question sur les sorties de classe en fin de demi-journée par Muriel: tribune libre

Publié le par isa

salle des maitres

Chaque demi journée, nous rendons "en mains propres"les élèves à leur accompagnant, ce qui engendre bien souvent (pour ne pas dire quotidiennement...!) des minutes et des minutes d'attente pour les retardataires... très pénible quand il n'y a pas de péri-scolaire pour éventuellement prendre le relais si la maîtresse ne peut attendre plus...
(Dans certaines écoles, ces minutes se transforment en bonnes grosses demi-heures parfois et ce chaque jour, j'ai des témoignages! Et le cumul se compte très rapidement en heures....)

Voici mes questions:
- quid de la responsabilité de la maîtresse en cas d'accident pendant ce temps hors-temps scolaire? Des textes officiels?
- quels moyens de pression faire auprès des familles? Quelqu'un a-t-il trouvé un truc qui marche????
- Ce temps supplémentaire effectué ne me semble pas pris en compte par l'administration... est-ce bien normal? Y a-t-il un moyen de compenser? C'est une question bête, mais tant pis....

MURIEL

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

sisi 08/04/2013 19:31


Dans notre école, si les parents sont en retard le midi, ils vont manger à la cantine et le soir, ils vont à la garderie. Ceci est bien expliqué dans le règlement et je le redis en réunion de
classe: il n'y a pas de problème.

Clémence 07/04/2013 23:22


Pffff, désolé pour les fautes :/

Clémence 07/04/2013 23:20


Pour ma part, lorsque je suis arrivée à l'école où j'exerce actuellement depuis 6 ans (et 5 en tant que directrice), certains parents avaient pris la mauvaise
habitude d'arriver après 8h40 car le directeur d'avant laisser faire parait-il (confirmé par les ATSEM en place). J'ai donc expliqué que cela dérangeait le fonctionnement des classes et empêchait
un temps d'accueil bénéfique pour les enfants retardartaires et que le portail une fois fermé ne serait plus ouvert. Comme partout, il y a des horaires à respecter et après l'heure, ce n'est plus
l'heure. J'ai expliqué que les parents qui arrivaient bien à l'heure montraient ainsi l'intérêt qu'ils portaient à l'école à leur enfant.


Certains parents m'ont expliqué qu'ils emmenaient le grand dans une école élémentaire voisine (nous n'avons pas d'élémentaire accolé à la nôtre) et qu'il était
parfois difficile d'arriver à l'heure. J'ai donc demandé l'autorisation à notre inspecteur de fermer le portail 5mn plus tard en début de matinée et en début d'après-midi. Depuis, nous fermons à
8h45 et 14h05 et nous n'avons quasiment plus de retard sauf cas exceptionnel qu'on excuse si les parents nous préviennent avant ou si c'est très occasionnellement (tout le monde peut avoir une
panne de réveil par exemple ou un pneu crevé etc.).


Pour les "récidivistes", nous avons un cahier de retard dans lequel le parent retardataire écrire son nom, l'heure à laquelle il est arrivé et signe. Cela les met
souvent face à leur responsabilité d'écrire leur retard et de signer, ça fait plus officiel et ils évitent de recommencer. Au bout de 3 ou 4 retards répétés, il peut être décidé après avis du
conseil d'école et accord de l'inspecteur de l'exclusion de l'enfant pendant 2 ou 3 jours. Mais ce n'est JAMAIS arrivé!


Tout cela est expliqué lors de la réunion des parents d'élèves en début d'année et dans le règlement intérieur que tous les parents signent pour acceptation!


Lors de cette réunion, on explique aussi que le soir, les enfants de cet âge paniquent vite quand ils voient tout les autres partir et qu'ils restent seuls à
attendre. Ils se sentent abandonnés, c'est très dur pour eux. De plus, cela nous met nous aussi en retard pour aller chercher nos propres enfants. Si cela arrivait que le parent ne se présente
pas, sur les fiches de renseignements nous avons les numéros des personnes à prévenir dans le cas où les parents sont injoignables (grands-parents, tantes/oncles, voisins, amis, etc.) et il
arrive parfois que ce soit l'une de ces personnes qui débloque la situation soit en venant chercher l'enfant, soit en prévenant les parents (si jamais ils ont changé de numéro sans nous le dire
ce qui arrive souvent malheureusement). 


Sinon, l'enfant est placé au périscolaire payant pour les parents en attendant.


Du coup, en expliquant bien tout ça aux parents en début d'année, nous n'avons quasiment pas de retard ou pas plus de 5mn.


 



Muriel 07/04/2013 21:46


Tes remarques sont si justes...


