans un système parfois académique et rigide, la différence peut s'y exprimer


- les règles sont claires et expliquées, les sanctions graduées et réparatrices (ces enfants sont extrêmement sensibles à l'injustice)


- les apprentissages ont du sens et on leur explique ce qu'on apprend et pourquoi (l'apprentissage est nécessairement lié au sens)


- les émotions sont acceptées et verbalisées 


- les parents sont les bienvenus, on est du côté de la co-éducation (c'est parfois dur aussi pour les parents la différence, alors la bienveillance ça les aide aussi !)


Voilà quelques conseils. Tous les enfants précoces sont différents, il n'y a pas de recette toute faite, c'est à toi d'inventer avec cette élève. Si tu parviens à nouer une relation de confiance,
tu vas te régaler, ces enfants sont pétillants et plein d'humour.


J'espère t'avoir aidée un peu. 


 


 


 

isa 13/10/2013 22:33



merci Manue pour ta déclaration, je la reçois avec émotion même si je n'attends rien de la sorte et ai plaisir à partager ma vision des choses.


Je suis évidemment en plein accord avec ce que tu dis et je pense aussi que Mr Rufo a raison comme le rapporte Magali, c'est à dire  les laisser avec les enfants de leur âge tout en
permettant une différenciation pédagogique et permettre dedans et dehors l'expression de toute leur potentialité (je pense notamment à leur grande créativité intellectuelle) serait la meilleure
façon de les soutenir à la fois dans leur ressemblance avec les autres et leur singularité personnelle. Une nouvelle fois, je redis combien il est essentiel de se féliciter de la richesse de la
diversité de ses élèves  plutôt que de vouloir à tout prix le modèle standard...



Magali 13/10/2013 22:04


Moi je disais juste ça parce que j'ai trouvé des documents accessibles que j'ai pu conseiller à une copine qui mère d'un enfant diagnostiqué comme à haut potentiel intellectuel... pas toujours facile à gérer ces enfnats là...


Rufo disait de laisser ces enfants là dans leur niveau scolaire et de les nourrir d'activités en dehors de l'école

Joëlle.M 13/10/2013 21:46


Ah screugneneu que debonsoir, saperlipopette et mille sabords, mad'me la captain d'un équipage qui a la tête dans le guidon (comme mouaîs) au sein de sa classe, vous salue, vous, la p'tite
curieuse empêcheuse de tourner en rond qui attend son tour pour poser la bonne question, je vous aime sacrebleu


Il demeure quand même pour vous répondre que chaque journée nous réserve son lot d'inattendu et qu'il faut s'y préparer.


Mais pour ce faire il ne faut pas  méconnaitre les lois, les décrets, les circulaires que votre directeur vous demande d'émarger.


LIRE, COMPRENDRE, RETENIR et pour finir APPLIQUER.


Sauf qu'il y a toujours une ou des exceptions à la règle.


Comment dire "les cas qui ne rentrent pas dans les bonnes cases" et qui forçément interrogent, mênent à la concertation, à l'échange ,aux partages entre les partenaires de l'éducatif


( RASED, IMF, PSY, INFIRMIERE LIBERALE, INFIRMIER PMI, ORTHO et tous les autres professionnels des mots en ISTE, hôpital NECKER ou autre).


Mais aussi, le partage avec les familles pour mieux comprendre le pourquoi des choses pour le petit bout.


La vie quoi, avec ce qu'elle a de singulier, d'exceptionnel pour chacun de nous et qui fait que notre profession est unique.


OSER DIRE AVEC LA PLUS GRANDE FORCE Qu'attaquer l'école en dénigrant la bonne volonté de chacun c'est mettre en péril son enfant et ceux des autres.


Souhaites-tu que je développe? 

isa 13/10/2013 22:20



oui évidemment parce que je trouve cette démarche totalement dans notre esprit sur le blog et que forcément si tu mets ça en place dans ton école, cela veut dire que ça peut fonctionner
ailleurs donc donner des idées aux autres. L'esprit d'équipe y est, alors j'aimerais savoir quelle organisation, qu'en faites vous de ces cas, discussions, recherches, j'imagine que cela en
amène, c'est aussi une façon de répertorier comme tu le dis mais pour en faire quoi ensuite , est ce uniquement au niveau de votre école ? Bref, si tu veux nous en parler c'est avec un grand
intérêt pour moi.



Magali 13/10/2013 21:23


Pour info : dans nos boites mails professionnelles la semaine dernière...