Je ne fais ici que retransmettre des propos. Je pense que dans certains quartiers, selon l'ambiance de l'école, selon les familles présentes et leur
problématique parfois  lourde, ce n'est vraiment pas facile.


Je suppose qu'au fil des récidives, la patience s'émousse... Les cultures elles-mêmes sont parfois différentes...


 Mais personnellement, je ne suis pas confrontée à ce genre de difficultés, c'est une chance: la
confiance et le respect sont de mise. OUF


D'où vient cette agressivité dans les échanges école/famille? Qu'est ce qui engendre ce quant-à-soi? Comment faire pour se "parler vrai", sans chercher à
imposer une "place" et un pouvoir? Comment parler juste au niveau des émotions et du ressenti, sans se cacher derrière d'autres artifices? Bref, comment se respecter?


 


Ah.... c'est chouette, ces discussions, non?

isa 07/04/2013 22:21



oui c'est trés chouette et je te rejoins totalement, bien des comportements sont guidés par des idées reçues , des préjugés, chacun d'ailleurs ( il n'y pas que les enseignants qui en ont
, je ne dis surtout pas ça, parce que je pense que ce métier est éminemment difficile) en a. Pour s'entendre, il faut réussir à sortir de ceux là, c'est compliqué, on aurait envie de tout savoir
, de dire "moi je connais l'éducation", on voudrait un monde parfait, des élèves parfaits, des parents parfaits ,des collègues parfaits, ce serait mortifère. Bref, l'altérité qu'on veut offrir à
nos élèves en les mélangeant et en les faisant se découvrir , on ne parvient pas à l'accepter pour nous-mêmes. C'est un vrai cheminement, ce n'est pas facile parce que j'ai pu observer ( toujours
dans mon association) que malgré mon ouverture aux autres ( qui me semblait être importante) je restais encore dans des jugements et une volonté de faire à la place de .... C'est un travail sur
soi-même, et surtout ça s'apprend. Les professionnels que j'ai cotôyés et qui n'étaient pas dans l'enseignement avaient eux-mêmes avancé lentement malgré leurs connaissances et leur pratique.
C'est pourquoi je ne jette pas la pierre à tous ces enseignants qui se sentent démunis par des comportements agressifs et irrespectueux, je leur dis juste :"tenter de comprendre pour mieux
répondre"



Muriel 07/04/2013 20:45


Pour répondre àla question d'ISA sur les remarques affectives pour essayer de convaincre
les parents: l'argument est bien sur utilisé chaque fois, mais ne semble avoir aucun poids chez certaines familles.


Voici la réponse de ma soeur: "C’est d’ailleurs la première chose que l’on dit :
cela fait 30 mn que votre fils attend…. Il commençait à s’inquiéter…. C’est très long pour un enfant de cet âge…. Si vous voyez que vous allez être en retard appelez l’école pour qu’on puisse
rassurer votre petit…. Etc etc…. et quand on a des excuses sincères, ça passe, mais il y a des fois où elles ne viennent pas ces excuses ! alors là on en rajoute sur : on a une vie en
dehors de l’école nous aussi…. Etc ! mais même si on explique que les enfants de cet âge trouvent le temps long, les parents qui récidivent s’en fichent complètement ! rares sont ceux
comme la maman de M.... qui est arrivée en retard l’autre jour car elle avait crevé avec la voiture et son portable était resté à la maison, elle s’est effondrée en larmes tellement elle avait eu
peur pour sa fille !!!!! mais c’est une exception !!!!"


 


Je comprends et adhère complètement à ce que tu écris ISA au sujet du respect et de la confiance à établir avec
les familles..., mais j'ai bien peur que ce ne soit dans certains endroits qu'un voeux pieux....

isa 07/04/2013 21:29



et bien je ne suis pas d'accord, j'ai toujours espoir, ne pas espérer c'est sceller le sort des familles et donc être dans la résignation , il n'y aucune issue, et dans le ton utilisé
pour parler à cette famille est exprimé ce jugement :" vous êtes incapables", donc pas de confiance , pas de respect et du conflit ouvert. Je suis d'accord avec toi Muriel pour dire que c'est une
vraie difficulté et que certains donnent l'impression de se moquer. Ce que j'ai appris en travaillant à l'association "Accueillir son enfant" c'est qu'il est difficile de ne pas être donneur de
leçon quand on observe des défaillances, mais qu'une présence bienveillante et confiante fait parfois beaucoup plus qu'un discours. je reconnais que c'est un vrai travail, un professionnalisme
que celui d'accueillir et que la formation des enseignants n'amène pas à la réflexion sur la meilleure attitude et que cela ne s'improvise pas. Alors chacun réagit avec ce qu'il ressent et le
retard est une chose qui agresse, on se met en mode défensif et on surréagit ce qui convient à celui qui est en face parce que son comportement a quelquechose de violent ( je le redis , je le
pense), je le vois comme une manière de forcer l'autre mais j'en suis encore là de mes recherches, et j'aimerais vraiment comprendre cela, car quand on comprend , on réagit en
conséquence.