Des pistes intéressantes


 


Madame, Monsieur,

Les élèves intellectuellement précoces ont des besoins spécifiques encore trop peu connus.
Il est essentiel de mieux connaître les spécificités des EIP afin de mieux les scolariser.
Pour cela, Eduscol propose aux enseignants des ressources et des adaptations pédagogiques.




http://eduscol.education.fr/cid59724/eleves-intellectuellement-precoces.html

Ces ressources présentent des outils pour les accompagner au quotidien de la maternelle au baccalauréat.

Avec
toute ma confiance


Jean-Paul
Delahaye
Directeur
général de l'enseignement scolaire
Ministère
de l'éducation nationale

Joëlle.M 13/10/2013 16:54


Nadia merci pour ton questionnement. Tout d'abord, pourquoi un psy : tout simplement pour avoir des données qui serviront à mieux poser un diagnostique et rebondir sur une mise en place
appropriée au sein de la classe et de l'école et surtout que je sois aidée par des spécialistes. Effectivement, il y en a dans l'académie de Creteil. Je pourrai les solliciter si besoin.


J'ai découvert que les filles à haut potentiel intellectuel sont plus difficilement repérables que les garçons. Cette enfant ne me fait pas de la peine. J'ai juste besoin de mieux cerner son
cheminement maintenant que je me suis nourrie ( clin d'oeil au thème d'Isa) de pas mal d'informations (vive la toile!!!) et ceci grâce à cet enfant. Ce fut le cas pour le premier autiste qui a
fréquenté notre école. Quelle richesse pour moi, mes collègues et pour les "normaux" qui ont bénéficié de notre nouveau regard. Ce qui va être mon premier travail sera de reprendre tout à zéro
pour les ateliers autonomes, lui expliquer ce que j'attends d'elle et lui donner un défi à réaliser : une progression plus rapide. Je dois également la questionner sur ses centres d'intérêt et
bien bosser pendant les vacances pour elle et pour les autres avec cette histoire de fermeture et réouverture de
classe une semaine après la rentrée, je n'ai pas pu installer ma classe comme je voulais. C'est pas très clair au niveau des emplacements des ateliers et des affichages. Je vais devoir être très
vigilante sur ces points pour l'aider à mieux se situer dans l'espace classe, à comprendre la méthode. Cela aidera également les petits chamboule-tout qui me sortent des ateliers qui ne sont pas
encore mis en circulation.

isa 13/10/2013 19:24



est-ce que je peux te demander Joëlle ce travail sur les cas d'école hebdomadaires en quoi il consiste, ça me parait trés intéressant et tu connais ma curiosité ?



Nadia 13/10/2013 15:51


Bonjour ! 


Cette pettie me fait de la peine et en meme temps elle n'est pas si différente des autres. Elle a juste des besoins différents et qu'elle ne demande juste ça. C'est une enfant qui ne se retrouve
pas dans le système normal. Parler avec la maman est aussi important pour comprendre sa personnalité. La faire observer par un psy n'est pas trop excessif ? c'est un peu tot pour le moment et je
pense qu'elle ne risque pas de buter dans les apprentissages il faut essayer de l'épanouir la plus possible parce qu'un enfant précoce se trouve bizarre et c'est sur ce cadre la qu'il faut
insister. Elle ne doit pas se sentir rejetée. Elle pourrait être un levier dans la classe. J'ai eu un enfant autiste très intelligent dans ma classe mais incapable de le canaliser, très violent
avec énormément de TOC. il a été placé en institut spécilaisé. Donc celui était vraiment différent à tout niveaux. 

Joëlle.M 13/10/2013 09:55


Merci Guinie, je vais de ce pas voir sur le site de l'IA.

Guinie 13/10/2013 08:02


Renseigne-toi auprès de l'IA, il doit y avoir normalement une personne référente pour les enfants à haut potentiel intellectuel. Nous avions fait appel à lui pour un enfant il y a quelques années
et il avait été de bons conseils, pour nous enseignants et aussi pour les parents.

Joëlle.M 13/10/2013 07:36


Merci  Isa et Muriel pour les corrections, je fais beaucoup de fautes et je rage de ne pas pouvoir revenir dessus.


C'est une bonne idée de lui donner des missions. C'est encore un peu flou pour moi. Il faut également que je lui donne des ateliers autonomes qui l'intéressent pour ne pas trop la différencier
des autres. Heureusement les vacances approchent et je vais pouvoir y réfléchir.