Emilie44 07/04/2013 19:08


Dans ton cas, je pense que c'est à la mairie de prendre en charge ces élèves, d'autant que le périscolaire est gratuit donc je ne vois pas où est le problème pour
elle d'y accueillir les enfants dont les parents sont en retard... C'est un point à mettre à l'ordre du jour d'un conseil d'école pour essayer de faire bouger les choses.

Sara 07/04/2013 18:45


C'est vrai que tous ces retards du matin ou en cours de journée sont pénibles, pour nous, pour le fonctionnement quotidien, pour les enfts et pour la vie perso. Ds mon école, l'accueil se fait de
8h20 à 8h30, la plupart des parents arrivent à 8h45 malgré les rmq quotidiennes de tous les enseignants! Le midi et le soir, la maitresse de service garde tous les jours les enfts dont les
parents st en retard. Le soir, il nous arrive au moins 1 fois par période de garder un enft jusqu'à 18h!! Ds la ville, toutes les structures périscolaires st gratuites, pour ne pénaliser personne
et pour que les enfts bénéficient d'activités variées et enrichissantes. Les animatrices st très compétentes d'ailleurs. Par contre aucun enft ne peut y aller s'il n'est pas inscrit dc ce st les
enseignants qui prennent en charge les enfts dt les parents st en retard. On a même à 2 reprises été acheter un sandwich pour des enfts dt les parents s'étaient endormis chez eux! Je suis ds un
quartier très défavorisé et tous ces manquements aux règles élémentaires de ponctualité ou même d'éducation, me font très peur pour certains enfts. Quels modèles ont-ils? que vont-ils devenir...
Parfois, je ne suis pas aimable avec des parents qui ont 20 min de retard mais je me dis qu'ils ont peut-être été eux aussi des enfts dt les parents ne respectaient et ne comprenaient pas
l'importance des horaires ds la vie, donc je ne sais plus comment dire et surtout faire comprendre le sens de la ponctualité, et la souffrance (relative) que l'enft éprouve à chaque absence de
son parent quand la porte de ma classe s'ouvre...

isa 07/04/2013 19:32



vous connaissez ma position concernant les parents, je suis plutôt dans la recherche pour établir des liens de confiance et de respect, c'est donc pour moi une bonne approche
relationnelle à développer et à instaurer. Je sais , certains quartiers sont difficiles et certaines familles sont dans une telle désocialisation qu'avoir des horaires représente une difficulté
évidente. Mon école se situait dans une zone rurale défavorisée, et nous avions aussi des familles en grande difficulté mais pas que. J'ai le sentiment que lorsque le respect est établi, ces
problèmes de retard se font rares. Je veux dire par là lorsqu'il y a une reconnaissance mutuelle, un dialogue non jugeant et un cadre bien clair, les parents sont capables de s'identifier parce
qu'il s'agit bien de se mettre à la place de l'autre. Je disais gentiment: " Maintenant c'est moi qui suis en retard pour aller chercher ma fille chez sa nourrice". Et puis il y a la prise en
compte de la souffrance ( chez beaucoup de petits , c'est ça) de l'enfant qui voit les autres copains partir et pas lui, le sentiment d'abandon peut laisser des traces indélébiles " Votre petit
garçon n'a pas la notion du temps et pour lui votre retard est un moment  interminable, il en souffre , il pense que vous n'allez pas venir, il s'inquiéte et va douter à chaque fois qu'il
faudra qu'il vous attende, aidez le à vous faire confiance en respectant ses horaires". Maintenant, je m'interroge toujours sur cette incapacité que certaines personnes ont vis à vis du temps, je
suis toujours en recherche de comprendre ce fonctionnement, j'ai le sentiment que c'est une forme de violence faite aux autres ,mais je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi ! Si quelqu'un
a étudié ce phénomème relationnel, je suis curieuse...



Emilie44 07/04/2013 18:11


Nous aussi on ferme la porte d'entrée à clé, et pour les retardataires, on ne prend que l'enfant, le parent ne rentre pas dans l'école. Le souci, c'est qu'au moment
de fermer la porte le matin, il y a toujours un flux de parents qui arrivent, donc l'ATSEM chargée de la fermeture ne peut pas fermer car certains parents qui sont encore dans l'école sortent en
ouvrant le barillet (pas besoin de clé quand on est à l'intérieur) et du coup la porte est ouverte et on ne s'en rend pas compte...