Marie 12/10/2013 21:58


Bonjour, j'ai en ce moment dans mon école un enfant de MS qui lit dans le livre de CP de sa soeur et se montre aussi très à l'aise avec les nombres... par contre sur le plan de la socialisation
et des repères dans l'espace il rencontre plus de difficultés sans être non plus exclu du groupe... finalement une forme d'autisme a été diagnostiquée...

Muriel 12/10/2013 21:18


Tu avais au départ écrit:


elle est en mesure de me lire le livre et dans comprendre le sens


et je pensais que tu voulais dire


elle est en mesure de me lire le livre et sans comprendre le sens.


je constate depuis que le texte a été modifié en  elle est en mesure de me lire le livre et d'en comprendre le sens.


Oui, c'est sur, cet enfant est précoce!


Le plus difficile à gérer est qu'elle soit heureuse et épanouie!


En effet, sauter des classes n'aide pas car renforce cette spécificité, cette différence et ajoute le complexe d'âge et de
taille.


Je trouve bien l'idée de lui donner des missionsà sa portée en classe (vérificateur, aide de camp...) tout en la maintenant
avec les enfants qui sont à la portée de sa maturité psycho-affective.


Si ce n'est que bien souvent ces enfants ont une sensibilté exacerbée, et sont de toute façon en décalage avec leurs
pairs.


Quoi qu'il en soit, la maternelle reste un temps béni pour les enfants, sans carcan et sans
contrainte...


il ne faut pas les en priver!!!!!

isa 12/10/2013 22:07



oui Muriel j'ai vu que tu avais dit qu'elle n'en comprenait pas le sens alors que j'avais lu le contraire , du coup je suis allée relire et j'ai vu les erreurs d'orthographe que j'ai
corrigées et qui pouvaient provoquer confusion.



joêlle m. 12/10/2013 18:02


Je répondais à Muriel, mais aucune importance,Joëlle. Juste un peu décalées comme les petits bouts dont nous parlons.
Je viens de balayer queques sites sur les enfants à haut potentiel intellectuel et ma petite correspond sur de nombreux points au "profil" de ces enfants.

Emilie44 12/10/2013 17:46


Je n'ai jamais eu d'enfant aussi précoce dans ma classe depuis que j'ai des PS. J'en ai eu certains qui sortaient un peu du lot mais à chaque fois je me demandais si
c'était réellement de la précocité ou bien si les parents les faisaient bûcher à la maison... Là, quand l'enfant est tel que tu le décris, on est sûr que ce n'est pas que du fait des
parents.

Joëlle 12/10/2013 17:09


J'avais bien compris, Joëlle M ! Mais je parlais de "mon bout de chou à moi"  ! J.... lit encore mécaniquement
sans prendre du plaisir.


Mais je ne doute pas que ta petite élève puisse comprendre ! Tous les enfants précoces sont différents ! D'ailleurs, J...  ne maîtrise que la langue française, ne parle ni anglais,
ni créole, ni rien d'autre !!!! (du moins à ma connaissance !). Pour lui, c'est plutôt lecture et calcul !

joêlle m. 12/10/2013 17:06


Ah oui, j'ai oublié de vous dire qu' elle est incapable de faire un puzzle du jeu "Julot l'escargot". Bon, j'attends le compte-rendu de la psy et je vois si la famile ne l'a pas "forcée".

joêlle m. 12/10/2013 16:56


Je ne crois pas avoir dit qu'elle lisait sans comprendre. Elle a buté sur une orthographie singulière DRIIIIIIING et elle ne connait pas toute les singularités de l'orthographe mais elle assimile
avec une rapidité déconcertante. Ne sait pas lire CO une fois, je lui dit CO, plus tard dans la matinée je lui montre un autre mot CORINE et le lit sans difficulté.


J'ai contacté la psy et l'IMF référente enfants en difficulté dans les apprentissages de la lecture et allophones.


Pas de passage anticipé à envisager. Travailler l'espace et le graphisme. Décloisonner à des moments très précis avec la collègue de GS pour la phonologie et l'écriture.

Joëlle 12/10/2013 16:48


J'avais l'an dernier un enfant précoce dans la classe. Dès Noël, il déchiffrait tous les prénoms des enfants de la classe (et trouvait des stratégies quand il butait sur une syllabe), comptait
comme un chef. Sans bruit, sans se faire remarquer... Bien sûr, instinctivement,  il répondait très vite, ne laissant pas le temps aux autres de réagir !