Muriel 07/04/2013 17:44


Nous fermons le portillon de la cour à clé (en plus ça sert à la sécurité pour la récrée). La seule issue est un portail (avec un taquet à hauteur d'adulte)
qui est tout en haut de la cour, obligeant à un plus grand déplacement pour les parents avec une côte en plus (ce qu'en général ils n'aiment pas).


Nous avons peu de retard le matin, mais cela a un effet sur le départ des mamans à l'accueil! Elles se dépêchent avant que ça ferme, et traînent moins dans
la classe!...


Dans une autre école, nous fermions la porte d'entrée à clé, les familles retardataires devaient sonner pour se faire ouvrir par l'ATSEM. Bien sur ça nous
dérangeait mais les parents voyaient bien qu'ils étaient en retard, et pour peu qu'on les fasse un peu poireauter avant de leur ouvrir, ca finissait pas les déranger et les incitait à arriver au bon moment...

Emilie44 07/04/2013 17:13


Le seul "truc" qui marche, c'est de frapper là où ça fait mal, au portefeuille! Dans mon école, quand des parents sont en retard, voici comment on procède :


- entre 5 et 10 minutes de retard, la maîtresse fait une remarque au parent retardataire


- passé 10 minutes, l'enfant est remis à l'enseignante de service qui appelle les parents. S'ils ne répondent pas ou s'ils disent qu'ils ne seront là que dans X
minutes, elle leur indique que leur enfant va aller rejoindre les enfants du périscolaire (payant bien sûr!).


 


Pour le midi, c'est pareil, on met l'enfant à la cantine si personne ne s'est présenté et si les parents ne répondent pas au téléphone.


 


Au final, ce n'est pas les départs tardifs qui posent problème chez nous, ce serait plutôt les parents qui sont systématiquement en retard le matin. On fait notre
accueil de 8h20 à 8h30, et certains arrivent tous les jours à 8h40 voire 8h45 ou 8h50... Tous les jours on leur dit qu'ils sont en retard et que cela perturbe le fonctionnement de l'école (le
pointage cantine par exemple) et que cela stresse leur enfant d'arriver en retard alors que tous les copains sont déjà là, mais cela ne semble pas avoir d'impact sur eux. On en est venu pour une
famille à refuser les enfants car ils arrivaient tous les jours à 8h45-8h50. Ca a de l'effet pendant quelques jours puis les retards reviennent... J'ai même une mère d'élève qui est venue me voir
en larmes à 8h45 car la maîtresse de sa fille lui avait fait la remarque qu'elle était encore en retard, et que c'était "inadmissible qu'on lui parle mal comme ça"...


 


Quelles solutions vous avez trouvées pour ce problème???

Muriel 07/04/2013 16:26


Ma soeur, qui m'a donné l'idée de lancer ce sujet sur ce
site, est dans une école REP de la banlieue Lyonnaise . Il n'y a pas de péri-scolaire, mais beaucoup de parents négligeants pour les
horaires et insensibles aux remarques. De plus ce ne sont pas toujours les mêmes familles qui sont en retard, mais sur le nombre de famille de cette grosse école,  il y en a tout le temps en
retard. Les personnes ne répondent pas toujours au téléphone.


Les collègues se relaient pour garder les retardataires, mais la semaine dernière, par exemple, pour
une fin de classe à 11h20, elle a rendu des élèves à 12h15  !!!!!


Les retrds de 15 à 30 mn sont monnaie courante.


Avec un péri-scolaire, c'est bien plus simple en effet et on envoie la note aux familles.... (argument financier souvent efficace).


Merci d'avance pour vos réponses et vos exemples...


 

isa 07/04/2013 16:55



est-ce que l'argumentation est axée sur ce que ressent l'enfant quand il se sent oublié ?



Marité 07/04/2013 16:20


Un règlement est établi et remis en début d'année aux parents... Leur demander gentiment de le relire...


Un article de l'Autonome: http://www.autonome-solidarite.fr/articles/ecole-maternelle-parents-retard et la MAIF http://www.maif.fr/content/pdf/enseignants/vos-responsabilites/fiches-pratiques/surveillance-eleves/maif-fiche-2-01.pdf


 

catherine 07/04/2013 15:24


Moi j'ai une question : y a t'il des moments où il n'y a pas de péri scolaire ? Dans mon école (comme dans beaucoup je pense) nous avons des tours de service, nous confions les enfants qui
restent au collègue de service, passé 16h40 dans une premier temps nous téléphonons aux parents concernés, dans un 2ième temps la directrice prend le relais. Il arrive quelquefois que l'enfant
reste au goûter,et dans ces cas là les parents payent mais il faut dire que les cas en ce qui concerne mon école sont très rares!