Alors je lui demandais d'attendre qu'un autre enfant réponde aux questions (il écumait quand cela durait un peu trop longtemps pour lui, mais respectait bien la consigne !), puis je lui demandais
si, en effet, l'enfant avait donné la bonne réponse ou non : c'était mon "vérificateur". C'était très gratifiant pour lui et lui montrait que j'avais pris sa différence en compte, que je savais
qu'il savait...


L'année a passé, mais au retour des vacances, il lisait couramment 20 pages du "Petit Nicolas" (bien que très mécaniquement). C'est une obsession : il se réveille la nuit pour lire !


Par ailleurs, et ne comprenait pas du tout l'humour de la maîtresse, qui, par exemple, pour piéger les enfants en début de MS, sortait le 31 au lieu du 13 pour la date du 13 septembre. Il la
regardait médusé, en lui faisant comprendre que franchement, elle n'avait pas le niveau...


Les additions et les soustractions n'ont plus de secret pour lui. Il compte pendant la récréation : ben oui ! mamie a 90 ans, moi 4, 86 + 4, ça fait 90 !!!!!)


Ben oui ! tiens ! Où est le problème ????


C'est un enfant très particulier, qui ne joue pas trop avec les autres. Il est quand même décalé !


Après avis des parents et de la psy scolaire,  il est passé en grande section.


La maîtresse et les parents auront beaucoup à faire pour qu'il trouve le PLAISIR, pas d'APPRENDRE A LIRE, mais DE LIRE des histoires pour pouvoir s'évader, rentrer dans d'autres
mondes.


Petit hic supplémentaire : son frère (un an de plus), se trouve maintenant NUL, et commence à avoir des pb de comportement (je les ai croisés ce matin, ils étaient en train de se tirer les
cheveux et de se donner des coups de pieds, c'était assez spectaculaire ! Les parents sont assez inquiets et déstabilisés !


Pas facile de faire des choix (de niveau de classse) pour que les enfants précoces s'épanouissent et soient heureux de venir à l'école 


 Il est plus valorisant de dire "mon enfant a été détecté enfant précoce et a sauté une classe" que "mon enfant a été maintenu en maternelle et va entrer en CLIS", mais que de
soucis quand même en perspective !


 

Muriel 12/10/2013 15:23


Ben dis donc! Non je n'ai jamais vu cela, à part la fille de mes amis qui lisait couramment en MS (en PS2 je ne me
souviens plus comment elle se débrouillait...)... Cela posait problème car, si son développement intellectuel était hors norme, ce n'était pas le cas de son développement émotionnel (pas de recul face aux lectures, peurs, ...) D'ailleurs cette petite(adulte aujourd'hui) n'a pas eu une enfance sereine du coup (ça commence juste à mieux aller).
Franchement je n'aurais pas aimé être à la place de mes amis. Cette enfant a sauté la GS ou le CP je crois.


Tu dis qu'elle lit sans comprendre? Elle a l'air de s'ennuyer en classe?
Ce qui compte c'est qu'elle soit bien dans sa peau... l'est-elle à ton avis?


La psychologue scolaire verra et donnera des conseils sur la marche à suivre, car il conviendra sans doute d'aménager des activités pour elle, soit pour
utiliser ses compétences soit pour développer son attitude sociale...

isa 12/10/2013 16:09



2% d'enfants précoces dans la population, on en a donc forcément rencontrés dans nos classes. Il faut croire que certains sont passés inaperçus parce qu'effectivement nous ne les repèrons
pas toujours. Ils ont souvent une grande sensibilité et si par exemple mon petit Paul qui dessinait si bien et savait déjà faire le profil des animaux était précoce, ou bien ma petite Maya qui
restait ostensiblement seule durant la récréation que cela m'en peinait tant ,cherchant comment la sortir de cette solitude mais qui par ailleurs avait un intérêt supérieur pour les matières
dites scolaires était précoce... Comment faire ? Effectivement la psychologue a son rôle à jouer dans la détection. Ensuite, je m'interroge toujours sur le fait de sauter des classes dans un
système comme le nôtre puisque cela renforce leur inadaptation sociale qui semble être un point faible chez eux, du coup, ayant déjà des difficultés avec les enfants de leur âge , en les mettant
avec des plus grands, leur "bizarrerie" est encore mise en avant ( je me rappelle d'un médecin qui me racontait qu'il avait sauté 3 classes et qu'au lycée , il rasait les murs et essayait
toujours d'être le dernier rentré et le premier sorti de la classe pour ne pas se retrouver avec les grands ). Cependant, il est sûrement important d'aider leur potentialité à s'exprimer et à
donner la pleine mesure de leurs capacités, d'où l'importance de la différenciation pédagogique en classe.